Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
24.10.2005

Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur 

Les festivités du Ngondo sont également le cadre de l´élection du ngum en ce sens que les garçons ont également leur mot à dire à travers la lutte traditionnelle. Tous les ngum des cantons confrontent leur force, robustesse, agilité et astuces lors de la grande veillée qui désignera le ngum des ngum (le champion des champions).

LISEZ PLUTOT CETTE LEGENDE


Mandengue ne se souvient pas de son premier combat. Aussi loin qu´il remonte dans ses souvenirs, il y voit des corps-à-corps acharnés avec les autres enfants de son village natal, et des adversaires qui mordent la poussière(…). Des joutes ludiques accompagnent chaque événement de la vie, naissance, récolte, mariage, enterrement. La règle en est simple: faire toucher la nuque l´adversaire au sol. Elle génère un art compliqué, exigeant puissance et souplesse. Le jeune Mandegue possédait les deux. Très vite, il s´est aperçu qu´il était le plus fort. Son 1,90 mètre et ses quelque cent kilos imposaient respect. Et son agilité lui permettait de terrasser de plus grands et de plus lourds lui. Malgré sa corpulence, son apparence ventripotente, il parvenait à se ramasser sous son adversaire et à le porter dans les airs. Il avait surtout ce don inné de deviner l´autre dès la première prise de contact, d´anticiper ses actions pour mieux le dominer. Mandegue n´a jamais appris à lire et à écrire, mais a toujours su lutter.
Dès lors, il n´a eu de cesse d´aller plus loin défier des adversaires à sa mesure. Qu´une cérémonie soit annoncée quelque part, et le jeune homme faisait ses préparatifs. Sa mère, Moukouri, s´enfermait de longues heures dans la case familiale, répandait le vin au pied des fétiches, et suppliait les esprits de donner la victoire à son fils. Le marabout et les anciens se rendaient sous l´arbre sacré et dispensaient offrandes et incantations. Mandegue se mettait alors en route, couvert d´amulettes et de peintures. A pied, accompagné d´autres jeunes gens, il parcourait des dizaines de kilomètres, chantant, dansant tout le long du chemin. La joyeuse troupe annonçait son entrée dans les villages au son d´une corne. Elle restait là deux jours à s´amuser et à se battre. Mandegue revenait toujours en vainqueur chez sa mère.

Sa réputation s´étendit à toute la région(..). Ses succès, son arrogance démonstrative, ses chorégraphies provocatrices, sa manière de ruer comme un animal qui va charger, plaisaient au public et faisaient peur à ceux qui devaient l´affronter. Seuls des esprits pouvaient le battre. Une année, il tomba gravement malade. Persuadé qu´un adversaire lui avait jeté un sort, plutôt que d´appeler un médecin, il se fit exorciser. Le marabout lui confia un pendentif, une dent de cochon, afin d´écarter les sortilèges. Il ne le quittera plus. Pour plus de sûreté, il déménagea et s´installa loin des influences néfastes, dans la petite ville près de la côte.
A quinze ans, il remportait son premier titre national de lutte, puis un nouveau chaque année. Il devint un des personnages les plus célèbres du pays. Ses combats attiraient des foules de plus en plus nombreuses. Jamais il n´accepta d´argent en cadeau. Des pères enthousiastes lui proposèrent bien leurs filles en mariage, mais lui préférait choisir seul sa femme: à ce jour, il en a quatre, qui lui ont donné cinq enfants. L´aîné, Ewane, a huit ans et se bat bien." Il sera aussi bon que moi ", pense le père. Après chaque tournoi, Mandengue revient près de sa famille, s´occupe de ses deux rizières et cultive également un peu de blé, de maïs, d´arachide et de haricots.

Sa notoriété dépassa bientôt les frontières. A 25 ans, on vint le chercher dans ses champs. Il prit l´avion pour aller participer à un tournoi à l´étranger et termina deuxième de la compétition. L´arbitre avait sifflé le début du combat alors qu´il procédait à ses rituels d´avant-match. Il fut battu un peu par surprise. L´année suivante, il se classa troisième(…). Un autre mauvais souvenir: en demi-finale, il fractura le bras de son adversaire, en deux endroits, et fut disqualifié malgré sa victoire. Il appris les rudiments de la lutte libre olympique, très proche de la technique balante. Trois ans plus tard, il obtint une médaille d´or(..). Il fut appelé dans le cadre du stage préparatoire aux premiers championnats d´Afrique de lutte traditionnelle. Deux jours après le début, il partit chercher un ami dans la brousse. ´Celui-ci avait perdu son fils, et Mandengue resta avec lui pour le consoler. Il disparut trois semaines sans donner de nouvelles, pour ne réapparaître que la veille du départ. A vrai dire, il n´aime guère s´entrainer. Sa carrière risque forcément de s´en ressentir. On lui prédit une retraite précoce. Alors, il retournera combattre dans sa région, là où, il est déjà une légende qu´on raconte aux enfants. Mandengue, le roi des lutteurs, qui gagnait au-delà des mers.

Benoît Hopquin
 

Source:  | Hits: 14074 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Peuple Sawa, Tous à L´unisson. Sawa Ancestors Predict Blessings For 2008
( | 03.12.2007 | 16444 hits  | 0 R)

  Les Elog Mpo’o (Mpoo) se ressourcent à Edéa
( | 01.12.2007 | 20328 hits  | 0 R)

  Exclusif ! Entretien avec le Pr. NJOH MOUELLE
( | 30.11.2007 | 21724 hits  | 0 R)

  MANGA BEKOMBO Priso: Conflits d´autorité au sein de la société familiale chez les Dwala du Sud-Cameroun
( | 27.11.2007 | 20581 hits  | 0 R)

  Remember Manga Bekombo Priso (1932-2004)
( | 26.11.2007 | 18869 hits  | 0 R)

  Cet enfant de NEW-BELL NKONGMONDO: MBOM EPHREM, ancien Lions Indomptables
( | 23.11.2007 | 25503 hits  | 0 R)

  Hommage : Elle s’appelait Else Ekindi
( | 21.11.2007 | 27863 hits  | 0 R)

  "Du racisme français, Quatre siècles de négrophobie" par ODILE TOBNER
( | 21.11.2007 | 18604 hits  | 1 R)

  Et si Nkongsamba vous était contée
( | 20.11.2007 | 31232 hits  | 0 R)

  Alucam - les manifestations du cinquantenaire lancées à Edéa
( | 20.11.2007 | 20964 hits  | 0 R)

  Nkongmondo - Le miroir de la misère ambiante
( | 20.11.2007 | 18717 hits  | 0 R)

  Le Ngondo s´ouvre au Grand Sawa
( | 20.11.2007 | 16214 hits  | 0 R)

  Richard Bona parle
( | 20.11.2007 | 13560 hits  | 0 R)

  Sawanité: le pari de l’alliance
( | 12.11.2007 | 13799 hits  | 0 R)

  Bakassi Enquête: Affairisme, trafic d’armes, convoitisme du Nigeria... la tuerie
( | 11.11.2007 | 18359 hits  | 0 R)

  Fritz Dikosso-Seme : Interview "Le Ngondo en plein Sahel"
( | 11.11.2007 | 15095 hits  | 0 R)

  Entretien avec Marcien Towa
( | 11.11.2007 | 14091 hits  | 0 R)

  Bakassi: Sanglante attaque des Nigerians; 21 militaires camerounais tués et 6 blessés
( | 10.11.2007 | 18785 hits  | 0 R)

  Festival : Douala accueille le SUD (Salon Urbain de Douala)
( | 09.11.2007 | 18364 hits  | 0 R)

  Manu rend Hommage aux Tirailleurs Sénégalais
( | 09.11.2007 | 14266 hits  | 0 R)

  BlackExploitation videos & movies
( | 05.11.2007 | 16653 hits  | 0 R)

  Fête du NGUMA MABI 2007
( | 05.11.2007 | 16268 hits  | 0 R)

  Le Ngondo 2007 - les Sawa se préparent
( | 31.10.2007 | 16163 hits  | 0 R)

  Athlétisme : Françoise Mbango rompt le silence
( | 31.10.2007 | 13979 hits  | 0 R)

  EMOTION - Comment capitaliser nos ressources à cette veille du NGONDO
( | 30.10.2007 | 10872 hits  | 0 R)

  Clubs mythiques SAWA: « CAIMAN AKWA CLUB DE DOUALA »
( | 25.10.2007 | 44899 hits  | 0 R)

  Le Peuple Sawa salue la montée de Caïman en D1
( | 25.10.2007 | 12879 hits  | 0 R)

  FAKO Mountain Race of Hope 2008
( | 23.10.2007 | 17339 hits  | 0 R)

  LIMBE - Fishermen Accuse Chinese Trawlers Of Destructive Fishing By Francis Tim Mbom
( | 23.10.2007 | 11911 hits  | 0 R)

  Ebénezer Njoh Mouellé, le philosophe et la vie quotidienne
( | 19.10.2007 | 28382 hits  | 0 R)

  Ekambi Brillant et Valère Epée “ ressuscitent ” la culture camerounaise
( | 19.10.2007 | 16238 hits  | 0 R)

  TOKOTO ASHANTY, L’homme de chèvre, revient
( | 14.10.2007 | 16156 hits  | 0 R)

  EBOA LOTIN: UN POETE BANTOU
( | 08.10.2007 | 18112 hits  | 0 R)

  Quelques mélomanes parlent de ce qu’ils gardent de Samuel Eboa Lotin
( | 08.10.2007 | 18021 hits  | 0 R)

  Discours de Ruben Um Nyobe a l´ONU le 17/12/1952 et Hommage d´Achille Mbembe
( | 20.09.2007 | 22191 hits  | 0 R)

  Ruben Um Nyobe : modèle d’homme de culture
( | 13.09.2007 | 19956 hits  | 0 R)

  Steve Bantu Biko: Your memories - 12 September 1977.
( | 12.09.2007 | 21041 hits  | 0 R)

  Le Prince Alexandre
( | 09.09.2007 | 19347 hits  | 0 R)

  Les Ibos de la diaspora appellent à "l’union de tous"
( | 06.09.2007 | 17238 hits  | 0 R)

  France-Afrique: the idiocies that divide us
( | 01.09.2007 | 17075 hits  | 0 R)

  Une Television Africaine (LCA1 TV) en ligne
( | 29.08.2007 | 12364 hits  | 0 R)

  Henri Bandolo : Hommage manqué à un virtuose de la plume
( | 27.08.2007 | 24662 hits  | 0 R)

  Les descendants des Pharaons à travers l´Afrique (Extrait page.62-63)
( | 26.08.2007 | 26857 hits  | 0 R)

  Prince Bétotè DIKA AKWA nya BONAMBELA
( | 21.08.2007 | 28875 hits  | 0 R)

  FELA - a Commommeration
( | 17.08.2007 | 25954 hits  | 0 R)

  Fela Anikulapo kuti… for ever !
( | 17.08.2007 | 16286 hits  | 0 R)

  A Great Loss: The Passing of Dr. Asa Grant Hilliard III (Amankwatia Baffour II) (1933-2007)
( | 16.08.2007 | 23108 hits  | 1 R)

  l’héritage de Rudolph Douala Manga Bell
( | 16.08.2007 | 17670 hits  | 0 R)

  Valère Epée : Duala Manga Bell, un exemple de patriotisme
( | 12.08.2007 | 18044 hits  | 0 R)

  Photos Souvenir des funerailles de Duala Manga Bell
( | 11.08.2007 | 26764 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks