Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
24.01.2007

Carrières: Lejeune Mbella Mbella, Michèle Ebonguè, ..... 

Photo: Michèle Ebongue

 
La vacance de poste de déléguée provinciale de la communication pour le Littoral est terminée.

Jusqu’ici, Michèle Marie Madeleine Ebonguè Esso continue de gérer les affaires courantes à la Communauté urbaine de Douala. Encore assise derrière son bureau encombré de la Cud mardi 23 janvier, Michèle Ebonguè paraît détendue. Malgré la file impressionnante de personnes qui demandent à la rencontrer. “ Comme je suis sur le départ, tout le monde veut que je liquide son dossier, c’est pourquoi ils sont si nombreux ”, avoue-t-elle, sans pour autant abréger l’entretien. Chacun sera reçu en son temps.
Depuis le 11 janvier 2007, date de publication de l’arrêté n° 002 Mincom/Cab la nommant déléguée provinciale de la Communication pour le Littoral, (en remplacement de Brigitte Moto Ndoumbe décédée) les journées de Michèle Ebonguè sont partagées entre la délégation provinciale et la Cud. “ En attendant la passation de service présidée par le gouverneur, je dois faire la navette ”, explique-t-elle. Commentant sa promotion administrative, Michèle Ebongue veut rester lucide : “ Le plus important n’est pas d’être nommée, mais de mériter la confiance en faisant le travail attendu ”. Les chantiers de communication dans le Littoral ne sont pas minces. A peine arrivée, Michèle Ebonguè est déjà plongée dans la préparation de la 41e fête de la jeunesse, le 11 février prochain. Consciente de la difficulté de la tâche, Michèle Ebongue a convoqué des journalistes lundi à Douala, pour recueillir leurs avis sur le côté médiatique de l’évènement. “ J’ai toujours privilégié l’approche participative et je voudrais qu’après mon passage, la délégation reflète la diversité et le dynamisme qu’on rencontre dans la presse au Cameroun ”, se justifie-t-elle.
A 35 ans, Michèle Ebonguè est visiblement satisfaite de sa trajectoire. Après des études secondaires au collège Alfred Saker à Douala puis au lycée Leclerc de Yaoundé où elle obtient son probatoire, la jeune Michèle Esso doit migrer au Sénégal, au collège Yalla Suur’en de Dakar, où elle obtient son baccalauréat en 1994. Puis, c’est le retour au pays et deux années à la fac de droit à Yaoundé II Soa avant d’intégrer, par concours, l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’information et de la communication (Esstic) en 1996. Major à l’entrée, elle ne le reste pas à la sortie en 1999. Entre temps, elle fait des passages remarqués dans l’émission “ Accords Majuscules ” sur la Crtv, sous la houlette de Vincent Ndoumbè. “ J’ai aussi travaillé pour le cabinet Bds de Christian Penda Ekoka, Mutations et Africa International ”, se réjouit la déléguée.
Mais sa vie est loin d’être un long fleuve tranquille. Son recrutement à la Communauté urbaine de Douala, en 2003 a longtemps suscité des commentaires malveillants, y compris dans la profession. “ Si les gens savaient que c’est un article que j’ai écrit dans Mutations sur le pont sur le Wouri qui m’a valu d’être recrutée ici, ils feraient moins de ragots ”, se défend la jeune femme, sans se départir de son flegme. Catholique pratiquante, dessinatrice à ses heures perdues, Michèle Ebonguè, dont l’intransigeance et le caractère bien trempé lui ont créé bien des inimitiés dans le monde des médias, est une militante plus ou moins acharnée des droits de la femme. Mardi 23 janvier dans son bureau de la Cud, elle préparait déjà la prochaine journée internationale de la femme, le 8 mars 2007.
 


Par Yves Djambong
Le 24-01-2007


-------------------------------------
Michèle Ebonguè, aux âmes bien nées...
17 Janvier 2007

A 35 ans, elle vient d´être nommée délégué provincial de la Communication du Littoral.

A la Communauté urbaine de Douala où elle occupe depuis six mois, à titre intérimaire, le poste de chef de division de la communication, de la coopération et de la traduction, Michèle Marie Madeleine Esso, épouse Ebonguè, continue de travailler comme si rien de spécial ne venait de se passer dans sa carrière professionnelle. Pourtant, en grande partie, les coups de fil qu´elle reçoit sur son téléphone portable, émanent de personnes qui tiennent à lui adresser leurs vives félicitations. D´ailleurs, le reporter de Mutations ne dérobe pas à cette sorte de rituel organisé autour de la journaliste depuis quelques jours. En effet, Michèle Ebonguè a été nommée le 11 janvier dernier, délégué provincial de la Communication du Littoral, en remplacement de Brigitte Motto Ndoumbè, décédée.

"J´ai accueilli la nouvelle avec gravité, ce qui n´exclut pas la joie", dit-elle, avant d´ajouter qu´elle prend la pleine mesure de sa nouvelle tâche, "en terme de responsabilité et en terme de challenge". Optimiste à souhait et affichant une grande assurance personnelle, Michèle Ebonguè dresse elle-même le tableau des atouts dont elle dispose, et qui vont à coup sûr l´aider dans sa nouvelle mission : " j´ai l´avantage d´être une actrice de la communication, d´avoir exercé comme journaliste et d´avoir travaillé en institutionnel". Notre consÅ"ur qui travaille à Douala depuis l´année 2003 confie qu´elle a une certaine idée des problèmes qui se posent au secteur et à la famille de la communication dans la province du Littoral. "Il faut plutôt parler d´un problème de communication globale au niveau de la province ", précise-t-elle, parce que la communication ce n´est pas uniquement les journalistes.

A 35 ans sonnés, mère de deux enfants, Michèle Ebonguè est avant tout une journaliste, au sens vrai du terme. Sortie de l´Ecole supérieure des sciences et techniques de l´information et de la communication (Esstic), filière journalisme, en 1999, elle est intégrée dans la fonction publique camerounaise en l´an 2000. En trois ans, elle exerce au ministère de la Communication, tour à tour à la direction des actions médiatiques et à la division des technologies de la communication. En même temps, Michèle Ebonguè offre des prestations journalistiques au quotidien Mutations et au panafricain Africa International.

====================================

Le Cameroun a un nouvel ambassadeur en France.

"M. Lejeune Mbella Mbella est, à compter de la date de signature du présent décret, nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Cameroun en France", a annoncé la Crtv mardi au cours de son journal radio de 20h.Il remplace. Pascal Biloa Tang
"La nomination de Lejeune Mbelle Mbella n’est pas une surprise pour l’intéressé", certifie un cadre du Minrex. "Le promu séjournait à Yaoundé depuis environ un mois à l’appel de sa hiérarchie", assure t-il. Le jeune Mbella Mbella a effectivement été reçu par le ministre des Relations extérieures, Laurent Essso, à une date que nos sources n’arrivent pas à préciser. "Au terme de la consultation, "on" l’a retenu au Cameroun, alors qu’il devait représenter le Cameroun au Ticad"

Son nom le suggère: comme Isaac Mbella Essengue ou Robert Mbella Mbappe, Lejeune Mbella Mbella est originaire d’Ebone, à 10 kilomètres de Nkongsamba, dans le Moungo. Il y voit le jour le 9 juillet 1949. Titulaire d’un doctorat en Relations internationales (option sciences politiques), il commence sa carrière de fonctionnaire par la Direction des Archives de la présidence de la République, en 1976. Trois ans après, il se met au service de la diplomatie camerounaise. Jusqu’en 1997, Mbella Mbella occupe successivement les fonctions de cadre à la direction de l’Onu (Minrex), de deuxième puis de premier secrétaire d’ambassade à Ottawa (Canada), de conseiller politique et chargé d’affaires ai à Paris, de consul et chef de poste consulaire à Marseille (France).

A son retour au pays en 1997, l’ancien consul, que les nombreux Camerounais de passage ou vivant à l’époque à Marseille portent encore dans le cœur, atterrit à la tête de la direction de la Francophonie, au Minrex. Poste qu’il cumule avec celui de correspondant national du Cameroun auprès de l’Agence intergouvernementale de la Francophonie. "Au niveau du ministère, il a eu à assumer à diverses reprises les fonctions de Secrétaire général a.i.", révèle également une note biographique de Lejeune Mbella Mbella, qui, précise le même source, était ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire au Japon et en République de Corée, avec résidence à Tokyo, depuis le 6 mai 2002

D’après divers témoignages, durant son séjour au Japon, Lejeune Mbella Mbella a été très attentif aux questions de coopération économique. Il aura cependant mal vécu le report, dans un premier temps, de la récente visite officielle du chef de l’Etat au Japon. Dans un pays où les rendez-vous sont calés longtemps à l’avance, cette décision, prise à la hussarde, a jeté une ombre passagère sur les relations nippo camerounaise. Finalement, "cette visite a été un grand succès dans l’organisation", confie une source au Minrex qui voit dans la nomination intervenue le 11 octobre "une promotion et la récompense de l’implication à fonds" du diplomate. Hier au Minrex, ses anciens collaborateurs à la Direction de la Francophobie ou au Secrétariat général reconnaissent unanimement en Lejeune Mbella Mbella un "travailleur acharné, méthodique et disponible"

Personnel démotivé, bureaucratie tracassière, locaux en décrépitude, diplomatie en sommeil: voilà, en bref, l’héritage que Lejeune Mbella Mbella, 57 ans, recueillera à Paris. Visiblement, son prédécesseur avait quasiment abandonné l’ambassade, contraint par son grand âge. A l’exemple de Pascal Biloa Tang, tous les ambassadeurs en poste en Occident accusent le poids de l’âge et de l’ancienneté au poste. André Ngongang Ouandji à Moscou, Isabelle Bassong à Bruxelles, Eleih Eleih à Beijing, Samuel Libock à Londres, Mbarga Nguele à Brasilia… sont en poste depuis au moins 15 ans..
La situation à Paris est un pâle reflet du mal de la diplomatie camerounaise. Le 17 avril 2006, les nominations intervenues au Minrex avaient déclenché un frémissement d’espoir au sein du personnel diplomatique bien formé mais menacé de sclérose, faute d’impulsion et de moyens. Six mois après, les diplomates nommés à l’étranger tardent à rejoindre leurs postes. Certains ne disposent pas de passeports pour leur famille…

=============

 

Source: Mutations | Hits: 26153 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Belka Tobis : parle de son Cool Assiko, Concerts et DVD
( | 15.02.2007 | 19415 hits  | 0 R)

  Jean Jacques Elangué: Entretiens avec Jean Jacques ESSOMBE, Cameroon-Info.Net
( | 14.02.2007 | 14285 hits  | 0 R)

  Youpwe: La qualité du poisson camerounais remise en cause
( | 14.02.2007 | 11343 hits  | 0 R)

  Black History Month 2007 (BHM)
( | 12.02.2007 | 15659 hits  | 0 R)

  Manu Nominé aux Victoires de la Musique 2007
( | 11.02.2007 | 12635 hits  | 0 R)

  NKOTTI François et son FOMARIC. Un des héritiers des pionniers du Makossa que sont Nellé Eyoum, Manfred Ebanda et Guillaume Mouellé
( | 10.02.2007 | 20369 hits  | 4 R)

  Decouvrez EBONYL, une BD faite par un groupe de jeunes Sawa
( | 10.02.2007 | 14365 hits  | 0 R)

  Drums Dikoume - na mea nde longue: Meilleur Makossa groove 2006
( | 10.02.2007 | 13368 hits  | 0 R)

  Christian Essawe Eyobo: Les Camerounais ont 230 milliards Fcfa à gagner
( | 08.02.2007 | 12754 hits  | 0 R)

  Douala : Un carnaval pour les Bonapriso
( | 06.02.2007 | 16424 hits  | 0 R)

  CHEIKH ANTA DIOP, OU L´HONNEUR DE PENSER par Jean-Marc ELA
( | 06.02.2007 | 14946 hits  | 0 R)

  La force publique - Mercenariat Noir pendant les Razzias Nègrières
( | 02.02.2007 | 13445 hits  | 0 R)

  Février 2007 : Le "Moi(s) contre la Françafrique"
( | 02.02.2007 | 10004 hits  | 0 R)

  LES LANGUES AFRICAINES ET LE NÉO-COLONIALISME EN AFRIQUE FRANCOPHONE Mongo BETI
( | 31.01.2007 | 20486 hits  | 1 R)

  POUR EN FINIR AVEC NOS ETHNIES (Hougan Akounaatona)
( | 28.01.2007 | 18262 hits  | 0 R)

  Réponse à l’article POUR EN FINIR AVEC NOS ETHNIES, du kamite Hougan Akounaatona
( | 27.01.2007 | 19988 hits  | 0 R)

  Yaphet Frederick Kotto
( | 26.01.2007 | 41006 hits  | 1 R)

  Jean Bikoko "Aladin"
( | 26.01.2007 | 17534 hits  | 0 R)

  Culture : Les "Nkamois" ont leur festival
( | 25.01.2007 | 17992 hits  | 1 R)

  Black Code: Promulgated by Louis XIV in 1685, the Black Code ruled the black men slavery
( | 25.01.2007 | 15718 hits  | 0 R)

  Le Code noir (1685)
( | 25.01.2007 | 15145 hits  | 0 R)

  Bwapé, un îlot de Manoka, abandonné par l´administration
( | 25.01.2007 | 9636 hits  | 0 R)

  LIMBE: NAUFRAGE, Près de 60 (soixante) disparus
( | 24.01.2007 | 10392 hits  | 0 R)

  Music of Cameroon
( | 17.01.2007 | 24543 hits  | 0 R)

  La danse camerounaise d’hier à aujourd’hui, par Tony Mefe
( | 17.01.2007 | 17824 hits  | 0 R)

  Ciné Club Afrique : Le Silence de la forêt de Didier Ouenangaré et Bassek Ba Kobhio
( | 17.01.2007 | 17083 hits  | 0 R)

  Jean Dikoto Mandengué : auteur compositeur et bassiste Camerounais.
( | 17.01.2007 | 14290 hits  | 0 R)

  Joseph Nzo Ekangaki
( | 10.01.2007 | 20824 hits  | 0 R)

  L`Histoire de Baba Simon: de son vrai nom Simon Mpecké,
( | 10.01.2007 | 16617 hits  | 0 R)

  MUSIQUE: PELE-MELE - Des désaccords et plagiats
( | 09.01.2007 | 18865 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com chante !
( | 04.01.2007 | 25242 hits  | 3 R)

  LA SAWANITE A L´AUBE DE 2007 - UNE ANNEE DE GRACE
( | 04.01.2007 | 18818 hits  | 1 R)

  Manu Dibango compose la musique de Kirikou
( | 03.01.2007 | 19026 hits  | 0 R)

  MUSIQUE CAMEROUNAISE - Une chronologie de Suzanne Kala-Lobè
( | 03.01.2007 | 15596 hits  | 0 R)

  Sawanité , Grand Sawa, Pacte des Générations : Une année fructueuse, un espoir pour demain
( | 29.12.2006 | 12982 hits  | 0 R)

  SAWANITE, un an déjà ! un concept, une aventure, un succès
( | 29.12.2006 | 18008 hits  | 2 R)

  KALENDA 2007
( | 29.12.2006 | 11404 hits  | 0 R)

  Film: Assassinat de Felix Moumié
( | 27.12.2006 | 17159 hits  | 0 R)

  Florence Titty-Dimbeng : Faire rayonner la musique africaine
( | 27.12.2006 | 17086 hits  | 0 R)

  Spectacle : Georges Seba éblouit la Guadeloupe
( | 27.12.2006 | 14463 hits  | 0 R)

  M.E.Y. Souvenons-nous !
( | 21.12.2006 | 14329 hits  | 0 R)

  Daniel EYANGO NDOUMBE est décédé à l`âge de 92 ans
( | 20.12.2006 | 27285 hits  | 1 R)

  Videos Ngondo 2006 et Blackexploitation
( | 19.12.2006 | 14126 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 : les vainqueurs fêtés chez le Mincom
( | 18.12.2006 | 11200 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Results
( | 18.12.2006 | 11152 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 : Un appel à l’unité des chefs sawa
( | 18.12.2006 | 10631 hits  | 0 R)

  Dans les secrets du Mpo’o
( | 13.12.2006 | 24506 hits  | 1 R)

  Une nouvelle et irrésistible victoire de la pirogue de course
( | 09.12.2006 | 13700 hits  | 0 R)

  LE NGONDO : UN HERITAGE CULTUREL ET TRADITIONNEL
( | 07.12.2006 | 15397 hits  | 0 R)

  Le trésor que l’Allemagne doit au Cameroun
( | 07.12.2006 | 12832 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks