Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
01.04.2008

Religions et Spiritualité du monde Noir: Partie 2 : Vaudou, Candomblé, Santeria et syncrétisme relig 

Le Vaudou (Haïti), le Candomblé, l’Umbanda, le Macumba (Brésil), la Santeria (Cuba), sont quelques unes des nombreuses manifestations de la spiritualité de la diaspora noire dans la Caraïbe et en Amérique latine. Ce ne sont pas des religions au sens strict, avec versets, préceptes moraux et dogmes. De racines africaines, Elles se définissent et se vivent davantage comme des cultes, particulièrement ritualisés (processions, danses de possession, cérémonies secrètes, divination, sacrifices d’animaux, magie et fétichisme), et emprunts d’un très grand mysticisme. Comme l’illustre leurs panthéons, ces cultes se caractérisent par un syncrétisme religieux où Saints catholiques se confondent aux Orixhas, divinités africaines d’origines Yoruba. D’après les spécialistes de ses religions afro-américaines et afro-caribéennes, ce syncrétisme découlerait de l’oppression esclavagiste qui obligeait les esclaves à " camoufler " leurs croyances sous les habits du catholicisme afin d’assurer leur survie. On peut aussi le voir comme une appropriation et une réinvention, par les esclaves noirs, de religions traditionnelles, qui loin d’avoir été effacées, ont trouvé dans ce syncrétisme une plus grande vitalité. Il semble même que le catholicisme aie favorisé l’émergence et la persistance de ces croyances et de ces cultes, car ils sont presque absents de la culture noire nord-américaine, de confession essentiellement protestante.

Ces cultes religieux ne sont fermés à aucune confession, car ils se placent au-delà de la profession de foi. Les chants, les danses, les invocations et les incantations qui les rythment sont directement inspirés de l’animisme africain. La communion avec les esprits et les divinités africaines, est un voyage à travers le temps, un voyage de retour vers la terre originelle, qui s’apparente au culte des ancêtres. Ancêtres qui prennent ici les traits d’Oxhalá (Dieu suprême, créateur de l´Univers), Xangho (Dieu de la guerre), Yemanja ( Déesse-sirène de la mer), Exhu ( le Malin), etc. La cosmogonie de ces religions est tout aussi élaborée que celle des religions traditionnelles, car derrière la mythologie de ces dieux et déesses, se trouve une véritable conception monothéiste, à la fois classique et d’une grande originalité, avec ses mythes de la création, du péché originel et de la lutte entre le bien et le mal.

Marqués dans les premiers temps par la clandestinité, les cultes afro-latino-américains et afro-caribéens constituaient à l’époque, et aujourd’hui encore, un refuge et des repères identitaires vitaux pour les esclaves arrachés à la terre africaine d’hier, et à leurs descendants victimes de la discrimination raciale et sociale d’aujourd’hui. Plus que la croyance en des divinités, ces cultes sont la quintessence de l’identité noire de la diaspora


L’Animisme. Aux sources de la spiritualité africaine.

L’Animisme attribue à toutes les choses de la nature (plante, objet, animal) une âme. Quatre éléments fondamentaux composent la nature : l´eau, la terre, l´air et le feu. Ces éléments sont sous le contrôle d´un être suprême, mais il existe également des dieux intermédiaires, ayant des fonctions plus spécifiques et souvent associés à un des éléments. L´Animisme peut ainsi être vu comme une relation triangulaire entre la nature, les êtres humains et le sacré.

L´Animisme africain, plus qu’une conception religieuse, théologique ou spirituelle, est une véritable philosophie. Il ne se célèbre pas dans une église, il n’obéit pas à des dogmes ou à des lois écrites, il se vit. Il explique à sa façon les mystères de la vie et de la mort. Il fait le lien entre les individus et soude la communauté. La conception animiste veut que les deux soient inextricablement liés, l’individu faisant la communauté et la communauté faisant l’individu. En Afrique, on croit que les maladies viennent des rapports communautaires rompus ou tendus. La maladie est un signe qu’il y a quelque chose de mauvais dans les rapports entre les personnes. La réconciliation des individus devient donc un rituel indispensable à la guérison. Le péché, la faute aussi ont un aspect communautaire. Les Africains demandent donc des réconciliations et des Confessions communautaires. La guérison doit toujours être la guérison de la personne totale, physique, spirituelle et de la communauté.

L’importance accordée aux rapports communautaires est un aspect fondamental de la spiritualité, c’est la clé de l’anthropologie africaine. « La société africaine est basée sur la solidarité et la coopération entre les hommes, d’où l’importance de la vie, de la parenté et de la famille étendue, du clan et de la solidarité tribale. L’existence humaine ne peut jamais être possible pour un individu seul ». C’est l’idée des communautés de foi, de la communion avec Dieu et avec autrui. Les rites d’initiations sont les principales manifestations de cette communion entre l’individu, le sacré et la communauté, car la communauté est témoin de chaque étape de la vie, circoncision, changement de tranches d’âge, etc.

L’Animisme africain est une doctrine fondamentalement monothéiste. Dieu, le Créateur, le Seigneur des Esprits, l’Etre suprême, est éternel. Il s’est manifesté seul et par lui-même, et a créer le monde. « Le Dieu des Africains est inaccessible aux langages humains : c’est un Dieu qu’on n’adore qu’en silence » Quand les missionnaires ont essayé de traduire le nom de Dieu en langue européenne, ce nom a perdu ce sens de la grandeur de Dieu que les Africains lui attribuent. C’est l’idée qu’on ne peut pas parler de Dieu parce qu’il est si différent que nous : « On ne peut avoir aucun acquis, parce qu’il est dans le secret d’un unitarisme inviolable. Il s’est refusé tout dualisme : il n’est ni mâle, ni femelle ». D’après certains théologiens, l’Afrique peut donner à l’Occident une expérience plus pénétrante de Dieu et du sacré.

Le sacré n´est accessible qu´à certaines personnes, des intermédiaires, qui se chargent de faire le lien avec les êtres humains. Les ancêtres du village, de la famille sont des intermédiaires privilégiés. Dans la cosmogonie africaine, les vivants et les morts ont leur place en ce monde, et les ancêtres font encore partie de la communauté, au moins tant que ces ancêtres restent dans la mémoire de la famille pour correspondre avec ces morts. L’animisme attribue certains pouvoirs à des initiés, marabouts, griots, sorciers, etc, qui peuvent intercéder en leur faveur auprès des Esprits. Mais chaque individu peut créer des liens avec l’invisible et les Esprits par l’intermédiaire d’objets, de statuts, de fétiches, communément appelé gris-gris. L’Esprit n’est pas nécessairement une divinité, mais quelque fois un concept comme celui de la fécondité.

L’animisme est omniprésent dans les sociétés africaines, même celles qui ont adopté des courants religieux traditionnels. Il est le gage de notre humilité face à la nature et à tous les êtres vivants qui partagent notre cosmos. Il est l’essence de nos cultures et l’expression de notre respect pour le Sacré et le Divin.

Grioo.com
 

Source:  | Hits: 16556 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Jean Jacques Elangué: Entretiens avec Jean Jacques ESSOMBE, Cameroon-Info.Net
( | 14.02.2007 | 15055 hits  | 0 R)

  Youpwe: La qualité du poisson camerounais remise en cause
( | 14.02.2007 | 12014 hits  | 0 R)

  Black History Month 2007 (BHM)
( | 12.02.2007 | 16539 hits  | 0 R)

  Manu Nominé aux Victoires de la Musique 2007
( | 11.02.2007 | 13308 hits  | 0 R)

  NKOTTI François et son FOMARIC. Un des héritiers des pionniers du Makossa que sont Nellé Eyoum, Manfred Ebanda et Guillaume Mouellé
( | 10.02.2007 | 21170 hits  | 4 R)

  Decouvrez EBONYL, une BD faite par un groupe de jeunes Sawa
( | 10.02.2007 | 15199 hits  | 0 R)

  Drums Dikoume - na mea nde longue: Meilleur Makossa groove 2006
( | 10.02.2007 | 14257 hits  | 0 R)

  Christian Essawe Eyobo: Les Camerounais ont 230 milliards Fcfa à gagner
( | 08.02.2007 | 13511 hits  | 0 R)

  Douala : Un carnaval pour les Bonapriso
( | 06.02.2007 | 17242 hits  | 0 R)

  CHEIKH ANTA DIOP, OU L´HONNEUR DE PENSER par Jean-Marc ELA
( | 06.02.2007 | 15816 hits  | 0 R)

  La force publique - Mercenariat Noir pendant les Razzias Nègrières
( | 02.02.2007 | 14339 hits  | 0 R)

  Février 2007 : Le "Moi(s) contre la Françafrique"
( | 02.02.2007 | 10641 hits  | 0 R)

  LES LANGUES AFRICAINES ET LE NÉO-COLONIALISME EN AFRIQUE FRANCOPHONE Mongo BETI
( | 31.01.2007 | 21546 hits  | 1 R)

  POUR EN FINIR AVEC NOS ETHNIES (Hougan Akounaatona)
( | 28.01.2007 | 19245 hits  | 0 R)

  Réponse à l’article POUR EN FINIR AVEC NOS ETHNIES, du kamite Hougan Akounaatona
( | 27.01.2007 | 20901 hits  | 0 R)

  Yaphet Frederick Kotto
( | 26.01.2007 | 42297 hits  | 1 R)

  Jean Bikoko "Aladin"
( | 26.01.2007 | 18596 hits  | 0 R)

  Culture : Les "Nkamois" ont leur festival
( | 25.01.2007 | 18894 hits  | 1 R)

  Black Code: Promulgated by Louis XIV in 1685, the Black Code ruled the black men slavery
( | 25.01.2007 | 16690 hits  | 0 R)

  Le Code noir (1685)
( | 25.01.2007 | 15994 hits  | 0 R)

  Bwapé, un îlot de Manoka, abandonné par l´administration
( | 25.01.2007 | 10259 hits  | 0 R)

  Carrières: Lejeune Mbella Mbella, Michèle Ebonguè, .....
( | 24.01.2007 | 27195 hits  | 0 R)

  LIMBE: NAUFRAGE, Près de 60 (soixante) disparus
( | 24.01.2007 | 11051 hits  | 0 R)

  Music of Cameroon
( | 17.01.2007 | 25797 hits  | 0 R)

  La danse camerounaise d’hier à aujourd’hui, par Tony Mefe
( | 17.01.2007 | 18857 hits  | 0 R)

  Ciné Club Afrique : Le Silence de la forêt de Didier Ouenangaré et Bassek Ba Kobhio
( | 17.01.2007 | 17884 hits  | 0 R)

  Jean Dikoto Mandengué : auteur compositeur et bassiste Camerounais.
( | 17.01.2007 | 15230 hits  | 0 R)

  Joseph Nzo Ekangaki
( | 10.01.2007 | 21778 hits  | 0 R)

  L`Histoire de Baba Simon: de son vrai nom Simon Mpecké,
( | 10.01.2007 | 17460 hits  | 0 R)

  MUSIQUE: PELE-MELE - Des désaccords et plagiats
( | 09.01.2007 | 19688 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com chante !
( | 04.01.2007 | 26193 hits  | 3 R)

  LA SAWANITE A L´AUBE DE 2007 - UNE ANNEE DE GRACE
( | 04.01.2007 | 19744 hits  | 1 R)

  Manu Dibango compose la musique de Kirikou
( | 03.01.2007 | 19955 hits  | 0 R)

  MUSIQUE CAMEROUNAISE - Une chronologie de Suzanne Kala-Lobè
( | 03.01.2007 | 16550 hits  | 0 R)

  Sawanité , Grand Sawa, Pacte des Générations : Une année fructueuse, un espoir pour demain
( | 29.12.2006 | 13724 hits  | 0 R)

  SAWANITE, un an déjà ! un concept, une aventure, un succès
( | 29.12.2006 | 18990 hits  | 2 R)

  KALENDA 2007
( | 29.12.2006 | 12112 hits  | 0 R)

  Film: Assassinat de Felix Moumié
( | 27.12.2006 | 18236 hits  | 0 R)

  Florence Titty-Dimbeng : Faire rayonner la musique africaine
( | 27.12.2006 | 18126 hits  | 0 R)

  Spectacle : Georges Seba éblouit la Guadeloupe
( | 27.12.2006 | 15225 hits  | 0 R)

  M.E.Y. Souvenons-nous !
( | 21.12.2006 | 15354 hits  | 0 R)

  Daniel EYANGO NDOUMBE est décédé à l`âge de 92 ans
( | 20.12.2006 | 28523 hits  | 1 R)

  Videos Ngondo 2006 et Blackexploitation
( | 19.12.2006 | 14919 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 : les vainqueurs fêtés chez le Mincom
( | 18.12.2006 | 11985 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Results
( | 18.12.2006 | 11866 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 : Un appel à l’unité des chefs sawa
( | 18.12.2006 | 11497 hits  | 0 R)

  Dans les secrets du Mpo’o
( | 13.12.2006 | 25708 hits  | 1 R)

  Une nouvelle et irrésistible victoire de la pirogue de course
( | 09.12.2006 | 14698 hits  | 0 R)

  LE NGONDO : UN HERITAGE CULTUREL ET TRADITIONNEL
( | 07.12.2006 | 16250 hits  | 0 R)

  Le trésor que l’Allemagne doit au Cameroun
( | 07.12.2006 | 13857 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks