Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
30.08.2006

Les racines africaines de la musique noire d’aujourd’hui. 


par Jean-Philippe OMOTUNDE © africamaat.com

La musique et la danse sont aujourd’hui les principales passions des jeunes à travers le monde. Depuis le contact avec l’occident, les musiques inventées par les Noirs sont nombreuses : Gospel, Rock’nRoll, R’n’B, Rap, Reaggae, Salsa, Gwo ka, Biguine, New Jack, Reagga, Bossa nova, Zouk, Compa, Jazz, Soul, etc. Toutes, elles puisent leurs racines communes en Afrique noire où le rythme revêtait une signification précise que nous avons depuis quelque peu oubliée.


Les peuples d’ascendance africaine ont toujours eut une très haute perception de la musique et du chant et cela depuis l’époque pharaonique. Chansons populaires ou sacrées, les paroles misent en musique revêtaient des genres différents selon leur finalité sociale et culturelle : Chants liturgiques (pour les cérémonies religieuses), chants pour le travail (semailles, récoltes, construction d’une infrastructure...), chansons familiales (mariage, naissance, berceuse...), chansons populaires (fêtes, contes, deuil...), chansons militaires (chant de guerre, chant de chasse...), etc. [2]


Les Africains de la période pharaonique (Egyptiens) célébraient chaque année une multitude de fêtes, religieuses ou non, qui leur permettaient d’organiser des concerts, des cérémonies théâtrales et autres réjouissances populaires. En égyptien ancien, le terme désignant ces fêtes populaires est "hb" (Wb.III.57.5). Le terme "hm" s’appliquait en particulier aux cérémonies liturgiques. On retrouve cette distinction en langue Zoulou par exemple, avec les termes "gubho" pour "fête populaire" et "goma" pour "fête religieuse". [3]

Mais intéressons-nous quelque peu au savoir des Dogons pour mieux saisir les racines africaines de la musique noire. Selon ces derniers, la parole est à l’origine créatrice de toutes les formes de vie. "Du Verbe de Dieu est issu l’atome de l’univers d’où sont sortis tous les êtres".


G. Calame-Griaule et B. Calame,résument ainsi la philosophie des Dogons. Ils sont à l’initiative d’une vaste étude menée à partir des résultats des recherches faites sur le terrain par M. Griaule et G. Dieterlen (1950). "La première de toutes les paroles prononcée par Nommo (la Divinité) exprimait l’idée même de "parole". Cette première parole", disent les Dogons, "se manifesta sous la forme d’un battement régulier qui fut le premier rythme, les Dogons l’appellent "la mère des paroles".


Cette "mère des paroles" d’essence divine est aussi l’origine de la parole humaine et des rythmes musicaux "qui allèrent en se compliquant mais toujours en correspondance avec les paroles", ajoutent-ils. La suite de l’analyse nous fournit les raisons de l’existence aux Antilles de phrases en kréyol du type : I ka fè klarinet’ la palé fwansé ! (il fait la clarinette parler français). Pourquoi vouloir associer le son d’un instrument à l’idée d’une parole prononcée ? D’où vient cette idée ?


Chez les Dogons, "tout rythme musical produit par un tambour ou tout autre instrument peut être traduit en formules types qui représentent la parole de cet instrument, elle-même interprète de la voix du moniteur ou des ancêtres réglant la marche du monde". Ainsi jouer d’un instrument pour l’africain, c’est en fait le faire "parler". Musique et Parole sont un tout car les instruments ne sont que les porte-paroles du divin (Nommo) ou des ancêtres lumineux séjournant près du divin, qui "continuent à assurer le maintien en équilibre de l’univers et de la société des hommes". La musique comporte encore la vertu prodigieuse de féconder et de vivifier "car elle est de la même essence que l’eau, source de vie". Les Dogons affirment que cette substance subtile est logée à l’état latent dans le corps de l’homme "en compagnie des huit graines qui constituent les principes vitaux de la personnalité".


L’art du poète ou du chanteur consiste à rendre la parole fécondante et vivifiante. A ce titre, la musique est aussi utilisée en Afrique dans le cadre de la médecine pour guérir (ou plutôt vivifier) les malades.

Le couple parole/musique est ainsi à la base de toutes les conceptions musicales et cosmologiques négro-africaines.


L’émetteur naturel de la parole, selon les Dogons est "constitué comme une forge symbolique, dont le foyer est le cœur, rouge et palpitant comme le feu. Le foie, au niveau duquel se passent d’importants échanges biochimiques, est semblable à un récipient dans lequel l’eau, chauffée par le cœur, entre en ébullition et se transforme en vapeur, légère en cas de bonnes paroles, brûlantes dans le cas de mauvaises.


Projetée à l’extérieur par les poumons qui jouent le rôle de soufflets, la vapeur se dirige en suivant une ligne hélicoïdale qui est celle de la vibration créatrice et pénètre par l’oreille de la personne de l’auditeur.

Suivant en sens inverse son chemin initial, elle condense et redevient liquide. Elle est alors acheminée par les différentes parties du corps".

Cette vision philosophico-spirituelle de la musique devrait inspirer une profonde réflexion sur la nature et le message des musiques actuelles.

Les jeunes ne doivent pas oublier le sens profond de la musique et le vertues que nos ancêtres lui accordait, au profit d’intérêts commerciaux qui contribuent à dévaloriser le sens même de cet art.


Prenons humblement conscience du message des Dogons, et tâchons d’être à la hauteur de leurs idéaux.


L’ouvrage d’Oscar Pfouma, qui fut l’une des sources de documentation pour cet article, se consacre à l’étude des sources africaines de la musique depuis l’antiquité pharaonique.

La Guitarre, la Harpe, le Solfege utilises au Kemit (Ancienne Egypte, pays des Noirs)

Notes de PEUPLESAWA: Il ya 6000 ans, les Noirs (dans l´ancienne Egypte) utilisaient des Guitares, Harpes, Violons et le Solfege. L´Histoire du Highlife nous dit qu´a l´origine cette musique se jouait avec la Harpe. Theophile Obenga nous enseigne que le Solfege est invente en Egypte (par les Noirs). Quand de nos jours nous disons que la Guitare est un instrument des Europeens, c´est de l a pure ignorance. L´Education coloniale nous a laver les cerveaux.
La Sawanitude est etroitement liee a la Kamitude.
Metusala Dikobe



Une contribution majeure à l’étude du passé culturel de l’Afrique Noire.

Le troisième livre d’Oscar Pfouma, l’Harmonie du Monde, est la suite de l’Afrique Noire, parue en 1993. Il y reprend sa conférence donnée à l’Université de Barcelone, le 5 juillet 1999 dans le n°3 de la revue caribéenne Tyanaba.

Historien et égyptologue de formation, l’auteur vous invite à découvrir à travers de nombreuses illustrations, les origines africaines anciennes de la musique (instruments, solfège, orchestres de musique, noms des divers instruments en hiéroglyphes, etc...), le tout remontant à plus de 2000 ans avant J. C.

De nombreux textes de chansons de l’époque pharaonique ont aussi été rajoutés et traduits, pour mieux vous faire apprécier la poésie d’autrefois.

Ouvrage à découvrir absolument! Pour comprendre que les intruments musicaux modernes ont leurs sources en Egypte; le Solfège même fût déjà developpé à cette époque. Voir aussi le livre de Theophile Obenga "L´Egypte, la Grèce et l´Ecole d´Alexandrie".

Commentaire par Michel-Apollon:

Parler de musique noire peut sembler un point de vue eurocentrique ! Cela réduit la portée de l’ouvrage à la découverte de la musique jouée dans la cour des Pharaons comme une musique parmi d’autres. Il serait bon de rappeler sans doute l’origine de la musique Européenne telle que nous la connaissons, comme étant une application de la Science de Kemet par Pythagore, lequel a passé 22 ans en "Egypte", où il a été initié au concept d’harmonie. Les notes, et le rapport des notes entre elles, que nous utilisons encore aujourd’hui ont été donnés aux Grecs par l’école pythagoricienne, il y a plus de deux mille ans. "L’harmonie du monde" est un ouvrage à recommander à tous les musiciens, musicologues et autres amateurs d’art, quels qu’ils soient. La Musique "occidentale", et l’art "occidental" en général, a ses racines dans les temples d’Egypte. Cela aussi nous devons le savoir.

Relayé de Africamaat et commenté par PEUPLESAWA.

 

Source:  | Hits: 24962 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(1)

PLUS DE NOUVELLES


  Saviez-vous que BAKASSI, aujourd´hui occupé par les Nigérians signifie en Douala "ils ont accueili" ?
( | 17.07.2005 | 18142 hits  | 0 R)

  Le Ngondo 2002 sur les berges du Wouri
( | 15.07.2005 | 12660 hits  | 0 R)

  UNE ETUDE SUR LES PIROGUES DOUALA
( | 13.07.2005 | 15473 hits  | 1 R)

  CONTEXTE HISTORIQUE GÉNÉRAL DE L’ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE 1890-1960
( | 12.07.2005 | 15340 hits  | 0 R)

  Léopold Moume Etia n’est plus
( | 12.07.2005 | 14619 hits  | 0 R)

  SAWA TOURISME !
( | 11.07.2005 | 10032 hits  | 0 R)

  Masosomanambè” : Le calendrier qui déterre l’histoire des Sawa
( | 10.07.2005 | 23226 hits  | 4 R)

  Ngondo : Deux nouveaux hommes pour de nouveaux défis
( | 06.07.2005 | 13578 hits  | 0 R)

  Sam Mbende : le spectacle… contenu
( | 30.06.2005 | 11552 hits  | 0 R)

  Traité germano-duala : 120 années de controverse. Reflexions Kum-mouelle-nsame-ntone.
( | 18.06.2005 | 25401 hits  | 3 R)

  Dika Akwa III - Les Bonambela amorcent l’envol
( | 09.06.2005 | 18639 hits  | 2 R)

  Le Sacre d´un Roi: Dika Akwa III
( | 09.06.2005 | 16136 hits  | 0 R)

  Grand Sawa : Les chemins de l’Union
( | 05.06.2005 | 10749 hits  | 0 R)

  Massao 2005 : On attend Coco Mbassi…
( | 06.05.2005 | 13367 hits  | 0 R)

  Le Mpooh
( | 01.05.2005 | 15243 hits  | 2 R)

  Recit du sacre du roi Dika Akwa III
( | 09.04.2005 | 13364 hits  | 0 R)

  André Nganguè : Un patriarche à l’antenne
( | 18.01.2005 | 17032 hits  | 0 R)

  Tradition: Le Ngondo dévoile son calendrier
( | 01.01.2005 | 10083 hits  | 0 R)

  Ngondo: Sous le vase sacré
( | 28.12.2004 | 10874 hits  | 0 R)

  Musique : Le bon jus de Coco
( | 06.12.2004 | 13463 hits  | 0 R)

  Miss Ngongo 20XX
( | 26.10.2004 | 14068 hits  | 0 R)

  Spectacle en vue :Coco Mbassi revient
( | 22.10.2004 | 13117 hits  | 0 R)

  Léopold Moume-Etia, 1913-2004 :Une page de l’histoire du Cameroun est tournée
( | 16.07.2004 | 18578 hits  | 0 R)

  Littoral : Moukoko Mbonjo reçoit l’onction du ngondo
( | 18.03.2004 | 21194 hits  | 1 R)

  Africavenir: Un trésor culturel à Bonabéri
( | 17.01.2004 | 18299 hits  | 2 R)

  Grandeurs et travers du Ngondo.
( | 05.12.2003 | 10256 hits  | 0 R)

  ACTIVITES & PROGRAMME
( | 25.11.2003 | 11762 hits  | 0 R)

  LETTRE DU PRESIDENT DU NGONDO 2002
( | 25.11.2003 | 11583 hits  | 0 R)

  BILAN du NGONDO 2002
( | 25.11.2003 | 11549 hits  | 0 R)

  Ngondo : La délégation de Douala fait escale à Yaoundé.
( | 10.11.2003 | 11485 hits  | 0 R)

  African Cults: Sangoma & Nganga
( | 01.01.1970 | 36243 hits  | 0 R)

  Charismatique: René Douala Manga Bell
( | 01.01.1970 | 19794 hits  | 0 R)

  Dits et écrits de UM NYOBE
( | 01.01.1970 | 17012 hits  | 0 R)

  Les Sawa réclament le site où le Ngondo serait né
( | 01.01.1970 | 16427 hits  | 0 R)

  Ngondo 2008: Message de Prospérité et de Fécondité
( | 01.01.1970 | 15341 hits  | 0 R)

  Pierre Valéry Lobé Békombo est allé rejoindre Doumbe Djengué
( | 01.01.1970 | 15035 hits  | 0 R)

  Programme NGONDO 2008
( | 01.01.1970 | 12792 hits  | 0 R)

  Haïti : Souffrance, chaos et dignité !
( | 01.01.1970 | 11087 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks