Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
06.10.2006

Eboa Lotin comme vous ne l’avez pas connu : Protais Ayangma : l’écorché vif que j’aimais 

Dans le cadre des manifestations marquant la commémoration de la 8ème édition du décès du chanteur mythique (l’on se souvient qu’il nous a quittés en octobre 1997), et en prélude aux différents concerts organisés par Tom Yom’s en hommage à son maître (le 7 octobre à Douala et le 14 du même mois à Yaoundé), nous continuons ici la série que nous avons inaugurée il y a quelques jours. A travers elle, les artistes et autres Camerounais qui ont connu le chanteur le font revivre du plus profond de leurs souvenirs.

Eboa Lotin et vous, c’est une histoire qui date de plusieurs dizaines d’années ?

Oui elle date de tellement longtemps que je ne me rappelle plus exactement du jour où nous nous sommes rencontrés. Mais je crois que c’est la rencontre de deux personnalités assez différentes au premier abord. Eboa Lotin était un grand homme au figuré et au réel.

C’est quoi un grand homme ?

Pour moi il était grand par la taille et par son humanité. Ce qui m’a frappé chez Eboa lorsque je l’ai vu pour la première fois, c’est qu’il portait le verbe très haut, il avait le propos truculent. Lorsque Eboa parlait, on ne pouvait pas ne pas l’entendre. C’est forcément quelque chose qui frappe. Ceux qui me connaissent savent que je suis à l’opposé. Apparemment rien n’était fait pour nous rapprocher, mais on s’est retrouvé, on avait des affinités et on voyait les choses un peu de la même façon. C’est pour cela que je dis que Eboa était un grand homme.

Est-ce que ce n’est pas plus compliqué de vivre aux côtés de quelqu’un avec qui on a les mêmes caractéristiques ?

Je ne cohabitais pas avec Eboa Lotin, mais je le voyais très régulièrement parce que c’était non seulement un ami, mais c’était aussi un ami de la maison et il venait régulièrement nous rendre visite. Lorsqu’il arrivait au rez-de-chaussée, il n’avait pas besoin de se faire annoncer. Du troisième étage je savais que Eboa était là. Il semait la bonne humeur et c’était les rires à tous les étages.

Qu’est-ce que vous retenez de l’œuvre de Eboa Lotin, et qu’est qui vous reste de vos rencontres ?

Je ne parlerai pas de son talent parce qu’il y a des voix plus qualifiées que la mienne pour apprécier l’œuvre d’Eboa Lotin. Mais ce que je retiens c’est l’homme. Pas dans sa dimension artistique, c’est l’homme tout court avec ses qualités et ses défauts. C’était un écorché vif, quelqu’un qui n’hésitait pas à vous dire ce qu’il pensait. Ça ne faisait pas toujours plaisir et ce n’est pas évident qu’il avait toujours raison. Il avait ce côté spontané, vrai. Ce sont les choses qui sont rares dans ce pays où l’on a toujours tendance à aller dans le sens du vent. Eboa justement faisait exception, c’est ça qui me fascinait et c’est ça que je retiens aujourd’hui.

Eboa avec son franc-parler et son langage de vérité. Mais aussi parce que c’était un ébéniste hors pair qui a su donner à sa voiture une dimension particulière ?

Eboa c’était le talent au sens plein du terme. Il n’y avait pas que la musique. Il y avait toutes les autres facettes. On pourrait aussi parler de bon comédien. C’est quelqu’un qui avait beaucoup de facettes. Ce que je retiens aujourd’hui, c’est que quand on écoute Eboa on a l’impression que la musique est facile. C’était également un parolier comme on n’en trouve malheureusement plus en ce moment. Toutes ses chansons sont une somme qui pourrait être écrite, qui pourrait être également enseignée. Je ne parlerai pas des autres aspects, mais c’était un artiste complet et accompli.
Je ne comprends pas le lingala. Un tout petit peu le duala. Mais il y avait une dimension translangagiste (passez-moi le terme). On n’avait pas besoin de comprendre ce qu’il disait, on avait l’impression que ça parlait au cœur. Je n’avais pas besoin de traducteur pour comprendre le message qu’il essayait de véhiculer. Eboa a chanté en français, en duala et en lingala. Vous comprenez peut-être le lingala ?



Par Propos recueillis par Jean-Célestin EDJANGUE
 

Source: Le messager | Hits: 19690 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  How has Christianity changed? Nigerian pastors spread into Cameroon
( | 26.04.2007 | 12361 hits  | 0 R)

  Dibombari: Yvonne Ngo Mbebga - Combattre l’exode rural par la culture
( | 22.04.2007 | 13041 hits  | 0 R)

  Jacqueline Ikollo Ndoumbè Ekambi. Une Sawa consacrée “Mafo” à l’Ouest
( | 17.04.2007 | 16076 hits  | 0 R)

  Historique de la littérature Camerounaise. Yoshua Dibundu, Martin Itondo, Mumé Etia, Benjamin Matip, Sengat Kuo, Mongo Beti, etc...
( | 15.04.2007 | 35130 hits  | 0 R)

  La Sanaga Maritime en ébullition
( | 12.04.2007 | 18366 hits  | 0 R)

  Bonépoupa: Affrontements sanglants à répétition pour "Litige foncier"
( | 11.04.2007 | 17504 hits  | 0 R)

  EBAMBA: Pour sauver l´héritage des fils du Wouri
( | 07.04.2007 | 25318 hits  | 3 R)

  Le mémorandum des Sawas du Wouri à l’Etat
( | 06.04.2007 | 14819 hits  | 0 R)

  Photos souvenirs
( | 05.04.2007 | 22902 hits  | 0 R)

  Remembering Africans in the Nazi Camps - Theo Wonja, Mpondo Akwa, Adolf Ngoso Din, Martin Dibobe
( | 05.04.2007 | 20731 hits  | 0 R)

  SANAGA-MARITIME PRES DE 80 ORDINATEURS REMIS AUX ETABLISSEMENTS SCOLAIRES
( | 03.04.2007 | 11621 hits  | 0 R)

  Les Forces Armées des Etats-Unis et de la France dans le Golfe de Guinée
( | 01.04.2007 | 17895 hits  | 0 R)

  Africa - Where the Next US Oil Wars Will Be
( | 01.04.2007 | 14968 hits  | 0 R)

  Culture: Un festival international à Bafia dans le Mbam
( | 30.03.2007 | 14929 hits  | 0 R)

  Le Festival KATE de Bomono ba Mbenguè
( | 29.03.2007 | 14009 hits  | 0 R)

  Il y a 200 ans été abolie la traite transatlantique
( | 27.03.2007 | 10269 hits  | 0 R)

  Marinette Ndomè Dikoum, née Dinde : REBONDISSEMENT et NOUVELLES REVELATIONS
( | 27.03.2007 | 27594 hits  | 1 R)

  Samuel Nja Kwa: Journaliste et Photographe
( | 22.03.2007 | 14355 hits  | 0 R)

  Bill Akwa Betote - la Photo, son Tempo
( | 22.03.2007 | 14351 hits  | 0 R)

  PERE PIERRE MEINRAD HEBGA (PHILOSOPHE ET THEOLOGIEN CAMEROUNAIS)
( | 21.03.2007 | 22050 hits  | 0 R)

  Esotérisme commercial: Voici comment les clients de la ’’33’’ financent les sectes
( | 21.03.2007 | 52507 hits  | 0 R)

  Père Meinrad HEBGA: La magie, la sorcellerie, la superstition
( | 21.03.2007 | 20086 hits  | 0 R)

  MUSIQUE - Revue de Presse
( | 20.03.2007 | 17067 hits  | 0 R)

  La première édition des marmites d’or se prépare.
( | 20.03.2007 | 15270 hits  | 0 R)

  Moni Bilè: Parcours - Artiste, Musicien
( | 20.03.2007 | 14325 hits  | 0 R)

  Bobby James Nguimè : Le testament du makossa était une malicieuse copie de mon initiative.
( | 20.03.2007 | 13433 hits  | 0 R)

  Le vrai makossa revient "Aladji Touré Master Class"
( | 16.03.2007 | 15441 hits  | 0 R)

  Roger Milla dédicace son livre "L`épreuve de ma foi"
( | 16.03.2007 | 13655 hits  | 0 R)

  DUTA, Biennale des Arts Visuels en Afrique centrale
( | 13.03.2007 | 15885 hits  | 0 R)

  Lions : Womé Nlend se retire définitivement
( | 12.03.2007 | 14943 hits  | 0 R)

  SOCIETE : Sawanité, une certaine idée de l’humanisme
( | 12.03.2007 | 12445 hits  | 0 R)

  Sawa Village : Le grand Restaurant Africain de Francfort.
( | 11.03.2007 | 15182 hits  | 0 R)

  Von Kamerun nach Babelsberg: Die Geschichte des Schauspielers Louis Brody
( | 09.03.2007 | 30712 hits  | 1 R)

  Schwarz sein und deutsch dazu
( | 09.03.2007 | 14487 hits  | 0 R)

  Prince Douala Manga Bell : chef supérieur du canton Bell : “ Tous les chefs Bassa veulent Samson ”
( | 08.03.2007 | 16440 hits  | 0 R)

  Kribi: Les chefs de village réclament des dédommagements
( | 08.03.2007 | 14853 hits  | 0 R)

  Origine de la Journée internationale de la femme : 08 mars
( | 08.03.2007 | 10433 hits  | 0 R)

  Massao 2007: Les "gos", la radio et le Massao
( | 07.03.2007 | 14934 hits  | 0 R)

  L’Université de Yaoundé I se souvient de Francis Bebey
( | 07.03.2007 | 13986 hits  | 0 R)

  GHANA 50 ANNIVERSARY
( | 06.03.2007 | 16742 hits  | 0 R)

  Fête commémorative des Batanga
( | 01.03.2007 | 19831 hits  | 0 R)

  L’île de Manoka, chef-lieu de l’arrondissement éponyme regroupe une vingtaine d’îlots
( | 28.02.2007 | 17650 hits  | 0 R)

  Noah of the Bible was a Black Man
( | 25.02.2007 | 11057 hits  | 0 R)

  The Lost Prophet of the Bible "Enoch The Ethiopian"
( | 24.02.2007 | 20207 hits  | 0 R)

  Le Livre des Secrets d´Enoch
( | 24.02.2007 | 16523 hits  | 0 R)

  Moïse l’Africain: La vérité voilée sur l´Africain qui a inspiré le monothéisme occidental
( | 22.02.2007 | 26022 hits  | 0 R)

  Yabassi (Nkam): la conférence des chefs traditionnels Ngan Nkam s´organise
( | 21.02.2007 | 17898 hits  | 0 R)

  Les Bassas du Wouri s’opposent à une succession aux forceps.
( | 21.02.2007 | 11280 hits  | 0 R)

  Kribi : Le maire et le député se déchirent
( | 19.02.2007 | 16803 hits  | 0 R)

  Mount Cameroon Race of Hope:FCFA 130 Million Disbursed
( | 16.02.2007 | 17595 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks