Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
10.01.2007

Joseph Nzo Ekangaki 








































Joseph Nzo Ekangaki : un éclair dans la diplomatie

par Xavier Luc Deutchoua, 16 Juin 2005, Le Quotidien Mutations (Yaoundé)

L´éphémère Secrétaire général de l´Oua est décédé le 06 juin 2005.

Le 06 juin dernier, le mystère s´est épaissi sur un des plus grands incidents de l´histoire de la diplomatie camerounaise. Au bout d´une année de maladie, Nzo Ekangaki est décédé à Yaoundé, sans parler, ni écrire. Comme Moussa Yaya, Charles Assale, Théodore Mayi Matip, Samuel Kame, Dooh Kinguè, Paul soppo Priso, John Ngu Foncha et bien d´autres personnalités qui ont guidé les pas du jeune Etat indépendant du Cameroun, il a rejoint le monde du silence sans laisser ses mémoires. La postérité ne saura donc pas sa version de l´affaire qui le contraint à quitter prématurément son poste de Secrétaire général de l´Organisation de l´unité africaine (Oua) en juin 1974.

L´affaire? Elle remonte à octobre 1973. L´armée égyptienne attaque Israel, avec l´aide de la Syrie et de la Jordanie, dans le but de récupérer les territoires occupés en 1967 et de rétablir le peuple palestinien dans ses droits. L´Afrique se montre solidaire de cette cause. Elle aussi subit les affres de la domination coloniale et de l´oppression raciale en Azanie (Afrique du sud). L´Oua, qui s´est fixé pour objectif de libérer la Rhodésie (Zimbabwé), le Mozambique, l´Angola, la Guinnée Bisau, la Namibie, et le Sahara occidental, a mis sur pied un Comité de coordination pour la libération de l´Afrique. Le Comité est chargé de mobiliser des ressources pour soutenir la lutte armée. Le Cameroun manoeuvre pour en faire partie, à partir de 1972. Il en est l´un des principaux bailleurs de fonds, et Yaoundé abrite plusieurs fois ses assises.

Au début du conflit, Israel subit une série de revers, surmontés avec peine grâce à l´aide des Etats-unis. Les pays arabes décident alors d´utiliser le pétrole comme arme de pression diplomatique. Ils réduisent leur production de brut de près de 25%, et décrètent un embargo sur les exportations vers les Etats-unis, de l´Afrique du sud, du portugal et des Pays-Bas qui ont aidé Israel. «L´époque du pétrole bon marché est terminée», affirme le Shah d´Iran en décembre 1973. De fait, entre octobre 1973 et janvier 1974, le prix du baril quadruple

Or les pays africains sont durement frappés par l´augmentation du prix du pétrole. Ils tentent en vain de convaincre les pays arabes producteurs de baisser les prix . Dans le même temps, en raison de l´inflation, ils voient augmenter de plus de 20% les coûts de leurs importations de produits mnufacturés, dans les pays industrialés. C´est alors que l´Oua prend l´initiative d´étudier les moyens d´atténuer les effets de la crise du pétrole. A qui pensez-vous que le Secrétaire général de l´Oua accorde le marché? A la London Rhodesian Mining Land Compagny (Lonrho). Le contrat entre l´Oua et la compagnie stipule que la Lonrho est chargée «d´établir des contacts directs avec les Etats membres touchés par l´embargo sur le pétrole, de conseiller , d´assister et d´entreprendre pour ses membres, au nom du Secrétariat général de l´Oua, toutes tâches jugées nécessaires par la Lonrho et le gouvernement de l´état intéressé» Il pensait bien faire. L´entreprise entretient des relations avec 15 pays africains. Elle connait bien le continent et le secteur du pétrole.

Mais, courant janvier 1974, l´affaire du contrat Oua-Lonrho est révélée par Paul Bernetel, de l´hebdomadaire Jeune Afrique. Avec Denis Krylen, autre journaliste de Jeune Afrique, anciennement attaché culturel à l´ambassade de France à Salisbury et chargé d´affaire à Prétoria, il mousse l´affaire dans une série d´articles relayés par la presse internationale. On apprend ainsi que la Lonrho est l´un des pricipaux bailleurs de fonds du régime colonial rhodésien que l´Oua s´échine à renverser. Que la société gère des plantations et exploite des mines en Azanie (Afrique du sud) et en Rhodésie. Que son patron, Roland Walter Enhrhop, est un ancien symphatisant des Jeunesses hitlériennes, chassé de l´armée britannique pour ses déclarations pro-nazies, et émigré en Rhodésie en 1943. On suggère que la Lonrho aurait versé des pots de vin pour décrocher le contrat, lequel a été signé à l´insu du conseil des ministres. Par le passé, Ahidjo avait reproché ce genre d´initiative solitaire à Diallo Telli, le prédecesseur de Nzo Ekakgaki. Ahidjo en voudra longtemps à Paul Bernetel, ce journaliste français, né au Cameroun d´un père guyannais, et qui avait passé son enfance et fait ses études à Yaoundé. Au Cameroun, on soupçonne alors la main d´un chef d´Etat de l´Afrique de l´ouest, qui trouverait là l´occasion de fragiliser un leader francophone qui lui fait ombrage.

Illusions

A la 22è session du conseil des ministres, ouvert le 22 février 1974, Nzo Ekangaki rate une occasion de s´expliquer, les travaux ayant dû être annulés en raison de la dégradation de la situation politique en Ethiopie. L´audition de Secrétaire général est finalement renvoyée au 1er avril 1974, à Kampala. Ce jour là, les choses s´annoncent sous un mauvais jour pour Nzo Ekangaki: trois jours plus tôt, le président du Conseil, le ministre des affaires étrangères du Burundi, Artemon Simbaniwe, .a examiné la question à Lagos avec le président en exercice de l´Oua, le général Gowon, qui ne cache pas son amertume; en inaugurant la réunion, le général Idi amine Dada, s´en prend à ceux qui manquent de «courage» face aux défis de la libération de l´Afrique. C´est donc un homme pratiquement seul qui fait face aux membres du conseil des ministres, ce début d´avril 1974. Nzo Ekangaki s´explique; il menace de démissionner: personne ne l´écoute. Au départ de Kampala, Nzo Ekangaki a peu d´illusions sur le sort que lui reserve la prochaine Conférence des chefs d´Etats et de gouvernement, prévue à Mogadiscio, en Somalie, le 12 Juin.
Sa succession semble déjà ouverte. Omar Arteh Ghalib, le ministre somalien des affaires étrangères, dont le pays abrite le sommet prévu, entre d´ailleurs en campagne immédiatement. Il arrive à Yaoundé le 29 avril 1974, en provenance de Bangui en Rca, après N´djaména au Tchad et Khartoum au Soudan. Après Yaoundé, il se rend à Libreville au Gabon et à Malabo en Guinée équatoriale.

Pour sa part, le président Ahidjo caresse toujours l´espoir de retourner la situation en faveur à son poulain. Le 13 mai 1974, il ouvre les travaux de la 23è session du Comité de cordination pour la libération de l´Afrique. Malgré l´embarras dû au «scandale de la Lonrho»; Ahidjo conserve ses accents guerriers: «On ne peut s´empêcher de constater, avec une légitime amertume, la persistance de la domination raciale dans nombre de pays africains, notamment en Angola et au Mozambique, où le Portugal continue sa guerre coloniale rétrograde, avec son cortège d´atrocités indignes d´un peuple civilisé; en Afrique du Sud et au Zimbabwé où l´apartheid n´a rien perdu de son insolence injurieuse à l´égard des peuples noirs et en Namibie où les racistes d´Afrique du sud défient impunément l´autorité de l´Oua».
Un mois après ce discours musclé, le 11 juin1974, le chef de l´Etat camerounais débarque à Mogadioscio, pour le 11è sommet de l´Oua. Il a l´intention de demander le minimum à ses pairs. A savoir permettre à Nzo Ekangaki d´aller jusqu´au terme de son mandat. Malgré son aura, ses pairs s´abstiennent de le suivre. Ahidjo présente alors la candidature de William Aurélien Eteki Mboumoua, son conseiller spécial auprès du Comité de l´Oua pour le Moyen-Orient. Etéki Mboumoua n´obtient que cinq voix au premier tour. Déçu, Ahidjo quitte précipitamment Mogadiscio, abandonnant une partie de la délégation. Seize heures de débats et vingt tours de scrutin n´arrivent pas à départager le Somalien Omar Arteh Ghalib et le Zambien Vernon Mwaanga. Face au blocage, le président Senghor remet la candidature de William Aurélien Eteki Mboumoua sur la table. En l´absence du président Ahidjo, il est élu Secrétare général de l´Oua, en remplacement de son compatriote Nzo Ekangaki.
Metéorite

Le mandat de ce dernier avait commencé deux ans plus tôt, à Rabat. Le 15 juin 1972, il avait été élu, à l´issue d´un scrutin qui l´avait opposé à son prédecesseur, le Guinéen Diallo Telli, au Burkinabé Malik Zorome et au Libérien Edward Peale. Originaire du Cameroun anglophone, sa parfaite maîtrise du français avait milité en sa faveur. L´aura internationale du président Ahidjo le couvrait. Il avait 38 ans!

Nzo Ekangaki était né à Nguti, dans l´actuelle province du Sud-ouest, le 22 mars 1934. Il fréquente l´école de son village de 1943 à 1947, poursuit ses études primaires à Besongabang en 1948, et mène des études secondaires au collège protestant de Bali de 1949 à 1953. En 1954, il étudie à l´université d´Ibadan. Séduit par les idées panafricanistes en vogue dans le campus, il abandonne son prénom chrétien, Joseph. A l´université d´Oxford, en Angleterre, qu´il intègre en 1957, il prend des cours d´histoire, de littérature et de sciences politiques. Dans le même temps, il milite dans diverses associations estudiantines. Boursier du Nigeria, son coeur bat au Cameroun. En témoignent des oeuvres de reflexion politique, publiées en 1956 et en 1958. Au terme de ses études, il regagne le Cameroun en 1961, après un détour en Allemagne. Dès lors commence une fulgurante carrière de parlementaire, de ministre et de diplomate qui sera brutalement interrompue en 1974.

Le temps est passé. Les soupçons de corruption se sont dissipés. L´histoire ne retiendra, sans doute, que la faute politique. Ce météorité qui s´était vite brulé au contact des astres, a été nommé conseiller à la présidence de la République en 1985, a été proposé au poste de Pca de la défunte Ibac par le gouvernement, et siégeait au conseil d´administration de la Cameroon Radio and television (Crtv). Malgré ces gestes qui concourraient à sa réhabilitation, Nzo Ekangaki est longtemps resté enfermé dans un silence de cimetière. Jusqu´à sa mort.

============================

Nzo Ekangaki And The Africa He Did Not See
By Mwalimu George Ngwane
Joseph Nzo Ekangaki, apart from his rich national career, will for long be remembered as the youngest Secretary General of the Organisation of African Unity OA.U. At the age of 38, Nzo was the second African (after Boubacar Diallo Telli of Guinea) to occupy this Pan-African post between 1972-1974.


The Swiss Press Review and the News Report issue of August 7,1972 had this to say of Nzo; "Fluently bilingual, he encompasses in his experience the elements brought to Africa by both Britain and France.

By all accounts, Mr. Ekangaki is likely to be more active than his predecessor, and we are likely to see more dynamic attempts to turn into reality some of these resolutions of past conferences - many of which as in the UN itself, have remained dead letters. Perhaps the most important of these are connected with the liberation struggle against the remaining outposts of colonialism in Africa".

The period against which Nzo was elected as Secretary-General was mired in an international climate of political/economic turbulence as well as the teething challenges of the OAU.

First, in October 1973, Egypt (with the support of Syria and Jordan) launched an attack on Israel in a bid to recover its occupied territory and also press for Palestinian autonomy. The consequence was the unilateral decision of the Arab countries to raise the price of oil to the detriment of the purchasing power of African countries.

Second, it is within this era that the OAU set up the Committee for the Liberation of Africa with the specific task to eradicate the vestiges of colonialism in Rhodesia (Zimbabwe), Mozambique, Angola, Guinea Bissau, Namibia, Azania (South Africa) and Western Sahara.

Lastly, Nzo, like his predecessor, Diallo Telli, had wanted to carve an executive rather than an administrative role for the Secretary General of the OAU to the extent of taking unilateral decisions without concerting with the heads of state.
This did not go down well with some heads of state (including his own-Amadou Ahidjo) who wanted a ceremonial Secretary-General, and with some members of the OAU secretariat who preferred to pay loyalty to their home governments rather than to the Secretary-General.

Jean Emmanuel Pondi and Francois Herve Moudourou, in their book "Le Secretaire General de l´OUA dans le systeme International" (1996), analyse five categories of the post of the Secretary General of the OAU to include the militant class to which Diallo Telli and Edem Kodjo belong, the political class comprising Nzo and Salim Ahmed Salim, the diplomatic class of William Eteki Mboumoua, the technocratic class of Ide Oumarou and the transition class reserved for interim SGs to which Tesfaye Gabre-Egzy and Peter Onu belong.

If Nzo lived to see an Africa whose poignant liberation theology broke the walls of apartheid in the Southern African sub-region, he will never see an emerging Africa, which even with the birth of the African Union, is still tottering on the borders of national self-destruction and a pathological Afrocentric allergy.

He will never see an Africa whose political fortunes gained during independence through a liberation revolution have been reversed with a false wind of democracy through a velvet revolution. With all the emancipatory movements of multipartism and labour unionism across half of the continent, conflicts from the bullet and the ballot are still rife.

For a Secretary General whose optimism of people-oriented African unity was legendary, Nzo must have been aware, before his June 6, 2005 transition, that the people of Africa are still yearning for the fruits of their hard-won independence.

Obsessed with a third term and limitless term mandate (madness), African leaders have defied all logic of democratic dividends in pursuit of the blind alley of self-preservation and self-perpetration. The miniature democratic gains made in the 80s have been derailed towards dynastic trends.

Today, periodic election results are as predictable as constitutional hold-ups are à la mode. Having connived in the elimination of the genuine nationalistic and visionary leaders of Africa like Nkrumah, Um Nyobe, Lumumba, Cabral, Mboya, Sobukwe, Biko, Nasser, Sankara etc, the neo-colonialists continue to pamper and caress a nascent vampire elite whose political compass and economic appetite are dictated by the caprices of insensitivity and imperialism.

The paradigms of self-reliance, endogenous development and Pan-African unity are still theoretical as most African countries jostle to conscript themselves to the list of Heavily Indebted Poor Countries, debt cancellation candidates, IMF best pupils and UN Security Council agents.

Nzo, what has become of the May 1973 Declaration, which under your tenure as SG proclaimed that the economic integration of Africa is a pre-requisite for the realisation of the objectives of the OAU?

Nzo, how can one explain the paradox that the Southern African countries, which the rest of Africa sought to liberate in the 70s, have made greater strides in clairvoyant political leadership and economic development than their "liberators?"

How come, Nzo, that after close to five decades of nominal independence, Africa is still browbeaten by a condescending sympathy from a certain "Commission for Africa", intimidated by the selective demonisation of the G8, and fleeced by the biased trade terms of the World Trade Organisation?

Sage Nzo, how can one explain the grim truth that while at the age of 27 you returned to serve your country from the then prestigious Oxford University, it is the same age bracket that today swarms our police offices for passports and foreign embassies for visas?

Patriarch Nzo, even if you were well and alive, you would have chosen not to answer these questions because after the London Rhodesian Mining Land Company (Lonrho) controversy of January 1974, and your subsequent quit from the office of SG in August 1974, you became as politically silent as your Nguti grave?

While other former SGs like William Eteki Mboumoua, Edem Kodjo, (late) Ide Oumarou and Salim Ahmed Salim still articulate national and continental issues, you chose the path of retreat and reticence. It was a choice you made, but one, considering your diplomatic savvy and political astuteness, that will impact negatively on the Africa that you will never see.

As for the more than 700 million Africans that mourn you, their challenge today is to either emulate your Pan-African militancy and save this continent or go along with Professor George Ayittey´s pathetic prescription in his new book "Africa Unchained"-which is to allow Africa ´to collapse to its own fate´.

Sleep well, good Knight and may you join the other Pan-African ancestors in praying for the Africa that your children are seeing..

Source: Postnewsline
 

Source:  | Hits: 20488 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Belka Tobis : parle de son Cool Assiko, Concerts et DVD
( | 15.02.2007 | 18995 hits  | 0 R)

  Jean Jacques Elangué: Entretiens avec Jean Jacques ESSOMBE, Cameroon-Info.Net
( | 14.02.2007 | 13951 hits  | 0 R)

  Youpwe: La qualité du poisson camerounais remise en cause
( | 14.02.2007 | 11114 hits  | 0 R)

  Black History Month 2007 (BHM)
( | 12.02.2007 | 15343 hits  | 0 R)

  Manu Nominé aux Victoires de la Musique 2007
( | 11.02.2007 | 12382 hits  | 0 R)

  NKOTTI François et son FOMARIC. Un des héritiers des pionniers du Makossa que sont Nellé Eyoum, Manfred Ebanda et Guillaume Mouellé
( | 10.02.2007 | 20061 hits  | 4 R)

  Decouvrez EBONYL, une BD faite par un groupe de jeunes Sawa
( | 10.02.2007 | 14097 hits  | 0 R)

  Drums Dikoume - na mea nde longue: Meilleur Makossa groove 2006
( | 10.02.2007 | 13113 hits  | 0 R)

  Christian Essawe Eyobo: Les Camerounais ont 230 milliards Fcfa à gagner
( | 08.02.2007 | 12507 hits  | 0 R)

  Douala : Un carnaval pour les Bonapriso
( | 06.02.2007 | 15642 hits  | 0 R)

  CHEIKH ANTA DIOP, OU L´HONNEUR DE PENSER par Jean-Marc ELA
( | 06.02.2007 | 14615 hits  | 0 R)

  La force publique - Mercenariat Noir pendant les Razzias Nègrières
( | 02.02.2007 | 13171 hits  | 0 R)

  Février 2007 : Le "Moi(s) contre la Françafrique"
( | 02.02.2007 | 9783 hits  | 0 R)

  LES LANGUES AFRICAINES ET LE NÉO-COLONIALISME EN AFRIQUE FRANCOPHONE Mongo BETI
( | 31.01.2007 | 20100 hits  | 1 R)

  POUR EN FINIR AVEC NOS ETHNIES (Hougan Akounaatona)
( | 28.01.2007 | 17937 hits  | 0 R)

  Réponse à l’article POUR EN FINIR AVEC NOS ETHNIES, du kamite Hougan Akounaatona
( | 27.01.2007 | 19427 hits  | 0 R)

  Yaphet Frederick Kotto
( | 26.01.2007 | 40555 hits  | 1 R)

  Jean Bikoko "Aladin"
( | 26.01.2007 | 17157 hits  | 0 R)

  Culture : Les "Nkamois" ont leur festival
( | 25.01.2007 | 17688 hits  | 1 R)

  Black Code: Promulgated by Louis XIV in 1685, the Black Code ruled the black men slavery
( | 25.01.2007 | 15316 hits  | 0 R)

  Le Code noir (1685)
( | 25.01.2007 | 14848 hits  | 0 R)

  Bwapé, un îlot de Manoka, abandonné par l´administration
( | 25.01.2007 | 9414 hits  | 0 R)

  Carrières: Lejeune Mbella Mbella, Michèle Ebonguè, .....
( | 24.01.2007 | 25746 hits  | 0 R)

  LIMBE: NAUFRAGE, Près de 60 (soixante) disparus
( | 24.01.2007 | 10168 hits  | 0 R)

  Music of Cameroon
( | 17.01.2007 | 24031 hits  | 0 R)

  La danse camerounaise d’hier à aujourd’hui, par Tony Mefe
( | 17.01.2007 | 16984 hits  | 0 R)

  Ciné Club Afrique : Le Silence de la forêt de Didier Ouenangaré et Bassek Ba Kobhio
( | 17.01.2007 | 16774 hits  | 0 R)

  Jean Dikoto Mandengué : auteur compositeur et bassiste Camerounais.
( | 17.01.2007 | 13969 hits  | 0 R)

  L`Histoire de Baba Simon: de son vrai nom Simon Mpecké,
( | 10.01.2007 | 16055 hits  | 0 R)

  MUSIQUE: PELE-MELE - Des désaccords et plagiats
( | 09.01.2007 | 18544 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com chante !
( | 04.01.2007 | 24917 hits  | 3 R)

  LA SAWANITE A L´AUBE DE 2007 - UNE ANNEE DE GRACE
( | 04.01.2007 | 18510 hits  | 1 R)

  Manu Dibango compose la musique de Kirikou
( | 03.01.2007 | 18672 hits  | 0 R)

  MUSIQUE CAMEROUNAISE - Une chronologie de Suzanne Kala-Lobè
( | 03.01.2007 | 15238 hits  | 0 R)

  Sawanité , Grand Sawa, Pacte des Générations : Une année fructueuse, un espoir pour demain
( | 29.12.2006 | 12683 hits  | 0 R)

  SAWANITE, un an déjà ! un concept, une aventure, un succès
( | 29.12.2006 | 17687 hits  | 2 R)

  KALENDA 2007
( | 29.12.2006 | 11179 hits  | 0 R)

  Film: Assassinat de Felix Moumié
( | 27.12.2006 | 16834 hits  | 0 R)

  Florence Titty-Dimbeng : Faire rayonner la musique africaine
( | 27.12.2006 | 16514 hits  | 0 R)

  Spectacle : Georges Seba éblouit la Guadeloupe
( | 27.12.2006 | 14091 hits  | 0 R)

  M.E.Y. Souvenons-nous !
( | 21.12.2006 | 14013 hits  | 0 R)

  Daniel EYANGO NDOUMBE est décédé à l`âge de 92 ans
( | 20.12.2006 | 26855 hits  | 1 R)

  Videos Ngondo 2006 et Blackexploitation
( | 19.12.2006 | 13489 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Results
( | 18.12.2006 | 10884 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 : les vainqueurs fêtés chez le Mincom
( | 18.12.2006 | 10851 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 : Un appel à l’unité des chefs sawa
( | 18.12.2006 | 10355 hits  | 0 R)

  Dans les secrets du Mpo’o
( | 13.12.2006 | 24058 hits  | 1 R)

  Une nouvelle et irrésistible victoire de la pirogue de course
( | 09.12.2006 | 13430 hits  | 0 R)

  LE NGONDO : UN HERITAGE CULTUREL ET TRADITIONNEL
( | 07.12.2006 | 15100 hits  | 0 R)

  Le trésor que l’Allemagne doit au Cameroun
( | 07.12.2006 | 12533 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks