Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
25.10.2006

Eugène Njo-Léa : Au bout d’une triste prolongation… 

njo lea eugene

Dans les milieux de football, heureusement, on ne l’a jamais oublié. En France comme au Cameroun! Ce sont en effet l’Association des footballeurs camerounais (Afc) et l’Union nationale des footballeurs professionnels de France (Unfp) qui ont pris en charge les frais d’hospitalisation et d’opération de Eugène Njo-Léa, pour près de 3,5 millions de Fcfa, selon le témoignage de David Mayebi. Le président de l’Afc estime que "c’est un monument du football camerounais qui disparaît. Et d’ajouter : nous continuerons le combat de la défense des intérêts des footballeurs dans lequel il s’était tant investi".

Njo-Léa meurt à 75 ans, après s’être alité pendant près d’un an à Douala. Dr Philémon Tamo, le médecin assermenté de l’Afc, qui a diagnostiqué son mal au départ, indique que l’ancien professionnel de Saint-Etienne, de Lyon et de Racing club de Paris, souffrait d’une fracture du col du fémur. "A cet âge, le malade devient forcément grabataire. Nous avons prescrit une opération que sa famille a réalisée dans un établissement hospitalier de la place. L’opération s’était bien passée, et il avait regagné le domicile familial où l’on est venu nous annoncer qu’il est décédé dans la nuit de dimanche à lundi 22 octobre", précise le médecin.
Nous qui avons côtoyé cette légende du football ces cinq dernières années, percevions quand même le déclin progressif de l’homme, chaque fois qu’il nous rendait visite au siège de Mutations à Yaoundé, ce qui lui arrivait régulièrement tant qu’il sentait quelques forces le soutenir.

Crépuscule d’une idole
Son déclin était visible dans la mise de plus en plus négligée de cet ancien diplomate (il faisait par exemple partie de la délégationcamerounais lors de la commission mixte Nigeria-Cameroun du 12 au 14 mai 1970 sur le tracé des frontières entre les deux pays) et dans la démarche laborieuse, à la limite de la claudication, pour un ancien sportif de haut niveau. Pourtant, à chaque occasion, sa source d’inspiration était intarissable quand il s’agissait de parler du football, ce sport qu’il a adoré jusqu’à y sacrifier ses économies dans un rêve fou d’instaurer le football professionnel au Cameroun et même en Afrique. "Je voulais que notre continent se donne les moyens de gagner une Coupe du monde.

Je voulais sensibiliser tous les gouvernements sur la nécessité d’organiser le football, qui peut être une matière première très rentable pour les pays en développement. J’ai fait, à mes frais, le tour de l’Afrique pour cela. Mais le premier chef d’Etat à me soutenir n’était pas un Africain: c’était le Français Georges Pompidou", nous confiait, dépité, en octobre 2001, Eugène Njo-Léa. Et de poursuivre, toujours amer: "Je me suis aperçu que les dirigeants africains avaient leurs priorités ailleurs. Ils sont incapables de prendre des décisions et, davantage, de les exécuter. J’ai compris pourquoi mon ami Diallo Telli disait que l’Oua est un cimetière de résolutions".

Déçu en Afrique, Njo-Léa va se rabattre avec son projet de professionnalisme sur son pays, le Cameroun, où il ne rencontrera guère plus de sympathie. "J’ai rencontré des oppositions de toutes parts. Et je dois remercier le bon Dieu, parce que je pense que ces gens étaient capables de tout, même de me faire disparaître physiquement". Quand il rentre au bercail en 1987 avec le projet de football professionnel dans ses bagages, Eugène Njo-Léa débarque avec quatre clubs professionnels français (Lens, Nancy, Laval et Reims) pour un tournoi à Noël baptisé Cifoot, accompagné d’une quarantaine de journalistes. Dans ses valises également, un engagement écrit de la Société des banques suisses, qui se disait prête à financer l’opération; sans oublier l’accord des sponsors et des équipementiers…

Il voulait juste la caution des autorités camerounaises et l’aval de la Fédération camerounaise de football, et il ne les aura jamais! Il rapporte volontiers cette anecdote: au cours d’un dîner organisé par l’ancien ambassadeur de France à Yaoundé, Yvon Omnes, le ministre des Sports de l’époque confie au diplomate français qu’il va nommer une commission pour étudier le projet de Njo-Léa. Et Denis Ekani, alors secrétaire d’Etat à la Sécurité intérieure, qui prenait part à ce dîner avec une dizaine d’autres membres du gouvernement, de demander à son collègue: "Monsieur le ministre, voulez-vous faire croire que vous avez dans votre département des experts qui peuvent juger un projet sur le football professionnel élaboré par M. Njo-Léa?"

Footballeur et diplomate
Plus que jamais, le comité créé était destiné à tuer le projet. Son géniteur, qui avait sué sang, eau et argent pour le monter, s’en mordait encore les doigts jusqu’à son dernier souffle. Il nous confiait encore, l’émotion pleine dans la voix: "Si je meurs maintenant, sans que ce projet aboutisse, je m’en irai très triste. J’aurai le sentiment de n’avoir pas donné à mon pays tout ce que j’aurais pu lui apporter". Il est effectivement mort comme ça, avec son projet de football professionnel au poids mort…
Boursier de l’Etat camerounais, Eugène Njo-Léa quitte son pays en 1951 après l’obtention du Bepc au Collège moderne de Nkongsamba, l’ancêtre du lycée de Manengoumba. Il n’a guère le temps d’évoluer que pendant six mois à Vent Lalanne, un club de Douala créé par un expatrié français. Arrivé en France, il joue dans un club régional, Roanne, juste pour le plaisir, puisque le motif de son arrivée en Hexagone est de poursuivre ses études. Mais, dès son premier match, il inscrit 11 buts à lui tout seul sur les 12 filés à l’adversaire. Cet exploit ne laisse guère l’As Saint-Etienne indifférent qui l’enrôle dès que Njo-Léa s’inscrit dans le lycée de la ville. Il fait partie de l’effectif qui remporte, en 1957, le premier titre de champion de France de l’histoire du club stéphanois.

Puis, les études supérieures l’amènent à 60 kilomètres de là, à Lyon (Saint-Etienne n’avait pas d’université). Il continue à jouer pour les Verts, mais fatigué de faire des va-et-vient entre les deux villes, il enfilera aussi le maillot de l’Olympique lyonnais. Dans la capitale des Gones, il a le temps d’obtenir le diplôme d’études supérieures en droit public, avant de monter à Paris où il s’inscrit à l’Institut des hautes études d’Outer-mer. C’est aussi l’occasion de porter le maillot rayé de Racing club de Paris. Devenu diplomate stagiaire à Rome, il essaye au début de continuer à jouer pour Racing de Paris. Mais l’exercice d’équilibrisme entre deux activités n’a pas résisté entre deux pays, et Njo-Léa raccroche ses godasses pour embrasser définitivement une carrière de diplomate, qui l’amènera dans quelques ambassades du Cameroun en Europe et auprès du secrétaire général de l’Oua, son ami guinéen Diallo Telli.

Le football, il en garde évidemment un goût amer avec son rêve brisé de football professionnel et le fait que des coups bas administratifs aient empêché son fils unique, William Njo-Léa, de porter les couleurs des Lions indomptables. Mais l’homme à l’humour décapant en a gardé aussi de très bons souvenirs. Comme quand il est deuxième meilleur buteur du championnat de France en 1957, derrière la légende Just Fontaine, comme quand il joue contre son idole Pelé au cours d’un match de gala en France, comme quand il fait partie des fondateurs (eh oui, France Football l’a confirmé!) de l’Unfp, le puissant syndicat des footballeurs professionnels en France. Du football, il disait surtout avoir appris deux principes de vie: "1. quand on commence une entreprise, il faut aller jusqu’au bout, jusqu’au coup de sifflet final; 2. quels que soient sa force et son talent, on ne peut rien faire tout seul". Comme ça sonne vrai au lendemain de sa disparition!


Lire aussi: Richard Ekoka Sam Ewandè: l´un des premiers hommes de medias au Cameroun

 

Source: Mutations | Hits: 21958 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(4)

PLUS DE NOUVELLES


  Le trésor que l’Allemagne doit au Cameroun
( | 07.12.2006 | 14664 hits  | 0 R)

  le rideau est tombé sur les cérémonies du Ngondo 2006
( | 06.12.2006 | 12885 hits  | 0 R)

  Le message du NGONDO 2006 - L’UNITE ENTRE TOUS LES CHEFS
( | 04.12.2006 | 12750 hits  | 0 R)

  Ngondo : Le vase sacré attend recevoir le message ancestral
( | 30.11.2006 | 12927 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 Kicks Off by. Joe Dinga Pefok, PostNewsLine
( | 29.11.2006 | 15103 hits  | 0 R)

  Interview du Chef Supérieur Deido Essaka Ekwalla Essaka
( | 18.11.2006 | 12701 hits  | 0 R)

  Origine du Ngondo
( | 15.11.2006 | 15880 hits  | 0 R)

  Ngondo: Espoir d´une jeunesse déracinée.
( | 15.11.2006 | 13114 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Le Programme officiel
( | 15.11.2006 | 12235 hits  | 0 R)

  LA VEILLEE DU NGONDO
( | 14.11.2006 | 16705 hits  | 0 R)

  LE NGONDO.....par Maître DOUALA MOUTOME
( | 14.11.2006 | 14822 hits  | 0 R)

  La célébration du Ngondo
( | 14.11.2006 | 12312 hits  | 0 R)

  LE NGONDO - Le Paradis Tabou - Autopsie d´une culture assassinée - Ebele Wei ( Valère EPEE)
( | 12.11.2006 | 20086 hits  | 3 R)

  Temoignage: Ces pionniers qui s’en vont
( | 11.11.2006 | 17259 hits  | 0 R)

  LE BOURBIER IVOIRIEN (par Sam Ekoka Ewande)
( | 08.11.2006 | 11627 hits  | 0 R)

  Initiatives : le pied du Dr Paul Ngallè Menessier à l’étrier
( | 30.10.2006 | 19900 hits  | 2 R)

  ACTION de GRACE du Dr. MENESSIER
( | 30.10.2006 | 17591 hits  | 1 R)

  SAMUEL EBANDA II - Le muezzin de la culture camerounaise gravement malade
( | 29.10.2006 | 18299 hits  | 0 R)

  NJO LEA : LE REVE BRISE
( | 26.10.2006 | 13790 hits  | 0 R)

  LE “KABA NGONDO” - exposition "Lambo la tiki" Douala
( | 24.10.2006 | 26459 hits  | 0 R)

  PEUPLE SAWA: avant de passer à l´action - TROISIEME FEUILLE DE ROUTE
( | 22.10.2006 | 24735 hits  | 2 R)

  Aftermath of the Trial
( | 22.10.2006 | 13820 hits  | 0 R)

  Epilogue
( | 22.10.2006 | 13763 hits  | 0 R)

  Mpondo´s Reply
( | 19.10.2006 | 19066 hits  | 0 R)

  The Charges
( | 19.10.2006 | 17753 hits  | 0 R)

  Dr. Levi´s Defense
( | 19.10.2006 | 16757 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Overview of the Legal Context
( | 16.10.2006 | 30045 hits  | 2 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Background to the Trial
( | 16.10.2006 | 24475 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Dr. Moses Levi of Altona defending Prince Mpondo from Kamerun
( | 12.10.2006 | 27104 hits  | 1 R)

  Moukouri Manga Bell : L’opposant à la retraite
( | 12.10.2006 | 14854 hits  | 0 R)

  Adolf Lotin Same, fondateur de la 1ère Eglise Africaine au Cameroun
( | 07.10.2006 | 34189 hits  | 1 R)

  Le Pasteur LOTIN SAME
( | 06.10.2006 | 29719 hits  | 2 R)

  Rires et larmes pour Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 20095 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin comme vous ne l’avez pas connu : Protais Ayangma : l’écorché vif que j’aimais
( | 06.10.2006 | 19678 hits  | 0 R)

  Hommage à un poète bantou: Eboa Lotin chroniqueur du quotidien
( | 06.10.2006 | 19063 hits  | 0 R)

  Hommage à EBOA LOTIN, poète, artiste et journaliste
( | 06.10.2006 | 18976 hits  | 0 R)

  Réaction sur l´article "Le Pasteur Lotin Same"
( | 06.10.2006 | 18114 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin, neuf ans déjà
( | 06.10.2006 | 17874 hits  | 0 R)

  La classe de l’oncle Tom
( | 06.10.2006 | 17740 hits  | 0 R)

  Hommage appuyé à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 17639 hits  | 0 R)

  L´Intérieur de la nuit - Léonora Miano
( | 06.10.2006 | 11419 hits  | 0 R)

  Suzanne Kala Lobé : Il tournait ses souffrances en dérisions
( | 06.10.2006 | 19151 hits  | 0 R)

  Rires et larmes pour un poète bantou : Trente jours pour rendre hommage à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 23859 hits  | 2 R)

  COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA
( | 04.10.2006 | 15610 hits  | 0 R)

  ENCORE ET TOUJOURS LE HAPPENING; par Sam Ekoka Ewande
( | 04.10.2006 | 13975 hits  | 0 R)

  Christine Njeuma: Cameroon´s Pioneer Female Pilot
( | 28.09.2006 | 20667 hits  | 0 R)

  Sarah Etonge, one of the greatest Sawa woman athletes
( | 28.09.2006 | 16768 hits  | 0 R)

  Bana Ba Nyué de Adrien Eyango
( | 28.09.2006 | 9777 hits  | 0 R)

  L’Ecole Maternelle est le Cimetière de nos Cultures et Langues
( | 27.09.2006 | 13068 hits  | 0 R)

  Sawanité : La rentrée
( | 24.09.2006 | 14036 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks