Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
 NKAM (Région)


  Actualité(20)
  Rubriques(11)
  Downloads(2)
  Galeries d' images(1)
  Audios(0)
  Vidéos(0)

06.10.2006

La classe de l’oncle Tom 

Musicien, chanteur, auteur compositeur, manager… une carrière riche pour " le blanc de Dibombari ".

En revisitant il y a quelques semaines les grands classiques du répertoire d’Eboa Lotin, André Eyoum Eyoum, plus connu sous le nom de Tom Yom’s, a rappelé au grand public quel grand artiste il est, au-delà de son image " people " d’aujourd’hui et de son actualité de manager du label RTM. Il y a bien longtemps en effet, que " l’américain de Dibombari " ne nous avait plus régalés de sa voix chaude et toute en nuance, qui lui a valu un succès phénoménal dans les années 90. Pourtant, c’est beaucoup plus tôt que commence à se construire la carrière de ce monstre sacré du Makossa. Vers 1965 précisément, lorsque le petit André, alors âgé de 8 ans, suit sa grande sœur chaque semaine à la chorale. Il en nourrit un vif intérêt pour la musique que les concerts d’Albert Brucks, donnés à son village de Dibombari vont alimenter à suffisance. Dès le lycée, il fréquente les orchestres de cabarets à Douala. La mort de son père Etome (d’où découle le " Tom " de son nom d’artiste) en 1973 va marquer un tournant décisif, puisque n’ayant plus de revenus pour ses études, il envisage de vivre de sa passion : la musique.

Malgré un talent déjà reconnu à cette époque, tout ne se fera pas tout de suite. Tom Yom’s commence à Limbé un long périple qui va l’amener tour à tour au Nigeria, en Côte d’Ivoire, au Togo ou encore au Ghana, avec à chaque étape, son lot d’expériences musicales qui devait contribuer à le mûrir. Il raconte cette anecdote vécue dans le grand cabaret " Phoenicia " à Lagos, où Miriam Makeba vint un jour lui prendre le micro des mains, pour interpréter la chanson " Malaika ". " Elle pleurait en chantant, se souvient-il. Et ça m’a beaucoup marqué ". Lorsqu’il enregistre son premier 33 tours, il fera une reprise personnalisée de cette chanson. A sa sortie, le disque rencontre un grand succès à Abidjan. Deux ans plus tard, un deuxième album sort, travaillé à Londres et Tom décide de rejoindre le Cameroun, où il n’est pas encore très connu. Raison pour laquelle après un court séjour, il repart en globe-trotter, croisant sur sa route des Stevie Wonder, Michael Jackson, et même Youssou N’Dour et Mory Kanté avec qui il enregistre une compil’ dont il ignore si elle fut jamais mise sur le marché.

Toujours est-il que son second retour au Cameroun sera gagnant, avec l’album " Time " et son titre " Djanga Nylon ", encore présent dans les esprits. A partir de là, il enchaîne les succès et les tubes, en faisant même des arrangements pour d’autres artistes comme le groupe Zangalewa, Annie Anzouer ou Franck Bell. A la fin des années 90, ses collections " Age d’or " font fureur, avec des duos mémorables. Et si ses dernières productions souffriront de la montée des musiques congolaises ou de sa nouvelle vie à la tête de RTM — créée pour soutenir et promouvoir des jeunes artistes — Tom Yom’s peut aujourd’hui se prévaloir d’une carrière aussi riche que polyvalente, faite de hauts et de bas… comme pour tous les grands artistes.

Eric ELOUGA
CT.[18/01/2006]
 

Source: Cameroun tribune | Hits: 21811 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  La Route Douala-Yabassi: Bitumage strictement interdit !!!!
( | 03.07.2012 | 33556 hits  | 0 R)

  Manu Dibango : "J´ai grandi entre Halléluia et le début de Soul Makossa"
( | 17.11.2011 | 26951 hits  | 0 R)

  Thomas Eyoum ´a Ntoh: La longue agonie d´un chevalier de la plume
( | 16.09.2010 | 21073 hits  | 0 R)

  Les jalons posés à Yabassi
( | 13.06.2008 | 18274 hits  | 0 R)

  NKAM - Pierre Titi plaide pour le développement
( | 07.01.2008 | 20175 hits  | 0 R)

  SAWANITE: Pr Njoh Mouelle ou le refus des usages compassés
( | 10.12.2007 | 20430 hits  | 0 R)

  Remember Simon Tchobang Tchoya "Tcho-Tcho"
( | 07.12.2007 | 25948 hits  | 0 R)

  Exclusif ! Entretien avec le Pr. NJOH MOUELLE
( | 30.11.2007 | 25536 hits  | 0 R)

  Nguéa Laroute démarre sa tournée européenne. Videos et Interview
( | 09.07.2007 | 29803 hits  | 0 R)

  Yabassi (Nkam): la conférence des chefs traditionnels Ngan Nkam s´organise
( | 21.02.2007 | 21841 hits  | 0 R)

  Culture : Les "Nkamois" ont leur festival
( | 25.01.2007 | 23596 hits  | 1 R)

  Manu Dibango compose la musique de Kirikou
( | 03.01.2007 | 24948 hits  | 0 R)

  Une nouvelle et irrésistible victoire de la pirogue de course
( | 09.12.2006 | 19518 hits  | 0 R)

  HOMMAGE AU PROFESSEUR NJOH MOUELLE
( | 19.09.2006 | 20919 hits  | 0 R)

  Interview: Sergeo Polo
( | 11.06.2006 | 18911 hits  | 0 R)

  LA DIGNITE HUMAINE....par Pr. Ebenezer Njoh Mouelle
( | 09.05.2006 | 21119 hits  | 0 R)

  NGONDO 2005: Course de Pirogues
( | 09.12.2005 | 23120 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 21741 hits  | 0 R)

  Littoral : Moukoko Mbonjo reçoit l’onction du ngondo
( | 18.03.2004 | 27507 hits  | 1 R)






Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks