Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
01.04.2011

Les Chefs Dualas et la Politique Internationale au XIXe Siècle 

Dans un article dénonçant « l’hypocrisie de la politique française sous l’administration Sarkozy », le politologue Nguemegne glisse vicieusement une analyse erronée qu’on sert à répétition aux étudiants camerounais de sciences politiques : « … certains chefs indigènes imploraient la reine d’Angleterre de venir établir son autorité sur des territoires Africains (Voir lettres des chefs Douala in Nguemegne 1997) ». Autrement dit, et en jargon camerounais, les chefs Dualas « ont vendu » le pays. Parce qu’on offre au public estudiantin, depuis belle lurette, cette lecture approximative des évènements qui ont conduit au protectorat Duala-Allemand du 12 juillet 1884, je voudrais remettre à l’heure les pendules d’une certaine politologie camerounaise en faisant quelques observations.

Commençons par lever une équivoque : les chefs Dualas ont certainement écrit à la reine d’Angleterre pour demander sa protection , mais ils ne sont pas les seuls à avoir signé des traités de protectorat avec les Européens. La quasi-totalité des chefs qui comptaient à cette époque ont suivit la même démarche . Le nombre de chefs indigènes « vendus » serait donc à élargir.
Pour l’attitude et l’action des Dualas vis-à-vis la souveraine d’Angleterre l’analyste politique devrait tenir compte de deux choses : le contexte historique et le rapport de force.

Au XIXe s. les Dualas avaient développé des liens diplomatiques et commerciaux étroits avec les commerçants Européens, notamment les Anglais. Plusieurs traités avaient déjà été signés avec ceux-ci, des traités ayant des clauses protégeant les intérêts économiques des Dualas qui, seuls, avaient le droit de commercer avec les tribus de l’intérieur du pays. Le commerce à Douala devenant chaque jour plus florissant, des rivalités naquirent naturellement d’une part entre les différents clans Dualas et, d’autre part, entre les Dualas et certaines populations de l’intérieur du pays qui voulaient avoir accès directement aux Européens afin d’éliminer les frais de transaction à payer aux Dualas. Soucieux de préserver leurs intérêts, les Dualas voient la nécessité de solliciter la protection d’une grande puissance et se tournent alors vers les Anglais qu’ils connaissent plus ou moins bien.

A noter qu’à la même période, les rivalités économiques et militaires entre les puissances européennes se sont se déplacées en Afrique et dans d’autres parties du monde. Pour assurer des marchés à leur surproduction industrielle et se procurer gratuitement des matières premières vitales, les Européens vont coloniser à tout va. Ainsi, dans la sous région, les Anglais étaient déjà à Calabar (Nigéria) et le drapeau français flottait à Brazzaville et à Libreville. Entre temps, l’Allemagne récemment unifiée qui entend prendre sa place de leader européen et mondial va, après le lobbying de la firme Woermann auprès du chancelier Bismarck pour la conquête du Kamerun, s’engager dans le business de la colonisation . Presqu’encerclé, le Cameroun ne pouvait échapper à la colonisation et sa conquête n’était plus qu’une question de temps. Le rapport des forces entre les Dualas et les puissances militaires occidentales qui convoitaient leurs terres leur était défavorable. A l’époque les Dualas n’avaient pas une armée institutionnelle ; ils levaient des troupes selon les circonstances pour défendre de la nation. Deux alternatives s’offraient alors aux chefs Dualas : engager une lutte armée dont on connaissait l’issue néfaste (Samori Toure et tous les résistants sont tombés les uns après les autres) pour les populations, ou négocier les termes de leur coopération avec la puissance prédatrice pendant qu’ils le pouvaient encore.

La deuxième alternative, celle choisie par les chefs Dualas était la bonne, politiquement, économiquement et stratégiquement. Faire appel à la protection étrangère est un acte de souveraineté qui donne une certaine marge de manœuvre à la partie faible dans les négociations ; marge qu’elle n’aurait pas si lesdites négociations se tenaient après une défaite militaire. Elle peut alors s’en tirer avec des avantages économiques certains et éviter le massacre des populations.

Il est certes déplorable que les souverains Dualas se soient retrouvés dans une position de faiblesse, comme tous les Africains, vis-à-vis des occidentaux au point de solliciter leur protection. Mais il n’y a rien d’extraordinaire dans la demande de protection adressée à la reine d’Angleterre par les Kings Bell et Akwa. Dans les relations internationales, les demandes et accords de protection sont régulièment signés entre des Etats ayant des capacités militaires et économiques inégales. Les petits Etats donnent alors en échange des compensations du genre de celles accordées par les Dualas aux Allemands par le traité du 12 juillet 1884. Pensez aux accords signés entre les USA et les Etats comme le Koweït ou l’Arabie Saoudite par exemple.

Levons une dernière équivoque au sujet de la fameuse lettre de 1881 demandant la protection de la souveraine anglaise que les chefs Bell et Akwa signent. Apeurés par la concurrence allemande et française, c’est surtout les commerçants anglais qui voulaient l’intervention militaire de leur gouvernement pour protéger leurs affaires à Douala. Le protectionnisme était à cette époque une pratique courante. Ils convainquirent alors leurs partenaires Dualas de demander l’aide de la reine. Ce sont ces commerçants anglais qui sont vraisemblablement les auteurs de cette lettre truffée de fautes que les Kings Bell et Akwa, eux-mêmes peu sensibles aux subtilités d’une langue étrangère, signent . La fierté légendaire des Dualas ne leur aurait certainement pas permit écrire une lettre dans laquelle ils paraitraient « implorer » la reine d’Angleterre. Seuls des sujets de Sa Majesté la reine auraient pu tenir un langage aussi obséquieux à son endroit.

A cet argument linguistique on peut ajouter un autre, anthropologique celui-là : les Dualas comme tous leurs congénères bantus appartenaient à une civilisation de l’oralité où la parole donnée avait valeur de signature. Même à l’occasion du traité du 12 juillet 1884, c’est encore cette parole qui fut donné aux Allemands et quand ces derniers abusèrent de la parole sacrée, les Dualas qui « n’imploraient » personne pour venir les coloniser se sont levés pour la défendre. En s’opposant juridiquement, politiquement et militairement aux colons, ils ont ouvert les premières pages ensanglantées du nationalisme camerounais.

L’analyse politologique camerounaise devrait se débarrasser de l’idéologie qui tendrait à dévaloriser l’action nationaliste de certaines ethnies tout en parant une autre de toutes les vertus. Lorsque le chef Kum’a Mbappe s’opposa militairement à l’occupation allemande, le navire de guerre allemand, « Olga » bombarda Bonabéri en décembre 1884 et Bonapriso fut « mis à sac » . Ce fut la première guerre anticoloniale au Cameroun ; au cours de celle-ci des Dualas moururent par centaines, devenant ainsi les premières victimes des atrocités Européennes au Cameroun (et ce n’est pas un badge d’honneur) bien longtemps avant que les Français ne viennent décimer les militants de l’UPC. Si un jour on devait demander des comptes aux colons, à tous les colons, pour leurs crimes au Cameroun, ce serait antinationaliste, contre-productif, irrationnel, et surtout déstabilisateur d’hiérarchiser les douleurs et c’est le pays tout entier qui devra alors s’unir derrière cette cause commune.

Tiky VI Narcisse, PhD
Professeur de sciences politiques
University of Connecticut, Storrs, USA
=================================================

L’HYPOCRISIE DE LA POLITIQUE AFRICAINE FRANCAISE SOUS L’ADMINISTRATION SARKOZY : SI LA FRANCE NE FAIT PAS L’HISTOIRE, L’HISTOIRE LA FERA

Par Jacques P. Nguemegne

IL y a lieu d’être surpris que longtemps après les discours sulfureux de Mr Nicholas Sarkozy à la tribune de la 63e Session de l’Assemblée Générale des Nations Unis et devant le Conseil de Sécurité de la même instance, l’élite, les intellectuels et les media Africains tardent a apporter une réponse digne aux provocations du Président de France.
En effet, j’ai personnellement beaucoup de mal a comprendre les comportements irrationnels de Mr Sarkozy et de la politique Française de L’Afrique. Le seule fil conducteur de cette politique semble être un paternalisme exacerbe. Cette attitude qui consiste a traiter les Africains comme des personnes immatures, voire même handicapées qui ont besoins d’assistance perpétuelles. Les Africains sont traites moins que des adolescents, comme des enfants en bas âges, qui ne savent pas encore parler, et par consequent qui ont besoin de l’aide de la France, qui parle pour eux !

Trois postures principales se sont dessinees des attitudes des dirigeants du monde a New York : (1) les dirigeant des nations industrielles (G20) se sont préoccupés de la sortie de la crise financière qui vient de secouer le monde. Ils demandent tous , soit une régulation unilatérale imposée par l’Etat sur les acteurs du marche ( Union Européenne sous le leadership de la France et de L’Allemagne ), soit une régulation concertée, juridiquement encadrée, mise en place par les pouvoirs publics avec la contribution et l’assentiment des operateurs du marche ( Les Etat Unis). (2) les dirigeants des nations du Proche et Moyen Orient et de l’Amérique Latine se sont levées pour dénoncer le néo - colonialisme sournois , l’emprise des nations industrielles sur le commerce international, l’inégalité dans la re - distribution des fruits de la croissance, les erreurs d’un capitalisme outrancier dont les effets néfastes pénalisent les moins nantis, l’accroissement de la pauvreté, le droit a l’utilisation des technologique nouvelles et des ressources naturelles nationales en vue d’améliorer la qualité de la vie de leur peuple, et le droit a l’autodétermination dans leur vie politique intérieure ;(3) Les dirigeants Africains – excepte Mr. Kadhafi qui, malgré une attitude un peu paroissiale, s’est pose en « David » Africain contre le « Goliath » Onusien, exigeant un réorganisation empreinte de justice et d’équité de L’institution mondiale – se sont morfondues dans leur coquilles.

Ils ont pour la plupart repris les thèmes mille fois rabâchés de la demande d’un nouvel ordre économique mondial, la protection de l’environnement, l’accroissement de l’aide publique et la lutte contre la pauvreté. Pourquoi d’ailleurs se comporter en hypocrite ! Pourquoi faire semblant d’être soucieux de la dégradation de l’environnement, si soi même on participe a la destruction systématique de la foret qui est un paramètre important dans la protection l’environnement ! Que font les dirigeants Africains pour mettre en place des politiques publiques efficaces de protection de l’environnement ou de lutte contre le réchauffement de la terre? On peut poser ces mêmes questions pour ce qui est de l’accroissement pauvreté, de l’aggravation du chômage, de la dégradation des indicateurs de sante etc. Curieusement, tres peu ou rien n’a été dit sur les demandes justifiées des peuples africains pour plus de démocratie, l’exigence de la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption généralisée, la nécessité de relance des économies et la sortie de la dépendantes en vue de la création des emplois, de l’amélioration de l’accès du plus grand nombre a la sante , a l’éducation et bref, du développement humain en Afrique.

La présence du « maitre » Français aurait elle refroidie les dirigeants et « relais » Africains ? Ils ont une fois de plus, refuses de mettre a mal la « France - Afrique ». Les leaders Africains, qui pour la plupart n’ont plus aucune légitimité politique et ne se maintiennent au pouvoir que par le jeu d’un certain légalisme fabriqué. Légalisme renouvelé en permanence par le jeu de fraudes a la constitution, des manipulations bureaucratiques de la loi sont restes silencieux. Ils savent qu’un nationalisme trop affirme pourrait déboucher sur un « nettoyage » vite commandite par Mr. Sarkozy, président d’une République Française jadis démocratique. Les leaders Africains semblaient en général préoccupés par l’opportunité de rencontrer le nouveau président Américain, Mr. Barack Obama.

Il se dit que certain parmi eux seraient même prêts a payer des millions de dollars rien que pour se voir figurer sur une photo aux cote de Mr. Obama. C’est curieux que les dirigeants Africains se fichent pas mal de la perception que les citoyens africains ont d’eux.ils n’ont cure d’être acceptes ou rejettes par leur peuples. On a l’impression que désormais la légitimité politique s’acquiert uniquement a l’extérieur, auprès des puissance étrangères, (e.g., des dirigeant Français, Américains, Chinois) et des compagnies pétrolières , diamantifères, forestières qui écument l’Afrique de ses principales ressources sans en payer la juste contrepartie financière.

Ce qui me rend malade, c’est le comportement schizophrénique de Mr. Sarkozy qui tient un discours devant les Africains un jour et, le lendemain tient un autre totalement différent, et même contraire au premier, devant la communauté internationale. A moins que ces revirements a 360 degrés ne fasse parti de la stratégie paternaliste qui consiste a « humilier pour mieux gouverner et exploiter » propre a l’actuel chef de l’Etat Français. Mr. Sarkozy est –il amnésique ? Aucun Africain digne de ce nom n’oubliera et ne pardonnera a Mr, Sarkozy le discours délibérément prononce aux chefs d’états Africains a Dakar quelques mois seulement après son élection a l’Elysée.

Il convient de souligner qu’a l’occasion, Mr. Sarkozy dont j’ai du mal a comprendre la philosophie ou la pensée politique propre, ne s’est pas embarrasse de faire une entorse a l’honnêteté scientifique. A l’occasion de son discours Dakarois Mr. Sarkozy a du emprunter mots a mots une partie de son discours a certain historiens afro pessimistes sans s’encombrer du devoir intellectuel d’en citer les auteurs. Ainsi se rappelle – t- on, je le paraphrase, le président français disait que les Africains ne sont pas entres dans l’histoire ; qu’ils assistent en spectateurs au déroulement de l’histoire ; qu’ils n’agissent pas, mais sont agis par l’histoire ; qu’ils n’ont jamais rien inventes, refusent de travailler, se contentent de voir passer le temps, n’influencent pas le temps. Il ajoutait, que les Africain n’ont jamais contribué a des réalisations sociales remarquables. Bref, les Africains sont simplement des consommateurs, des profiteurs, des parasites, qui sont greffes sur l’histoire mondiale et, sans doute dirait-il, qui vivent au crochet de l’Europe et de la France.

La conclusion in fine de ce discours est simple a deviner : Vous les Africains dépendez de nous, la France. Sans nous vous n’êtes rien, vous cessez d’exister. Il ya lieu de se demander si les dirigeants et élites Africaines ont compris de quoi il était question dans ce discours. Sinon pourquoi sont ils restes dans cette salle avec leur contempteur, qui insultait ouvertement le génie, l’humanité Africaine, sans réagir. Il y a des politesses qui n’en valent pas la peine. A immoralité, immoralité et demi. Que Mr. Sarkozy prenne tout le temps de s’éduquer, et de se faire enseigner l’histoire de l’humanité, celle du monde contemporain, celle de la France, pour connaitre ou se situe la place de L’Afrique dans ces histoires la. Il est a regretter que le peuple Français ait choisit de choisir comme président Mr. Sarkozy. Ce dernier ignore que l’existence de la France est due aussi a la participation décisives des forces Africaines a la libération de la France lors des guerres mondiales. Il ignore que bien longtemps avant la Conférence de Berlin de 1884 – 1885 la France profitait déjà des ressources de l’Afrique. Il ne sait pas que l’Afrique a un rapport historiquement privilégié – au sens propre et non politique du terme – avec la France. Il le dit mais sans y croire.

Passe encore qu’un dirigeant irrationnel trop porte vers le sensationnel- on en a vu beaucoup comme lui dans l’histoire de l’humanité - notamment dans l’Allemagne Hitlérienne ou l’Italie Mussolinienne avant la Première grande Guerre et entre les deux Grande guerres – qui ont déversé sur d’autres peuples en position de domines, un discours démagogique pour des besoin de popularité a l’intérieure de leurs pays ( Lothar 2001) . La différence c’est que ces leaders enflammées et en mal de reconnaissance, ne se seront jamais ouvertement contredit. Au moins ont il eut le mérite de rester logique et cohérent avec eux-mêmes. Sur ce plan précis, j’ai du mal a comprendre certains actes récents de Mr. Sarkozy. Par exemple, un bureaucrate Français ne vient-il pas de révéler que Mr Sarkozy était aux ordres d’un dictateur Africain ? Ou est la démocratie, si un dictateur Africain peut indirectement nommer des ministres en France et s’il peut faire et défaire ainsi le gouvernement français ?

Le principe démocratique ne commande – t – il pas que la désignation des ministres en régime parlementaire (ou semi parlementaire) et dans celui de France soit l’émanation de la volonté populaire ? Le président qui nomme ne doit il pas respecter la volonté des électeurs français et non les desiderata d’un autocrate Africain ? Au lieu de cela – ironie de la situation – des ministres français sont demis ou désignés par des dictateurs Africains. Ou est le peuple français dans tout cela ? La France est elle devenues le gouvernement de peuple, par une oligarchie incontrôlable, pour des chefs d’Etats Africains ?
Une attitude assimilable a la « fuzzy logic » (Nguyen et Walker 1994) ou construction flou et irrationnelle chez Mr. Sarkozy, c’est lorsqu’il se fait l’avocat de L’Afrique a L’ONU.

Il le fait alors même que les chefs d’états et de gouvernements Africains se tournent les pouces. Passe encore les positions de Mr. Sarkozy sur les reformes du système financier international, qui soit dit en passant, sont en fait de pales copies des politiques Américaines que sa ministre des finances et lui veulentt faire passer pour des politiques françaises originalement développées. Un hypothèse qui pourrait expliquer le fait que le président français se pose en représentant attitré de l’Afrique c’est qu’il aurait peur que les Africains, a cause du rapprochement biologique avec Mr. Obama ne développent une loyauté envers lui qui porterait ombrage aux intérêts français. Sinon, on n’a du mal à comprendre au nom de quoi Mr Sarkozy est –il si envieux et offense par le leadership Américain qui est tout naturel.

Passe encore que Mr. Sarkozy soit paranoïaque et complexe par le leadership mondial de Mr OBAMA (un quadragénaire Africain d’origine). La France n’a les moyens ni stratégiques, ni économique de faire concurrence au leadership Américain. Mr. Sarkozy a beau gesticuler il finira par se bien rendre a l’évidence tirée de la fable de ce que la grenouille française peut se comparer au bœuf Américain ?

Tout Africain échaudé par les insultes Dakaroises ouvertes de Mr. Sarkozy, aura été surpris de voir ce dernier se poser en défenseur des droits des Africains à la tribune onusienne. Comme s’il était subitement illuminé par une force supérieure, le président de France a pris conscience de ce que l’Afrique est partie prenante de l’histoire du monde. Il voit même que L’Afrique doit être l’objet de préoccupation du monde entier.

Ainsi Mr. Sarkozy a eu une idée généreuse. Il se souvient confusément et s’en offusque même !( cela n’est rédigé dans son discours officiel), « ce n’est pas normal – dit il - que dix huit pour cent d’Africains soient sans accès a l’électricité ». Pourtant, Mr Sarkozy sait très bien que la situation du développent humain en Afrique est pire que cela. Nombreux sont les africains qui n’ont pas accès a l’eau potable, aux soins de sante, a l’éducation, a l’emploi. Nombreux sont les Africains qui n’arrivent pas a se nourrir convenablement, ceux qui meurent de faim, ceux qui sans logement décent mènent une vie précaire a la merci des caprices de la nature, y compris des inondations qui menacent actuellement des vies entières sur la cote occidental de l’Afrique. Mr Sarkozy et ses stratèges français ont tout prévu.

Pour désamorcer les critiques qui pourraient venir d’autres puissances, ou de « dissident » Africains, ils proposent rapidement un concept réchauffé : « le co-développement ». Aussi, démagogue, Mr. Sarkozy s’adressant plus à la communauté internationale qu’aux Africains, proclame – t – il sentencieux, « L’Europe dit a l’Afrique qu’elle s’engage à ses cote dans le co-développement et qu’elle veut être pour elle un partenaire privilégié ; qu’elle a avec elle une communauté de destin, une solidarité profonde… ». Quelle courtoisie ! Est-ce une demande adressée a des hommes libres ou alors un dictat a ces Africains étouffés, brutalises, tues en masse sous les balles des armes de régimes non démocratiques qui bafouent les élections ? Ces régimes, de plus en plus nombreux en Afrique, qui gouvernent non pas avec l’assentiment de leur peuple mais contre la volonte de leur peuple avec la force des accords de défense franco-africains et le soutien actif des bases militaires françaises.

Le lecteur non avise se demande en quoi Mr Sarkozy serait responsable des problèmes Africains ? C’est simple a comprendre. La France et Mr Sarkozy dans plusieurs pays Africains, maintiennent ou imposent, contre la volonté des peuples des régimes qui sont rejettes par ces peuples la. Mr Sarkozy doit savoir que la première solution aux problèmes qu’il décrie hypocritement, passe par l’instauration de la démocratie dans les pays Africains. A cote de son plan de co-développement dont le contenu reste à définir, Mr. Sarkozy propose qu’une place soit attribuée à L’Afrique au Conseil de Sécurité des Nations unis pour L’Afrique.

Comment Mr. Sarkozy pensent-il que ces Africains amorphes, passifs et incapables vont pouvoir siéger au Conseil de sécurité d’égal a égal avec la France ? Qu’est ce qui entre temps a change pour que Mr Sarkozy pense que les Africains peuvent avoir une place dans l’histoire ? Il est fort a penser que dans la tête de Mr. Sarkozy la place Africaine au Conseil de Sécurité reviendrait tout simplement une deuxième place pour la France. Ainsi donc, le discours de Mr Sarkozy à l’ONU n’a rien de philanthropique. Il participe simplement de la stratégie qui consiste à se faire passer pour le « porte –parole » incontournable de L’Afrique. Il se voit comme la seule personne pouvant légitimement parler pour l’Afrique. L’Afrique est simplement traite, et ceci rejoint la politique française de tous les temps, comme une « province » de l’ « empire français » ou la « communauté française » savamment mise en place par le General de Gaule a La Conférence de Brazzaville de 1944.

Tant pis si les nations Africaines sont membres de L’Assemblée générale de l’ONU. Tant pis si les chefs d’états et de gouvernement sont présents pour représenter leurs pays. Ils ne sont pour Mr. Sarkozy que des sous chefs. Lui doit parler pour l’Afrique. Et c’est la qu’on voit nettement la différence entre la tendance conservatrice de Mr Sarkozy qui veut forcer les Africains dans son giron et l’approche libérale de Mr. Obama, qui ne s’acharne pas à se poser chaque fois en administrateur désigné de l’Amérique Latine, qui dans la logique Française serait absolument considérée comme une « province » Américaine. Les politologues diraient que Mr. Obama s’occupe « du politique » (quelque chose de noble et de pratique) tandis que Mr. Sarkozy lui s’occupe de « la politique » (quelque chose de sale et nuisible). Mr Obama est préoccupé par le sort de la prochaine génération alors que Mr Sarkozy est préoccupé par son sort à la prochaine élection.
La question qui a du tarauder l’esprit des Africains, c’est celle de savoir qui a désigné Mr. Sarkozy pour parler au nom de L’Afrique ? Apres 50 ans d’indépendance faut – il que le leader d’une nation étrangère vienne parler au nom de l’Afrique ? Mr. Sarkozy l’a dit lui-même devant le Conseil de Sécurité, « On ne peut pas gouverner le monde du 21e siècle avec les institutions du 20e siècle ».

Alors pourquoi la France et Mr. Sarkozy continuent-ils , au 21e siècle dans ses relations avec l’Afrique , d’ utiliser une politique qui relève du 19e siècle ? Est-ce parce que selon eux les africains ne sont pas suffisamment entres dans l’histoire ? Que de contradiction entre le discours et l’action de la France et son président !
Les Européens, trompes par certains de leurs dirigeants, continuent de penser que les Africains n’ont pas d’histoire, pas de culture, pas de connaissance, et pas de philosophie. Ils s’imaginent que les Africains n’ont pas de droits. Que s’ils ont des droits, ils ignorent qu’ils en ont. Ils se disent que les Africains n’ont pas de volonté propre. Pour eux les Africains ne peuvent ni s’organiser, ni se diriger, ni surmonter les problèmes sociaux, économiques et politiques en tout genre qui les minent. Ils manquent de sens de l’histoire, de vision politique etc. Tout cela est archifaux ! Les Africains digne de ce nom, sont soucieux du sort de leur peuple.

Ils ont désormais acquis la capacité d’agir pour transformer leur société présente et future. Ils subissent actuellement l’usage abusif de l’appareil de répression de l’Etat, selon les mots de Gramsci, qui musèlent les forces du changement, et exploiter tranquillement les ressources en tout genre de l’Afrique.

Pour être bref, Il faut que quelqu’un puisse dire à Mr. Sarkozy ce que pensent les Africains. Les Africains ne sont pas des enfants, manipulables à souhait et qui désespérément attendent la protection de la France. On n’est plus en dix huitième siècle ou certains chefs indigènes imploraient la reine d’Angleterre de venir établir son autorité sur des territoires Africains ( Voir lettres des chefs Douala in Nguemegne 1997). Les Africains sont suffisamment murs. L’Afriques dispose des cadres dans tous les domaines pour concevoir, organiser et diriger son développement économique et humain. Pour des raisons géostratégiques l’Europe, la France ont besoin de l’Afrique.

L’Afrique n’a pas absolument besoin de l’Europe. L’Afrique n’a pas besoin de la France. L’Afrique n’a pas besoin de Mr. Sarkozy comme son porte parole. L’Afrique peut s’exprimer et sait ce qu’elle va dire. Que Mr Sarkozy cesse de parler au nom de l’Afrique et s’occupe des problèmes de la France. Si les Africains ont un service a demander a L’Europe, a la France ,a Mr. Sarkozy et a tous ceux qui en Europe sont partisans de la politique qu’il mène, c’est de laisser les Africains tranquille. Donnez à l’Afrique la chance de s’autodéterminer. Les Africains doivent décider librement, par eux - mêmes de comment et par quels moyens ils veulent vivre. Ils doivent décider d’eux-mêmes dans quel type de société ils veulent vivre. Il est temps que la France, les français comprennent que l’Afrique et le Africains ont changes. Ils ne voudront pas à l’ avenir recevoir de leçon de personne, et surtout pas de gens qui connaissent mal l’histoire de l’Afrique comme Mr. Sarkozy. Si la France ne fait pas l’histoire, l’histoire la fera.
 

Source:  | Hits: 17091 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  test
( | 05.06.2016 | 2820 hits  | 0 R)

  Dibiye le nde njangi. Alexandre EWANDE.
( | 10.08.2014 | 17529 hits  | 0 R)

  Ruth Kotto se confie
( | 05.01.2014 | 16869 hits  | 0 R)

  Kalenda 2014
( | 27.12.2013 | 15320 hits  | 0 R)

  Qui sont les Banen ?
( | 11.11.2013 | 21413 hits  | 0 R)

  Décès du KING DEIDO ESSAKA EKWALLA ESSAKA
( | 03.10.2013 | 20044 hits  | 0 R)

  Iconoclasme Pathologique: les cas Nelson Mandela et Cheikh Anta Diop
( | 18.09.2013 | 18004 hits  | 0 R)

  Sawa Beach relancé
( | 16.09.2013 | 12973 hits  | 0 R)

  Nelson Mandela: Le Visionnaire mal compris
( | 08.09.2013 | 12201 hits  | 0 R)

  Banque Centrale de la Diaspora : un élément de solution aux problèmes de l’Afrique Noire
( | 09.08.2013 | 12746 hits  | 0 R)

  UNIVERSITES DU PETROLE ET FUTUR DE L’AFRIQUE NOIRE
( | 02.08.2013 | 12482 hits  | 0 R)

  LE GRAND SOMMET - DE LA JEUNESSE D’EDEA - SAMEDI 27 JUILLET 2013
( | 15.07.2013 | 11720 hits  | 0 R)

  Notre devoir de MÉMOIRE à l´occasion du 42ème anniversaire du décès de Ernest Ouandié
( | 15.01.2013 | 14522 hits  | 0 R)

  Les dessous du complot contre le Mali : L’étape cruciale de la 3ème guerre mondiale a déjà commencé
( | 14.01.2013 | 16654 hits  | 1 R)

  Hommage à Raymond Kotto Touah, par Gaston Ntouba
( | 06.01.2013 | 13666 hits  | 0 R)

  Lettre de Philippe Bouvard à François Hollande
( | 06.01.2013 | 12501 hits  | 0 R)

  Le Prince René Douala Bell passe le flambeau
( | 06.12.2012 | 15417 hits  | 0 R)

  Essai sur les origines, l´histoire, le parcours et l´oeuvres du Prince René Dualla Manga Bell ( 22/02/1927-06/11/2012)
( | 02.12.2012 | 19389 hits  | 0 R)

  Ngondo 2012
( | 28.11.2012 | 14912 hits  | 0 R)

  Dynastie Bélè Bélè: De Ndoumbe Lobè à René Manga Bell
( | 12.11.2012 | 19519 hits  | 0 R)

  Sa Majesté le Prince Réné DOUALA MANGA BELL est décédé.
( | 07.11.2012 | 14864 hits  | 0 R)

  La Pensée Africaine: Essai sur L´Universisme philosophique de Mbog Mbassong
( | 01.10.2012 | 12044 hits  | 0 R)

  J-J Ekindi interpelle Philemon Yang au sujet de l´implantation de l´usine Dangote
( | 04.07.2012 | 14035 hits  | 0 R)

  La Route Douala-Yabassi: Bitumage strictement interdit !!!!
( | 03.07.2012 | 20597 hits  | 0 R)

  Lettre aux Chefs Sawa
( | 03.07.2012 | 14003 hits  | 0 R)

  Hommage au Père Eric de Rosny
( | 05.03.2012 | 15906 hits  | 0 R)

  Lettre du Pr. Kum’a Ndumbe III au Synode Général de l’Eglise Evangélique du Cameroun 2012
( | 02.03.2012 | 18763 hits  | 0 R)

  Calendrier Africain "KALENDA 2012" en Duala - Français - Swahili
( | 04.12.2011 | 16456 hits  | 0 R)

  Manu Dibango : "J´ai grandi entre Halléluia et le début de Soul Makossa"
( | 17.11.2011 | 16250 hits  | 0 R)

  15. Novembre 1884 - 15 Novembre 2011. Berlin 126 ans après
( | 17.11.2011 | 13699 hits  | 0 R)

  Appel à l’intelligentsia européenne et nord-américaine. Pr. Kum’a Ndumbe III
( | 09.10.2011 | 15305 hits  | 0 R)

  LE XXIE SIECLE SERA-T-IL AFRICAIN ? Axelle Kabou
( | 09.10.2011 | 14381 hits  | 0 R)

  Libya: The real war starts now By Pepe Escobar
( | 06.10.2011 | 19013 hits  | 0 R)

  Libération de l´Afrique : Nécessite d´une Armée Révolutionnaire !
( | 20.09.2011 | 17664 hits  | 0 R)

  RACISME: Une Camerounaise tabassée pendant son rapatriement forcé
( | 15.09.2011 | 15690 hits  | 0 R)

  Propositions pour un Modèle de Nouvelle Gouvernance des Sawas
( | 11.07.2011 | 16652 hits  | 0 R)

  Lettre Ouverte d´un Africain au Président Obama et à Sarkozy
( | 28.06.2011 | 16116 hits  | 0 R)

  The Boycott France Campaign Reaches the Caribbean - Les crimes de la France contre les Noirs
( | 11.06.2011 | 16017 hits  | 0 R)

  Malimba: L´administration néocoloniale fait le hold-up sur les chefferies traditionnelles Sawa. Par Moukoudi César
( | 15.05.2011 | 18588 hits  | 0 R)

  La chose est de retour.
( | 14.04.2011 | 14821 hits  | 0 R)

  President Obama Gets His Groove Back By Attacking Africans - Cynthia McKinney
( | 07.04.2011 | 17134 hits  | 0 R)

  Le rôle des Askaris dans les invasions de l’Afrique. Par Brother Metusala Dikobe
( | 07.04.2011 | 17076 hits  | 0 R)

  Et si l´Afrique refusait le développement ? La suite ... Axelle Kabou
( | 06.04.2011 | 14152 hits  | 0 R)

  Célébré au Panthéon, Aimé Césaire demeure un rebelle irrécupérable
( | 01.04.2011 | 14145 hits  | 0 R)

  Lettre ouverte à la nouvelle génération consciente et patriote
( | 01.04.2011 | 13339 hits  | 0 R)

  LES MENSONGES DE LA GUERRE DE L’OCCIDENT CONTRE LA LIBYE
( | 29.03.2011 | 13637 hits  | 0 R)

  L´Union africaine : ce projet européen ? Axelle Kabou
( | 25.03.2011 | 13844 hits  | 0 R)

  "Cri aux Africains !" Tribune d’Adame Ba Konaré, historienne et ex-Première dame du Mali
( | 24.03.2011 | 13106 hits  | 0 R)

  Psycho-Slavery: Black Boys, White Female Teachers & The Rise of A.D.H.D.
( | 13.03.2011 | 14426 hits  | 0 R)

  International Women´s Day 2011 (Sister Nyangon is honoured)
( | 11.03.2011 | 13782 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks