Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
15.02.2007

Belka Tobis : parle de son Cool Assiko, Concerts et DVD 


























Revenu au Cameroun à la faveur des spectacles, l’artiste parle de son dernier album.  Propos recueillis par Dippah Kayessé

Vous voilà enfin au Cameroun…Comment s’est déroulé l’accueil?

Il faut dire que ce fut un très grand moment de retrouvailles. Pour quelqu’un parti du pays depuis un bon bout de temps et qui n’avait pas joué devant son aimable public, j’ai eu quelques appréhensions. Mais, plus de peur que de mal. A la descente d’avion, il y avait du beau monde pour m’accueillir. Tout le monde a tenu à m’accompagner jusqu’à mon hôtel. Et le 10 février dernier au Parc des princes à Bali, à l’occasion de mon premier spectacle, ce fut encore la grande communion avec mon public. Debout, le public a chanté avec moi tout au long du spectacle. Dans la rue, je reçois continuellement des sourires, des mots de gratitude… c’est sympa.

Qu’est ce qui justifie que vous soyez resté longtemps sans mettre les pieds au Cameroun?

Un artiste ne se déplace pas comme un touriste. Pour l’artiste, tout est programmé à l’avance, des contrats signés, des réservations d’hôtel…. Il vaut mieux attendre quelque part plutôt que de se faire rouler dans la farine. J’étais là l’année dernière au mois de mars pour une série de spectacles. Malheureusement, à cause des incompréhensions avec les organisateurs, j’ai choisi de repartir sans toutefois jouer. Parti tout récemment en France, il fallait d’abord me battre pour mon intégration sociale, chose toujours pas facile. De toutes les façons, je reste très attaché au Cameroun où vivent tous ceux qui me sont chers.

Dans le milieu des artistes, on a entendu parlé de votre séjour présumé en prison. Qu’en était-il exactement?

(Eclats de rire). Je n’ai jamais été en prison pour quelle que raison que ce soit. Je mène une vie d’artiste assez paisible et sans problème en France. Il faut avouer que la vie d’un homme est faite d’amis et de détracteurs. Malheureusement, ces derniers sont toujours plus nombreux. Il est vrai que je suis resté un long moment sans faire signe de vie ; mais cela ne devrait pas être une source d’inspiration malsaine pour mes détracteurs. En dehors de quelques spectacles aux cotés de Chantal Ayissi et de Ben Decca, seul dans mon coin, je travaillais sur mon nouvel album.

Votre chanson Aye Mok est-elle une réponse à vos détracteurs?

Avant d’être une réponse à mes nombreux détracteurs, c’est d’abord une lettre faite à ma maman. Agée aujourd’hui de 75 ans, la crise cardiaque est aux abois et la moindre mauvaise nouvelle pourrait facilement l’emporter. Elle a beaucoup souffert ces derniers temps des mille et une fausses histoires racontées à mon sujet. Je suis heureux de savoir qu’elle a bien perçu le message et que, pour elle, la vraie version c’est celle de son fils et rien d’autre. Depuis mon arrivée, elle ne cesse de danser et de fredonner les mots de cette chanson.

Depuis la France, aviez-vous les échos des nouveautés musicales au Cameroun?
Pour un artiste, c’est évident. J’ai toujours gardé une oreille attentive sur les mouvements des autres artistes. J’ai eu des échos de Narcisse Pryze, Sergeo Polo… et bien d’autres qui nous arrosent de leurs sonorités. Il faut reconnaître que les musiciens camerounais portent assez haut l’étendard du pays en dépit des problèmes qu’ils rencontrent au quotidien. Ce n’est toujours pas encourageant de transpirer à grosses gouttes pour réaliser une œuvre et de ne pas bénéficier de ses fruits.

Vous débarquez au Cameroun au moment où votre album fait fureur. Vous vous y attendiez?

Je ne suis nullement surpris par les effets que produit cet album dans les cœurs des mélomanes. Ce n’est pas la première fois qu’un tel accueil est réservé à mes œuvres. Ce fut pareil en 1995 avec le premier et en 1997 avec le second. Belka Tobis est donc un habitué des succès à grande échelle. J’ai beaucoup de respect pour les mélomanes. Il est hors de question pour moi de leur livrer n’importe quoi. L’album actuellement sur le marché est le résultat d’un travail sacré et de longue haleine.

Et si vous parliez de cet album.

En gros, j’ai mis quatre ans pour écrire les textes et la musique de cet album. Unique garçon, j’ai de tous les temps été entouré par mes sœurs raison pour laquelle cet album est en partie dédié à la femme, mère de l’humanité. D’autre part, les textes, je ne vais jamais les chercher loin, je m’inspire de la vie autour de moi. Conscient de la dimension que je voulais donner à ce produit, j’ai pris contact avec Toto Guillaume pour son arrangement. N’oublions pas que Toto Guillaume reste un des meilleurs arrangeurs de la musique camerounaise. L’album est sur le marché depuis pratiquement huit mois. Il faut avouer que mes albums démarrent toujours timidement. En plus de çà, celui-ci a eu quelques problèmes au niveau de la promotion. C’est la maison Flash qui devait assurer sa distribution. La fermeture de cette maison à la dernière minute va porter un grand coup à l’album.

Maintenant que vous êtes là, comptez-vous rester longtemps ? Quel est le programme de votre séjour?

Je viens pour une série de spectacles programmés depuis Paris. J’ai commencé samedi dernier au Parc des princes de Bali. Je poursuivrai au Cinéma le Wouri le vendredi 16 février et au collège de la Salle à Douala le samedi 17 février en compagnie de Annie Anzouer, Hey Aladji. Après Douala nous nous rendrons à Yaoundé pour un concert programmé le 18 février. Depuis mon arrivée, je suis sollicité par des organisateurs de spectacles qui voudraient bien me voir me produire dans quelques boites de nuit de la place et autres cabarets. Je reste ouvert à toutes les propositions. Après quoi, je repartirai en France préparer la sortie prochain d’un Dvd plein d’images, tel est d’ailleurs mon projet pour cette année.

=======================

Belka Tobis: le pangolin lyrique du Cameroun


Découverte musicale du week-end (via le blog enfantdukmer), Belka Tobis (cuisse de pangolin en langue Basaa) depeint la societe Camerounaise dans un lyrisme que d´aucuns voient comme un héritage d´Eboa Lotin (on veut bien le croire). Il chante en langue basaa mais étend son rythme au dela de l´Assiko vers le Makossa ou de Makoume.
Dans un lyrisme fort, il nous decrit un Cameroun en mots et en maux, et ce faisant relève le niveau de la production de Makossa actuelle en restant dans des tonalités pures et langoureuses et des thèmes d´actualité.

Cathy Yogo du Quotidien Mutations décrit l´album en ces termes "
dans un style poétique, le chanteur relate les scènes de la vie quotidienne. Il parle de la jalousie, l´amour, la souffrance, la prostitution, la médisance, etc. [..."Ayé Mock"] raconte l´histoire d´un jeune homme dont le départ pour l´Europe suscite des commentaires divers. Tandis que certains de ses parents restés au pays pensent qu´il est en prison, d´autres, par contre, lui reprochent de ne pas les aider assez. [...]Par contre, "Wem Nkana", (Mon blanc), deuxième titre de l´album, traduit les lamentations d´une prostituée."


Belka Tobis : Le pangolin fait du charme

Dans son dernier album l´artiste peint la société camerounaise dans sa réalité.
Cathy Yogo
Eboa Lotin a non seulement laissé à la postérité une immense œuvre musicale, mais aussi des artistes dignes de ce nom. On peut ainsi citer Belka Tobis qui se réclame vivement de son école. Dans son nouvel album, dans un style poétique, le chanteur relate les scènes de la vie quotidienne. Il parle de la jalousie, l´amour, la souffrance, la prostitution, la médisance, etc.
"Ayé Mock", le titre phare de cet album de huit titres, est quasiment chanté en langue bassa, ethnie dont est originaire Belka Tobis. Un véritable chef d´œuvre qui n´a rien à voir avec le manque d´inspiration de certains artistes qui animent la scène musicale camerounaise. Les textes de "Ayé Mock" (il est en prison) sont assez bien construits.

Cette chanson raconte l´histoire d´un jeune homme dont le départ pour l´Europe suscite des commentaires divers. Tandis que certains de ses parents restés au pays pensent qu´il est en prison, d´autres, par contre, lui reprochent de ne pas les aider assez. Le fait n´est pas nouveau. Surtout dans ce contexte où beaucoup pensent que l´Occident est une sorte d´Eldorado où ceux qui y vivent se remplissent les poches.
Par contre, "Wem Nkana", (Mon blanc), deuxième titre de l´album, traduit les lamentations d´une prostituée. On l´affuble de tous les noms d´oiseaux. Fille de rue, "wolowos", bordel, "sapaque" sont autant de sobriquets qui, pleure-t-elle, lui collent à la peau comme les galons des hommes en tenue. Mise en quarantaine par les siens, désargentée à force de s´acheter des tenues sexy pour s´attirer de la clientèle, cette mère d´enfant demande aux uns et autres, notamment à Samuel Eto´o de lui trouver un compagnon de race blanche. Qu´importe sa présentation physique et sa classe sociale.

Viennent ensuite des titres comme "Je suis fidèle" et "Attention femme marié" où une femme avoue son impuissance à résister aux avances d´un homme marié qui l´affuble de mots d´amour : ma crème, ma puce etc. Dans un timbre vocal grave et une sonorité instrumentale particulière, l´artiste fait valoir son individualité. Difficile toutefois de donner un rythme exact à ses chansons. Belka Tobis offre à ses fans un mélange de makossa, d´assiko et de makoumè. Dans ce cocktail de rythmes, Belka Tobis a réussi à mettre les mots à la place qu´il faut. Evitant de blesser les sensibilités, à certains moments le chanteur utilise des synonymes fouillés dans le bassa profond. Il désigne par exemple l´appareil génital de la femme par la kola du monde. A travers son 5ème album, Belka Tobie dont la traduction française du nom signifie la cuisse du pangolin, imprime ses marques dans la terre comme l´animal dont il porte le nom.

Chanteur de charme comme il se définit, Belka Tobis dont le nom signifie la cuisse du pangolin en français, reste surtout fidèle au style qui l´a fait découvrir au grand public à la fin des années 90, à travers le titre "Je demande pardon". Riche en textes, langoureux, dansant, et qui permet surtout de lever le préjugé selon lequel il y a des langues qui conviennent mieux à la chanson que d´autres. Finalement, c´est le talent de l´artiste qui est le plus important.

A écouter
Ayé Mock
Wem Nkana
Attention femme marié
Manton ni pasto

 

Source:  | Hits: 19372 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  le rideau est tombé sur les cérémonies du Ngondo 2006
( | 06.12.2006 | 11507 hits  | 0 R)

  Le message du NGONDO 2006 - L’UNITE ENTRE TOUS LES CHEFS
( | 04.12.2006 | 11253 hits  | 0 R)

  Ngondo : Le vase sacré attend recevoir le message ancestral
( | 30.11.2006 | 11450 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 Kicks Off by. Joe Dinga Pefok, PostNewsLine
( | 29.11.2006 | 13527 hits  | 0 R)

  Interview du Chef Supérieur Deido Essaka Ekwalla Essaka
( | 18.11.2006 | 11474 hits  | 0 R)

  Origine du Ngondo
( | 15.11.2006 | 14628 hits  | 0 R)

  Ngondo: Espoir d´une jeunesse déracinée.
( | 15.11.2006 | 11722 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Le Programme officiel
( | 15.11.2006 | 11053 hits  | 0 R)

  LA VEILLEE DU NGONDO
( | 14.11.2006 | 15275 hits  | 0 R)

  LE NGONDO.....par Maître DOUALA MOUTOME
( | 14.11.2006 | 13460 hits  | 0 R)

  La célébration du Ngondo
( | 14.11.2006 | 11063 hits  | 0 R)

  LE NGONDO - Le Paradis Tabou - Autopsie d´une culture assassinée - Ebele Wei ( Valère EPEE)
( | 12.11.2006 | 18393 hits  | 3 R)

  Temoignage: Ces pionniers qui s’en vont
( | 11.11.2006 | 15450 hits  | 0 R)

  LE BOURBIER IVOIRIEN (par Sam Ekoka Ewande)
( | 08.11.2006 | 10411 hits  | 0 R)

  Initiatives : le pied du Dr Paul Ngallè Menessier à l’étrier
( | 30.10.2006 | 18252 hits  | 2 R)

  ACTION de GRACE du Dr. MENESSIER
( | 30.10.2006 | 15976 hits  | 1 R)

  SAMUEL EBANDA II - Le muezzin de la culture camerounaise gravement malade
( | 29.10.2006 | 16563 hits  | 0 R)

  NJO LEA : LE REVE BRISE
( | 26.10.2006 | 12398 hits  | 0 R)

  Eugène Njo-Léa : Au bout d’une triste prolongation…
( | 25.10.2006 | 20363 hits  | 4 R)

  LE “KABA NGONDO” - exposition "Lambo la tiki" Douala
( | 24.10.2006 | 24338 hits  | 0 R)

  PEUPLE SAWA: avant de passer à l´action - TROISIEME FEUILLE DE ROUTE
( | 22.10.2006 | 22875 hits  | 2 R)

  Aftermath of the Trial
( | 22.10.2006 | 12520 hits  | 0 R)

  Epilogue
( | 22.10.2006 | 12380 hits  | 0 R)

  Mpondo´s Reply
( | 19.10.2006 | 17230 hits  | 0 R)

  The Charges
( | 19.10.2006 | 16113 hits  | 0 R)

  Dr. Levi´s Defense
( | 19.10.2006 | 15205 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Overview of the Legal Context
( | 16.10.2006 | 28274 hits  | 2 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Background to the Trial
( | 16.10.2006 | 22151 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Dr. Moses Levi of Altona defending Prince Mpondo from Kamerun
( | 12.10.2006 | 25100 hits  | 1 R)

  Moukouri Manga Bell : L’opposant à la retraite
( | 12.10.2006 | 13601 hits  | 0 R)

  Adolf Lotin Same, fondateur de la 1ère Eglise Africaine au Cameroun
( | 07.10.2006 | 31878 hits  | 1 R)

  Le Pasteur LOTIN SAME
( | 06.10.2006 | 27510 hits  | 2 R)

  Rires et larmes pour Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 18355 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin comme vous ne l’avez pas connu : Protais Ayangma : l’écorché vif que j’aimais
( | 06.10.2006 | 17882 hits  | 0 R)

  Hommage à un poète bantou: Eboa Lotin chroniqueur du quotidien
( | 06.10.2006 | 17335 hits  | 0 R)

  Hommage à EBOA LOTIN, poète, artiste et journaliste
( | 06.10.2006 | 17285 hits  | 0 R)

  Réaction sur l´article "Le Pasteur Lotin Same"
( | 06.10.2006 | 16445 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin, neuf ans déjà
( | 06.10.2006 | 16282 hits  | 0 R)

  La classe de l’oncle Tom
( | 06.10.2006 | 16050 hits  | 0 R)

  Hommage appuyé à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 15826 hits  | 0 R)

  L´Intérieur de la nuit - Léonora Miano
( | 06.10.2006 | 10158 hits  | 0 R)

  Suzanne Kala Lobé : Il tournait ses souffrances en dérisions
( | 06.10.2006 | 17320 hits  | 0 R)

  Rires et larmes pour un poète bantou : Trente jours pour rendre hommage à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 22016 hits  | 2 R)

  COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA
( | 04.10.2006 | 14311 hits  | 0 R)

  ENCORE ET TOUJOURS LE HAPPENING; par Sam Ekoka Ewande
( | 04.10.2006 | 12498 hits  | 0 R)

  Christine Njeuma: Cameroon´s Pioneer Female Pilot
( | 28.09.2006 | 18957 hits  | 0 R)

  Sarah Etonge, one of the greatest Sawa woman athletes
( | 28.09.2006 | 15210 hits  | 0 R)

  Bana Ba Nyué de Adrien Eyango
( | 28.09.2006 | 8718 hits  | 0 R)

  L’Ecole Maternelle est le Cimetière de nos Cultures et Langues
( | 27.09.2006 | 11970 hits  | 0 R)

  Sawanité : La rentrée
( | 24.09.2006 | 12506 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks