Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
22.03.2007

Samuel Nja Kwa: Journaliste et Photographe 


























LA ROUTE DE JAZZ

La " Route du Jazz " se confond avec celle des esclaves africains. Elle démarre en Afrique, donnant l´occasion d´un état des lieux de la culture musicale avant l´invasion européenne, pour s´achever en 1917, une année arbitrairement fixée, mais décisive.
Produit d´une synthèse entre la création européenne et la tradition africaine, rendue possible sur le sol américain, le jazz porte en lui les stigmates de l´histoire.
Comment, une fois déportée, a évolué la culture musicale africaine ? Victime d´une tentative d´homicide, comment a-t-elle pu être recréée et renouvelée au contact des Européens et des Américains ? Comment a-t-elle pu donner naissance au jazz ? Quelles traces africaines reste-t-il dans le jazz actuel ?

Autant de questions auxquelles ce site, un ouvrage à venir et une exposition itinérante tenteront humblement de répondre. Pour cela, une large place est consacrée aux acteurs de cette épopée, de l´Afrique aux Amériques, en passant par l´Europe.


====================

Samuel Nja Kwa
Diplômé de sciences politiques à l´Université du Québec Montréal, Samuel Nja Kwa est Journaliste et photographe d’origine camerounaise.
A la recherche de belles images, en N&B ou en couleur, il voyage à travers le monde (Afrique, Asie, Amérique) et effectue des reportages. Amoureux de la scène musicale et des arts plastiques, il photographie aussi de nombreux artistes (musiciens, plasticiens, danseurs…). Depuis 1995, il est sur la Route du Jazz, à travers laquelle il rencontre et photographie des icônes du jazz.
En Europe et en Afrique le photographe présente des expositions photographiques Visions du Japon en 1996 (MJC de Montrouge), Mali Foly en 1998 (festival Africolor), 2000 Visages pour l’an 2000 (festival Transit), Route du Jazz en 2001 (Abidjan Dunhill Jazz Festival) et 2002 (festival L’esprit Jazz), et Musicale Mandingue en 2003 (Contours de Bamako).
Samuel Nja Kwa est l’instigateur et le directeur de la biennale des arts visuels et de la photographie intitulée DUTA, dont la 1ère édition a eu lieu à Douala (Cameroun) du 14 au 23 janvier 2005.
Il collabore avec de nombreux magazines (Africultures, Jazz Hot, Planète Jeunes, Créola, Miss Ebène, Afrique Magazine, Télérama, Elle) et agences de presse (Dalle, Panapress).
Samuel Nja Kwa en quelques dates :
> 1964 Naissance à Paris XIV
> 1981 Il fait parti du club photo de l’Institut Saint Aspaix (Melun)
> 1991 Départ pour Montréal
> 1994 Retour à Paris, il intègre le journal Les Nouvelles de la Francophonie
> 1995 Départ pour le Japon
> 1996 C’est l’année du Japon, première exposition à la MJC de Montrouge
> 1997 Il vend sa première photo de jazz
> 2005 Il lance DUTA, la première biennale des arts visuels et de la photographie en Afrique Centrale




Journaliste d´origine camerounaise, Samuel Nja Kwa est né et travaille à Paris. Après des études de sciences politiques à Montréal, il s´installe définitivement à Paris en 1994. A ses débuts comme journaliste politique, en 1996, il rencontre et photographie des chefs d´Etat africains. La même année, après un séjour au Japon, il propose une exposition, " Visions du Japon " qui se tient à la MJC de Montrouge. Avec des amis, il lance en 1998 le magazine Le Disque Africain et rencontre de nombreux artistes qu´il s´amuse à photographier en privé. Encouragé par ses amis photographes (Bill Akwa, J-H Mont, Omar Fall), il est atteint à vie par le virus de la photo et franchit la ligne. En mai 2000, il expose " 2000 visages pour l´an 2000 " dans le RER de Sevran Beaudottes, dans le cadre du festival " Transit". Dans le cadre du festival " Africolor ", en décembre 2000, il a proposé une exposition composée de portraits d´artistes. En mars 2001, il expose sa " Route du jazz " dans le cadre du Dunhill Jazz Festival à Abidjan. En mai 2002, il est invité par le festival " L´esprit Jazz " à Saint-Germain-des-Prés à participer à une exposition collective.

Samuel Nja Kwa collabore à la revue Africultures, au féminin antillais Créola, au magazine de bord de la compagnie aérienne Cameroon Airlines N´djamna, au magazine Jazz Hot, Planète Jeune. Il est aussi collaborateur de l´agence Panapress.


=========

Né à Paris le 23 février 1964, Samuel Nja Kwa est d´origine Camerounaise. Il étudie et grandit entre Douala, Paris et Montréal puis intègre en 1995 le magazine Les Nouvelles de la Francophonie. Il y traite d´économie, de politique, de culture, de société. Plus tard, il pige pour Le Français dans le Monde, L´étoile d´Afrique, Dakar Soir. En 1996, il s´envole pour le Japon et propose à son retour « Visions du Japon », sa première exposition. A cette même époque, il lance avec des amis le magazine Le Disque Africain et rencontre de nombreux artistes, notamment de jazz, qu´il s´amuse à photographier et interviewer. En choisissant le portrait, il se distingue dans un style très personnel. Un premier cliché (Toups Bebey), publié dans Jazzman, l´encourage. Sa rencontre avec Randy Weston crée le déclic.

Il s´intéresse de plus près à la racine africaine du jazz. Il rejoint l´équipe d´Africultures, où il est responsable de la rubrique musiques, collabore à La Revue Noire, Balafon (le magazine de la compagnie aérienne Air Afrique) ou encore le magazine féminin antillais Créola, Djam´na (le magazine de bord de Cameroon airlines), Planète Jeunes. En tant que photographe, il collabore aux magazines Jazzman, jazz Hot, L´Autre Afrique, Afrique Magazine, Rock & Folk, Elle, Télérama. Il réalise aussi des photos cover de cds d´artistes africains (Kristo Numpuby, Coco Mbassi.) En mai 2000, il réalise pour le festival Transit une nouvelle exposition photographique, « 2000 visages pour l´an 2000 », dans le RER de Sevran Beaudottes. Il expose en décembre 2000, une galerie de portraits d´artistes maliens, « Mali Foly » , en partenariat avec le festival Africolor. Sa « Route du Jazz » débute en Côte d´Ivoire en Mars 2001 (Dunhill Jazz Festival), puis en mai 2002 au festival l´Esprit Jazz à Saint-Germain des Prés (Paris).

====================

Diplômé de sciences politiques à l´Université du Québec Montréal, Samuel Nja Kwa est Journaliste et photographe d’origine camerounaise. A la recherche de belles images, en N&B ou en couleur, il voyage à travers le monde (Afrique, Asie, Amérique) et effectue des reportages. Amoureux de la scène musicale et des arts plastiques, il photographie aussi de nombreux artistes (musiciens, plasticiens, danseurs…). Depuis 1995, il est sur la Route du Jazz, à travers laquelle il rencontre et photographie des icônes du jazz. En Europe et en Afrique le photographe présente des expositions photographiques en 1996 (MJC de Montrouge), en 1998 (festival Africolor), (festival Transit), en 2001 (Abidjan Dunhill Jazz Festival) et 2002 (festival L’esprit Jazz), et en 2003 (Contours de Bamako).Samuel Nja Kwa est l’instigateur et le directeur de la biennale des arts visuels et de la photographie intitulée DUTA, dont la 1ère édition a eu lieu à (Cameroun) du 14 au 23 janvier 2005.Il collabore avec de nombreux magazines () et agences de presse (Dalle, Panapress). Journaliste d´origine camerounaise, Samuel Nja Kwa est né et travaille à Paris. Après des études de sciences politiques à Montréal, il s´installe définitivement à Paris en 1994. A ses débuts comme journaliste politique, en 1996, il rencontre et photographie des chefs d´Etat africains. La même année, après un séjour au Japon, il propose une exposition, " Visions du Japon " qui se tient à la MJC de Montrouge. Avec des amis, il lance en 1998 le magazine Le Disque Africain et rencontre de nombreux artistes qu´il s´amuse à photographier en privé. Encouragé par ses amis photographes (Bill Akwa, J-H Mont, Omar Fall), il est atteint à vie par le virus de la photo et franchit la ligne. En mai 2000, il expose " 2000 visages pour l´an 2000 " dans le RER de Sevran Beaudottes, dans le cadre du festival " Transit". Dans le cadre du festival " Africolor ", en décembre 2000, il a proposé une exposition composée de portraits d´artistes. En mars 2001, il expose sa " Route du jazz " dans le cadre du Dunhill Jazz Festival à Abidjan. En mai 2002, il est invité par le festival " L´esprit Jazz " à Saint-Germain-des-Prés à participer à une exposition collective. Samuel Nja Kwa collabore à la revue Africultures, au féminin antillais Créola, au magazine de bord de la compagnie aérienne Cameroon Airlines N´djamna, au magazine Jazz Hot, Planète Jeune. Il est aussi collaborateur de l´agence Panapress. =========Né à Paris le 23 février 1964, Samuel Nja Kwa est d´origine Camerounaise. Il étudie et grandit entre Douala, Paris et Montréal puis intègre en 1995 le magazine Les Nouvelles de la Francophonie. Il y traite d´économie, de politique, de culture, de société. Plus tard, il pige pour Le Français dans le Monde, L´étoile d´Afrique, Dakar Soir. En 1996, il s´envole pour le Japon et propose à son retour « Visions du Japon », sa première exposition. A cette même époque, il lance avec des amis le magazine Le Disque Africain et rencontre de nombreux artistes, notamment de jazz, qu´il s´amuse à photographier et interviewer. En choisissant le portrait, il se distingue dans un style très personnel. Un premier cliché (Toups Bebey), publié dans Jazzman, l´encourage. Sa rencontre avec Randy Weston crée le déclic.Il s´intéresse de plus près à la racine africaine du jazz. Il rejoint l´équipe d´Africultures, où il est responsable de la rubrique musiques, collabore à La Revue Noire, Balafon (le magazine de la compagnie aérienne Air Afrique) ou encore le magazine féminin antillais Créola, Djam´na (le magazine de bord de Cameroon airlines), Planète Jeunes. En tant que photographe, il collabore aux magazines Jazzman, jazz Hot, L´Autre Afrique, Afrique Magazine, Rock & Folk, Elle, Télérama. Il réalise aussi des photos cover de cds d´artistes africains (Kristo Numpuby, Coco Mbassi.) En mai 2000, il réalise pour le festival Transit une nouvelle exposition photographique, « 2000 visages pour l´an 2000 », dans le RER de Sevran Beaudottes. Il expose en décembre 2000, une galerie de portraits d´artistes maliens, « Mali Foly » , en partenariat avec le festival Africolor. Sa « Route du Jazz » débute en Côte d´Ivoire en Mars 2001 (Dunhill Jazz Festival), puis en mai 2002 au festival l´Esprit Jazz à Saint-Germain des Prés (Paris).
 

Source:  | Hits: 12719 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Entretiens avec Aimé Césaire 1
( | 12.04.2008 | 11849 hits  | 0 R)

  Entretiens avec Aimé Césaire 2
( | 12.04.2008 | 11534 hits  | 0 R)

  Entretiens avec Aimé Césaire 3
( | 12.04.2008 | 10933 hits  | 0 R)

  Discours sur le Colonialisme de Aimé Césaire: Plaidoyer intemporel …contre la Domination et le Racisme
( | 07.04.2008 | 21114 hits  | 0 R)

  Meinrad Hebga : " Emancipation d`églises sous tutelle ou Essai sur l`ère post-missionnaire "
( | 06.04.2008 | 13938 hits  | 0 R)

  MAMI WATA: TRUE ORIGINS OF THE VODOUN RELIGION
( | 02.04.2008 | 17488 hits  | 0 R)

  AFRICOM et EUFOR : le quadrillage en douceur de l’Afrique
( | 02.04.2008 | 15419 hits  | 0 R)

  Religions et Spiritualité du monde Noir: Partie 1 : Catholicisme, Protestantisme et Islam
( | 01.04.2008 | 14703 hits  | 0 R)

  Religions et Spiritualité du monde Noir: Partie 2 : Vaudou, Candomblé, Santeria et syncrétisme religieux.
( | 01.04.2008 | 15446 hits  | 0 R)

  GRAND SAWA: Du bon usage de la SAWANITE
( | 16.03.2008 | 15970 hits  | 0 R)

  Mamy wata: arreter la déraison capitaliste qui tue la mer
( | 15.03.2008 | 12176 hits  | 0 R)

  Crise sociale : Le peuple camerounais révolté et les deux bourgeoisies
( | 15.03.2008 | 16134 hits  | 2 R)

  Emeutes au Cameroun: le rapport de l’ACAT Littoral et de la MDDH (à lire impérativement)
( | 11.03.2008 | 10657 hits  | 0 R)

  50 Years After Chinua Achebes "Things Fall Apart"
( | 09.03.2008 | 14623 hits  | 0 R)

  Nécrologie: Meinrad Hebga fut honoré de son vivant
( | 08.03.2008 | 19540 hits  | 1 R)

  EPEE MOUDIO - né le 25 avril 1934, décédé le 17 Mai 2006
( | 07.03.2008 | 21365 hits  | 0 R)

  What is behind the unrest in Cameroon?
( | 07.03.2008 | 10936 hits  | 0 R)

  Bilan des émeutes: plus d´une centaine de tués (d´après ACAT)
( | 02.03.2008 | 11784 hits  | 0 R)

  Yaounde Elite Declare Ethnic Cleansing
( | 02.03.2008 | 10338 hits  | 0 R)

  PENDA EKOKA interpelle les chefs SAWA….
( | 22.02.2008 | 21124 hits  | 2 R)

  Esclavagisme et racisme anti-Noir; Par Ambroise KOM
( | 17.02.2008 | 14967 hits  | 0 R)

  Hommage: Michel Kingue, Auteur–Compositeur–Interprète (1933 - 2007)
( | 10.02.2008 | 17288 hits  | 1 R)

  Succession Soppo Priso : Un empire de 1000 milliardrs Fcfa dans la brousaille
( | 07.02.2008 | 26814 hits  | 0 R)

  NSA´A du WOURI: ORIGINE, MIGRATION ET INSTALLATION
( | 02.02.2008 | 19578 hits  | 0 R)

  RAPPORT SUR LE MAQUIS OSENDE AFANA : Sud-Est Cameroun: 1er Septembre 1965 – 15 Mars 1966
( | 31.01.2008 | 21251 hits  | 1 R)

  Présentation de deux ouvrages : TETEE et NTÔÑ DISEE
( | 25.01.2008 | 18346 hits  | 1 R)

  1962, écrits prophétiques d’Ernest Ouandié: Citoyens libres ou esclaves?
( | 15.01.2008 | 14490 hits  | 0 R)

  Technology is the Root of All Evil - by Dr. Philip Emeagwali
( | 14.01.2008 | 15792 hits  | 0 R)

  Say No to AFRICOM - by Danny Glover
( | 14.01.2008 | 14868 hits  | 0 R)

  Nimele Bolo (version en ligne / Online version)
( | 08.01.2008 | 17205 hits  | 0 R)

  Sawa people on the move ...
( | 07.01.2008 | 19878 hits  | 0 R)

  Bebe Manga, Were-Were Liking Gnepo, Isnebo Fadah Kawtal et le Ballet national du Cameroun enflamment Kumasi
( | 07.01.2008 | 15598 hits  | 0 R)

  NKAM - Pierre Titi plaide pour le développement
( | 07.01.2008 | 14116 hits  | 0 R)

  Ambroise Mbia: Le festival mondial des arts nègres (Fesman)
( | 07.01.2008 | 12815 hits  | 0 R)

  LIVRE: Le Défi-Ecrins de vie de Ngand´a Kwa par Honoré Njimé
( | 07.01.2008 | 12509 hits  | 0 R)

  January 15, 1971- UPC Leader, Ernest Ouandie executed
( | 06.01.2008 | 20026 hits  | 0 R)

  Les LIONS dans la peau de l’ORYX en 1965
( | 06.01.2008 | 17586 hits  | 0 R)

  Sawa Mboa Report: News from an Afrocentric View
( | 06.01.2008 | 12068 hits  | 0 R)

  Mort de Antoine Logmo Nnyb. Décès de David Bernard Diwah Wondjamouna
( | 05.01.2008 | 15763 hits  | 0 R)

  CAN 2008, le Ghana et le Panafricanisme
( | 03.01.2008 | 14922 hits  | 0 R)

  André EYOUM EYOUM, wumse na mussango, na dube na di mende pete o jenene
( | 27.12.2007 | 17771 hits  | 0 R)

  Tom Yom’s est mort
( | 26.12.2007 | 15999 hits  | 0 R)

  Manu Dibango, Massao à "l´enfant prodige", de retour au Mboa.
( | 25.12.2007 | 11878 hits  | 0 R)

  Manu Dibango: Le cinquantenaire de musique du père du "Soul Makossa" célèbré au Cameroun
( | 14.12.2007 | 18262 hits  | 1 R)

  Francis Kinguè, îcone de la musique camerounaise. Manu aime les bonnes choses…
( | 12.12.2007 | 22613 hits  | 0 R)

  SAWANITE: Pr Njoh Mouelle ou le refus des usages compassés
( | 10.12.2007 | 14547 hits  | 0 R)

  Remember Simon Tchobang Tchoya "Tcho-Tcho"
( | 07.12.2007 | 18901 hits  | 0 R)

  François Doumbè Léa : Ex Lion Indomptable
( | 07.12.2007 | 17794 hits  | 0 R)

  Pourquoi le système éducatif occidental est inapproprié pour les enfants d’origine africaine
( | 05.12.2007 | 13443 hits  | 0 R)

  Ngondo 2007 prolongé au 08.Dec : Les Miengu recommandent l´unité Sawa
( | 03.12.2007 | 15665 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks