Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
14.11.2006

LA VEILLEE DU NGONDO 

Tout au long de la journée, le tam-tam des officiants bat le rappel pour indiquer l´heure et le lieu d´un rassemblement particulier: la veillée solennelle à laquelle participent sans discrimination de sexe ni d´âge les dignitaires, les initiés et les profanes. La veillée a nécessairement lieu dans le territoire d´un des clans duala stricto-sensu.

Selon le scénario consacré, les manifestations marquants l´expression spectaculaire du Ngondo commencent par une veillée de méditation grave et soutenue, ponctuée de prières, chants danses, jeux divers. Elle se déroule en un lieu symbolique, à l´ombre symbole ou à proximité d´un sanctuaire sur la surveillance d´un service d´ordre traditionnel particulièrement vigilant.
Après l´ouverture de la manifestation consistant essentiellement à la présentation des délégations présentes, les chefs traditionnels se retirent dans un sanctuaire pour délibérer à huis clos et renouveler leur serment d´allégeance perpétuelle - " MALE " - aux idéaux fondamentaux du Ngondo.
Au cours de ce huis clos, sont arrêtées des décisions capitales sur l´organisation cérémonielle de la grande fête du lendemain, et sur la vie de la communauté toute entière.

Il ne faut cependant pas croire que le public, dans un tel contexte, se contente de jouer un rôle de figurant. De façon indirecte mais certaine, il participe aux décisions, les oriente et les influence par le " NGOSSO " art de la musique vocale qu´il utilise sur les différentes formes, notamment:
L´ Essewe - rituel - chant d´évocation publique - qui interpelle l´ordre suprême, l´histoire, l´éthique...

L´Essewe - profane - chanson d´expression directe - avec laquelle on vitupère contre l´imposture, l´injustice et les abus sociaux de tous genres.
Cette forme d´expression basée essentiellement sur des figures de rhétorique fait usage de l´allégorie et parfois de l´allusion transparente. Son audience auprès des masses populaires est telle que même les plus grands chefs le redoutent. Son impact influe nécessairement sur le cours des décisions en élaboration; surtout qu´elle s´exécute à portée d´écoute de la délibération des chefs.

De durée variable, la veillée solennelle annonce et préfigure la grande fête du lendemain. Une fête étrange et originale avec ses aspects carnavalesques, ses fondements culturels, ses colorations historiques, ses réminiscences mythiques. Une fête à la fois contente et éclaté où le sacré voisine allègrement le profane, où le passé et le présent se conjuguent sans altération du fondamental. Avec sa mise en scène séculaire, propre aux manifestations de grands spectacles et à sa dramaturgie originale très élaborée, le Ngondo, reflet de toute une culture dynamique impose par son faste et s´épanouit au grand jour dans toute sa signification et sa magnificence.

LE LANGAGE TAMBOURINE

Pour communiquer des messages à distance, les peuples de la communauté Sawa utilisent traditionnellement des tams-tams à trois ou quatre tons, instrument à percussion dont l´audition est particulièrement claire. La pensée à exprimer est traduite par les holophrases -une serie d´expression stéréotypées- connues et qui sont d´une grande richesse d´imagination. Chaque holophrase est composée et correspond à une mélodie rythmique qui lui est particulière. A titre d´exemple chez les Duala, le language tambouriné, très riche et élaboré, comporte près d´un millier d´holophrases recensées, à l´aide desquelles ils correspondent entre eux.

LE LANGAGE CHANTE OU " NGOSSO "

Le Ngosso, récitatif, chanté, cadencé ou psalmodié avec ses douze genres recensés, se manifeste soit par une mélodie uniquement vocale, une chanson de gestes ou associée à l´expression corporelle par la danse; soit par un champ rythmé par des instruments de musique. Le Ngosso est mélodique et harmonique.

La cérémonie du Ngosso utilise principalement deux genres: l´Essewe et le Mukukume dans leur forme sacré.
L´Essewe rituel est essentiellement lyrique. Il comporte un certain nombre de séquences qui se rapportent à des faits mythiques et historiques connus des initiés. Les allusions usitées -voilées par le récit- sont claires pour quiconque a acquis la connaissance du mythe de la création indispensable à tout responsable d´une fraction, même minime de la société. L´Essewe est rythmé par le " Muken " - clochette en fer forgé sans battant et à manche droit- les " Mbaka " - claquette de bambous et de " Musai " - hochet en rotin.

Le Mukukume se définit en une simple psalmodiée en sourdine, dans sa forme culture, par groupe de chanteurs, initié aux langage du Jengu. Néanmoins, il peut être exécuté de manière incantatoire lorsqu´il s´agit d´ invocation dans des rites magiques.


LE TOTEMISME

Au sein du Ngondo, le totémisme est complexe et a une extrême importance sociologique et même démographique à cause des divisions internes de la communauté.

Les Totems tribaux ou claniques sont des attributs héréditaires et ethniques. Leur fondement réside dans la correspondance permanente, le lien perpétuel entre les hommes et leurs traditions orales et les légendes qui y font toujours allusion, par des rites très anciens, objets, dessins, gravures représentant des totems.

Le totémisme clanique suppose aussi l´ exogamie au niveau du clan. Le mariage entre ressortissants du même totem clanique n´est pas admis, puisqu´il existe un lien de parenté incontesté entre le totem et les individus du clan dont il est l´emblème.
Le totémisme, dans les cérémonies du Ngondo, se manifeste essentiellement par des représentations figurées sur des proues de pirogues sculptées et aussi dans le langage tambouriné ou chanté.
 

Source:  | Hits: 15120 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  EXCEL NGOH NI NSONGO 2006: PROGRAMME DES ACTIVITES
( | 14.07.2006 | 12410 hits  | 0 R)

  Le mythe de Ngok-Lituba
( | 13.07.2006 | 19776 hits  | 1 R)

  Nécrologie : L`inhumation d`Essaka politisée
( | 12.07.2006 | 14632 hits  | 0 R)

  Musique : Longuè Longuè en liberté
( | 12.07.2006 | 15123 hits  | 0 R)

  Le libérateur libéré
( | 11.07.2006 | 15438 hits  | 0 R)

  Obsèques de Gustave Essaka : La contribution de la Cud toujours attendue
( | 10.07.2006 | 14914 hits  | 0 R)

  La dernière déclaration des biens du 1er triumvir
( | 05.07.2006 | 14515 hits  | 0 R)

  GUSTAVE ESSAKA EST MORT
( | 02.07.2006 | 22586 hits  | 1 R)

  SAWA: LE TEMPS DE L´ACTION
( | 02.07.2006 | 16975 hits  | 1 R)

  HISTOIRE DE DJÉKI-LA-NJA MBÉ
( | 30.06.2006 | 14402 hits  | 0 R)

  Association des Etudiants BAKAKA
( | 25.06.2006 | 13236 hits  | 0 R)

  Sawanité : Le vade-mecum du bâtisseur Sawa
( | 21.06.2006 | 16302 hits  | 1 R)

  Journée de l’Enfant Africain: IL Y A 30 ANS, SOWETO
( | 19.06.2006 | 19037 hits  | 0 R)

  SAWANITE: DECLARATION D´HONNEUR DE PAUL MENESSIER
( | 17.06.2006 | 17196 hits  | 2 R)

  BRIEF HISTORY of THE BAKOSSI
( | 17.06.2006 | 15470 hits  | 0 R)

  Coupe du monde de football 2006 : coups de sifflet contre l’Afrique Entre vol et injustice
( | 17.06.2006 | 10201 hits  | 0 R)

  GRAND SAWA ET COMMUNICATION - DEUXIEME FEUILLE DE ROUTE
( | 16.06.2006 | 12982 hits  | 0 R)

  EXCEL NGOH NI NSONGO 2006:
( | 15.06.2006 | 9512 hits  | 0 R)

  Kum’a Ndumbè III: Un prince tout Afric’Avenir
( | 14.06.2006 | 11308 hits  | 0 R)

  Bakassi: L´integralité de l´accord paraphé ce Lundi 12 Juin 2006 à Greentree, New York (USA)...
( | 14.06.2006 | 9872 hits  | 0 R)

  Italia 90: Roger Milla, le "Vieux Lion" rugit à travers les âges
( | 13.06.2006 | 14524 hits  | 0 R)

  Douleur: La peur du succès
( | 13.06.2006 | 13106 hits  | 0 R)

  La dernière partition de Ebanda Manfred
( | 12.06.2006 | 15714 hits  | 0 R)

  Jardin secret: Denise Epoté Durand, journaliste
( | 12.06.2006 | 15082 hits  | 0 R)

  DECCA: Une famille au service du MAKOSSA
( | 12.06.2006 | 14837 hits  | 0 R)

  Richard BONA
( | 12.06.2006 | 14013 hits  | 0 R)

  la Collectivité traditionnelle de Bonapriso au secours des hôpitaux.
( | 12.06.2006 | 12776 hits  | 0 R)

  Ernest Lottin Ebongué
( | 11.06.2006 | 13607 hits  | 0 R)

  Interview: Sergeo Polo
( | 11.06.2006 | 13567 hits  | 0 R)

  Jardin secret: Géo Masso, chanteur
( | 11.06.2006 | 10640 hits  | 0 R)

  Femmes Ecrivains SAWA: Sous la cendre le feu....
( | 10.06.2006 | 26999 hits  | 0 R)

  Marie-Angèle KINGUE
( | 10.06.2006 | 13385 hits  | 0 R)

  Thérèse KUOH MOUKOURY
( | 10.06.2006 | 13098 hits  | 0 R)

  Nathalie ETOKE
( | 10.06.2006 | 11783 hits  | 0 R)

  Lydie DOOH BUNYA
( | 10.06.2006 | 11727 hits  | 0 R)

  Frieda EKOTTO
( | 10.06.2006 | 11092 hits  | 0 R)

  Elizabeth EWOMBE-MOUNDO
( | 10.06.2006 | 10600 hits  | 0 R)

  Geneviève NGOSSO KOUO
( | 10.06.2006 | 9864 hits  | 0 R)

  PAROLE A LA FEMME SAWA
( | 02.06.2006 | 10098 hits  | 0 R)

  Qui est SAWA, Qui ne l´est pas ?
( | 01.06.2006 | 24379 hits  | 0 R)

  Francis BEBEY : Le musicien
( | 28.05.2006 | 19248 hits  | 0 R)

  Francis BEBEY : Artiste, Cinéaste, Ecrivain
( | 28.05.2006 | 13715 hits  | 0 R)

  Hommage à Francis BEBEY
( | 28.05.2006 | 13033 hits  | 0 R)

  Hommage à un digne fils SAWA, Hommage à Francis BEBEY
( | 28.05.2006 | 12573 hits  | 0 R)

  Eko Roosevelt, l´ Echo Toujours Retentissant
( | 27.05.2006 | 16859 hits  | 0 R)

  Sawanité et Pacte des Générations de la lettre à l’esprit
( | 27.05.2006 | 11143 hits  | 0 R)

  LA SAWANITE AU SERVICE DU PACTE DES GENERATIONS "PREMIERE FEUILLE DE ROUTE"
( | 26.05.2006 | 19940 hits  | 1 R)

  SAWANITE: Le printemps de la conscience Sawa ou l’appel au sursaut mémoriel
( | 26.05.2006 | 15856 hits  | 0 R)

  TABLEAU D´HONNEUR des Membres actifs de PEUPLESAWA.COM
( | 20.05.2006 | 14413 hits  | 0 R)

  ETO´O Samuel: Cet enfant de New-Bell, Douala
( | 17.05.2006 | 20122 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks