Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
01.12.2010

PETIT-PAYS victime d’un coup monté. Un mandat d’arrêt contre Petit-Pays 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PETIT-PAYS victime d’un coup monté.

En effet, mr. ZEAN EVENEMENTIEL est venu me voir à la maison pour une série de spectacles qu’il devait produire entre Douala et Yaoundé au mois de Mai 2010 et, voyant en lui un jeune Camerounais qui essaye de se débrouiller, j’ai accepté collaborer malgré le faible taux du cachet proposé.

Dans le souci de l’aider en même temps à trouver des annonceurs, j’ai accepté de signer certains documents portant des sommes qui ne reflètent en rien la réalité, ce qui lui a permis d’avoir quelques annonceurs.

Après ceci, nous sommes passé à la phase préparatoire de l’évènement où je lui rappelais tous les jours les différentes actions à mener pour la réussite de l’évènement (ce que je ne fais pas avec d’autres producteurs de spectacles).

Pour les dates de Douala, il m’a fait une avance avant le spectacle et, le jour J, à ma grande surprise, Mr. ZEAN n’avait pas consigné le site (parc des princes de bali) prévu pour abriter la soirée, à ce moment là occupé par la société MTN. Malgré mon intervention pour le mettre en contact avec les dirigeants de la dite société bien à temps pour l’octroie du site. Vous comprenez bien que pas de site pas de spectacle. Le lendemain matin, très tôt, je l’ai appelé pour lui exprimer mon mécontentement parce que ce genre de choses nuisent énormément à ma réputation et, il m’a supplié à vive voix et m’a promis que ce genre de choses n’arriveront plus. J’ai d’ailleurs du calmer mon directeur technique Etienne N. PARISH qui menaçait de porter le problème à la gendarmerie pour dédommagement.

Ayant constaté qu’il n’était pas en mesure de me verser mon reste d’argent, je lui ai demandé de garder ce reste là pour mieux préparer le spectacle à venir parce que je voulais de ces spectacles là qui coïncidaient avec la fête nationale.

Jusqu’ici, je suis loin d’imaginer que le producteur se remettra à faire les choses comme un débutant et c’est ainsi que pour la soirée de Yaoundé, il n’a pas loué la sono et ne m’a même pas averti de cette situation. Pour éviter d’entacher une fois de plus mon image, c’est ainsi que je prends mon téléphone pour essayer de trouver un accord avec le propriétaire du matériel qui était en ce moment là à Londres et pour cela, je me suis porté garant de ce que sa facture sera réglée le plus tôt possible c’est-à-dire avant que je monte sur scène.

Une fois l’accord passé, je téléphone dont à Mr. Le producteur pour lui demander de contacter l’équipe de la sono et il était très content. mais, 30 minutes après, j’appelle pour savoir comment avancent les choses et c’est là où on me fait savoir que la sono est bel et bien arrivée au palais des sports mais, il est impossible de l’installer parce que le producteur a attendu la dernière minute pour aller négocier la salle et l’octroie du site lui a été refusé ce qui veut dire qu’il a attendu 16 heures le jour prévu pour le spectacle pour faire ses démarches alors que l’heure fixée pour le démarrage de la soirée était à 15 heures parce que c’était le 20 mai et il n’a pas réussi.
Après cette information, j’étais dans tous mes états parce que au-delà de certaines considérations, je voulais passer cette journée avec mes jeunes frères pour qu’on s’amuse ensemble et, ce qui m’a encore le plus révolté, c’est que j’ai refusé plusieurs propositions pour cette même journée et j’ai voulu favoriser la jeunesse et, me voilà déçu parce que je ne peux pas communier avec mes fans un jour de fête nationale.

A ce stade des faits, je devais normalement percevoir mon cachet en intégral parce que toutes les défaillances surviennent que du côté du producteur et, non seulement cela, je pense que c’est plutôt moi qui devrais faire les tours des commissariats pour me plaindre parce que cette histoire là a sérieusement remis en cause ma bonne foi quant à l’exécution des closes des contrats que je signe et du coup, pendant au moins 06 mois, parce que mal informé, tout le monde a cru que c’était à moi la faute pour ces échecs en brochette.

Malgré tout cela, j’ai pris le temps de me calmer et Mr. ZEAN reviens me voir 02 mois après pour me proposer de lancer un autre spectacle pour qu’il puisse rembourser ses dettes. Vous pouvez imaginer le discours que j’ai dû lui tenir avant d’accepter une fois de plus sa proposition parce qu’il était hors de question qu’un autre fiasco se reproduise.

J’ai martelé jour et nuit pour attirer son attention sur tout ce qu’il avait à faire mais quand j’observais, il était toujours entrain de jouer au malin parce que tout ce qui devait être fait était soit négligé, soit fait à moitié et c’est ainsi que la promo n’a pas suivi, certains détails comme les répétitions des musiciens et bien d’autres choses ne fonctionnaient pas normalement et moi j’essayais quand même d’attirer son attention sur ces faits et il était toujours entrain de me dire : « non turbo, tout va bien ».

Et c’est ainsi qu’au soir du spectacle, Mr. Ayant constaté l’échec de la soirée faute de spectateurs, n’est même pas passé me chercher à l’heure prévue pour ma présence sur le site parce qu’il préparait déjà un coup foireux contre moi. Ne comprenant pas pourquoi il n’est pas venu me chercher, j’ai d’abord appelé mon chef d’orchestre qui m’informe dont de la situation selon la quelle il n’y aurait pas eu de spectateurs et que le producteur du spectacle est introuvable et que c’est la raison pour la quelle il n’était pas venu me chercher. Jusque là, je me disais que soit il va passer à la maison pour tout m’expliquer, soit qu’il va passer au moins un coup de fil. Mais, au lieu de tout cela, il a disparu du site du spectacle sans laisser de traces et le lendemain il m’appelle pour me dire qu’il a essayé de me joindre au téléphone et que la ligne ne passait pas ce qui est faux parce que les jours de spectacle, je laisse toujours toutes mes lignes ouvertes parce que je dois être en communication avec mon équipe sur les lieux pour savoir comment évoluent les choses.
Je suis grandement surpris aujourd’hui qu’il soit entrain de se plaindre que j’ai refusé de me rendre au lieu du spectacle. Ce ne sont que des déclarations mensongères. Ce qu’il a oublié de dire s’il était honnête c’est de préciser que lui-même est venu à la maison me dire qu’il y a des gens qui lui mettent la pression pour qu’il profite de la situation et engage des hostilités contre moi et il a même cité quelques noms (Sylvain KOM, et bien d’autres).

Vous comprenez dont que le producteur est aujourd’hui instrumentalisé par des gens qui cherchent à régler leur comptes avec moi.

j’ai fait de mon mieux pour aider ce monsieur mais, comme vous pouvez le constater, il m’a vraiment déçu. Je pense quand même que si je n’étais pas honnête, c’est que des gens ne me feraient pas confiance à ce point où ils sont prêts à me confier tout ce qui leur est cher.

D’habitude, tout ce que j’ai comme engagement lors des spectacles, c’est d’attendre tranquillement à la maison ou à l’hôtel lorsque c’est hors de la ville pour qu’on vienne me chercher pour aller chanter et donner du bon spectacle et ça a toujours été ainsi.

Mon métier c’est de chanter et de faire des disques. Si un promoteur culturel ne respecte pas ses engagements, je pense que la seule personne qui est supposée se plaindre c’est l’artiste.

cette histoire a déjà fait le tour de plusieurs commissariats, gendarmeries et certains bureaux de procureurs et, à chaque fois que je suis entendu, on lui donne tord et lui-même est bien conscient qu’il fait tout cela pour faire plaisir à ceux là qui l’encouragent.

Malgré toute cette histoire, je me suis quand même dis que s’il y a un moyen d’aider ce petit, pourquoi pas ? et c’est ainsi que je lui fais la proposition qu’au lieu de passer tout son temps à errer dans les commissariats, il serait mieux qu’il essaye de trouver une date en dehors de Douala et Yaoundé où je viendrai avec mon orchestre et mes danseuses donner un spectacle gratuitement sans cachet juste pour l’aider. Si j’étais malhonnête est ce que je pouvais lui faire une telle proposition ?

je n’ai pas que des amis, mais aussi des ennemis et voici une illustration claire de ce que je dis souvent car ils veulent que je fuie le pays la preuve comment voulez vous qu’un monsieur comme celui-ci essaye de me noyer à tord alors qu’il est conscient que je sais que la plus part des choses qu’il a faites c’est dans l’illégalité et que aujourd’hui il continue dans la même lancée en fabricant des faux documents pour chercher à me mettre dos au mur !!!

je profite de cette occasion pour à tous mes fans d’ envoyer un message fort à ces personnes qui pensent que ma présence ici au pays est un problème pour eux. J’ai accepté de vivre dans mon pays et de mourir s’il le faut pour mon pays. La jeunesse Camerounaise a besoin de moi et Dieu seul sait combien ils comptent sur moi.

Faut-il laisser ces détracteurs continuer leurs actions ou alors faut-il les stopper tout de suite ?

Petit Pays n´a jamais fuit d´une salle d´audience et encore moins de son cher pays.
Il se porte très bien et compte faire une tournée nationale de sensibilisation.

MOUNDI CLAUDE
PETIT PAYS ´RABBI´

http://www.petitpays1.com/

================================================

Un mandat d’arrêt lancé contre Petit-Pays

Serge Andze Djimi, un organisateur de spectacle basé à Douala accuse l’artiste musicien de lui avoir escroqué 40 millions Fcfa. dont Mutations a pu avoir une copie porte a  Un avis de recherche été émis contre Petit-Pays par la Délégation régionale de la police Il y a lieu de rechercher activement judiciaire du Littoral (Drpjl) : « sur l’étendue de la République le dénommé Moundi Adolphe Claude alias Petit-Pays né le 5 juin 1967 à Douala, fils de Moundi Adophe et Ewondjé Marthe, artiste musicien. Le sieur sus nommé s’est évadé le 25 novembre 2010 au parquet près le tribunal de première instance de Douala-Bonanjo. En cas de découverte, l’interpeller et le garder dans un poste de police ou de gendarmerie le plus proche et aviser la Délégation régionale de la police judiciaire du Littoral au numéro de téléphone 33 », peut-on lire sur l’avis de recherche est signé 42 16 96 33 42 19 99 le 26 novembre 2010 par Ibrahima Iya, commissaire de police principal.


C’est l’aboutissement d’une rocambolesque histoire qui s’est emballée jeudi le 25 novembre dernier. Serges Andze Djimi, le patron de Zean Evénementiel, une agence de prestation de service, interrogé par notre confrère Le Popoli révèle que Petit-Pays lui doit la somme de 40 millions Fcfa.


Petit-Pays a signé des contrats pour deux spectacles les 19 et 20 « mai à Douala et Yaoundé. Mais on a dû les repousser en juin 2010 pour des raisons indépendantes de Petit pays. Sauf que les 18 et 19 mai où les spectacles étaient prévus, il les avait réservés à Massema productions. Alors, j’ai dû ramener au 16 et 17 juin 2010. Mais il n’est jamais venu alors que j’avais tout organisé. J’ai même vendu les billets. Mais les spectacles n’ont pas eu lieu. J’ai alors déposé une », raconte Serges Andze Djimi. A en plainte à la brigade d’Akwa Sud croire ce dernier, l’artiste musicien se serait présenté par deux fois dans cette brigade de gendarmerie avant de ne plus faire signe. Selon les révélations de Me Bikélé, conseil de Serges Adnze Djimi, le mandat émis par le commandant de brigade d’Akwa a été ramené au niveau du parquet du tribunal de première instance Douala-Bonanjo. De sources judiciaires, Petit-Pays aurait ce 25 novembre déféré à une convocation On l’a immédiatement interpellé et gardé à du procureur du tribunal. « vue dans une cellule du parquet. Mais on ne sait par quel miracle il », poursuit notre source. s’est évadé de sa cellule

Récidiviste

Depuis lors, l’artiste n’est plus joignable. Ni à sa résidence de Maképé, ni sur ses téléphones mobiles. A en croire une source policière, l’artiste musicien aurait «bénéficié des complicités au niveau du tribunal pour s’échapper de la cellule du parquet où il se trouvait. Il est impossible qu’il s’évade sans une aide», martèle notre source. Si l’artiste musicien par ailleurs président général de Caïman Football club de Douala n’est pas joignable, ses proches sont en contact avec lui. A la fin de l’authentique victoire remportée hier soir par Caïman sur Coton Sport (1-0), un membre Nous : « » confesse Bana Ba Ngando de l’encadrement technique des « sommes en contact avec le président. Juste avant le match, il nous appelait toutes les 30 minutes pour encourager les joueurs. Voilà », informe ce membre de l’encadrement pourquoi nous avons gagné technique du club de Douala.
En matière d’accusation d’abus de confiance et escroquerie, Petit-Pays est un récidiviste. Le 29 avril 2009, deux de ses ex vigiles l’avaient cité à comparaitre au tribunal de première instance de Douala-Ndokoti. Eugène Patrick Mpacko et Alfreci Mbagaza, accusaient Rabba Rabi d’abus de confiance et lui réclamaient la somme 1. 210. 000 Fcfa. A en croire les deux vigiles, ils avaient » pendant deux ans. Sans jamais le neveu de Jésus travaillé chez « toucher l’intégralité de leur salaire qui s’élevait à 80 000 francs Cfa.

Eric Roland Kongou

Mutations

=====================

Petit Pays activement recherché

Cameroun : Petit Pays activement recherchéAprès son évasion d’une cellule du parquet de Bonanjo, jeudi dernier, un avis de recherche a été lancé contre l’artiste musicien, le lendemain. Adolphe Claude Moundi, alias Petit Pays était invisible hier au stade de la Réunification où son équipe, Caïman de Douala, a triomphé de Coton sport de Garoua.

« Il y a lieu de rechercher activement sur toute l’étendue de la république du Cameroun : Moundi Claude Alias Petit Pays, né le 05 juin 1967 à Douala, fils de Moundi Adolphe et Ewonje Marthe, artiste musicien », lit-on sur l’avis de recherche émis contre Petit Pays, vendredi, à Douala, par la division régionale de la police judiciaire du Littoral.

Le motif de cet avis de recherche précise que : « Le susnommé s’est évadé le 25 novembre 2010 au parquet près le tribunal de première instance de Douala Bonanjo ». Le même avis de recherche instruit toute personne qui verrait le fugitif, de « l’interpeller, le garder à vue dans un poste de police ou de gendarmerie le plus proche et aviser la division régionale de la police judicaire du Littoral ». L’avis de recherche contre le Turbo d’Afrique, qui se fait encore appeler Rabba Rabbi, est signé du chef de la direction régionale de la police judiciaire du Littoral, avec ampliations dans tous les services de la police et de la gendarmerie.

L’information faisant état de l’évasion de Petit Pays d’une cellule avait divisé l’opinion vendredi, lorsqu’elle fut rendue publique par le quotidien La Nouvelle Expression.

Humiliation

D’aucuns parmi ses fans estimant que c’est une cabale contre leur idole. D’autres voulant simplement comprendre les contours de cette autre controverse créée autour de celui qui se passe comme un donneur de leçons à travers ses prestations artistiques. Des émissions dans les chaines de radios de la capitale économique ont même pris à partie La Nouvelle Expression, estimant qu’elle avait diffusé une fausse information pour nuire au « numéro 1 mondial » de la musique et ternir son image. Certaines radios, pour créer la diversion, indiquant que c’est plutôt l’artiste « Papillon », alias « Motaguigna », qui s’était évadé d’une cellule à Bonanjo, et non Petit Pays. Certes, Papillon avait été aperçu ce matin là au parquet près le tribunal de première instance de Bonanjo. Mais, tout recoupement fait, « il était là pour soutenir Petit Pays », indique une source dans le milieu artistique.

L’avis de recherche émis contre Petit Pays vient donc clarifier la situation. Petit Pays étant bel et bien celui qui s’est évadé de la cellule et est poursuivi pour « escroquerie et abus de confiance ». Même si jusqu’ici, l’on n’a pu avoir d’ample information sur son plaignant. Mais, l’on sait tout au mois déjà qu’il est accusé par l’organisateur de spectacle Serge Djimi Andze à qui il aurait pris la somme de 40 millions de francs Cfa pour un spectacle qu’il n’a pas honoré.

Petit Pays reste injoignable depuis vendredi. Après son évasion, les policiers commis à la surveillance de la cellule dans laquelle il a séjourné ont été entendus sur procès verbal. Ces deniers, d’après des sources au parquet, sont soupçonnés d’avoir été soudoyés par Petit Pays qui ne voulait pas subir d’humiliation. Une humiliation qu’il subit peut être à travers sa cavale.

© La Nouvelle Expression : Louis Blaise Ongolo

 

Source: Autres | Hits: 16968 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  International Women´s Day 2011 (Sister Nyangon is honoured)
( | 11.03.2011 | 15429 hits  | 0 R)

  Race and Arab Nationalism in Libya by Glen Ford
( | 11.03.2011 | 14709 hits  | 0 R)

  Henriette Ekwè (Nyangon) primée aux Etats-Unis
( | 02.03.2011 | 15053 hits  | 0 R)

  Livre: COMMENT L´AFRIQUE EN EST ARRIVEE LA, par Axelle Kabou
( | 26.02.2011 | 13924 hits  | 0 R)

  Côte d´Ivoire - Le Panel de l´Union africaine propose de revenir aux Accords jamais respectés de Ouagadougou
( | 24.02.2011 | 14057 hits  | 0 R)

  Regards: La Grammaire de la Révolte
( | 14.02.2011 | 15872 hits  | 0 R)

  MISS NGONDO 2010: Ekambi Lobe
( | 12.02.2011 | 19238 hits  | 0 R)

  FOMARIC 2011: Hommage à Nkotti François
( | 09.02.2011 | 16281 hits  | 0 R)

  SCHISME DE 1814, MYTHE OU REALITE
( | 01.02.2011 | 16652 hits  | 1 R)

  CES ROIS DES BERGES DU WOURI
( | 01.02.2011 | 16867 hits  | 1 R)

  Who loves to hate Haiti? An interview with Haitian Activist Pierre Labossiere
( | 28.01.2011 | 14923 hits  | 0 R)

  COTE D´IVOIRE : L´EX REBELLE AB ACCUSE ! OUATTARA, SORO DANS LE COLLIMATEUR !
( | 13.01.2011 | 17685 hits  | 2 R)

  Kamerun: Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971)
( | 11.01.2011 | 16326 hits  | 0 R)

  L´imposture des Nations unies en Haïti et en Côte d´Ivoire
( | 09.01.2011 | 16820 hits  | 1 R)

  Et de quatre pour Samuel Eto’o Fils
( | 21.12.2010 | 15356 hits  | 0 R)

  Regards (sur la crise ivoirienne): En attendant le vote des bêtes sauvages...
( | 21.12.2010 | 13990 hits  | 0 R)

  Cote d´Ivoire: Face à l´impérialisme, l´avenir de l´Afrique se joue à Abidjan
( | 10.12.2010 | 14257 hits  | 0 R)

  Situation en Côte d´Ivoire: Déclaration et Appel du Bureau du Comité Directeur de l’UPC
( | 08.12.2010 | 18718 hits  | 1 R)

  Afrique, Colonisation: Invasion programmée de la Côte-d´Ivoire, par Aimé M. Moussy
( | 07.12.2010 | 13337 hits  | 0 R)

  Race as Biology is Fiction, Racism as a Social Problem is Real
( | 05.12.2010 | 12601 hits  | 0 R)

  Lettre ouverte au FESMAN III - par Rhode Bath-Schéba Makoumbou
( | 04.12.2010 | 17416 hits  | 0 R)

  Que sont devenues les anciennes Miss Ngondo ?
( | 04.12.2010 | 19524 hits  | 0 R)

  Le Ngondo, les sawa, l’Indépendance et la Réunification
( | 01.12.2010 | 18106 hits  | 0 R)

  L´HISTOIRE DU KABA -NGONDO
( | 01.12.2010 | 16361 hits  | 0 R)

  Le cinéaste Dikonguè Pipa - Les héros nationalistes honorés
( | 23.11.2010 | 13474 hits  | 0 R)

  Ngondo 2010: Foire, animations et gastronomie
( | 22.11.2010 | 19714 hits  | 0 R)

  la troisième édition du Festival Mondial des Arts Nègres
( | 04.11.2010 | 13210 hits  | 0 R)

  ACHILLE MBEMBE: POUR L´ABOLITION DES FRONTIÈRES HÉRITÉES DE LA COLONISATION
( | 03.11.2010 | 15066 hits  | 0 R)

  Gregory Isaacs, Jamaican reggae artist, dies at age 59
( | 30.10.2010 | 16223 hits  | 1 R)

  Calliste Ebenye: Le restaurant Sawa Village devient Mboa´su
( | 21.10.2010 | 16608 hits  | 0 R)

  Manu Dibango - Jean Serge Essous, qui était le maître ?
( | 15.10.2010 | 15151 hits  | 0 R)

  Thomas Eyoum ´a Ntoh: La longue agonie d´un chevalier de la plume
( | 16.09.2010 | 15160 hits  | 0 R)

  Charles Onana: L’Afrique centrale pourrait connaître le scénario rwandais
( | 16.09.2010 | 14082 hits  | 0 R)

  Hommage à Um Nyobé, 52 ans après !
( | 14.09.2010 | 16063 hits  | 1 R)

  Les migraines de la diaspora !
( | 28.08.2010 | 15452 hits  | 2 R)

  L’ultime Reconnaissance - Hommage à nos Hommes d´exception! Merci Pius NDJAWE
( | 06.08.2010 | 12770 hits  | 0 R)

  Décès jeudi de Jean Bikoko, l’un des doyens de la musique camerounaise
( | 22.07.2010 | 16831 hits  | 0 R)

  Le diagnostic d’un échec
( | 18.07.2010 | 12247 hits  | 0 R)

  Au-delà de la débâcle des Lions indomptables au Mondial 2010
( | 25.06.2010 | 16123 hits  | 1 R)

  La Halte du Cinquantenaire ! Par Charles MOUKOURI DINA MANGA BELL
( | 01.06.2010 | 14718 hits  | 0 R)

  Kessern aus Kamerun: Die Biografie eines schwarzen Crailsheimers (1896 - 1981)
( | 22.05.2010 | 19334 hits  | 1 R)

  L´indépendance, il y a 50 ans ! L´indépendance, depuis 50 ans ?
( | 17.05.2010 | 15401 hits  | 0 R)

  Indépendance, la désullision?
( | 27.04.2010 | 12979 hits  | 0 R)

  Cinquante ans de décolonisation africaine
( | 18.03.2010 | 15297 hits  | 0 R)

  Les circonstances de l`assassinat de UM Nyobe, par Louis Noé Mbengan
( | 18.03.2010 | 15027 hits  | 0 R)

  Chefferies traditionnelles du Littoral
( | 04.03.2010 | 23553 hits  | 0 R)

  Peuplesawa rencontre Miss EBENYE BONNY
( | 19.02.2010 | 16714 hits  | 0 R)

  Grand Sawa: Le retour aux démons du «qui perd gagne» dans les Chefferies de la région du Littoral
( | 18.02.2010 | 20088 hits  | 2 R)

  LE PEULE DUALA
( | 15.02.2010 | 24833 hits  | 0 R)

  In Memoriam: Mbella Sonne Dipoko - The Bard Who Dared To Be Different
( | 13.02.2010 | 15460 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks