Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
09.04.2005

Recit du sacre du roi Dika Akwa III 

Par Emmanuel de Solère Stintzy

Samedi dernier 27 octobre, plus de 1.000 personnes ont assisté, sur les berges du Wouri, au sacre du Roi Din Dika Akwa III, onzième souverain de la dynastie des Akwa. Seul Roi traditionnel intronisé ces 60 dernières années à Douala, il a été fêté dans la joie par sa communauté. 25 délégations des principales chefferies camerounaises et plusieurs souverains africains avaient également fait le déplacement. Récit d’un samedi vraiment pas comme les autres...

La foule, et plus particulièrement les Akwa, peuple de l’eau, arrivent par vagues successives. Les femmes portent “le kaba ngondo” (robe ample cousue pour pareille circonstance), les hommes “le sanja” (pagne noué autour des reins). Pour un peu, on se croirait à un défilé de mode, avec ces innombrables et élégants pagnes grenats à franges bleus préparés exprès pour le sacre.

Les mauvais esprits des berges du Wouri diront que les Akwa n’ont pas beaucoup de chemin à faire pour introniser leur Roi... Il est vrai que d’autres viennent de beaucoup plus loin : du Centre, avec la Reine des Ewondo ; de l’Ouest, avec le Sultan Bamoun ; du Nord avec les lamidos de Garoua et de Ngaoundéré, etc. Les pays plus ou moins voisins sont eux-aussi de la fête, avec des danseurs, des musiciens et des représentants officiels du Togo, du Bénin, du Nigéria, de Centrafrique, du Tchad, ou encore, du Burundi...

Au bord du fleuve Wouri, à l’eau à peine plus troublée que d’ordinaire, les chants investissent avant leur Prince “la dibala”, la hutte traditionnelle dans laquelle vont se dérouler à l’abri du grand public une partie des rituels. Aux cris guerriers succèdent les chants de louanges (“tu es un digne fils de ce pays!”). On a quand même du mal à croire que c’est dans cette petite hutte en branchages qu’un Prince est appelé à naître Roi.

Les Akwa ne cachent pas leur impatience de voir débarquer leur Prince. Et n’allez pas leur dire que c’est son poste de cadre supérieur à la BEAC (Banque des Etats de l’Afrique Centrale) qui lui a valu d’être choisit comme Roi : “On ne choisit pas quelqu’un qui doit régner pour ses moyens financiers, mais parce qu’il est brillant, simple, respectueux”.

Un Roi “brillant” et “simple”
Les militaires et policiers présents ont encore moins de choses à faire que d’habitude. S’ils s’agitent à présent, c’est qu’un ministre est annoncé. Coups de klaxon agressifs, escorte musclée : les uniformes retrouvent de leur autorité jusqu’ici confisquée par le pouvoir traditionnel. La République serait-elle mieux gardée que la tradition ?
Pas sûr... La garde rapprochée du Prince Din Dika et les soldats de l’armée traditionnelle suivent de très près l’arrivée majestueuse en pirogue de leur protégé. Le très prochain Roi du peuple de l’eau, parti du village de Bonamouang (environ deux kilomètres du lieu de la manifestation) débarque avec toute une flottille à ses côtés. “La grande pirogue dépasse toujours la petite!” chantent les musiciens amassés devant la hutte en secouant vigoureusement leurs clochettes, pour signifier que le Roi dépasse tous les petits chefs. Sur les pirogues, les danseurs sont encore plus agités. On se demande par quel miracle ils n’ont pas encore chaviré avec leur Prince, par seule bouée de secours.

Cérémonial dans la hutte sacrée
Le Prince arrive finalement à bon port. Dans une bousculade indescriptible tout autour de lui, il entre dans la hutte, escorté par sa garde rapprochée qui a formé une haie d’honneur. A l’intérieur, le Prince écoute les grands prêtres responsables du cérémonial et quelques notables initiés qui lui donnent des conseils qui l’aideront à diriger sa communauté.
A l’extérieur, “le service d’ordre royal” renvoie avec peu de nobles sentiments un mendiant qui adressait un banal salut à la hutte... Les curieux grimpent aux arbres pour apercevoir entre les feuilles un bout du spectacle. Les cracheurs de feu, eux, s’amusent à carboniser ceux qui s’approchent trop près de la hutte (arme à double tranchant quand le vent tourne et qu’on se prend un retour de flamme pas volé en pleine face!).

Tout cela ne fait que réchauffer les ardeurs des Akwa ! “Pour nous, c’est un jour de joie. Cela fait plus de 60 ans que nous n’avions pas eu de Roi. Je suis très fier de vivre cela aujourd’hui”, explique celui-là. “Nous attendons de lui qu’il mette fin aux conflits sociaux, au tribalisme et qu’il fasse l’unité entre nous!”, ajoute celui-ci. Cette dernière tâche ne sera pas la plus aisée, puisque, depuis la mort du Roi Betotè Akwa en 1976, une longue période de querelles dynastiques a déchiré les Akwa.

Le Prince devient Roi
Tout d’un coup, le balafon résonne, pour communiquer avec le monde des ancêtres. Le Prince sort de la hutte. Nouvelle bousculade et nouvelle haie d’honneur “des gardes du corps”. Le speaker est obligé de souffler le chaud et le froid : “le Roi Akwa est là”, puis, l’instant d’après : “restez à vos places, s’il-vous-plaît!” Le Prince se dirige vers son trône. Confortablement installé, il reçoit différents attributs qui font de lui le nouveau Roi des Akwa : le bâton de commandement, la clef du royaume avec laquelle il doit être capable d’ouvrir n’importe quelle porte (!), une hotte chargée de collecter malédictions et bénédictions (à lui après de faire le tri!). On lui donne également à manger un fruit rituel qui consacre son pouvoir. Puis, il boit une potion secrète dans une calebasse, elle aussi rituelle.

Le Roi demande l’approbation du peuple. Il prend la parole. Il évoque “la paix, la confiance mutuelle et l’humilité sans lesquelles rien ne peut se faire”. Le peuple Akwa entonne ensuite son hymne, le poing orgueilleusement levé au ciel. Les motifs de fierté ne manquent pas dans la communauté : les premières firmes commerciales, les premières missions chrétiennes et les premières écoles se sont toutes implantées d’abord dans leur canton ! Akwa lui-même, André Elimbi est, on s’en doute, intarissable sur le sujet : “les Akwa ont toujours été des innovateurs. Aujourd’hui encore nous sommes à l’origine de la révolution qui fait que d’autres Rois nationaux, mais aussi d’ailleurs du continent soient présents!”

Comme pour corroborer ces dires, les autres Rois, les chefs, les notables, se font un devoir de se rapprocher du trône pour faire acte d’allégeance au nouveau Roi. Le Roi du Bénin, Président du Conseil supérieur des Rois d’Afrique annonce à Din Dika qu’il devient conseiller de cet organisme. Il révèle également que sa Reine, camerounaise d’origine, est en train de mettre en place une structure comparable pour les Reines du continent. Le Roi Din Dika clôture les festivités par un tour d’honneur. Il est encadré par les chefs du Grand Sawa qui lui tiennent les bras, comme pour le soutenir dans sa première démarche royale.

Quel genre de Roi ?
Mais quel Roi sera Din Dika Akwa III ? “Il sera un Roi moderne de par sa formation intellectuelle (ndlr : le Roi est diplômé supérieur en sciences économiques); et, en même temps, il devient de par la Constitution camerounaise, “détenteur du commandement traditionnel”. La fonction de Roi a donc pris beaucoup de valeur!” se félicite cet Akwa. Il n’empêche, on peut se demander ce qui relie Din Dika à ses prédécesseurs. Sera-t-il un aventurier, comme King Mulobe m’Ewale qui aménagea en 1660 un lieu de vie préfigurant le Canton Akwa ? Une figure historique, comme son grand-père, King Dika Mpondo, qui, en 1884, signa le traité germano-duala ?

La procession qui vibre au son des tam-tams et se dirige vers le Mausolée situé en plein coeur du quartier Akwa derrière le marché “Douala bar”apporte un début de réponse. Le premier Roi Akwa à avoir été enterré ici est en effet son grand-père, mort en détention le 16 décembre 1916. Din Dika Akwa III n’a pas oublié. Son premier décret est pour son ancêtre : “à partir de 2002, le 16 décembre de chaque année sera pour les Akwa jour de méditation et de recueillement en mémoire du King Dika Mpondo”. Pendant ce temps, un aigle s’élève au-dessus de la masse et survole le cortège. Le présage plaira aux Akwa qui ont adopté comme symbole cet animal fier et d’envergure imposante.
 

Source: Le messager | Hits: 19832 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  How has Christianity changed? Nigerian pastors spread into Cameroon
( | 26.04.2007 | 15968 hits  | 0 R)

  Dibombari: Yvonne Ngo Mbebga - Combattre l’exode rural par la culture
( | 22.04.2007 | 16804 hits  | 0 R)

  Jacqueline Ikollo Ndoumbè Ekambi. Une Sawa consacrée “Mafo” à l’Ouest
( | 17.04.2007 | 20735 hits  | 0 R)

  Historique de la littérature Camerounaise. Yoshua Dibundu, Martin Itondo, Mumé Etia, Benjamin Matip, Sengat Kuo, Mongo Beti, etc...
( | 15.04.2007 | 41190 hits  | 0 R)

  La Sanaga Maritime en ébullition
( | 12.04.2007 | 23450 hits  | 0 R)

  Bonépoupa: Affrontements sanglants à répétition pour "Litige foncier"
( | 11.04.2007 | 22386 hits  | 0 R)

  EBAMBA: Pour sauver l´héritage des fils du Wouri
( | 07.04.2007 | 31156 hits  | 3 R)

  Le mémorandum des Sawas du Wouri à l’Etat
( | 06.04.2007 | 19345 hits  | 0 R)

  Photos souvenirs
( | 05.04.2007 | 27395 hits  | 0 R)

  Remembering Africans in the Nazi Camps - Theo Wonja, Mpondo Akwa, Adolf Ngoso Din, Martin Dibobe
( | 05.04.2007 | 25439 hits  | 0 R)

  SANAGA-MARITIME PRES DE 80 ORDINATEURS REMIS AUX ETABLISSEMENTS SCOLAIRES
( | 03.04.2007 | 14895 hits  | 0 R)

  Les Forces Armées des Etats-Unis et de la France dans le Golfe de Guinée
( | 01.04.2007 | 23710 hits  | 0 R)

  Africa - Where the Next US Oil Wars Will Be
( | 01.04.2007 | 19117 hits  | 0 R)

  Culture: Un festival international à Bafia dans le Mbam
( | 30.03.2007 | 19051 hits  | 0 R)

  Le Festival KATE de Bomono ba Mbenguè
( | 29.03.2007 | 17468 hits  | 0 R)

  Il y a 200 ans été abolie la traite transatlantique
( | 27.03.2007 | 13842 hits  | 0 R)

  Marinette Ndomè Dikoum, née Dinde : REBONDISSEMENT et NOUVELLES REVELATIONS
( | 27.03.2007 | 33293 hits  | 1 R)

  Samuel Nja Kwa: Journaliste et Photographe
( | 22.03.2007 | 18415 hits  | 0 R)

  Bill Akwa Betote - la Photo, son Tempo
( | 22.03.2007 | 18385 hits  | 0 R)

  PERE PIERRE MEINRAD HEBGA (PHILOSOPHE ET THEOLOGIEN CAMEROUNAIS)
( | 21.03.2007 | 26924 hits  | 0 R)

  Esotérisme commercial: Voici comment les clients de la ’’33’’ financent les sectes
( | 21.03.2007 | 59228 hits  | 0 R)

  Père Meinrad HEBGA: La magie, la sorcellerie, la superstition
( | 21.03.2007 | 25241 hits  | 0 R)

  MUSIQUE - Revue de Presse
( | 20.03.2007 | 21120 hits  | 0 R)

  La première édition des marmites d’or se prépare.
( | 20.03.2007 | 19533 hits  | 0 R)

  Moni Bilè: Parcours - Artiste, Musicien
( | 20.03.2007 | 18602 hits  | 0 R)

  Bobby James Nguimè : Le testament du makossa était une malicieuse copie de mon initiative.
( | 20.03.2007 | 17695 hits  | 0 R)

  Le vrai makossa revient "Aladji Touré Master Class"
( | 16.03.2007 | 19606 hits  | 0 R)

  Roger Milla dédicace son livre "L`épreuve de ma foi"
( | 16.03.2007 | 17771 hits  | 0 R)

  DUTA, Biennale des Arts Visuels en Afrique centrale
( | 13.03.2007 | 20176 hits  | 0 R)

  Lions : Womé Nlend se retire définitivement
( | 12.03.2007 | 19193 hits  | 0 R)

  SOCIETE : Sawanité, une certaine idée de l’humanisme
( | 12.03.2007 | 16295 hits  | 0 R)

  Sawa Village : Le grand Restaurant Africain de Francfort.
( | 11.03.2007 | 18978 hits  | 0 R)

  Von Kamerun nach Babelsberg: Die Geschichte des Schauspielers Louis Brody
( | 09.03.2007 | 37114 hits  | 1 R)

  Schwarz sein und deutsch dazu
( | 09.03.2007 | 18660 hits  | 0 R)

  Prince Douala Manga Bell : chef supérieur du canton Bell : “ Tous les chefs Bassa veulent Samson ”
( | 08.03.2007 | 20424 hits  | 0 R)

  Kribi: Les chefs de village réclament des dédommagements
( | 08.03.2007 | 19052 hits  | 0 R)

  Origine de la Journée internationale de la femme : 08 mars
( | 08.03.2007 | 13845 hits  | 0 R)

  Massao 2007: Les "gos", la radio et le Massao
( | 07.03.2007 | 18984 hits  | 0 R)

  L’Université de Yaoundé I se souvient de Francis Bebey
( | 07.03.2007 | 18083 hits  | 0 R)

  GHANA 50 ANNIVERSARY
( | 06.03.2007 | 21643 hits  | 0 R)

  Fête commémorative des Batanga
( | 01.03.2007 | 24395 hits  | 0 R)

  L’île de Manoka, chef-lieu de l’arrondissement éponyme regroupe une vingtaine d’îlots
( | 28.02.2007 | 21905 hits  | 0 R)

  Noah of the Bible was a Black Man
( | 25.02.2007 | 14369 hits  | 0 R)

  The Lost Prophet of the Bible "Enoch The Ethiopian"
( | 24.02.2007 | 24771 hits  | 0 R)

  Le Livre des Secrets d´Enoch
( | 24.02.2007 | 21129 hits  | 0 R)

  Moïse l’Africain: La vérité voilée sur l´Africain qui a inspiré le monothéisme occidental
( | 22.02.2007 | 31299 hits  | 0 R)

  Yabassi (Nkam): la conférence des chefs traditionnels Ngan Nkam s´organise
( | 21.02.2007 | 22635 hits  | 0 R)

  Les Bassas du Wouri s’opposent à une succession aux forceps.
( | 21.02.2007 | 14700 hits  | 0 R)

  Kribi : Le maire et le député se déchirent
( | 19.02.2007 | 21953 hits  | 0 R)

  Mount Cameroon Race of Hope:FCFA 130 Million Disbursed
( | 16.02.2007 | 22256 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks