Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      


06.10.2006

Eboa Lotin comme vous ne l’avez pas connu : Protais Ayangma : l’écorché vif que j’aimais 

Dans le cadre des manifestations marquant la commémoration de la 8ème édition du décès du chanteur mythique (l’on se souvient qu’il nous a quittés en octobre 1997), et en prélude aux différents concerts organisés par Tom Yom’s en hommage à son maître (le 7 octobre à Douala et le 14 du même mois à Yaoundé), nous continuons ici la série que nous avons inaugurée il y a quelques jours. A travers elle, les artistes et autres Camerounais qui ont connu le chanteur le font revivre du plus profond de leurs souvenirs.

Eboa Lotin et vous, c’est une histoire qui date de plusieurs dizaines d’années ?

Oui elle date de tellement longtemps que je ne me rappelle plus exactement du jour où nous nous sommes rencontrés. Mais je crois que c’est la rencontre de deux personnalités assez différentes au premier abord. Eboa Lotin était un grand homme au figuré et au réel.

C’est quoi un grand homme ?

Pour moi il était grand par la taille et par son humanité. Ce qui m’a frappé chez Eboa lorsque je l’ai vu pour la première fois, c’est qu’il portait le verbe très haut, il avait le propos truculent. Lorsque Eboa parlait, on ne pouvait pas ne pas l’entendre. C’est forcément quelque chose qui frappe. Ceux qui me connaissent savent que je suis à l’opposé. Apparemment rien n’était fait pour nous rapprocher, mais on s’est retrouvé, on avait des affinités et on voyait les choses un peu de la même façon. C’est pour cela que je dis que Eboa était un grand homme.

Est-ce que ce n’est pas plus compliqué de vivre aux côtés de quelqu’un avec qui on a les mêmes caractéristiques ?

Je ne cohabitais pas avec Eboa Lotin, mais je le voyais très régulièrement parce que c’était non seulement un ami, mais c’était aussi un ami de la maison et il venait régulièrement nous rendre visite. Lorsqu’il arrivait au rez-de-chaussée, il n’avait pas besoin de se faire annoncer. Du troisième étage je savais que Eboa était là. Il semait la bonne humeur et c’était les rires à tous les étages.

Qu’est-ce que vous retenez de l’œuvre de Eboa Lotin, et qu’est qui vous reste de vos rencontres ?

Je ne parlerai pas de son talent parce qu’il y a des voix plus qualifiées que la mienne pour apprécier l’œuvre d’Eboa Lotin. Mais ce que je retiens c’est l’homme. Pas dans sa dimension artistique, c’est l’homme tout court avec ses qualités et ses défauts. C’était un écorché vif, quelqu’un qui n’hésitait pas à vous dire ce qu’il pensait. Ça ne faisait pas toujours plaisir et ce n’est pas évident qu’il avait toujours raison. Il avait ce côté spontané, vrai. Ce sont les choses qui sont rares dans ce pays où l’on a toujours tendance à aller dans le sens du vent. Eboa justement faisait exception, c’est ça qui me fascinait et c’est ça que je retiens aujourd’hui.

Eboa avec son franc-parler et son langage de vérité. Mais aussi parce que c’était un ébéniste hors pair qui a su donner à sa voiture une dimension particulière ?

Eboa c’était le talent au sens plein du terme. Il n’y avait pas que la musique. Il y avait toutes les autres facettes. On pourrait aussi parler de bon comédien. C’est quelqu’un qui avait beaucoup de facettes. Ce que je retiens aujourd’hui, c’est que quand on écoute Eboa on a l’impression que la musique est facile. C’était également un parolier comme on n’en trouve malheureusement plus en ce moment. Toutes ses chansons sont une somme qui pourrait être écrite, qui pourrait être également enseignée. Je ne parlerai pas des autres aspects, mais c’était un artiste complet et accompli.
Je ne comprends pas le lingala. Un tout petit peu le duala. Mais il y avait une dimension translangagiste (passez-moi le terme). On n’avait pas besoin de comprendre ce qu’il disait, on avait l’impression que ça parlait au cœur. Je n’avais pas besoin de traducteur pour comprendre le message qu’il essayait de véhiculer. Eboa a chanté en français, en duala et en lingala. Vous comprenez peut-être le lingala ?



Par Propos recueillis par Jean-Célestin EDJANGUE
 

Source: Le messager | Hits: 38666 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  LE NGONDO : UN HERITAGE CULTUREL ET TRADITIONNEL
( | 07.12.2006 | 33796 hits  | 0 R)

  Le trésor que l’Allemagne doit au Cameroun
( | 07.12.2006 | 30275 hits  | 0 R)

  le rideau est tombé sur les cérémonies du Ngondo 2006
( | 06.12.2006 | 27855 hits  | 0 R)

  Le message du NGONDO 2006 - L’UNITE ENTRE TOUS LES CHEFS
( | 04.12.2006 | 27429 hits  | 0 R)

  Ngondo : Le vase sacré attend recevoir le message ancestral
( | 30.11.2006 | 27225 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 Kicks Off by. Joe Dinga Pefok, PostNewsLine
( | 29.11.2006 | 30127 hits  | 0 R)

  Interview du Chef Supérieur Deido Essaka Ekwalla Essaka
( | 18.11.2006 | 26462 hits  | 0 R)

  Origine du Ngondo
( | 15.11.2006 | 29348 hits  | 0 R)

  Ngondo: Espoir d´une jeunesse déracinée.
( | 15.11.2006 | 27044 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Le Programme officiel
( | 15.11.2006 | 25875 hits  | 0 R)

  LA VEILLEE DU NGONDO
( | 14.11.2006 | 31980 hits  | 0 R)

  LE NGONDO.....par Maître DOUALA MOUTOME
( | 14.11.2006 | 29120 hits  | 0 R)

  La célébration du Ngondo
( | 14.11.2006 | 26822 hits  | 0 R)

  LE NGONDO - Le Paradis Tabou - Autopsie d´une culture assassinée - Ebele Wei ( Valère EPEE)
( | 12.11.2006 | 36427 hits  | 3 R)

  Temoignage: Ces pionniers qui s’en vont
( | 11.11.2006 | 33307 hits  | 0 R)

  LE BOURBIER IVOIRIEN (par Sam Ekoka Ewande)
( | 08.11.2006 | 24771 hits  | 0 R)

  Initiatives : le pied du Dr Paul Ngallè Menessier à l’étrier
( | 30.10.2006 | 37293 hits  | 2 R)

  ACTION de GRACE du Dr. MENESSIER
( | 30.10.2006 | 33736 hits  | 1 R)

  SAMUEL EBANDA II - Le muezzin de la culture camerounaise gravement malade
( | 29.10.2006 | 37412 hits  | 0 R)

  NJO LEA : LE REVE BRISE
( | 26.10.2006 | 30037 hits  | 0 R)

  Eugène Njo-Léa : Au bout d’une triste prolongation…
( | 25.10.2006 | 40469 hits  | 4 R)

  LE “KABA NGONDO” - exposition "Lambo la tiki" Douala
( | 24.10.2006 | 42548 hits  | 0 R)

  PEUPLE SAWA: avant de passer à l´action - TROISIEME FEUILLE DE ROUTE
( | 22.10.2006 | 43342 hits  | 2 R)

  Aftermath of the Trial
( | 22.10.2006 | 31572 hits  | 0 R)

  Epilogue
( | 22.10.2006 | 29261 hits  | 0 R)

  Mpondo´s Reply
( | 19.10.2006 | 38485 hits  | 0 R)

  The Charges
( | 19.10.2006 | 36488 hits  | 0 R)

  Dr. Levi´s Defense
( | 19.10.2006 | 35712 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Overview of the Legal Context
( | 16.10.2006 | 51793 hits  | 2 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Background to the Trial
( | 16.10.2006 | 44650 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Dr. Moses Levi of Altona defending Prince Mpondo from Kamerun
( | 12.10.2006 | 47910 hits  | 1 R)

  Moukouri Manga Bell : L’opposant à la retraite
( | 12.10.2006 | 27884 hits  | 0 R)

  Adolf Lotin Same, fondateur de la 1ère Eglise Africaine au Cameroun
( | 07.10.2006 | 56624 hits  | 1 R)

  Le Pasteur LOTIN SAME
( | 06.10.2006 | 50572 hits  | 2 R)

  Rires et larmes pour Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 39145 hits  | 0 R)

  Hommage à un poète bantou: Eboa Lotin chroniqueur du quotidien
( | 06.10.2006 | 38007 hits  | 0 R)

  Hommage à EBOA LOTIN, poète, artiste et journaliste
( | 06.10.2006 | 37209 hits  | 0 R)

  Hommage appuyé à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 36803 hits  | 0 R)

  Réaction sur l´article "Le Pasteur Lotin Same"
( | 06.10.2006 | 36663 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin, neuf ans déjà
( | 06.10.2006 | 36563 hits  | 0 R)

  La classe de l’oncle Tom
( | 06.10.2006 | 36089 hits  | 0 R)

  L´Intérieur de la nuit - Léonora Miano
( | 06.10.2006 | 24947 hits  | 0 R)

  Suzanne Kala Lobé : Il tournait ses souffrances en dérisions
( | 06.10.2006 | 38761 hits  | 0 R)

  Rires et larmes pour un poète bantou : Trente jours pour rendre hommage à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 45869 hits  | 2 R)

  ENCORE ET TOUJOURS LE HAPPENING; par Sam Ekoka Ewande
( | 04.10.2006 | 29922 hits  | 0 R)

  COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA
( | 04.10.2006 | 29251 hits  | 0 R)

  Christine Njeuma: Cameroon´s Pioneer Female Pilot
( | 28.09.2006 | 38089 hits  | 0 R)

  Sarah Etonge, one of the greatest Sawa woman athletes
( | 28.09.2006 | 33057 hits  | 0 R)

  Bana Ba Nyué de Adrien Eyango
( | 28.09.2006 | 22428 hits  | 0 R)

  L’Ecole Maternelle est le Cimetière de nos Cultures et Langues
( | 27.09.2006 | 26768 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks