Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
24.06.2009

Préserver l’intégrité territoriale des Malimba. 

Ndoumbe Marcellin a de la chance. L’oppression a changé de méthode. Au temps des allemands, comme son homonyme le roi des Bell, il aurait été pendu haut et court, pour lui apprendre à vouloir dénoncer la spoliation des terres Malimba. Les colons ne sont plus là et les méthodes liberticides ont changé. Selon le mot assassin du poète René Philombe, « les blancs partis, les nègres dansent sur les nègres ».Aujourd’hui on ne pend plus.

Les préfets et sous préfets qui font régner la loi du plus offrant sur les terres autochtones emprisonnent, exilent, affament, appauvrissent, spolient les terres et déportent les récalcitrants loin de leur "territoire de commandement".

C’est ce qui risque d’arriver aux malimba, qui selon l’arbre généalogique Sawa, sont les descendants de Ilimbe, fils ainé de l’ancêtre Mbedi, père entre autres de Ewalè (Duala), qui en provenance de Bakota au Congo, échoua avec ses rejetons sur les cotes du territoire qui deviendra le Cameroun.

Pour préserver l’intégrité territoriale des Malimba, Ndoumbè Marcellin connaitra t-il le sort de son célèbre collègue et homonyme ? Le 26 avril 2003, à la suite des consultations organisées par le préfet de la Sanaga Maritime, cet ingénieur en service à la Maetur est élu par sept voix contre quatre, chef traditionnel de 2è degré du canton Malimba-Mouanko dans la Sanaga-Maritime. C’était sans compter avec ses adversaires dont l’ambition déclarée est de faire main basse sur les riches terres du territoire Malimba. Les résultats des consultations sont suspendus par le préfet, au grand dam des populations et des notables du canton.

Six ans et quelques préfets plus tard, l’administration frappe le 8 mai 2009, en faisant designer manu militari, le candidat malheureux des consultations de 2003. La cérémonie d’intronisation s’est déroulée sous forte escorte militaire. Les gendarmes sont “ lâchés ” sur les notables qui s’étaient levés pour empêcher le déroulement de ce qu’ils appelaient “ mascarade ”. Au milieu d’un fleuve de contestations et d’accusations et dans la mêlée, Ndoumbè Marcellin, le chef légitime est bousculé et se retire avec tout le village “ pour éviter une effusion de sang ”.

Les populations Malimba réagissent en introduisant un recours gracieux auprès de l’administration, surtout parce que soulignent elles, « nous avons choisi notre chef supérieur le 15 février 2003 dans une tenue de palabres traditionnelles. Nous avons pratiqué des rites traditionnels d’initiation sur notre chef Ndoumbe Marcelin le 28 février 2009 ».

Mais quel est l’enjeu de ces luttes d’intérêts ? Selon le chef Ndoumbe Marcelin, le territoire Malimba est entièrement compris dans la réserve de faune de Douala-Edéa crée en 1932, qui couvre une superficie de 160 000 hectares. Préalablement à cette réserve, le peuple malimba avait été spolié par le gouvernement impérial allemand (déjà !) qui avait pris un terrain de 640 ha à Souellaba. En exécution du traité de Versailles du 28 juin 1919 ce terrain a été réservé aux gouvernements successifs et a fait l’objet du titre foncier n° 127 ».

La zone objet de tant de convoitise compte quarante kilomètres de plage de sable fin à l´état naturel et parmi les meilleures du Cameroun, qui ne demande qu´à être exploité. Surtout que sur le plan touristique, la destination Kribi est saturée avant même que d’avoir commencée. A Yoyo II, la pêche y est intensive, mais se pratique de manière artisanale et semi-industrielle. Elle permet d´alimenter en produits de mer les grands centres urbains ( Douala, Edéa, Yaoundé ). La palourde « EHONA » une huître au goût très apprécié, est une spécialité des MALIMBA. Elle en constitue l´emblème. Source de richesse peu exploitée, son coquillage qui constitue 90 % de son poids contient une teneur en calcium de 85 à 90 % et peut être utilisé dans la provenderie et la verrerie.

Les 28 et 29 novembre 2006, à Douala, un séminaire atelier de lancement du processus de reclassement de la réserve de faune de Douala-Edéa en parc national est organisé. Un an plus tard, lors de la sensibilisation et de la préparation des communautés sur le processus de reclassement à Yoyo II, la communauté malimba avait clairement exprimé le besoin que lui soit délimité un espace vital comprenant une bande de 10 km du fleuve Sanaga vers les terres ou de l’océan atlantique vers les terres dans la limite de son territoire, compte tenu de son mode de vie

« Depuis lors alors qu’aucun malimba n’a un titre foncier sur le terrain qu’il occupe dans son village, on assiste plutôt à une braderie de terrain des malimba au moment ou ceux-ci attendent que l’Etat du Cameroun leur restitue leurs terres. On risque d’assister à une situation révoltante ou les premiers et les seuls titres fonciers existants dans le canton malimba appartiennent à des non natifs, ce qui entrainera inéluctablement l’éviction des malimba de leurs terres ».

Pour l’heure, c’est le statu quo. Administration et populations se regardent en chien de faïence. Sur la cote atlantique de la Sanaga maritime, territoire légitime des Malimba, la mer bouillonne de mille frustrations. Marcelin Ndoumbe a du mal à contenir ses populations qui depuis près de deux siècles, ont vu leur territoire parcellisé à plusieurs reprises. Aujourd’hui, les malimba n’ont même pas une portion congrue de ce qui faisait leur fierté et leur chef est écarté de la gestion traditionnelle pour des raisons inavouées. Affaire à suivre…

© Camer.be : Édouard Kingue
 

Source:  | Hits: 19039 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  " Bolo O Munja "
( | 10.11.2005 | 15109 hits  | 0 R)

  Léopold Moum’Etia: Un cheminot passionné d’histoire
( | 09.11.2005 | 16845 hits  | 0 R)

  Miss Ngondo 2005 Opened To Southwest
( | 25.10.2005 | 17824 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE
( | 25.10.2005 | 15408 hits  | 0 R)

  Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur
( | 24.10.2005 | 13646 hits  | 0 R)

  DOUALA est promise à un bel avenir
( | 24.10.2005 | 13482 hits  | 0 R)

  Le NGUM : le combat
( | 24.10.2005 | 12673 hits  | 0 R)

  Le NGUM: Les techniques de combat
( | 24.10.2005 | 12588 hits  | 0 R)

  Apprendre le Duala
( | 23.10.2005 | 80858 hits  | 3 R)

  Bakossi Cultural and Development Association in the USA
( | 23.10.2005 | 24406 hits  | 2 R)

  Vive émotion dans la rue Dikoumè Bell, à Bali.
( | 23.10.2005 | 18911 hits  | 2 R)

  Le Mont Cameroun Bar: L´autre écurie des créateurs du Makossa
( | 23.10.2005 | 15566 hits  | 0 R)

  DAVUM Bar: Le berceau des Black Styl’s
( | 23.10.2005 | 21921 hits  | 1 R)

  MAKOSSA - LA RENAISSANCE
( | 22.10.2005 | 23195 hits  | 1 R)

  LE PHARAON INATTENDU.... par Thierry Mouelle II
( | 22.10.2005 | 12044 hits  | 0 R)

  EPASSA MOTO: Opéra classique camerounais
( | 22.10.2005 | 11992 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 17683 hits  | 0 R)

  Les funérailles de Julia; par Blaise N´Djehoya
( | 19.10.2005 | 16434 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Restaurer les droits de la veuve. par Pr. Stanislas Melone
( | 17.10.2005 | 17188 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Rites de Veuvage chez les Duala
( | 16.10.2005 | 20918 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com rend hommage à EBOA LOTIN
( | 04.10.2005 | 23787 hits  | 4 R)

  Identité : Rudolf Douala Manga Bell
( | 29.09.2005 | 17367 hits  | 0 R)

  Au temps où Sawa rimait avec Bolo
( | 28.09.2005 | 13503 hits  | 0 R)

  Instrument musical d´accompagnement: Le Muken
( | 24.09.2005 | 14768 hits  | 0 R)

  Quand les Chinois dansent l´Assiko!
( | 24.09.2005 | 11597 hits  | 0 R)

  Que signifie l´expression AMBASS BEY?
( | 17.09.2005 | 23488 hits  | 2 R)

  Paul SOPPO PRISO et l´Histoire des Hommes d’Affaires Camerounais
( | 16.09.2005 | 40269 hits  | 0 R)

  Croyance, Réligiosité, Société Sécrète : Le Njée ou Gué
( | 14.09.2005 | 13580 hits  | 0 R)

  ... du " JENGU " au " NGONDO "...
( | 12.09.2005 | 23875 hits  | 4 R)

  Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa
( | 03.09.2005 | 16274 hits  | 0 R)

  Plus SAWA qu´un BATANGA, il y a pas
( | 28.08.2005 | 16247 hits  | 0 R)

  Henriette Noëlle Ekwé : Nyangon, le militantisme à fleur de peau
( | 28.08.2005 | 14693 hits  | 0 R)

  " Evolution Culturelle, Dynamiques identitaires et Traditions ...." par Denise EPOTE DURAND
( | 26.08.2005 | 19619 hits  | 3 R)

  Djebale : L’île éternellement rebelle
( | 25.08.2005 | 17615 hits  | 3 R)

  Les Black Styl’s
( | 04.08.2005 | 14871 hits  | 0 R)

  L´IDENTITE CULTURELLE EN QUESTION
( | 01.08.2005 | 14759 hits  | 0 R)

  UN ESCLAVE LIBERATEUR
( | 01.08.2005 | 12166 hits  | 0 R)

  RESUME & INTRODUCTION
( | 31.07.2005 | 12597 hits  | 0 R)

  LA CHEFFERIE DE DEIDO
( | 30.07.2005 | 15279 hits  | 0 R)

  Le procès du Roi Rudolph Douala Manga Bell Martyr de la Liberté - Joel KONDO
( | 30.07.2005 | 15233 hits  | 0 R)

  Le Cameroun aujourd´hui - Anne Debel
( | 30.07.2005 | 13517 hits  | 0 R)

  Retour à Douala - Marie-Félicité Ebokéa
( | 30.07.2005 | 13113 hits  | 0 R)

  L´ORIGINE DES DEIDO d´après IDUBWAN BELE BELE (2)(I.B.B).
( | 30.07.2005 | 13058 hits  | 0 R)

  CHOC DES CULTURES
( | 30.07.2005 | 12631 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BONA LEMBE A DEIDO
( | 30.07.2005 | 12535 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BAFOUM et LA GUERRE DE MBONJO
( | 30.07.2005 | 12410 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE MADUBWALE
( | 30.07.2005 | 11556 hits  | 0 R)

  Francis Bebey: Un génie intégral et immortel
( | 26.07.2005 | 19012 hits  | 3 R)

  Miss Ngondo 2000 en vidéo !
( | 24.07.2005 | 18568 hits  | 5 R)

  Réaction sur l´article "Douala, ville d´Alfred Saker"
( | 20.07.2005 | 16788 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks