Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
16.07.2004

Léopold Moume-Etia, 1913-2004 :Une page de l’histoire du Cameroun est tournée 

Pionnier du syndicalisme, témoin et acteur de la formation du Cameroun et garant de la tradition sawa, son décès marque.

Initialement annoncées par voie de radio pour le 12 novembre 2004, c’est probablement les 25, 26 et 27 novembre qu’auront lieu les obsèques de Léopold Epéé Moumé –Etia, selon Sa Majesté Essaka Ekwalla Essaka, cousin du défunt, chef de Déïdo (village natal de Léopold Epée Moumé-Etia) et actuel président du Ngondo. C’est à l’assemblée traditionnelle sawa que revient l’organisation des obsèques de ce factotum : patriarche, écrivain, nationaliste, historien. A moins que ces obsèques ne se tiennent plutôt le 11 décembre, comme le suggère le fils du défunt, Richard Ekwalla Moume-Etia. Décidément rien ne sera facile pour le vieux Léopold Epée Moumé-Etia. Après une vie fort tumultueuse et peu ordinaire, le grand homme, peut-être justement pour sa dimension, connaîtra également des obsèques hors du commun.
C’est le 1er novembre 2004 que Léopold Epée Moumé-Etia décède à Douala, d’un “ arrêt cardiaque ”, selon le certificat de décès délivré par une clinique de la place. “ Il a beaucoup travaillé. A 91 ans, il était bien fatigué, déjà miné par une maladie vieille d’une vingtaine d’années, et son cœur l’a trahi ”, explique son fils, Richard Ekwalla. Inconsolable depuis le décès de son père, comme son frère aîné Henri et ses sœurs Monique et Eliane. De ce père, ils gardent aujourd’hui l’image d’un homme à la vie bien remplie, et dont la mémoire doit être entretenue.

Dans la négritude
Léopold Epée Moumé-Etia est né le 22 décembre 1913, à Douala. Dans une famille bourgeoise, à l’époque. Son père, Isaac Moumé-Etia, en qualité de “ premier interprète de ce pays (en fait traducteur entre le colonisateur et les populations, ndlr)” selon le chef Essaka Ekwalla, est un haut fonctionnaire de l’administration coloniale. Une situation qui présente bien des avantages dont le moins négligeable est la facilité de contact avec les ressortissants d’outre Méditer-ranée. Une situation qui lui permet aussi d’avoir une grande ouverture d’esprit, par rapport à ses compatriotes, et d’entrevoir un grand avenir pour ses enfants. Le jeune Léopold fait donc ses études primaires à l’école régionale de Bonamouti (Akwa). Bien chaussé et perché sur son vélo, il n’avait pourtant pas une attitude condescendante vis-à-vis de ses camarades de classe modeste qui, eux, se déplaçaient à pieds, sans chaussures.
A une époque où “ chacun se faisait un point d’honneur à faire étudier les lettres classiques à ses enfants, Isaac Moumé-Etia a inscrit son fils dans une branche mécanique ”, se souvient Essaka Ekwalla. C’est ainsi qu’après son cycle primaire, le jeune Léopold est envoyé en France pour y continuer ses études. Il sera accueilli par un couple franco-antillais que son père avait connu à Douala. “ Le privilège qu’avait mon grand-père d’avoir connu des personnalités coloniales au Cameroun a permis à son fils d’être accueilli en France comme le fils d’un prince en visite chez des princes ”.
Même si aucune documentation ne permet de reconstituer exactement le parcours estudiantin de Léopold Moumé-Etia en France, il en revient nanti d’un Cap (Certificat d’aptitude professionnelle) d’ajusteur mécanique. En même temps, il intègre les revendications syndicalistes en France. Il y rencontre Félix Houphouët-Boigny, Sékou Touré, Modibo Keita et Pierre Mendès France. Il discute de négritude et de la valeur réelle des Noirs avec Frantz Fanon, Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire et Gaston Deferre. Avec eux, il échafaude des rêves de libération du Noir du joug occidental, afin de détruire l’image négative du Nègre telle que véhiculée par le colonisateur, pour le restituer dans sa juste mesure. C’est à partir de telles discussions, entre Noirs d’horizons divers, qui se rencontrent en France, et des sympathisants occidentaux de la cause nègre, que naît la négritude.

La lutte contre
l’asservissement
A 27 ans, fraîchement diplômé et après une vie somme toute aisée en France, Léopold revient au pays natal. Il y est confronté à la dure réalité du colonialisme. Il ne peut aller et venir à sa guise dans son pays. Les Noirs sont soumis à un régime spécial. Même pour acheter du pain, ils doivent présenter une autorisation et attendre d’être servis après les Occidentaux. Dans la fonction publique, tous les cadres sont Blancs et le Camerounais, quelle que soit sa valeur au travail, ne peut accéder à un poste de responsabilités. Autant de discriminations qui révoltent Léopold Moumé-Etia. Commence alors pour lui la véritable lutte pour l’émancipation du Noir. Il réveille la conscience de ses compatriotes, les cheminots en premier, puisque c’est au sein de la société qui l’emploie, la Régifercam (Régie des chemins de fer du Cameroun) qu’il commence les revendications syndicales. Il y mène la première grève des employés en 1947. Parallèlement, aux côtés de Um Nyobè , Assalé, Moumié, il crée l’Upc (Union des populations du Cameroun). C’est son entrée en politique.
Mais on ne fait pas d’omelette sans casser les œufs. Plusieurs fois, Léopold Epée Moumé-Etia est arrêté et torturé. Il vit dans la clandestinité et est contraint à l’exil à Pointe-Noire. Nous sommes dans les années 1950. De revendications en grèves, les choses commencent à s’améliorer. Avec la loi-cadre, en 1956, on assiste à la naissance de l’Arcam ( Assemblée représentative du Cameroun). Léopold Epée Moumé-Etia en est l’un des députés. Puis viennent les indépendances. Sous Ahmadou Ahidjo, Léopold Epée Moumé-Etia est conseiller municipal, adjoint au maire de Douala, Rudolph Tokoto Essomè. L’accession d’Ahmadou Ahidjo au pouvoir sonne le glas du maquis, et de l’Upc. Les seuls partis politiques ayant droit de cité sont l’Uc (Union camerounaise) d’Ahmadou Ahidjo, le Cnpc (Cameroun national people congress) du docteur Endeley et le Kndp (Kamerun national democratic party) de John Ngu Foncha. Avec la réunification, les trois partis vont fusionner pour donner naissance à l’Unc (Union nationale camerounaise). Privé de l’Upc, Léopold Epée Moumé-Etia fait sienne la sagesse qui veut que faute de merles on se contente de grives. Il intègre donc l’Unc. D’abord président du comité de base de Château d’eau Deido, il accédera au poste de troisième vice-président départemental du Wouri, sous Tanko Hassan. Plus tard, il rejoint les rangs du Rdpc, qu’il quitte ensuite pour l’Undp. Après l’éclatement de ce parti, il suit Samuel Eboua au Mdp.

Historien d’hier et d’aujourd’hui
Passionné d’écriture, Isaac Moume-Etia se lance dans l’écriture d’une partie de l’histoire du peuple sawa. Son fils, Léopold, attrapera le même virus. Très vite, le cheminot devient un historien quasi incontournable dans la recherche de l’histoire des Sawa.
En même temps, Léopold Epée Moumé-Etia mène des activités traditionalistes. Dans sa quête identitaire et sa mission de revalorisation du Noir, il se plonge dans la tradition de son village (Bonatéki, Deido), du grand Sawa et du Cameroun. Il entre dans le Ngondo…
Il essaye de retracer historiquement la genèse des Sawa et écrit Aperçu sur l’Antiquité des Douala (1940). Il accentue surtout ses recherches sur l’origine des Bonebela (Deido) et Histoire de Bona Ebelè Deido paraît en 1986. Très en verve pour ce qui est de l’écrit, il rédige des essais philosophiques, politiques et même littéraires. En tout temps, il se pose en observateur de la société (il critique les mœurs dépravées des Camerounais et l’absence de repères dans Faux pas), témoin de l’histoire (Cameroun les années ardentes, aux origines de la vie syndicale et politique paraît chez JALivres en 1991) et défenseur de la tradition (il écrit un ouvrage qui explique comment décoder le langage des tambours et des tam-tams).
Son amour pour la tradition l’amène à animer un groupe de essèwè (danse traditionnelle sawa) à son domicile. “ Dans ses derniers jours, papa voulait restituer les données traditionnelles par rapport à la civilisation européenne ”. Il n’aura pas eu le temps de poursuivre sa mission jusque là où il se l’était fixée, mais a-t-on toujours le temps dans la vie? Malgré le poids de l’âge, l’homme avait toujours gardé un œil sur l’évolution politique du pays. “ Un jour, il m’a dit ceci : “ j’ai écrit Fleurs de corail et Rose porcelaine pour vanter les idées constructives de Paul Biya ”. Mais il a été déçu, car il constatait que l’application de ces idées était contraire au poids des mots, à leur éthique ”, se souvient Richard Ekwalla. D’après lui, son père n’imputait pas la responsabilité de cet état de choses au président de la République, mais “ à ceux qui doivent appliquer les grandes lignes de sa politique et qui n’ont aucune espèce d’amour de la patrie, qui pillent pour le plaisir de piller et de se faire un nom dans leurs villages ”. De son père, il garde cette grande leçon : “ la plus grande richesse d’un homme, c’est la continuité ”. Mais l’homme propose, et Dieu dispose.

Des obsèques
traditionnelles
Une continuité qu’il essayait de perpétuer au sein du Ngondo dont il est le président de la cellule des Beyoum ba bato (les patriarches). “ C’est par son âge et surtout sa sagesse que Léopold Epée Moumé-Etia est entré au sein des Beyoum ba bato ”, confie l’actuel président du Ngondo. Un Eyoum’a moto (le patriarche ), c’est “ la souche de l’arbre. Par essence, il est la force, le sous-bassement, la quintessence de la culture du peuple, le Sage ”. C’est donc en cette qualité que le Ngondo se charge d’organiser les obsèques de l’un de ses ténors. Un homme que le président du Ngondo estime irremplaçable, parce “ des Léopold Epée Moumé-Etia, il n’y en a plus ”. C’est pourquoi le Ngondo, conformément au vœu du défunt, veut lui faire des obsèques grandioses. Avec une “ veillée spéciale prévue le 25 novembre ”, en plein pendant les cérémonies de lancement du Ngondo. C’est que les obsèques de Léopold Epée Moumé-Etia seront une partie des festivités du Ngondo cette année. “ Parce que chez nous, quand un homme meurt à un certain âge, on ne le pleure plus, on danse ”. Mais “ il y a encore la possibilité de renvoyer ces obsèques au 11 décembre ”, avance son fils, Richard.
Une chose est certaine, il sera enterré bien après son frère cadet, décédé 6 jours avant lui, et après son cousin également décédé une semaine après Léopold Epée Moume-Etia. Il rejoindra ainsi dans l’au-delà sa première épouse, Aurore Manga Seppo, mère de ses enfants, intendante des universités, chevalier de l’ordre de la valeur, décédée en 1999. En plus de ses quatre enfants et sept petits-fils, il laisse une veuve épousée il y a moins d’un an. C’est donc pratiquement en homme heureux que Léopold Epée Moumé-Etia rejoint le royaume de ses ancêtres. Lui qui s’est payé le chic de mourir en étant le plus vieux de sa famille (91 ans) : son père est décédé à 52 ans, sa mère à près de 90 ans et son jeune frère à 85 ans.



Par Danielle Nomba
 

Source: Le messager | Hits: 19547 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Peuple Sawa, Tous à L´unisson. Sawa Ancestors Predict Blessings For 2008
( | 03.12.2007 | 14598 hits  | 0 R)

  Les Elog Mpo’o (Mpoo) se ressourcent à Edéa
( | 01.12.2007 | 18618 hits  | 0 R)

  Exclusif ! Entretien avec le Pr. NJOH MOUELLE
( | 30.11.2007 | 19198 hits  | 0 R)

  MANGA BEKOMBO Priso: Conflits d´autorité au sein de la société familiale chez les Dwala du Sud-Cameroun
( | 27.11.2007 | 18829 hits  | 0 R)

  Remember Manga Bekombo Priso (1932-2004)
( | 26.11.2007 | 16966 hits  | 0 R)

  Cet enfant de NEW-BELL NKONGMONDO: MBOM EPHREM, ancien Lions Indomptables
( | 23.11.2007 | 23051 hits  | 0 R)

  Hommage : Elle s’appelait Else Ekindi
( | 21.11.2007 | 25085 hits  | 0 R)

  "Du racisme français, Quatre siècles de négrophobie" par ODILE TOBNER
( | 21.11.2007 | 16835 hits  | 1 R)

  Et si Nkongsamba vous était contée
( | 20.11.2007 | 28593 hits  | 0 R)

  Alucam - les manifestations du cinquantenaire lancées à Edéa
( | 20.11.2007 | 18844 hits  | 0 R)

  Nkongmondo - Le miroir de la misère ambiante
( | 20.11.2007 | 16517 hits  | 0 R)

  Le Ngondo s´ouvre au Grand Sawa
( | 20.11.2007 | 14481 hits  | 0 R)

  Richard Bona parle
( | 20.11.2007 | 11937 hits  | 0 R)

  Sawanité: le pari de l’alliance
( | 12.11.2007 | 12339 hits  | 0 R)

  Bakassi Enquête: Affairisme, trafic d’armes, convoitisme du Nigeria... la tuerie
( | 11.11.2007 | 16722 hits  | 0 R)

  Fritz Dikosso-Seme : Interview "Le Ngondo en plein Sahel"
( | 11.11.2007 | 13088 hits  | 0 R)

  Entretien avec Marcien Towa
( | 11.11.2007 | 12611 hits  | 0 R)

  Bakassi: Sanglante attaque des Nigerians; 21 militaires camerounais tués et 6 blessés
( | 10.11.2007 | 17121 hits  | 0 R)

  Festival : Douala accueille le SUD (Salon Urbain de Douala)
( | 09.11.2007 | 16589 hits  | 0 R)

  Manu rend Hommage aux Tirailleurs Sénégalais
( | 09.11.2007 | 12805 hits  | 0 R)

  BlackExploitation videos & movies
( | 05.11.2007 | 15061 hits  | 0 R)

  Fête du NGUMA MABI 2007
( | 05.11.2007 | 14347 hits  | 0 R)

  Le Ngondo 2007 - les Sawa se préparent
( | 31.10.2007 | 14505 hits  | 0 R)

  Athlétisme : Françoise Mbango rompt le silence
( | 31.10.2007 | 12314 hits  | 0 R)

  EMOTION - Comment capitaliser nos ressources à cette veille du NGONDO
( | 30.10.2007 | 9717 hits  | 0 R)

  Clubs mythiques SAWA: « CAIMAN AKWA CLUB DE DOUALA »
( | 25.10.2007 | 40802 hits  | 0 R)

  Le Peuple Sawa salue la montée de Caïman en D1
( | 25.10.2007 | 11511 hits  | 0 R)

  FAKO Mountain Race of Hope 2008
( | 23.10.2007 | 15856 hits  | 0 R)

  LIMBE - Fishermen Accuse Chinese Trawlers Of Destructive Fishing By Francis Tim Mbom
( | 23.10.2007 | 10524 hits  | 0 R)

  Ebénezer Njoh Mouellé, le philosophe et la vie quotidienne
( | 19.10.2007 | 25666 hits  | 0 R)

  Ekambi Brillant et Valère Epée “ ressuscitent ” la culture camerounaise
( | 19.10.2007 | 14433 hits  | 0 R)

  TOKOTO ASHANTY, L’homme de chèvre, revient
( | 14.10.2007 | 14451 hits  | 0 R)

  EBOA LOTIN: UN POETE BANTOU
( | 08.10.2007 | 16096 hits  | 0 R)

  Quelques mélomanes parlent de ce qu’ils gardent de Samuel Eboa Lotin
( | 08.10.2007 | 16063 hits  | 0 R)

  Discours de Ruben Um Nyobe a l´ONU le 17/12/1952 et Hommage d´Achille Mbembe
( | 20.09.2007 | 20068 hits  | 0 R)

  Ruben Um Nyobe : modèle d’homme de culture
( | 13.09.2007 | 18171 hits  | 0 R)

  Steve Bantu Biko: Your memories - 12 September 1977.
( | 12.09.2007 | 18850 hits  | 0 R)

  Le Prince Alexandre
( | 09.09.2007 | 17139 hits  | 0 R)

  Les Ibos de la diaspora appellent à "l’union de tous"
( | 06.09.2007 | 15302 hits  | 0 R)

  France-Afrique: the idiocies that divide us
( | 01.09.2007 | 15138 hits  | 0 R)

  Une Television Africaine (LCA1 TV) en ligne
( | 29.08.2007 | 11240 hits  | 0 R)

  Henri Bandolo : Hommage manqué à un virtuose de la plume
( | 27.08.2007 | 22092 hits  | 0 R)

  Les descendants des Pharaons à travers l´Afrique (Extrait page.62-63)
( | 26.08.2007 | 24600 hits  | 0 R)

  Prince Bétotè DIKA AKWA nya BONAMBELA
( | 21.08.2007 | 26103 hits  | 0 R)

  FELA - a Commommeration
( | 17.08.2007 | 24025 hits  | 0 R)

  Fela Anikulapo kuti… for ever !
( | 17.08.2007 | 14800 hits  | 0 R)

  A Great Loss: The Passing of Dr. Asa Grant Hilliard III (Amankwatia Baffour II) (1933-2007)
( | 16.08.2007 | 21194 hits  | 1 R)

  l’héritage de Rudolph Douala Manga Bell
( | 16.08.2007 | 15587 hits  | 0 R)

  Valère Epée : Duala Manga Bell, un exemple de patriotisme
( | 12.08.2007 | 16139 hits  | 0 R)

  Photos Souvenir des funerailles de Duala Manga Bell
( | 11.08.2007 | 24515 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks