Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
13.06.2006

Douleur: La peur du succès 

Vendredi 30 août 2002, par David Cadasse
Afrik.com

Son nom est sur toutes les lèvres et sa musique dans toutes les têtes, pourtant, personne ne sait vraiment qui est Douleur. De son vrai nom Alexandre Douala, l’artiste nourrit un paradoxe artistique qu’il porte comme un fardeau. Vedette malgré lui, il souffre d’un déficit d’image qu’il souhaite aujourd’hui corriger. S’il a toujours fuit le succès autant qu’il le convoite, c’est avant tout parce qu’il cherche à se construire une base solide avant de regarder le sommet. Rencontre.

Afrik : Pourquoi avoir choisi Douleur comme nom de scène ?


Douleur : Je suis simplement tombé dedans. Toutes les personnes qui sont nées à Douala et qui s’appellent Douala
sont surnommés Douleur. J’ai gardé ce nom, peut être parce qu’il était facile à prononcer.

Afrik : S’agit-il d’un nom qui vous correspond bien ?

Douleur : A bien y réfléchir, tout ce qui est beau et qui respire vient de la douleur. La femme enfante dans la douleur. La douleur fait parti de notre vie. C’est vrai que j’ai parfois tendance à mettre les mauvaises choses qui m’arrivent sur le dos de mon nom, comme une fatalité. Mais ça va, je n’ai pas beaucoup à me plaindre.

Afrik : Vous êtes un artiste relativement discret, vous ne vous êtes jamais vraiment livré, pourquoi ?

Douleur : Je me livre à ma façon. Je suis un peu étranger au monde du show-bizz. Ce qui m’intéresse est avant tout ma musique.

Afrik : Pourtant cela fait parti du jeu, l’artiste est obligé de payer de sa personne pour assurer sa promotion.


Douleur : Oui, mais j’aimerais que ma musique soit la base, même si parfois je me dis que j’ai tort. J’ai envie de m’y mettre mais il faut savoir comment se lancer. Avant je rêvais les yeux fermés, maintenant je rêve les yeux ouverts. J’ai pris conscience de certaines nécessités en matière de promotion de ma musique. J’ai maintenant envie d’affronter les choses.

Afrik : Le succès vous fait-il peur ?


Douleur : Le succès est comme une tempête qui peut rapidement vous emporter. C’est pour cela que j’avais mis ma carrière entre parenthèse pendant dix ans. Après mon troisième album, en 1989, j’ai arrêté de chanter pour ne revenir qu’en 2000. Le succès avait cassé mon élan intérieur et artistique et je voulais prendre du recul pour faire le point. Il faut pouvoir contrôler le succès sinon... Je cherche à construire de solides fondations avant d’aller plus loin. Le sommet est très fragile et si je tombe j’aimerais être fort dans ma douleur.

Afrik : Vous n’êtes pas encore prêt ?


Douleur : Si, mais je ne peux pas y arriver seul. Il me faut des personnes pour me montrer ce que je ne sais
pas. Quand on a du succès, on croit tout savoir et l’on croit que tout ce que l’on a, on le doit à soit même. C’est faux. Moi je suis musicien et j’ai besoin qu’on me pousse et qu’on me guide dans le monde du show-biz. Jusque là, je n’ai eu personne pour me conduire à travers ce milieu.

Afrik : Difficile à croire étant donné votre succès...

Douleur : Je n’ai, par exemple, jamais fait de tournée africaine, bien que ce soit quelque chose que j’ai bien envie de faire. L’Afrique me connaît mais je ne connais pas l’Afrique.

Afrik : Quel serait pour vous l’accomplissement ?


Douleur : J’aimerais laisser un héritage musical. Quand je serai mort, j’aimerai que mes chansons soient encore écoutées.

Afrik : Sur votre dernier album, C’est magique, vous vous êtes éloigné de votre traditionnel makossa. Est-ce pour suivre la tendance que vous avez introduit des influences ndombolo ou reggae ?


Douleur : Tout ça je l’avais déjà fait avant. Simplement personne n’a jamais vraiment écouté. Il y a des choses que j’ai faites il y a 10 ans et qu’on ne découvre que maintenant. On ne connaît pas mon répertoire mais j’ai fait des mélanges depuis longtemps. Je ne suis pas cantonné au makossa, c’est la base de mon travail. Après, on peut le nourrir de multiples influences. Si demain, je peux chanter avec Michael Jackson, je le ferai.

 

Source:  | Hits: 15585 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Saviez-vous que BAKASSI, aujourd´hui occupé par les Nigérians signifie en Douala "ils ont accueili" ?
( | 17.07.2005 | 21278 hits  | 0 R)

  Le Ngondo 2002 sur les berges du Wouri
( | 15.07.2005 | 15192 hits  | 0 R)

  UNE ETUDE SUR LES PIROGUES DOUALA
( | 13.07.2005 | 17804 hits  | 1 R)

  CONTEXTE HISTORIQUE GÉNÉRAL DE L’ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE 1890-1960
( | 12.07.2005 | 17860 hits  | 0 R)

  Léopold Moume Etia n’est plus
( | 12.07.2005 | 17494 hits  | 0 R)

  SAWA TOURISME !
( | 11.07.2005 | 11983 hits  | 0 R)

  Masosomanambè” : Le calendrier qui déterre l’histoire des Sawa
( | 10.07.2005 | 26577 hits  | 4 R)

  Ngondo : Deux nouveaux hommes pour de nouveaux défis
( | 06.07.2005 | 16460 hits  | 0 R)

  Sam Mbende : le spectacle… contenu
( | 30.06.2005 | 14117 hits  | 0 R)

  Traité germano-duala : 120 années de controverse. Reflexions Kum-mouelle-nsame-ntone.
( | 18.06.2005 | 28490 hits  | 3 R)

  Dika Akwa III - Les Bonambela amorcent l’envol
( | 09.06.2005 | 21245 hits  | 2 R)

  Le Sacre d´un Roi: Dika Akwa III
( | 09.06.2005 | 19235 hits  | 0 R)

  Grand Sawa : Les chemins de l’Union
( | 05.06.2005 | 12845 hits  | 0 R)

  Massao 2005 : On attend Coco Mbassi…
( | 06.05.2005 | 16031 hits  | 0 R)

  Le Mpooh
( | 01.05.2005 | 17585 hits  | 2 R)

  Recit du sacre du roi Dika Akwa III
( | 09.04.2005 | 16250 hits  | 0 R)

  André Nganguè : Un patriarche à l’antenne
( | 18.01.2005 | 19855 hits  | 0 R)

  Tradition: Le Ngondo dévoile son calendrier
( | 01.01.2005 | 12177 hits  | 0 R)

  Ngondo: Sous le vase sacré
( | 28.12.2004 | 12920 hits  | 0 R)

  Musique : Le bon jus de Coco
( | 06.12.2004 | 16111 hits  | 0 R)

  Miss Ngongo 20XX
( | 26.10.2004 | 16824 hits  | 0 R)

  Spectacle en vue :Coco Mbassi revient
( | 22.10.2004 | 15636 hits  | 0 R)

  Léopold Moume-Etia, 1913-2004 :Une page de l’histoire du Cameroun est tournée
( | 16.07.2004 | 22010 hits  | 0 R)

  Littoral : Moukoko Mbonjo reçoit l’onction du ngondo
( | 18.03.2004 | 24398 hits  | 1 R)

  Africavenir: Un trésor culturel à Bonabéri
( | 17.01.2004 | 21043 hits  | 2 R)

  Grandeurs et travers du Ngondo.
( | 05.12.2003 | 12373 hits  | 0 R)

  ACTIVITES & PROGRAMME
( | 25.11.2003 | 14245 hits  | 0 R)

  LETTRE DU PRESIDENT DU NGONDO 2002
( | 25.11.2003 | 13924 hits  | 0 R)

  BILAN du NGONDO 2002
( | 25.11.2003 | 13788 hits  | 0 R)

  Ngondo : La délégation de Douala fait escale à Yaoundé.
( | 10.11.2003 | 13634 hits  | 0 R)

  African Cults: Sangoma & Nganga
( | 01.01.1970 | 40515 hits  | 0 R)

  Charismatique: René Douala Manga Bell
( | 01.01.1970 | 23930 hits  | 0 R)

  Les Sawa réclament le site où le Ngondo serait né
( | 01.01.1970 | 19979 hits  | 0 R)

  Dits et écrits de UM NYOBE
( | 01.01.1970 | 19764 hits  | 0 R)

  Ngondo 2008: Message de Prospérité et de Fécondité
( | 01.01.1970 | 18444 hits  | 0 R)

  Pierre Valéry Lobé Békombo est allé rejoindre Doumbe Djengué
( | 01.01.1970 | 18084 hits  | 0 R)

  Programme NGONDO 2008
( | 01.01.1970 | 15078 hits  | 0 R)

  Haïti : Souffrance, chaos et dignité !
( | 01.01.1970 | 13544 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks