Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
25.10.2006

Eugène Njo-Léa : Au bout d’une triste prolongation… 

njo lea eugene

Dans les milieux de football, heureusement, on ne l’a jamais oublié. En France comme au Cameroun! Ce sont en effet l’Association des footballeurs camerounais (Afc) et l’Union nationale des footballeurs professionnels de France (Unfp) qui ont pris en charge les frais d’hospitalisation et d’opération de Eugène Njo-Léa, pour près de 3,5 millions de Fcfa, selon le témoignage de David Mayebi. Le président de l’Afc estime que "c’est un monument du football camerounais qui disparaît. Et d’ajouter : nous continuerons le combat de la défense des intérêts des footballeurs dans lequel il s’était tant investi".

Njo-Léa meurt à 75 ans, après s’être alité pendant près d’un an à Douala. Dr Philémon Tamo, le médecin assermenté de l’Afc, qui a diagnostiqué son mal au départ, indique que l’ancien professionnel de Saint-Etienne, de Lyon et de Racing club de Paris, souffrait d’une fracture du col du fémur. "A cet âge, le malade devient forcément grabataire. Nous avons prescrit une opération que sa famille a réalisée dans un établissement hospitalier de la place. L’opération s’était bien passée, et il avait regagné le domicile familial où l’on est venu nous annoncer qu’il est décédé dans la nuit de dimanche à lundi 22 octobre", précise le médecin.
Nous qui avons côtoyé cette légende du football ces cinq dernières années, percevions quand même le déclin progressif de l’homme, chaque fois qu’il nous rendait visite au siège de Mutations à Yaoundé, ce qui lui arrivait régulièrement tant qu’il sentait quelques forces le soutenir.

Crépuscule d’une idole
Son déclin était visible dans la mise de plus en plus négligée de cet ancien diplomate (il faisait par exemple partie de la délégationcamerounais lors de la commission mixte Nigeria-Cameroun du 12 au 14 mai 1970 sur le tracé des frontières entre les deux pays) et dans la démarche laborieuse, à la limite de la claudication, pour un ancien sportif de haut niveau. Pourtant, à chaque occasion, sa source d’inspiration était intarissable quand il s’agissait de parler du football, ce sport qu’il a adoré jusqu’à y sacrifier ses économies dans un rêve fou d’instaurer le football professionnel au Cameroun et même en Afrique. "Je voulais que notre continent se donne les moyens de gagner une Coupe du monde.

Je voulais sensibiliser tous les gouvernements sur la nécessité d’organiser le football, qui peut être une matière première très rentable pour les pays en développement. J’ai fait, à mes frais, le tour de l’Afrique pour cela. Mais le premier chef d’Etat à me soutenir n’était pas un Africain: c’était le Français Georges Pompidou", nous confiait, dépité, en octobre 2001, Eugène Njo-Léa. Et de poursuivre, toujours amer: "Je me suis aperçu que les dirigeants africains avaient leurs priorités ailleurs. Ils sont incapables de prendre des décisions et, davantage, de les exécuter. J’ai compris pourquoi mon ami Diallo Telli disait que l’Oua est un cimetière de résolutions".

Déçu en Afrique, Njo-Léa va se rabattre avec son projet de professionnalisme sur son pays, le Cameroun, où il ne rencontrera guère plus de sympathie. "J’ai rencontré des oppositions de toutes parts. Et je dois remercier le bon Dieu, parce que je pense que ces gens étaient capables de tout, même de me faire disparaître physiquement". Quand il rentre au bercail en 1987 avec le projet de football professionnel dans ses bagages, Eugène Njo-Léa débarque avec quatre clubs professionnels français (Lens, Nancy, Laval et Reims) pour un tournoi à Noël baptisé Cifoot, accompagné d’une quarantaine de journalistes. Dans ses valises également, un engagement écrit de la Société des banques suisses, qui se disait prête à financer l’opération; sans oublier l’accord des sponsors et des équipementiers…

Il voulait juste la caution des autorités camerounaises et l’aval de la Fédération camerounaise de football, et il ne les aura jamais! Il rapporte volontiers cette anecdote: au cours d’un dîner organisé par l’ancien ambassadeur de France à Yaoundé, Yvon Omnes, le ministre des Sports de l’époque confie au diplomate français qu’il va nommer une commission pour étudier le projet de Njo-Léa. Et Denis Ekani, alors secrétaire d’Etat à la Sécurité intérieure, qui prenait part à ce dîner avec une dizaine d’autres membres du gouvernement, de demander à son collègue: "Monsieur le ministre, voulez-vous faire croire que vous avez dans votre département des experts qui peuvent juger un projet sur le football professionnel élaboré par M. Njo-Léa?"

Footballeur et diplomate
Plus que jamais, le comité créé était destiné à tuer le projet. Son géniteur, qui avait sué sang, eau et argent pour le monter, s’en mordait encore les doigts jusqu’à son dernier souffle. Il nous confiait encore, l’émotion pleine dans la voix: "Si je meurs maintenant, sans que ce projet aboutisse, je m’en irai très triste. J’aurai le sentiment de n’avoir pas donné à mon pays tout ce que j’aurais pu lui apporter". Il est effectivement mort comme ça, avec son projet de football professionnel au poids mort…
Boursier de l’Etat camerounais, Eugène Njo-Léa quitte son pays en 1951 après l’obtention du Bepc au Collège moderne de Nkongsamba, l’ancêtre du lycée de Manengoumba. Il n’a guère le temps d’évoluer que pendant six mois à Vent Lalanne, un club de Douala créé par un expatrié français. Arrivé en France, il joue dans un club régional, Roanne, juste pour le plaisir, puisque le motif de son arrivée en Hexagone est de poursuivre ses études. Mais, dès son premier match, il inscrit 11 buts à lui tout seul sur les 12 filés à l’adversaire. Cet exploit ne laisse guère l’As Saint-Etienne indifférent qui l’enrôle dès que Njo-Léa s’inscrit dans le lycée de la ville. Il fait partie de l’effectif qui remporte, en 1957, le premier titre de champion de France de l’histoire du club stéphanois.

Puis, les études supérieures l’amènent à 60 kilomètres de là, à Lyon (Saint-Etienne n’avait pas d’université). Il continue à jouer pour les Verts, mais fatigué de faire des va-et-vient entre les deux villes, il enfilera aussi le maillot de l’Olympique lyonnais. Dans la capitale des Gones, il a le temps d’obtenir le diplôme d’études supérieures en droit public, avant de monter à Paris où il s’inscrit à l’Institut des hautes études d’Outer-mer. C’est aussi l’occasion de porter le maillot rayé de Racing club de Paris. Devenu diplomate stagiaire à Rome, il essaye au début de continuer à jouer pour Racing de Paris. Mais l’exercice d’équilibrisme entre deux activités n’a pas résisté entre deux pays, et Njo-Léa raccroche ses godasses pour embrasser définitivement une carrière de diplomate, qui l’amènera dans quelques ambassades du Cameroun en Europe et auprès du secrétaire général de l’Oua, son ami guinéen Diallo Telli.

Le football, il en garde évidemment un goût amer avec son rêve brisé de football professionnel et le fait que des coups bas administratifs aient empêché son fils unique, William Njo-Léa, de porter les couleurs des Lions indomptables. Mais l’homme à l’humour décapant en a gardé aussi de très bons souvenirs. Comme quand il est deuxième meilleur buteur du championnat de France en 1957, derrière la légende Just Fontaine, comme quand il joue contre son idole Pelé au cours d’un match de gala en France, comme quand il fait partie des fondateurs (eh oui, France Football l’a confirmé!) de l’Unfp, le puissant syndicat des footballeurs professionnels en France. Du football, il disait surtout avoir appris deux principes de vie: "1. quand on commence une entreprise, il faut aller jusqu’au bout, jusqu’au coup de sifflet final; 2. quels que soient sa force et son talent, on ne peut rien faire tout seul". Comme ça sonne vrai au lendemain de sa disparition!


Lire aussi: Richard Ekoka Sam Ewandè: l´un des premiers hommes de medias au Cameroun

 

Source: Mutations | Hits: 27737 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(4)

PLUS DE NOUVELLES


  How has Christianity changed? Nigerian pastors spread into Cameroon
( | 26.04.2007 | 16559 hits  | 0 R)

  Dibombari: Yvonne Ngo Mbebga - Combattre l’exode rural par la culture
( | 22.04.2007 | 17349 hits  | 0 R)

  Jacqueline Ikollo Ndoumbè Ekambi. Une Sawa consacrée “Mafo” à l’Ouest
( | 17.04.2007 | 21308 hits  | 0 R)

  Historique de la littérature Camerounaise. Yoshua Dibundu, Martin Itondo, Mumé Etia, Benjamin Matip, Sengat Kuo, Mongo Beti, etc...
( | 15.04.2007 | 41970 hits  | 0 R)

  La Sanaga Maritime en ébullition
( | 12.04.2007 | 24206 hits  | 0 R)

  Bonépoupa: Affrontements sanglants à répétition pour "Litige foncier"
( | 11.04.2007 | 23126 hits  | 0 R)

  EBAMBA: Pour sauver l´héritage des fils du Wouri
( | 07.04.2007 | 32072 hits  | 3 R)

  Le mémorandum des Sawas du Wouri à l’Etat
( | 06.04.2007 | 20006 hits  | 0 R)

  Photos souvenirs
( | 05.04.2007 | 27926 hits  | 0 R)

  Remembering Africans in the Nazi Camps - Theo Wonja, Mpondo Akwa, Adolf Ngoso Din, Martin Dibobe
( | 05.04.2007 | 26100 hits  | 0 R)

  SANAGA-MARITIME PRES DE 80 ORDINATEURS REMIS AUX ETABLISSEMENTS SCOLAIRES
( | 03.04.2007 | 15406 hits  | 0 R)

  Les Forces Armées des Etats-Unis et de la France dans le Golfe de Guinée
( | 01.04.2007 | 24510 hits  | 0 R)

  Africa - Where the Next US Oil Wars Will Be
( | 01.04.2007 | 19782 hits  | 0 R)

  Culture: Un festival international à Bafia dans le Mbam
( | 30.03.2007 | 19685 hits  | 0 R)

  Le Festival KATE de Bomono ba Mbenguè
( | 29.03.2007 | 17982 hits  | 0 R)

  Il y a 200 ans été abolie la traite transatlantique
( | 27.03.2007 | 14353 hits  | 0 R)

  Marinette Ndomè Dikoum, née Dinde : REBONDISSEMENT et NOUVELLES REVELATIONS
( | 27.03.2007 | 34100 hits  | 1 R)

  Samuel Nja Kwa: Journaliste et Photographe
( | 22.03.2007 | 19068 hits  | 0 R)

  Bill Akwa Betote - la Photo, son Tempo
( | 22.03.2007 | 19049 hits  | 0 R)

  PERE PIERRE MEINRAD HEBGA (PHILOSOPHE ET THEOLOGIEN CAMEROUNAIS)
( | 21.03.2007 | 27667 hits  | 0 R)

  Esotérisme commercial: Voici comment les clients de la ’’33’’ financent les sectes
( | 21.03.2007 | 60012 hits  | 0 R)

  Père Meinrad HEBGA: La magie, la sorcellerie, la superstition
( | 21.03.2007 | 26009 hits  | 0 R)

  MUSIQUE - Revue de Presse
( | 20.03.2007 | 21731 hits  | 0 R)

  La première édition des marmites d’or se prépare.
( | 20.03.2007 | 20185 hits  | 0 R)

  Moni Bilè: Parcours - Artiste, Musicien
( | 20.03.2007 | 19239 hits  | 0 R)

  Bobby James Nguimè : Le testament du makossa était une malicieuse copie de mon initiative.
( | 20.03.2007 | 18354 hits  | 0 R)

  Le vrai makossa revient "Aladji Touré Master Class"
( | 16.03.2007 | 20318 hits  | 0 R)

  Roger Milla dédicace son livre "L`épreuve de ma foi"
( | 16.03.2007 | 18390 hits  | 0 R)

  DUTA, Biennale des Arts Visuels en Afrique centrale
( | 13.03.2007 | 20817 hits  | 0 R)

  Lions : Womé Nlend se retire définitivement
( | 12.03.2007 | 19833 hits  | 0 R)

  SOCIETE : Sawanité, une certaine idée de l’humanisme
( | 12.03.2007 | 16877 hits  | 0 R)

  Sawa Village : Le grand Restaurant Africain de Francfort.
( | 11.03.2007 | 19549 hits  | 0 R)

  Von Kamerun nach Babelsberg: Die Geschichte des Schauspielers Louis Brody
( | 09.03.2007 | 38029 hits  | 1 R)

  Schwarz sein und deutsch dazu
( | 09.03.2007 | 19266 hits  | 0 R)

  Prince Douala Manga Bell : chef supérieur du canton Bell : “ Tous les chefs Bassa veulent Samson ”
( | 08.03.2007 | 21060 hits  | 0 R)

  Kribi: Les chefs de village réclament des dédommagements
( | 08.03.2007 | 19674 hits  | 0 R)

  Origine de la Journée internationale de la femme : 08 mars
( | 08.03.2007 | 14371 hits  | 0 R)

  Massao 2007: Les "gos", la radio et le Massao
( | 07.03.2007 | 19582 hits  | 0 R)

  L’Université de Yaoundé I se souvient de Francis Bebey
( | 07.03.2007 | 18725 hits  | 0 R)

  GHANA 50 ANNIVERSARY
( | 06.03.2007 | 22383 hits  | 0 R)

  Fête commémorative des Batanga
( | 01.03.2007 | 25070 hits  | 0 R)

  L’île de Manoka, chef-lieu de l’arrondissement éponyme regroupe une vingtaine d’îlots
( | 28.02.2007 | 22574 hits  | 0 R)

  Noah of the Bible was a Black Man
( | 25.02.2007 | 14889 hits  | 0 R)

  The Lost Prophet of the Bible "Enoch The Ethiopian"
( | 24.02.2007 | 25424 hits  | 0 R)

  Le Livre des Secrets d´Enoch
( | 24.02.2007 | 21809 hits  | 0 R)

  Moïse l’Africain: La vérité voilée sur l´Africain qui a inspiré le monothéisme occidental
( | 22.02.2007 | 31993 hits  | 0 R)

  Yabassi (Nkam): la conférence des chefs traditionnels Ngan Nkam s´organise
( | 21.02.2007 | 23312 hits  | 0 R)

  Les Bassas du Wouri s’opposent à une succession aux forceps.
( | 21.02.2007 | 15237 hits  | 0 R)

  Kribi : Le maire et le député se déchirent
( | 19.02.2007 | 22693 hits  | 0 R)

  Mount Cameroon Race of Hope:FCFA 130 Million Disbursed
( | 16.02.2007 | 22961 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks