Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
05.01.2008

Mort de Antoine Logmo Nnyb. Décès de David Bernard Diwah Wondjamouna 

Photo: Antoine Logmo Nnyb

Il a frôlé le siècle dans sa vie sur terre, qu’il a consacrée pour l’essentiel à l’enseignement et à la politique.
Alain B. Batongué

" Il était certes âgé, mais comment a-t-il pu partir comme ça, sans rien écrire ? Et surtout sans rien dire de sa riche expérience politique, mais aussi de toutes les controverses autour des rôles qu’il aurait plus ou moins joué pendant le maquis, peu avant et bien après l’indépendance du Cameroun ? " Le propos était spontané de la part de se confrère qui, dès qu’il a appris hier la nouvelle, s’est souvenu de toutes les démarches qu’il avait entreprises pour réaliser avec celui qui vient de décéder, à défaut d’un ouvrage, au moins une série d’articles revenant en détail sur son itinéraire politique.

Antoine Logmo Nnyb est donc " décédé mardi le 12 février 2008 à Yaoundé des suites de maladie dans sa 97è année ", selon un communiqué signé de sa famille et parvenu hier à notre rédaction. On devine aisément qu’à cet âge, il ne soit point besoin d’épiloguer sur les origines exactes du mal qui a fini par l’emporter.

Si la famille, à la tête de laquelle son unique fils, Antoine Logmo s’époumone déjà comme un beau diable, en est encore a préparer le programme d’obsèques qu’elle souhaite grandioses à la mesure du personnage et de la nombreuse progéniture qu’il a enfantée, les membres de l’actuelle législature à l’Assemblée nationale auront, pour la plupart, du mal à se souvenir de cet homme politique né en 1911 à Mandjab 1 dans l’arrondissement de Ngambe, Département de la Sanaga Maritime, et qui a traversé le 20ème siècle en témoin et acteur de l’histoire de son pays, le Cameroun.

Le mot n’était pas aussi galvaudé qu’aujourd’hui, mais Antoine Logmo Nnyb était, en son temps, une " élite ". Rare privilégié à avoir fréquenté, au lendemain de la Première guerre mondiale, la fameuse école supérieure de Yaoundé (1929-1932), il a d’abord servi comme instituteur en divers endroits du pays : Batouri, Guider, Ngoulemakong, Bafang, Edea, Songmbengue et Ngambe. Il sera tiré de sa retraite administrative plus tard pour servir dans l’enseignement secondaire, à Douala et Yaoundé notamment

Sa carrière politique commence par un premier mandat de Député à l’Assemblée Législative du Cameroun en 1957. C’est l’un des parlementaires qui fait partie du gouvernement de André Marie Mbida comme Secrétaire d’Etat chargé de l’Intérieur. Quelques rares témoins de l’histoire du Cameroun au lendemain de l’indépendance indiquent par ailleurs que, après avoir renversé le gouvernement de André Marie Mbida et avoir pris le pouvoir suprême, Ahmadou Ahidjo a récupéré cet ancien allié de son rival politique qu’était Antoine Logmo Nnyb en espérant mieux organiser l’épuration du maquis en pays bassa. Ce dernier dans la Sanaga Maritime, comme Mayi Matip (aujourd’hui de regrettée mémoire) dans le Nyong et Kelle, auront ainsi fait le douloureux choix de servir le pays, acte que plusieurs autres personnes dans leurs départements d’origine ont considéré comme une haute trahison.

Antoine Logmo Nnyb redevient député 13 ans après l’indépendance, le 18 mai 1973. Il est alors et pour plusieurs années encore le président de la section départementale de l’UNC de la Sanaga Maritime. Sans doute n’était-il pas préparé au multipartisme, à une élection par la base pour aller à l’Assemblée nationale. LE retour du multipartisme au Cameroun en 1991 sonnera ainsi le glas politique de Antoine Logmo Nnyb qui quitte l’assemblée nationale au terme de la législature 88-92, comme vice président et doyen d’âge de l’auguste chambre. Avant les témoignages qui seront prononcées lors des obsèques encore à organiser, sa famille veut déjà garder de lui l’image d’un " chrétien catholique fervent et engagé, d’un fonctionnaire de l’éducation nationale qui a formé de nombreux cadres de l’administration, et de la politique et donné naissance à une nombreuse progéniture. "

=======================
Décès du Camarade David Bernard Diwah Wondjamouna

L´hommage en question de Jean Marc Soboth, Premier secrétaire du Syndicat National des Journalistes du Cameroun, SNJC, soulève l´épineuse question de la paupérisation des journalistes au Cameroun et surtout le fait qu´entre confrères dans ce pays, l´on n´est utile qu´à l´inimitié et à la nuisance.
Le décès du Camarade David Bernard Diwah Wondjamouna, survenu le 29 janvier dernier à Douala, est une disparition qui va peser lourdement sur tous ceux des confrères qui ont cheminé avec lui à Douala. Diwah a assisté à la création du Syndicat National des Journalistes du Cameroun (SNJC) le 18 mai 2002 à l’hôtel Le Méridien de Douala. Il avait bourlingué à coups de très brefs séjours dans de nombreuses rédactions de la place, dont La Nouvelle Expression au moment où j’y étais le rédacteur en chef.

A son sujet, je n’ai pas envie de faire un éloge funèbre, mais dire la vérité. Wondjamouna (comme je l’appelais) se sentait comme concerné au premier chef par le développement du Syndicat et l’amélioration des conditions de vie et de travail des journalistes camerounais. A cet effet, il a passé beaucoup de temps à me critiquer avec une violence particulière, souvent par voie de Web. Au début évidemment, j’ai très mal pris cela parce que ma petite expérience à la tête du Syndicat m’a appris que les confrères critiquent rarement pour des raisons objectives et constructives. En fait, beaucoup sont motivés par une extrême jalousie et une haine basées sur des frustrations d’ordre psychanalytique, qui n’ont rien à voir avec l’intérêt collectif. Ils soutiennent alors aveuglément toute génération spontanée qui pourrait se présenter pour vous emmerder. Parce qu’ils ne croient en rien. Ce n’était pas le cas pour Wondjamouna. Avec le temps, le climat entre lui et moi s’est apaisé. J’ai compris que c’est la marche du Syndicat qui l’intéressait véritablement.

Marxiste-léniniste. Et je peux dire que nous sommes devenus amis. On avait un point commun : on se revendiquait de l’idéologie marxiste. Parce que j’ai une solide structuration marxiste-léniniste, on a passé du temps à débattre du matérialisme dialectique, fondement du marxisme, et de ses autres sommiers philosophiques dont les idées de Héraclite, jusqu’à la théorie de la transformation du monde par le travail de Friedrich Engels. On avait des discussions sur l’actualité politique de la lutte des classes inspirée au départ par les Emile Durkheim, et illustrée dans Das Kapital de Karl Marx, avec cette option pragmatique de l’Etat et la révolution de Lénine... On avait un point de divergence : il avait tendance à faire très peu de cas de Dieu, le Dieu d’Israël s’entend. C’est une tendance marxisante, il est vrai…

Il m’a emmené chez lui à Bassa quelquefois et m’avait présenté sa compagne. Il avait entrepris des négociations avec Serena hôtel et ensuite l’Hôtel Manengouba pour que l’on ait un lieu fixe pour les réunions du Syndicat. Ces négociations n’ont pu être bouclées à cause de mon indisponibilité. Il en était plus que préoccupé.

Wondjamouna est resté très spontané, mais surtout fier. Il n’hésitait jamais à dire ce qu’il avait à dire, mais savait aussi « encaisser ». Je dirai même qu’il me donnait parfois l’impression d’être naïf, même si son idée de créer le journal « L’autre Nkam » est venue lui conférer une sorte de maturité précoce. Il était, en tout cas, le type de confrère fait pour être avec moi « au civil ». Nous sommes tous démunis il est vrai, mais rien ne peut expliquer que l’on soit mal habillé, sale, et que l’on tienne à afficher sa misère à la première occase, surtout lorsque cela est inutile. Du temps de sa superbe, Thomas Eyoum’a Ntoh avait coutume de dire qu’être mal habillé et sale c’est manquer de respect à tous ceux que l’on est appelé à rencontrer dans la journée.

Wondjamouna était de ceux que n’importe qui pouvait recevoir sans ciller.
 
Il m’a fait part l’année dernière de son idée de créer Matanda. De son point de vue, il fallait sortir du département du Nkam pour « arroser »  toute la côte. Matanda, m’expliquait-il, signifie mangrove. Et c’est tout un symbole en pays Sawa. On a eu une longue séance de travail à cet effet à Deïdo Plage, avec ses collaborateurs - qu’il tenait à qualifier d’amis. Il voulait que je l’aide à concevoir une maquette. Finalement, ce qu’on devait réaliser a avorté. Avec lui, beaucoup de belles idées avortaient toujours de la même façon. En fait, il était comme Héraclite le disait : il ne se lavait pas deux fois dans la même rivière ; il était ondoyant, mais demeurait sympathique et agréable.

Il changeait. J’ai constaté qu’avec le temps il s’était rapproché de l’élite du Nkam, l’élite de Yaoundé et qu’il s’était fondu dans leurs combats. Il changeait. Cela ne lui ressemblait pas. C’est un milieu comme beaucoup d’autres dans ce pays où il est évident qu’on n’aime pas les journalistes, on les y craint - son collaborateur l’a confirmé lors de l’hommage organisé au siège du Manidem mercredi dernier.

Au plan syndical, Wondjamouna n’a jamais accepté d’être qualifié d’employeur. Pour lui, ce n’était qu’une manœuvre pour l’écarter du syndicat. Il tenait à indiquer que dans son journal il n’y avait pas d’employeur. Il a donc revendiqué son appartenance au Syndicat jusqu’au bout.

Mais avant tout, nous aimions beaucoup Diwah, l’individu avec lequel on allait danser à L’Aristocrate. Même si l’on n’avait pas l’opportunité de le voir très régulièrement, on aimait être avec lui. C’est ce que nous perdons aujourd’hui : un militant, un ami qui savait être impétueux mais respectueux. Aujourd’hui, il nous quitte pour rejoindre une autre réalité métaphysique qui relève de Dieu, un Dieu qui, malheureusement, n’était pas sa première obsession. Il est parti sans crier gare, parce qu’il tenait par-dessus tout à sa fierté. Il me parlait de sa maladie comme d’un mal récurrent mais qui ne devait pas être une préoccupation capitale. Il me disait tout sourire, comme sans conviction : « Président, je t’assure que je suis malade ! ». Ce faisant, il n’en donnait pas l’air. Nous pleurons et pleurerons beaucoup ce petit frère, confrère et ami.

Nous sommes des exclus !

On a perdu dans un contexte similaire les camarades Mathieu Kizito Ngalamou (La Nouvelle Expression), Pascal E. Dang (Mutations)… On n’a rien pu faire de mémorable à cause de notre condition modeste et déstructurée. Nous sommes des exclus ! Nous n’avons toujours pas le moindre kopeck de cotisation syndicale nonobstant les dispositions de la loi et nos nombreuses démarches au Gouvernement, « encadreur principal » de notre paupérisation. Nous n’avons même pas droit à des représentants du personnel et à une immatriculation régulière à la Caisse de sécurité sociale... Au plan africain, on nous impose la culture de l’émiettement, cette culture qui a saccagé la scène politique…

On n’a donc pu l’assister dans ce contexte de déni de sécurité sociale où la seule aide publique au journaliste consiste à lui rappeler qu’il a un rôle de service public en lui contestant tous les bénéfices de la fortune publique. Un contexte où le journaliste est un loup pour le journaliste. Puisse la profession se souvenir de ces séculaires turpitudes et faire des prochains Diwah des grands moments de remise en cause d’une corporation de clochards…

Malgré l’adversité, dans le plan de Dieu, nous allons poursuivre la lutte pendant un petit moment encore. Adieu jeune homme ! Que la terre de tes ancêtres Banya à Jabassi te soit légère, Camarade!

© Jean Marc Soboth : Premier secrétaire du Syndicat National des Journalistes du Cameroun, SNJC

 

Source:  | Hits: 16364 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Saviez-vous que BAKASSI, aujourd´hui occupé par les Nigérians signifie en Douala "ils ont accueili" ?
( | 17.07.2005 | 18855 hits  | 0 R)

  Le Ngondo 2002 sur les berges du Wouri
( | 15.07.2005 | 13205 hits  | 0 R)

  UNE ETUDE SUR LES PIROGUES DOUALA
( | 13.07.2005 | 15931 hits  | 1 R)

  CONTEXTE HISTORIQUE GÉNÉRAL DE L’ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE 1890-1960
( | 12.07.2005 | 15933 hits  | 0 R)

  Léopold Moume Etia n’est plus
( | 12.07.2005 | 15200 hits  | 0 R)

  SAWA TOURISME !
( | 11.07.2005 | 10456 hits  | 0 R)

  Masosomanambè” : Le calendrier qui déterre l’histoire des Sawa
( | 10.07.2005 | 23931 hits  | 4 R)

  Ngondo : Deux nouveaux hommes pour de nouveaux défis
( | 06.07.2005 | 14272 hits  | 0 R)

  Sam Mbende : le spectacle… contenu
( | 30.06.2005 | 12441 hits  | 0 R)

  Traité germano-duala : 120 années de controverse. Reflexions Kum-mouelle-nsame-ntone.
( | 18.06.2005 | 26122 hits  | 3 R)

  Dika Akwa III - Les Bonambela amorcent l’envol
( | 09.06.2005 | 19185 hits  | 2 R)

  Le Sacre d´un Roi: Dika Akwa III
( | 09.06.2005 | 16778 hits  | 0 R)

  Grand Sawa : Les chemins de l’Union
( | 05.06.2005 | 11213 hits  | 0 R)

  Massao 2005 : On attend Coco Mbassi…
( | 06.05.2005 | 13928 hits  | 0 R)

  Le Mpooh
( | 01.05.2005 | 15773 hits  | 2 R)

  Recit du sacre du roi Dika Akwa III
( | 09.04.2005 | 13957 hits  | 0 R)

  André Nganguè : Un patriarche à l’antenne
( | 18.01.2005 | 17642 hits  | 0 R)

  Tradition: Le Ngondo dévoile son calendrier
( | 01.01.2005 | 10535 hits  | 0 R)

  Ngondo: Sous le vase sacré
( | 28.12.2004 | 11295 hits  | 0 R)

  Musique : Le bon jus de Coco
( | 06.12.2004 | 14034 hits  | 0 R)

  Miss Ngongo 20XX
( | 26.10.2004 | 14568 hits  | 0 R)

  Spectacle en vue :Coco Mbassi revient
( | 22.10.2004 | 13683 hits  | 0 R)

  Léopold Moume-Etia, 1913-2004 :Une page de l’histoire du Cameroun est tournée
( | 16.07.2004 | 19255 hits  | 0 R)

  Littoral : Moukoko Mbonjo reçoit l’onction du ngondo
( | 18.03.2004 | 21794 hits  | 1 R)

  Africavenir: Un trésor culturel à Bonabéri
( | 17.01.2004 | 18947 hits  | 2 R)

  Grandeurs et travers du Ngondo.
( | 05.12.2003 | 10655 hits  | 0 R)

  ACTIVITES & PROGRAMME
( | 25.11.2003 | 12262 hits  | 0 R)

  LETTRE DU PRESIDENT DU NGONDO 2002
( | 25.11.2003 | 12081 hits  | 0 R)

  BILAN du NGONDO 2002
( | 25.11.2003 | 12016 hits  | 0 R)

  Ngondo : La délégation de Douala fait escale à Yaoundé.
( | 10.11.2003 | 11916 hits  | 0 R)

  African Cults: Sangoma & Nganga
( | 01.01.1970 | 37269 hits  | 0 R)

  Charismatique: René Douala Manga Bell
( | 01.01.1970 | 20753 hits  | 0 R)

  Dits et écrits de UM NYOBE
( | 01.01.1970 | 17617 hits  | 0 R)

  Les Sawa réclament le site où le Ngondo serait né
( | 01.01.1970 | 17352 hits  | 0 R)

  Ngondo 2008: Message de Prospérité et de Fécondité
( | 01.01.1970 | 16012 hits  | 0 R)

  Pierre Valéry Lobé Békombo est allé rejoindre Doumbe Djengué
( | 01.01.1970 | 15652 hits  | 0 R)

  Programme NGONDO 2008
( | 01.01.1970 | 13233 hits  | 0 R)

  Haïti : Souffrance, chaos et dignité !
( | 01.01.1970 | 11619 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks