Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
26.02.2011

Livre: COMMENT L´AFRIQUE EN EST ARRIVEE LA, par Axelle Kabou 

Contrairement à ce qu’on raconte, l’histoire de la marginalisation de l’Afrique subsaharienne et celle de l’irruption de ce thème dans les débats internationaux ne sont pas identiques. C’est précisément ce que des décennies d’empoignades sur les conséquences de la-traite-la-colonisation-les-indépendances, auxquelles on attribue cette marginalisation, n’ont pas réussi à faire comprendre et qu’il importe d’expliquer, avant le prochain effondrement des cours des matières premières….

En effet, la première histoire se met en place dès la fin de la préhistoire … la seconde histoire est un bréviaire fabriqué et diffusé, à partir de la fin des années 1970, par des institutions internationales universelles ou africaines, avec l’appui des milieux académiques et des médias. C’est dire !

La marginalisation des économies subsahariennes ou, au contraire, leurs perspectives d’insertion réussie, ne sont pas réductibles aux deux ou trois tendances hérissées de pourcentages auxquelles la littérature internationale officielle tend à les confiner….

Sans doute, est-il temps, à cet égard, de revenir au cœur du problème en convenant que les capacités concurrentielles d’une région donnée relèvent, avant tout, de la production de soi et du changement social compris comme des processus historiques et non comme le résultat de tripatouillages, de conjectures écrites à l’encre rose. Le premier de ces processus commence par un drame fondateur universel ayant pour enjeu la capacité des sociétés de produire et maîtriser leur histoire. Le second, qui a trait à l’obligation d’emprunter et de se mélanger, concerne l’aptitude des sociétés à respirer plus amplement au sortir d’étreintes et de rixes avec autrui. Tels sont les thèmes de ce livre.

La nécessité de s’inventer, de se réinventer s’ouvre, sous toutes les latitudes, par des questions identiques, d’ampleur variable, qui sont autant de défis…

Ces questions, résolues avec plus ou moins de bonheur, d’un lieu à l’autre, constituent autant d’expériences…. En Afrique, comme dans bien d’autres régions du globe, cette expérience reste fortement marquée par des difficultés à faire trois choses d’une importance capitale : premièrement, changer significativement de manière de produire et accumuler la richesse ; en deuxième lieu, générer et utiliser les connaissances ; et enfin, donner un nouveau sens à ces activités afin d´affermir le plancher de la vie chez soi et soutenir la concurrence au plan intercontinental. Cette infirmité historique est au cœur de cet essai.

Il est urgent, en effet, de : mettre à distance cette représentation dominante de l’évolution de l’Afrique subsaharienne, dans les échanges mondiaux, qui se repaît de tendances éphémères et écrit l’avenir en fonction de l’air du temps ; expliquer le rapport entre le passé et le présent ; raccorder ce dernier à la très vieille et singulière histoire de l’insertion de cette région dans des réseaux d’échanges intercontinentaux car la ‘compétitivité’ n’émerge pas du vide.

Ce livre s’y emploie en proposant des réponses à quelques questions cardinales : que dit cette représentation ? Dans quel contexte a-t-elle été élaborée ? Par qui ? Avec quelles lacunes et quelles conséquences ? L’Afrique est-elle plus marginalisée qu’insérée dans les échanges internationaux ? Si oui, depuis quand et par quels processus ? Que recouvre exactement la notion de marginalisation ? Peut-on, comme le veut une pratique désormais consacrée, augurer des futurs des économies subsahariennes, en faisant fi de leur histoire ? Dans la négative, jusqu’où faudrait-il remonter ? Quel passé convient-il de convoquer ? Plus spécifiquement, quel traitement réserver à ‘la traite et la colonisation’, aux indépendances ? …
… cet essai n’a, … aucune ambition académique. Il tient compte des rumeurs de son époque mais n’augure de rien. Il a, plus modestement, pour objectifs : d’expliquer comment et, à partir de quels lieux, on parle, depuis trente ans, de l’insertion des économies africaines subsahariennes dans le commerce international ; fournir, au public le plus large possible, des informations pertinentes sur la véritable histoire de leur participation à ces échanges.

Ce livre s’adresse, par conséquent, à tous ceux qui, lassés de pronostics plus ou moins radieux, aimeraient, avant de se perdre en conjectures, comprendre comment l’Afrique subsaharienne en est arrivée à occuper sa place actuelle dans le monde. Et pourquoi il lui est difficile de la quitter…

…L’Afrique est-elle, condamnée à être la dernière frontière du capitalisme officiel ? Est-elle vouée à saisir une telle opportunité pour modifier son rang et son rôle dans le monde ? Si oui, pourquoi « la réinvention du capitalisme » s’y traduit-elle, depuis le XVe siècle au moins, par la prédation, la violence, la guerre, des conflits résurgents, l’apparition et la disparition d’États brigands, de seigneurs de la guerre, de bandes armées, de mercenaires et d’enfants-soldats, d’hégémonies militaires esclavagistes au souffle court et au territoire fuyant ; de régimes politiques vitrifiés, l’accaparement des ressources locales par des entrepreneurs politiques de tout poil, qui ne cessent de s’entre-tuer et tuer des Africains à la moindre odeur d’argent ?

Pourquoi ces expériences, somme toute, universelles, de déchaînements de violence liées à la captation des richesses, à la recherche de domination, ne se soldent-elles pas par une préférence marquée des couches dominantes des sociétés africaines pour des stratégies privilégiant l’investissement, la productivité, l’élargissement de la prospérité matérielle à un nombre croissant d’individus, par le travail, comme cela s’est fait ailleurs ? Qu’est-ce qui, en un mot a manqué et manque de nos jours encore pour que la mayonnaise prenne ?

Cet essai n’a qu’une ambition : sortir le débat sur la marginalisation ou le décollage de l’Afrique de la conversation de comptoir auquel il se résume depuis trente ans…

Axelle Kabou


TABLE DE MATIERES

AVANT-PROPOS
POURQUOI CE LIVRE ?

1. LA MARGINALISATION EN QUESTIONS

Chapitre 1 : De quoi parle-t-on ?

2. CHRONIQUE D’UNE HISTOIRE TRES ABREGEE
Chapitre 1 : Un sérieux lifting

3. MARGINALISEE OU EN VOIE DE DÉCOLLAGE ?
Chapitre 1 : Sortir de l’ordre mondial
Chapitre 2 : S’adapter à l’ordre mondial
Chapitre 3 : Déconnectés et dangereux
Chapitre 4 : Des malfrats de deuxième zone
Chapitre 5 : La dernière frontière ?

4. MARGINALITE STRUCTURELLE OU MARGINALISATION ?
Chapitre 1 : Ça remonte à quand ?
Chapitre 2 : Seul au monde ?
Chapitre 3 : Un mauvais tour cosmique
Chapitre 4 : Cueillir ou produire : là est la question
Chapitre 5 : Un mode d’insertion ancien

5. DES SYSTÈMES DE DOMINATION FOIREUX
Chapitre 1 : Tabous et préjugés
Chapitre 2 : Qui a vendu qui ?
Chapitre 3 : En échange de gnôle et de verroterie ?
Chapitre 4 : Une défaite totale
Chapitre 5 : Des rencontres explosives

6. TROP DE PERMANENCES, PAS ASSEZ DE RUPTURES
Chapitre 1 : Les legs de l’Afrique négrière
Chapitre 2 : Des changements rachitiques

CONCLUSION

 

Source:  | Hits: 20252 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  " Bolo O Munja "
( | 10.11.2005 | 19010 hits  | 0 R)

  Léopold Moum’Etia: Un cheminot passionné d’histoire
( | 09.11.2005 | 21115 hits  | 0 R)

  Miss Ngondo 2005 Opened To Southwest
( | 25.10.2005 | 21653 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE
( | 25.10.2005 | 19221 hits  | 0 R)

  Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur
( | 24.10.2005 | 17364 hits  | 0 R)

  DOUALA est promise à un bel avenir
( | 24.10.2005 | 17095 hits  | 0 R)

  Le NGUM : le combat
( | 24.10.2005 | 16260 hits  | 0 R)

  Le NGUM: Les techniques de combat
( | 24.10.2005 | 16092 hits  | 0 R)

  Apprendre le Duala
( | 23.10.2005 | 92411 hits  | 3 R)

  Bakossi Cultural and Development Association in the USA
( | 23.10.2005 | 29353 hits  | 2 R)

  Vive émotion dans la rue Dikoumè Bell, à Bali.
( | 23.10.2005 | 22898 hits  | 2 R)

  Le Mont Cameroun Bar: L´autre écurie des créateurs du Makossa
( | 23.10.2005 | 19544 hits  | 0 R)

  DAVUM Bar: Le berceau des Black Styl’s
( | 23.10.2005 | 26229 hits  | 1 R)

  MAKOSSA - LA RENAISSANCE
( | 22.10.2005 | 27948 hits  | 1 R)

  EPASSA MOTO: Opéra classique camerounais
( | 22.10.2005 | 15468 hits  | 0 R)

  LE PHARAON INATTENDU.... par Thierry Mouelle II
( | 22.10.2005 | 15259 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 22347 hits  | 0 R)

  Les funérailles de Julia; par Blaise N´Djehoya
( | 19.10.2005 | 20612 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Restaurer les droits de la veuve. par Pr. Stanislas Melone
( | 17.10.2005 | 21276 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Rites de Veuvage chez les Duala
( | 16.10.2005 | 25591 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com rend hommage à EBOA LOTIN
( | 04.10.2005 | 28756 hits  | 4 R)

  Identité : Rudolf Douala Manga Bell
( | 29.09.2005 | 21368 hits  | 0 R)

  Au temps où Sawa rimait avec Bolo
( | 28.09.2005 | 17264 hits  | 0 R)

  Instrument musical d´accompagnement: Le Muken
( | 24.09.2005 | 18726 hits  | 0 R)

  Quand les Chinois dansent l´Assiko!
( | 24.09.2005 | 14725 hits  | 0 R)

  Que signifie l´expression AMBASS BEY?
( | 17.09.2005 | 27922 hits  | 2 R)

  Paul SOPPO PRISO et l´Histoire des Hommes d’Affaires Camerounais
( | 16.09.2005 | 45747 hits  | 0 R)

  Croyance, Réligiosité, Société Sécrète : Le Njée ou Gué
( | 14.09.2005 | 17382 hits  | 0 R)

  ... du " JENGU " au " NGONDO "...
( | 12.09.2005 | 28506 hits  | 4 R)

  Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa
( | 03.09.2005 | 20315 hits  | 0 R)

  Plus SAWA qu´un BATANGA, il y a pas
( | 28.08.2005 | 20452 hits  | 0 R)

  Henriette Noëlle Ekwé : Nyangon, le militantisme à fleur de peau
( | 28.08.2005 | 18676 hits  | 0 R)

  " Evolution Culturelle, Dynamiques identitaires et Traditions ...." par Denise EPOTE DURAND
( | 26.08.2005 | 23294 hits  | 3 R)

  Djebale : L’île éternellement rebelle
( | 25.08.2005 | 20927 hits  | 3 R)

  Les Black Styl’s
( | 04.08.2005 | 18543 hits  | 0 R)

  L´IDENTITE CULTURELLE EN QUESTION
( | 01.08.2005 | 19043 hits  | 0 R)

  UN ESCLAVE LIBERATEUR
( | 01.08.2005 | 15797 hits  | 0 R)

  RESUME & INTRODUCTION
( | 31.07.2005 | 16213 hits  | 0 R)

  Le procès du Roi Rudolph Douala Manga Bell Martyr de la Liberté - Joel KONDO
( | 30.07.2005 | 19433 hits  | 0 R)

  LA CHEFFERIE DE DEIDO
( | 30.07.2005 | 18638 hits  | 0 R)

  Le Cameroun aujourd´hui - Anne Debel
( | 30.07.2005 | 17192 hits  | 0 R)

  Retour à Douala - Marie-Félicité Ebokéa
( | 30.07.2005 | 16731 hits  | 0 R)

  L´ORIGINE DES DEIDO d´après IDUBWAN BELE BELE (2)(I.B.B).
( | 30.07.2005 | 16498 hits  | 0 R)

  CHOC DES CULTURES
( | 30.07.2005 | 16298 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BAFOUM et LA GUERRE DE MBONJO
( | 30.07.2005 | 15791 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BONA LEMBE A DEIDO
( | 30.07.2005 | 15752 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE MADUBWALE
( | 30.07.2005 | 14808 hits  | 0 R)

  Francis Bebey: Un génie intégral et immortel
( | 26.07.2005 | 22752 hits  | 3 R)

  Miss Ngondo 2000 en vidéo !
( | 24.07.2005 | 22002 hits  | 5 R)

  Réaction sur l´article "Douala, ville d´Alfred Saker"
( | 20.07.2005 | 21193 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks