Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
03.07.2007

Ngondo 1991: Remember EKE EBONGUE 

D´interdictions intempestives en rebondissements spectaculaires et inattendus, le Ngondo nous a habitués à un destin propre à l´hydre: rapport avec cette créature des eaux, il n´en finit pas de renaitre. C´est grâce à ctte vitalité étonnante que toutes les famille du Grand Sawa qui s´identifiait à cette entité se rassemblent les 20, 21 Décembre à la reconquête de leurs valeurs du passé, sans cesse bafouées….
Au fait, à quand remonte la dernière manifestation du Ngondo? Submergés par les problèmes quotidiens pointus, gageons que, peu de Sawa seront capables de donner la date exacte. En revanche, il n´est un secret pour aucun d´eux que le Ngondo a été interdit…une ènième fois: c´était en en 1980, par simple lettre du Gouverneur de l´époque que Mr. Medjo Akono, sans explication.
Celui-ci n´a rien inventé: à travers les âges, l´évolution du Ngondo s´est adaptée au contexte social de l´heure, au gré des enjeux sociaux, culturels, politiques, ou tous à la fois. C´est ainsi que, de tribunal populaire à l´origine, le ngondo a été amené par la force des choses, à effectuer des dérapags "contrôlés" vers la contestation politique à diverses étapes coloniales, jusqu´à l´indépendance, où il a pris une part plus active. Plus precisemment dans son histoire, il s´est cantonné dans un cadre culturel, même s´il a subi des influences perverses qui veulent souvent en faire un instrument de lobby politique.
L´un ou l´autre, ces positionement de machine judiciaire, d´association ou d´assemblée populaires contribuent à interpeller la conscience d´un peuple, chaque fois qu´un problème important se pose à la communauté entière.

Le Sursaut de la conscience Sawa


Onze ans sans Ngondo et avant la levée de son interdiction, il fut question de l´exporter à...Paris au mois de juillet dernier. Est-ce à dire que sous nos cieux, tout allait pour le mieux, dans le meilleur des mondes? Que non ! Au contraire, les Duala en particulier et les Sawa en général sont en permanence en butte à des problèmes de profondes mutations sociales, de cosmopolitisme…et de ses apports étrangers.
Peuple ouvert sur le monde et réputé accueillant, la situation géographique des Sawa, d´enviable au départ, est forment influencée par les autrescultures d´importantion nationales et étrangères, par des transformations occidentales du mode de vie.
Dans le cas concret d´un carrefour de l´importance de Douala par example (1,5 millions d´habitants), le brassage des cultures tend à la dégradation à outrance de l´identité culturelle authentique des autochtones. Bien plus, handicap de taille, cette population est aussi confrontée `ala foi du nombre: elle est minoritaire dans une mégalopole tentaculaire.
Dans d´autres cieux de nos régions, la réaction de rejet se serait faite ressentir. Ici, rien de tout cela. Car, consciemment ou pas, les autres cultures sont d´un rapport positif certain, même si elles constituent des sommes d´agressions indéniables. Pensez donc, l´évolution même du vaste village de pêcheurs, en ville, puis en grand pôle économique, contribue à vider de sa substance, à submerger la culture locale.
Quel peuple, fût-il accueillant, pourrait supporter ce suicide culturel dans la passivité ? On n´en connait pas, pas plus les Sawa qui, s´ils perdaient leur âme, n´aurainet plus de raison de vivre. A ce stade, tout peuple serait condamné à disparaître. Ca ne fait pas un pli !


Malgré les pertubations de tous ordres de leur espace vital, les Sawa ont gardé une conscience culturelle qui résiste, plutôt bien que mal, aux contingences. Il est vrai, cela demande des efforts permanents de réadaptation aux changements incessants.
Autrement dit, suivre les containtes imposées par les normes de vie occidentale, sans toumer le dos à ses valeurs culturelles authentiques. En théorie, ca ne pose pas de problèmes. Car, vous vous en doutez, au quotidien et à l’epreuve, ces mariages de cultures ne vont pas sans heurts et difficultés.
Habitués à faire le commerce avec des peuples étrangers, les Sawa ne sont pas xénophones pou run sou. Cependant, de temps à autre, un événement ne manque pas d’exacerber la mémoire collective de ce peuple paisible. Aussi, mu par un reflexe de conservation, il n’a de solution que de serrer les coudes. C’est en cela que le Ngondo permet aux Sawa de donner une réponse adéquate aux problèmes sociaux qui émaillent la vie de la communauté. Toutefois, il s’en faut de beaucoup pour que cette solidarité de clan s’exprime.
Dans le cas d´espèce on est donc en droit de se demander quel évènement majeur a pu interpeller la communauté tribale. pour que le ngondo soit organisé dans la précipitation (il faut le dire), en cette fin d´année 1991?
En effet, depuis le début de l´année en cours, le Cameroun est secoué par une crise politique qui remet en question les fondements de notre société. Cette remise en question ne s´affirme pas dans toutes les régions avec la même intensité. C´est ainisi que la ville de Douala par example a été transformée en théâtre des revendications politiques et, en represailles, en champs de tirs et d´opérations de guérillaurbaine par les forces armées. Les uns et les autres ont fait souffler un vent de violence insupportable aux quatre coins de la cité économique. Les gens qui sont descendus dans la rue demander plus de libertés et la démocratie n´appartiennent pas à une tribu, `a un clan plus qu´à un autre. Ceux d´entre-eux qui sont tombés sous les balles des forces de repression avaient pour noms Ekambi, Akono, Taku, Ousmanou, Mahop, etcc…. Des patronymes qui laissent à croire que toutes les composantes tribales de notre Pays se sont mêlées aux revendications populaires. Malheureusement, la confusion était telle qu´on a dénombré plus d´une victime qui a peri par aveuglement et sur erreur. Ce fut le cas du jeune EKE EBONGUE “KEKE”, tué froidement d´une balle tirée à hauteur de la tête et à bout portant par un policier en civil.
La mort violente et tragique d´ EKE EBONGUE est une faute inpardonnable qui a reveillé la conscience assoupie d´un peuple qui assistait passivement à l´épreuve de force. Le policier en question savait-il que son forfait constituerait le declic que tout un peuple attendait depuis longtemps ? Peu probable, dans la mesure où d´aucuns- jusqu´aux voix autorisées- n´ont pas manqué d´interpeller les Duala, à qui ils demandaient de ne pas laisser “leur ” ville devenir le centre d´une contestation, disaient-ils, á coloration ethnique.
La réponse est venue lors des obsèques du pauvre jeune homme, fauché á l´âge de 28 ans. Et , comble d´ironie KOKO militait dans le parti au pouvoir, membre du bureau de la sous-section RDPC de DEIDO.
Ce qui fit dire au Dr EKWE BELL, lors de son oraison funèbre: “KOKO tu as été assassiné par ceux-là mêmes qui se sont servis de toi”. Et d´ajouter “ KOKO, tu est le dernier mort de cette série macabre. Si après toi un enfant du peuple est tué, alors ce sera l´apocalypse”.
D´une manière plus subtile et moins brutale, c´est un appel semblable et pressant que le notable EKWALLA EKWA “TATA” a lancé dans la foulée à la communauté en ces termes: “KOKO, ta mort est une bonne mort parce qu´elle a reveillé chez les Sawa tout ce qui dormait en eux. Elle sera le ciment qui recollera les morceaux de ce peuple qui partait en fragments…”

Le Ngondo: Une valeur culturelle nationale


Il n´y avait pas de mots et de paroles plus dures et mieux placés pour toucher au fond du coeur et remuer la fibre Sawa des dix milles presonnes venues rendre un dernier hommage à EKE EBONGUE. C´est exactement ces paroles pénétrantes qu´ils désiraient entendre: le catalyseur était tout trouvé. Restait à définir le ciment dans les faits. Il n´y avait pas longtemps à chercher puisque c´est le Ngondo qui, en pareille circonstance, traditionnellement, accomplit ce travail de rassemblement, à l´instigation du “ Muanja ”, en francais la société civile. Le groupe de personnes qui ont organisé l´enterrement de pompes royales d´ EKE EBONGUE joingnant l´acte à la parole introduisirent une requête d´organisation du Ngondo auprès des Chefs Supérieurs. Non seulement leur idée atrouvé un écho favorable, mais les Chefs ont apporté un soutien et participation active dans les règles de nos traditions. Voilá autant de raisons premières pour lesquelles le “Ngondo se joue” comme on dit littéralement, en ce mois de décembre 1991.
Cependant, au-delà de ce sursaut de conscience, et malgré son étiquette d´association apolitique, ce Ngondo aura pour tâche de discuter (pendant la conclave des Chefs tet dans le secret absolu) de l´avenir de la communauté. Les Chefs ne manqueront pas de parler de la contribution positive de la communauté à l´edification nationale. Car si le Cameroun en reconstruction est une affaire des institutions et des hommes, il n´est pas moins vrai que ces personnes appartiennent à nos différentes composantes tribales. Ces dernières ont autant une culture à défendre qu´à faire valoir, comme écot, afin d´enrichir nos valeurs culturelles nationales….sans imposer aux autochtones et encore moins aux hallogènes.
Que vivre donc le Ngondo pour l´émancipation culturelle du Cameroun tout entier.

Manu Djemba
 

Source:  | Hits: 16240 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Alexandre DOUALA MANGA BELL
( | 10.08.2007 | 20275 hits  | 0 R)

  Que represente le roi-martyr Duala Manga Bell pour le Peuple Sawa ?
( | 06.08.2007 | 14122 hits  | 0 R)

  Achille MBEMBE démonte le mensonge de Sarkosy sur l´Afrique (suite)
( | 01.08.2007 | 14187 hits  | 0 R)

  Achille MBEMBE démonte le mensonge de Sarkosy sur l’Afrique
( | 01.08.2007 | 14250 hits  | 0 R)

  Portrait: Kaïssa Doumbe Moulongo Sylvie
( | 01.08.2007 | 19487 hits  | 0 R)

  "Appel à la Jeunesse Africaine" par Théophile Obenga
( | 30.07.2007 | 17782 hits  | 0 R)

  EDEA: Menace sur le projet d’extension d’Alucam
( | 18.07.2007 | 11124 hits  | 0 R)

  Franklin Boukaka, le poète assassiné en 1972. Immortel Boukaka: Rumba engagée, Poésie musicale et Panafricanisme
( | 16.07.2007 | 27294 hits  | 0 R)

  Ebenezer KOTTO ESSOME : l’homme et son rêve d’Afrique
( | 16.07.2007 | 21531 hits  | 0 R)

  Portrait: Laurent ESSO
( | 16.07.2007 | 13157 hits  | 0 R)

  Douala: une Exposition de 8 Photographes
( | 15.07.2007 | 10744 hits  | 0 R)

  Nguéa Laroute démarre sa tournée européenne. Videos et Interview
( | 09.07.2007 | 21622 hits  | 0 R)

  La Pagode: Le palais royal transformé en centre d’affaires
( | 09.07.2007 | 13335 hits  | 0 R)

  Juillet 1902. Mpondo Akwa, chef de la délégation du NGONDO au Reich Allemand
( | 07.07.2007 | 16175 hits  | 0 R)

  Grand Sawa : une chaîne d’unité à redorer
( | 03.07.2007 | 12286 hits  | 0 R)

  Um Nyobé: Cet autre hommage à Mpondol
( | 01.07.2007 | 22453 hits  | 1 R)

  Manu Dibango forever...VIDEO
( | 01.07.2007 | 14645 hits  | 0 R)

  Remember Sembene Ousmane - Hommage au grand Africain
( | 28.06.2007 | 18340 hits  | 1 R)

  La France blocque la Réfection des routes à Douala
( | 27.06.2007 | 11313 hits  | 0 R)

  Tout le monde est Bakoko ! par Suzanne KALA LOBE
( | 26.06.2007 | 23552 hits  | 1 R)

  Hommage: Un monument pour Um Nyobe
( | 26.06.2007 | 15379 hits  | 0 R)

  Une inébranlable conviction sur notre destin, par Shanda Tonme
( | 25.06.2007 | 18970 hits  | 2 R)

  Sanaga-Maritime Edéa: L’élite en équipe pour le sport
( | 25.06.2007 | 13932 hits  | 0 R)

  BAKASSI : Découvrez la péninsule - Discover the Peninsula
( | 19.06.2007 | 13885 hits  | 0 R)

  Cinéma : "The making of" du film "Le don involontaire" de Serge Alain Noa
( | 15.06.2007 | 13874 hits  | 0 R)

  Combat: La singulière chronique d’Eyoum’a Ntoh
( | 15.06.2007 | 12160 hits  | 0 R)

  Au Fil du WOURI ... et nous sommes Heureux.
( | 15.06.2007 | 8659 hits  | 0 R)

  Ousmane Sembène, panafricaniste et pionnier du cinéma africain, est mort
( | 11.06.2007 | 17744 hits  | 0 R)

  Kaba Days Are Here; By Poubum Lamy Ney
( | 04.06.2007 | 17048 hits  | 0 R)

  Spectacle : Concert anniversaire d´Universal de Sylvain Nkom
( | 03.06.2007 | 12166 hits  | 0 R)

  Urbanisation : Une stratégie pour étendre Douala en examen
( | 02.06.2007 | 11631 hits  | 0 R)

  ECRANS NOIRS 2007 - Bienvenue au CamerWood
( | 01.06.2007 | 15124 hits  | 0 R)

  ECRANS NOIRS 2007 - Le Festival: Bassek ba Kobhio, Jean Pierre Bekolo, Cyrille Masso
( | 01.06.2007 | 12421 hits  | 0 R)

  L´HORREUR, L´HORREUR : DIX MILLIONS DE MORTS?
( | 31.05.2007 | 14725 hits  | 0 R)

  Portrait: Gottlieb Lobe Monekosso
( | 30.05.2007 | 12584 hits  | 0 R)

  La paranormal n’est pas particulier à l’Afrique
( | 25.05.2007 | 11966 hits  | 0 R)

  SAWANITE : entre le front du refus et la tentation d’adhérer
( | 20.05.2007 | 18408 hits  | 2 R)

  S. E. M. Mbella Mbella, nouvel Ambassadeur du Cameroun à Paris, reçoit les artistes musiciens camerounais
( | 20.05.2007 | 13242 hits  | 0 R)

  Kumba Traditional Council Want GRA Land Refunded. By Olive Ejang Tebug, PostNewsLine.
( | 10.05.2007 | 13629 hits  | 0 R)

  Le Père Engelbert Mveng: Commémoration. Pionnier de l´Egyptologie avec Ngom Gilbert, Dika Akwa, Obenga et C.A. Diop.
( | 08.05.2007 | 36576 hits  | 1 R)

  Douala : Un patrimoine culturel riche, ville d´art et d´histoire
( | 05.05.2007 | 16631 hits  | 0 R)

  Discographie: Le premier cri de Roots Racines Mianga
( | 05.05.2007 | 11974 hits  | 0 R)

  Pourquoi le Cameroun n’a pas décrété un deuil national ?
( | 04.05.2007 | 14879 hits  | 1 R)

  Henri DIKONGUÉ - Missodi Africa Tour 2007
( | 04.05.2007 | 13988 hits  | 0 R)

  Lettre ouverte d’un citoyen du chef-lieu du département de la Sanaga maritime au ministre de la Santé Publique. Par Mangwe ma Yongui Nikita*
( | 03.05.2007 | 16046 hits  | 0 R)

  Richard Bona parle du Peuple Sawa, Ngondo, Makossa.
( | 02.05.2007 | 17987 hits  | 0 R)

  Cameroun: Drame aérien à Douala. 114 Morts. Pas de Deuil National. Confusion et Médiocrité
( | 01.05.2007 | 24145 hits  | 3 R)

  Association: "Agir ensemble en Sanaga-Maritime" (Agir SM)
( | 01.05.2007 | 14727 hits  | 0 R)

  Toups Bebey est le directeur artistique d’un festival qui se tient au Gabon.
( | 01.05.2007 | 14635 hits  | 0 R)

  How has Christianity changed? Nigerian pastors spread into Cameroon
( | 26.04.2007 | 10859 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks