Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
16.09.2010

Charles Onana: L’Afrique centrale pourrait connaître le scénario rwandais 















 

 

 

 

 

 

 

 

A la suite de la conférence, très courue, qu’il a donnée le 10 septembre dernier à Yaoundé, le journaliste et essayiste franco-camerounais qui s’est illustré ces 10 dernières années sur ses enquêtes sur le Rwanda et les conflits dans les Grandes Lacs, met en exergue la «stratégie» mise sur pied pour déstabiliser la zone Afrique centrale en passant par le Rwanda.


Au moment où vous teniez votre conférence à Yaoundé, Paul Kagamé, le président rwandais, menaçait les Nations Unies de retirer ses troupes du Darfour si l’organisation mondiale venait à publier son rapport qui accuserait son armée de pires exactions au Congo. Etait-ce le prétexte de votre prestation à Yaoundé, ou un simple hasard de calendrier ?


Je peux dire que c’est juste une coïncidence de calendrier : lorsque j’ai été invité par le journal Mutations pour cette conférence au Cameroun, personne ne savait qu’on allait avoir des fuites dans le journal Le Monde sur le rapport de l’Onu en Rdc. La pression que fait Paul Kagamé de retirer ses troupes du Darfour si l’Onu publiait ce rapport est inacceptable ! Ce dont il est question, aujourd’hui, ce sont des millions de morts au Congo et le pillage des ressources dans ce pays. Je suis ravi que le rapport des Nations Unies confirme mes investigations sur le Congo. M. Kagamé, s’il n’a rien à se reprocher, pourquoi fait-il du chantage à l’Onu ?

Quelle est la crédibilité des procès sur les génocidaires menés par le Tribunal pénal international d’Arusha sur le Rwanda ?

Pour avoir eu des confidences de Carla Del Ponte à l’intérieur de ce tribunal, je peux conclure aujourd’hui que ce tribunal est une véritable mascarade judiciaire. Il y a certes des juges qui sont honnêtes dans ce tribunal et qui essaient de faire leur travail. Comment pouvez-vous expliquer que seuls les Hutus sont devant ce tribunal, et qu’aucun criminel Tutsi ne s’y retrouve ? Les événements de 1994 impliquent à la fois l’armée rebelle Fpr et l’armée gouvernementale de Habyarimana, mais il n’y a que les Hutus dans ce tribunal. Ce qu’on ne dit pas assez, c’est que dans la mission du Tpir, il y a la réconciliation nationale. Comment pouvez-vous tendre à cela, si vous n’accusez qu’un groupe au détriment de l’autre ?

Est-ce pour cette raison que vous considérez que le génocide est le plus grand mensonge sur l’Afrique ?

Tout à fait ! C’est l’un des plus grands mensonges et l’une des plus grandes manipulations de l’Afrique du XXème siècle. On nous a fait croire que le génocide du Rwanda avait été planifié par les Hutus. Au jour d’aujourd’hui, on constate qu’il n’y a personne, au Tpir, qui a été condamné pour avoir planifié le génocide. On constate en même temps qu’en 2005, il y a un rapport interne et confidentiel des Nations Unies qui montre qu’il n’y a aucun début de commencement de preuve sur la planification du génocide. Ce que l’on ne veut pas dire, c’est qu’il s’agit d’un coup d’Etat pour renverser le président en exercice, Juvénal Habyarimana, au profit de Paul Kagamé, qui a bénéficié de la mort du président Habyarimana.

C’était une façon de mettre en place une stratégie qui permette à Paul Kagamé de mettre sur pied une base arrière pour la conquête des minerais, notamment l’uranium et le coltan au Congo. Ce qui, aujourd’hui, démontre clairement que l’ensemble des multinationales qui travaillent sur le coltan, l’achètent à vil prix au Rwanda ; ce pays est devenu un exportateur du coltan et de l’or, alors qu’il n’a pas du tout ces minerais dans son sous-sol. Voilà la mission qui a été dévolue à M. Kagamé et à son gouvernement. Ceci est très dangereux pour l’Afrique centrale, parce que les pays pétroliers de la sous-région vont forcément être menacés comme le Congo, si leurs dirigeants ne font pas attention.

Certains estiment que les conflits, dans les Grands Lacs, c’est davantage une bataille géopolitique et géostratégique…

C’est une bataille géopolitique intense dans laquelle vous avez des Français, des Anglais et des Américains. Ces derniers sont très nerveux, et veulent reprendre l’ancienne chasse gardée de la France. Vous avez également les Chinois, qui arrivent de façon très organisée et qui s’implantent solidement en Afrique. Tout cela fait que le gâteau va devenir petit, pour ceux-là qui avaient tout gratuitement et facilement. Il va donc falloir négocier.

Pour éviter de se retrouver dans des situations de négociations, on crée l’instabilité parce que, dans ce genre de situation, il n’y a pas d’Etat pour organiser le commerce des matières premières et, avec les guerres, on peut plutôt vendre des armes, faire des trafics… empêcher des révoltes populaires parce que les gens sont plutôt attachés à leur sécurité.

Vos écrits sont très souvent axés sur le régime Kagamé. Ne craignez-vous pas qu’à un moment, votre opiniâtreté apparaisse comme un conflit de personnes avec le président rwandais ?

J’ai toujours dit que, si c’était le président Kagamé qui avait été victime d’un attentat le 6 avril 1994, j’aurais fait exactement la même enquête. Quand je commençais mon enquête, je ne savais pas que c’était le président Kagamé qui était responsable de cela. Je ne savais pas qu’il voulait, plus tard, piller les ressources du Congo. Les arguments que j’avance, ils sont les uns après les autres indestructibles. Dans cette histoire, je suis tout simplement attaché à ce que les Africains comprennent qu’il ne faut pas sous-estimer ce qui est en train de se passer.


Comment cela ?

En 2004, quand j’ai écrit mon livre, les Congolais avaient sous-estimé ce qui était en train de se passer dans leur pays avec l’armée rwandaise. Quelque 10 ans après, ils se retrouvent avec 6 millions de morts. Et ce n’est pas terminé. Aujourd’hui, par exemple, le Cameroun a de nombreux réfugiés hutus. Les réfugiés hutus, pour le Rwanda, ont été un prétexte pour attaquer militairement le Congo. Je ne veux pas que le Cameroun se retrouve dans la même situation que le Congo. Je ne veux pas que d’autres pays en Afrique centrale, à l’exemple du Congo Brazzaville, qui a également des réfugiés hutus, se retrouvent dans cette même situation.

Doit-on penser qu’il existe une stratégie de conquête de l’Afrique centrale, soigneusement préparée par le Rwanda ?

Je pense plutôt à une volonté de coloniser l’Afrique centrale sous le régime de Paul Kagamé, ou, en tout cas, sous le pouvoir qui lui ressemble. C’est sur cela que je veux attirer l’attention des gens dans la région pour leur dire : ce qui se passe a été réfléchi, pensé et la stratégie qui est sur le terrain vous le démontre tous les jours, y compris avec les voyages politiques. Vous ne voyez pas, par exemple, les mêmes voyages politiques faits vis-à-vis d’autres dirigeants africains qu’on menace plutôt d’emprisonner ou d’arrêter. Je veux tout simplement que les Africains comprennent le jeu qui est en train de se dérouler sur leurs têtes. C’est un jeu très complexe mais très efficace.

La France a récemment envoyé des juges pour enquêter sur l’attentat du 06 avril 1994…

Les avocats des veuves françaises ont déposé une plainte en 1997, et cette plainte suit son cours. Les avocats veulent savoir la vérité, et M. Sarkozy est dans une situation où il veut, d’un côté, reprendre les relations diplomatiques avec le Rwanda, et de l’autre, il est obligé de se rendre compte que les juges français doivent quand même faire leur travail. Le départ du juge ne va pas, en ce qui me concerne, apporter des révélations sur la question. Mais j’ose simplement espérer que le fait d’aller voir le lieu de l’attentat, de faire une expertise balistique, permettrait tout simplement de confirmer un certain nombre de choses sur le plan technique que l’on sait déjà et de faire connaître la vérité.

Pensez-vous que cette vérité finira par être connue ?

Elle est déjà connue, à travers mes ouvrages, qui sont confirmés par des enquêtes judiciaires. Ce qui manque, c’est la reconnaissance officielle de cette vérité. On en est là. Ce n’est pas que les gens ne savent pas ce qui s’est passé. Aujourd’hui, on le sait. Dans le cas de l’assassinat de Patrice Lumumba, les Africains ont attendu de longues années pour savoir ce qui s’est passé. Mais aujourd’hui, je ne veux pas que les Africains attendent 50 ans pour savoir pourquoi Habyarimana a été tué, et qui l’a assassiné.

Les Nations Unies développent la thèse du camouflage de l’attentat de Habyarimana, qui est en fait le déclencheur du génocide…

C’est les Nations Unies qui disent que l’attentat est le déclencheur du génocide. Comment peuvent-elles le dire et ne pas vouloir parler de l’attentat ? Il y a une contradiction !

Le génocide a eu lieu sous Boutros Boutros Ghali, comme secrétaire général de l’Onu. Koffi Annan, qui l’a remplacé, a été accusé de camoufler des éléments. La responsabilité des Africains est-elle ainsi engagée dans cette affaire?

Boutros Boutros Ghali n’avait pas accepté de marcher dans la combine américaine, mais celui qui était son collaborateur le plus étroit chargé des opérations de maintien de la paix a eu une promotion : il est devenu Sg de l’Onu et vous savez qu’aux Nations Unies, les nominations par continent sont des nominations rotatives. Mais pour une fois, l’Afrique a eu successivement à trois reprises la tête du Secrétariat général de l’Onu, puisque le mandat de Koffi Annan avait été reconduit. Au passage, M. Annan a eu le prix Nobel de la paix, mais je ne me souviens pas d’un conflit qui lui a valu de recevoir ce prix. Dans le conflit qu’il a vraiment géré, celui du Rwanda, il n’y a personne qui mérite d’avoir eu un prix Nobel de la paix.

Qu’est-ce qui motive votre passion pour le Rwanda ?

C’est tout simplement que je veux partager, avec le public, 10 années de travail difficile, de recherches approfondies et d’échanges avec des gens du département d’Etat américain. J’ai eu des confidences du procureur Carla Del Ponte, et je pense que j’ai quand même assemblé, pendant toutes ces années, des informations inédites venant de sources variées. Garder tous ces éléments pour moi n’a aucun sens, aucun intérêt. C’est pour cela que je mets ces éléments à la disposition du public pour que, demain, les gens ne se disent pas qu’ils ne savaient pas. Ce qui pêche beaucoup, dans le continent africain, c’est l’ignorance des grandes stratégies internationales et la compréhension intime de la dimension géopolitique. Je souhaite qu’ils aient un décodeur pour mieux analyser la situation. Ils ne doivent pas rester comme des téléspectateurs sans décodeur, devant une chaîne cryptée.
======================

Charles Onana Awana : Le passionné des Grands Lacs

Traité de «négationniste» par certains, accusé de manipulation par d´autres, le journaliste reste tout simplement un idéaliste.

Est-ce parce qu´il est Camerounais qu´il devrait nécessairement consacrer ses publications à son pays ? « Non » estime Charles Onana pour qui, le Cameroun regorge assez d´intelligences capables de dénoncer les dérives que connaît le pays. Vendredi, 10 septembre dernier, c´est une conférence particulièrement courue par le public de la ville de Yaoundé que Charles Onana, journaliste et essayiste franco-camerounais s´étant illustré ces 10 dernières années par ses enquêtes sur le Rwanda et les conflits dans les Grands Lacs, a donné à l´hôtel Djeuga Palace. 

C´était l´occasion, 14 ans après son dernier passage au Cameroun, de donner sa première conférence dans son pays d´origine, mais aussi en Afrique. 

Et si à l´occasion, ses capacités d´orateur lui ont permis de convaincre un public d´ailleurs entièrement acquis à sa cause, il n´a pas manqué de fustiger les intérêts des puissances occidentales et leurs implications dans le conflit des Grandes Lacs ; il a «dépecé» la «stratégie», mise sur pied par ces puissances afin de déstabiliser la zone Afrique Centrale à travers le Rwanda. Interrogé sur ses motivations et la hargne qu´il met à dénoncer le régime Kagamé (qui lui a collé un procès en 2002 avant de retirer sa plainte), il se défend : «J´ai toujours dit que si c´était le président Kagamé qui avait été victime d´un attentat, le 6 avril 1994, j´aurais fait exactement la même enquête. Quand je commençais mon enquête, je ne savais pas que c´était le président Kagamé qui était responsable de cela. Dans cette histoire, je suis tout simplement attaché à ce que les Africains comprennent qu´il ne faut pas sous-estimer ce qui est en train de se passer.», confiait-il dans ces mêmes colonnes.

Alors que ce sont ses écrits, parfois polémiques, sur le Rwanda qui passionnent le plus, le fils de Colette Enyegue, présidente du comité de base de l´Ofrdpc de Melen VI à Yaoundé, s´est également illustré par son travail pionnier sur l´histoire des Tirailleurs africains de l´armée française pendant la Seconde guerre mondiale. Ici, il s´est activé à mettre en lumière le rôle et l´action des soldats africains pendant la Seconde Guerre mondiale et à dénoncer l´injustice de pensions dont ils sont victimes par rapport à leurs camarades de combat métropolitains. A ce propos, il confiait : «Si les Africains interviennent dans l´histoire, ils ont le droit et l´obligation d´intervenir dans l´histoire de leur continent. 

Ils ont d´autant plus de responsabilités que les livres qui sont étudiés en Afrique sont faits par des gens qui n´ont pas intérêt à ce que les Africains apprennent cette histoire. Il leur appartient à eux de faire un travail de rectification intellectuelle, de correction intellectuelle, pour permettre à tout le monde d´accéder aux faits qui ont façonné la force, l´honneur et la dignité de l´Afrique, et si les Africains ne le font pas, personne ne le fera.»

En 1999, alors qu´il dirigeait l´Organisation panafricaine des journalistes indépendants, il mena une enquête sur l´assassinat du journaliste burkinabé Norbert Zongo qui a d´ailleurs paru sous la forme d´un livre : «Crime d´Etat contre un journaliste» dans la collection Secrets d´Etat aux éditions Duboiris. Cette maison d´édition installée au Quartier Latin non loin de l´université La Sorbonne à Paris qu´il a créée en 2003. 

Lobby

Pendant que ses écrits et déclarations sur le génocide rwandais embarrassent le gouvernement français, celui qui est né le 18 février 1964 à la maternité principale de Yaoundé, a fait ses études primaires au «Sacré cœur de Mokolo» et au lycée d´Obala (il y a obtenu son Bepc) puis au collège Madeleine où il obtint son baccalauréat en 1984 avant se s´envoler deux ans plus tard pour la France, a été «adopté» par de grosses têtes de classe intellectuelle française. Parmi celles-ci ; Erik Orsenna, romancier et académicien français, le journaliste et écrivain français Pierre Péan avec qui il prépare la sortie imminente d´un livre sur le Darfour, mais aussi Gilles Perrault, auteur de nombreuses enquêtes à succès dont notamment « Pull over rouge ».

Alors qu´il est suspecté d´appartenir à un lobby monté de toutes pièces pour déstabiliser le régime de Paul Kagamé, un de ses proches de confier : «son rapprochement de ces écrivains français a permis qu´il soit regardé autrement. Désormais, je ne pense pas que l´on doive craindre pour sa sécurité, vu que désormais, les services secrets français ont l´obligation de veiller sur lui car, ils auraient à s´expliquer en cas de pépin». Le concerné réplique pour sa part: «j´ai des amis et je n´ai pas besoin d´être soutenu. Mes ouvrages se vendent et me donnent une assiette financière convenable».

Quoique dans les milieux informés en Afrique et en Occident, ses écrits sur la question font autorité, ses déclarations ne sont pas toujours au goût de tout le monde. Parmi ses pourfendeurs de toujours, l´Ong française Survie que l´on dit proche du président Kagamé et dirigée par veuve Mitterrand. Alors qu´en 2004, le journaliste de Libération Christophe Ayad présentait dans un article, Charles Onana et le québécois Robin Philpot avec qui il a collaboré, comme des «auteurs négationnistes», en prélude à une conférence sur «Les Droits de l´Homme dans la Région des Grands Lacs» donnée par Charles Onana et Pierre Péan à Nantes en 2009, l´Ong Survie a, dans un communiqué publié le 05 novembre, avait souhaité réagir face au choix de ces conférenciers qui ne « semblaient pas réunir les conditions d´impartialité et de droiture qui conviendraient à ce sujet. Nous remettons en cause l´impartialité des travaux réalisés par ces invités dans leur approche du génocide des Tutsis au Rwanda en 1994 et les guerres qui ont suivi dans la sous-région».

Par ailleurs, Alain Gauthier, président du Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda dont la femme est rwandaise, présente l´auteur de «Ces tueurs Tutsi, au cœur de la tragédie congolaise» comme un «révisionniste» du génocide rwandais. Dans une correspondance adressée, en 2002 à Xavier Villepin, alors président de la commission des Affaires étrangères au Sénat français, il affirmait : «Monsieur Onana oublie que le génocide des Tutsi a commencé depuis plus de trente ans ! Et de terminer par une harangue des Rwandais à prendre leur avenir en mains, tout cela avec des accents dignes d´un tribun sûr de lui. Devant une assemblée toute gagnée à sa cause, cela ne peut qu´avoir des effets ravageurs.» Des attaques qui ne semblent pas perturber le calme légendaire de Charles Onana que lui reconnaît sa mère.

Dorine Ekwè 

Yaoundé - 15 Septembre 2010
© Dorine Ekwe | Mutations

 

Source:  | Hits: 14077 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  International Women´s Day 2011 (Sister Nyangon is honoured)
( | 11.03.2011 | 15412 hits  | 0 R)

  Race and Arab Nationalism in Libya by Glen Ford
( | 11.03.2011 | 14688 hits  | 0 R)

  Henriette Ekwè (Nyangon) primée aux Etats-Unis
( | 02.03.2011 | 15038 hits  | 0 R)

  Livre: COMMENT L´AFRIQUE EN EST ARRIVEE LA, par Axelle Kabou
( | 26.02.2011 | 13907 hits  | 0 R)

  Côte d´Ivoire - Le Panel de l´Union africaine propose de revenir aux Accords jamais respectés de Ouagadougou
( | 24.02.2011 | 14047 hits  | 0 R)

  Regards: La Grammaire de la Révolte
( | 14.02.2011 | 15851 hits  | 0 R)

  MISS NGONDO 2010: Ekambi Lobe
( | 12.02.2011 | 19224 hits  | 0 R)

  FOMARIC 2011: Hommage à Nkotti François
( | 09.02.2011 | 16264 hits  | 0 R)

  SCHISME DE 1814, MYTHE OU REALITE
( | 01.02.2011 | 16630 hits  | 1 R)

  CES ROIS DES BERGES DU WOURI
( | 01.02.2011 | 16849 hits  | 1 R)

  Who loves to hate Haiti? An interview with Haitian Activist Pierre Labossiere
( | 28.01.2011 | 14912 hits  | 0 R)

  COTE D´IVOIRE : L´EX REBELLE AB ACCUSE ! OUATTARA, SORO DANS LE COLLIMATEUR !
( | 13.01.2011 | 17664 hits  | 2 R)

  Kamerun: Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971)
( | 11.01.2011 | 16315 hits  | 0 R)

  L´imposture des Nations unies en Haïti et en Côte d´Ivoire
( | 09.01.2011 | 16797 hits  | 1 R)

  Et de quatre pour Samuel Eto’o Fils
( | 21.12.2010 | 15345 hits  | 0 R)

  Regards (sur la crise ivoirienne): En attendant le vote des bêtes sauvages...
( | 21.12.2010 | 13967 hits  | 0 R)

  Cote d´Ivoire: Face à l´impérialisme, l´avenir de l´Afrique se joue à Abidjan
( | 10.12.2010 | 14245 hits  | 0 R)

  Situation en Côte d´Ivoire: Déclaration et Appel du Bureau du Comité Directeur de l’UPC
( | 08.12.2010 | 18688 hits  | 1 R)

  Afrique, Colonisation: Invasion programmée de la Côte-d´Ivoire, par Aimé M. Moussy
( | 07.12.2010 | 13325 hits  | 0 R)

  Race as Biology is Fiction, Racism as a Social Problem is Real
( | 05.12.2010 | 12584 hits  | 0 R)

  Lettre ouverte au FESMAN III - par Rhode Bath-Schéba Makoumbou
( | 04.12.2010 | 17393 hits  | 0 R)

  Que sont devenues les anciennes Miss Ngondo ?
( | 04.12.2010 | 19501 hits  | 0 R)

  Le Ngondo, les sawa, l’Indépendance et la Réunification
( | 01.12.2010 | 18087 hits  | 0 R)

  PETIT-PAYS victime d’un coup monté. Un mandat d’arrêt contre Petit-Pays
( | 01.12.2010 | 16958 hits  | 0 R)

  L´HISTOIRE DU KABA -NGONDO
( | 01.12.2010 | 16346 hits  | 0 R)

  Le cinéaste Dikonguè Pipa - Les héros nationalistes honorés
( | 23.11.2010 | 13463 hits  | 0 R)

  Ngondo 2010: Foire, animations et gastronomie
( | 22.11.2010 | 19695 hits  | 0 R)

  la troisième édition du Festival Mondial des Arts Nègres
( | 04.11.2010 | 13195 hits  | 0 R)

  ACHILLE MBEMBE: POUR L´ABOLITION DES FRONTIÈRES HÉRITÉES DE LA COLONISATION
( | 03.11.2010 | 15054 hits  | 0 R)

  Gregory Isaacs, Jamaican reggae artist, dies at age 59
( | 30.10.2010 | 16215 hits  | 1 R)

  Calliste Ebenye: Le restaurant Sawa Village devient Mboa´su
( | 21.10.2010 | 16599 hits  | 0 R)

  Manu Dibango - Jean Serge Essous, qui était le maître ?
( | 15.10.2010 | 15138 hits  | 0 R)

  Thomas Eyoum ´a Ntoh: La longue agonie d´un chevalier de la plume
( | 16.09.2010 | 15153 hits  | 0 R)

  Hommage à Um Nyobé, 52 ans après !
( | 14.09.2010 | 16045 hits  | 1 R)

  Les migraines de la diaspora !
( | 28.08.2010 | 15443 hits  | 2 R)

  L’ultime Reconnaissance - Hommage à nos Hommes d´exception! Merci Pius NDJAWE
( | 06.08.2010 | 12763 hits  | 0 R)

  Décès jeudi de Jean Bikoko, l’un des doyens de la musique camerounaise
( | 22.07.2010 | 16813 hits  | 0 R)

  Le diagnostic d’un échec
( | 18.07.2010 | 12236 hits  | 0 R)

  Au-delà de la débâcle des Lions indomptables au Mondial 2010
( | 25.06.2010 | 16100 hits  | 1 R)

  La Halte du Cinquantenaire ! Par Charles MOUKOURI DINA MANGA BELL
( | 01.06.2010 | 14703 hits  | 0 R)

  Kessern aus Kamerun: Die Biografie eines schwarzen Crailsheimers (1896 - 1981)
( | 22.05.2010 | 19315 hits  | 1 R)

  L´indépendance, il y a 50 ans ! L´indépendance, depuis 50 ans ?
( | 17.05.2010 | 15387 hits  | 0 R)

  Indépendance, la désullision?
( | 27.04.2010 | 12973 hits  | 0 R)

  Cinquante ans de décolonisation africaine
( | 18.03.2010 | 15287 hits  | 0 R)

  Les circonstances de l`assassinat de UM Nyobe, par Louis Noé Mbengan
( | 18.03.2010 | 15023 hits  | 0 R)

  Chefferies traditionnelles du Littoral
( | 04.03.2010 | 23526 hits  | 0 R)

  Peuplesawa rencontre Miss EBENYE BONNY
( | 19.02.2010 | 16699 hits  | 0 R)

  Grand Sawa: Le retour aux démons du «qui perd gagne» dans les Chefferies de la région du Littoral
( | 18.02.2010 | 20069 hits  | 2 R)

  LE PEULE DUALA
( | 15.02.2010 | 24816 hits  | 0 R)

  In Memoriam: Mbella Sonne Dipoko - The Bard Who Dared To Be Different
( | 13.02.2010 | 15448 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks