Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
30.05.2007

Portrait: Gottlieb Lobe Monekosso 

Professor Gottlieb Lobe Monekosso is a man who has devoted all his life on health issues. As a trained professor of medicine, he has occupied important positions in the domain at both national and international levels. As a matter of fact, he was the African Regional Director of the World Health Organization (WHO) for ten years before his appointment as Cameroon minister of Public Health between 1997 and 2000.The then minister is still into research on health issues.

This former African Regional Director of WHO is the brain child of the ‘health district´ concept implemented in Africa with the objective of drawing the population closer to health centres . In Cameroon where he is considered a national pride, Pr. Monekosso has set up a project which aims at ‘sharing health risk´ in Cameroon. This project which is still the order of the day aims at enabling all Cameroonians to treat themselves irrespective of their income . At the age of 80, Pr. Monekosso is managing Global Health Dialogue, a Douala- based NGO, specialized in health issues.

========================================

Gottlieb Lobe Monekosso, Ancien Ministre de la Santé: "Si BIYA me rappelle, je refuse !"

Malgré son départ du gouvernement, l’ancien ministre de la Santé publique garde une oreille attentive à l’état sanitaire du pays, dominé par la lutte contre le sida et le choléra. Il apprécie cette situation et annonce au passage que, contrairement à d’autres, il ne reviendra pas au gouvernement...

Gottlieb Lobe Monekosso
 
Le 28 Juillet 2004 :

A quoi vous occupez-vous actuellement ?

J’écris beaucoup. Notamment ma biographie. Le travail que j’ai fait à l’Oms (Organisation mondiale de la santé) et quelques autres livres. Et puis, je suis le directeur de publication d’un journal que j’ai créé, Son nom c’est "Cam Santé News". Il traite uniquement des questions de santé au Cameroun et en Afrique. Je le coordonne avec la collaboration de quelques jeunes journalistes à Yaoundé, Douala et Buéa. En dehors de cela, je suis les événements et chaque fois que j’ai l’occasion, je cause avec les responsables qui ont besoin de mes conseils.


Quelle est votre position au sujet du Triomune, ce remède contre le sida qui, aujourd’hui, est au centre d’une polémique ?

Le Triomune a été présenté aux Camerounais comme un produit nouveau. Or ce n’est pas le cas. Ce médicament est utilisé depuis quelques années en Inde où il a fait ses preuves.


La solution à la pandémie du sida peut-elle finalement venir du Vanhivax du Pr. Victor Anomah Ngu ?


Le Pr Anomah Ngu est sur ce que j’appelle une très bonne piste ; puisqu’il y a une vingtaine d’années, il a utilisé la même méthode pour s’attaquer avec succès à un cancer des enfants africains, ce qui lui avait valu un prix à l’époque.
Il m’est difficile d’être objectif, compte tenu du fait que le Pr Anomah Ngu et moi sommes de très bons amis, on a cheminé ensemble, à l’université, à la faculté de médecine et même en politique. Toutefois, je peux quand même souligner que son vaccin a besoin davantage de travaux de recherche pour une meilleure mise au point. Et cela nécessite beaucoup d’argent et une grande équipe de chercheurs ; et dans un pays pauvre comme le nôtre, ce type de moyens est difficile à trouver.


Qu’est-ce qui manque à ce vaccin pour qu’il soit correct ?

Ce n’est pas facile à décrire. Mais, je peux souligner que lorsqu’on a vérifié qu’un constituant est bon, c’est-à-dire qu’il peut détruire le virus, il faut également s’assurer qu’il ne peut pas en même temps nuire à la santé de la personne qui reçoit le soin. Il y a beaucoup de facteurs comme cela qu’il faut mettre au point pour être absolument sûr. Puisqu’il ne faut pas que le produit entraîne d’autres troubles graves.


Malgré de nombreuses stratégies, le sida ne cesse d’avancer chez nous, avec de plus en plus de personnes infectées. Selon vous, qu’est-ce qui explique cet échec et comment réorienter la lutte ?

La vérité c’est que ce n’est pas facile. Il y a beaucoup d’efforts louables aussi bien au plan collectif qu’au plan individuel, aussi bien de la part des laboratoires que de celle des médias. On a cru qu’en faisant un tapage médiatique, les gens devaient être choqués et changés de comportement ; malheureusement, ça n’a pas été le cas. En tant que responsable de l’Oms pour l’Afrique depuis 1985, j’ai depuis lors un observatoire privilégié de la scène. Aussi, je pense que ce qu’on devrait faire est ce qu’on a déjà commencé au Cameroun, c’est-à-dire la décentralisation de la lutte vers les comités locaux. A mon avis, ces comités locaux ont été constitués très rapidement. Par conséquent, beaucoup d’entre eux ne fonctionnent pas aujourd’hui. Ce que je prône aujourd’hui, c’est une véritable lutte au niveau des communes avec le plus de moyens possibles ; et que chaque commune, dans le contexte actuel de décentralisation, s’occupe de plusieurs aspects de la lutte. Et puis, nous ne devons pas être prisonniers des conseils venant de l’extérieur. Par exemple, certains vantent l’abstinence ; d’autres disent qu’elle est impossible et conseillent plutôt l’utilisation du condom. Ce type de choix ne s’impose pas. L’homme devrait avoir la liberté de s’abstenir. C’est le cas de ceux-là qui s’abstiennent pour des raisons religieuses. S’ils sont séropositifs, ils n’infectent personne pendant cette période d’abstinence ; et s’ils sont séronégatifs, ils ne seront pas infectés non plus. C’est une contribution à la lutte. Donc, il ne faudrait pas confondre l’abstinence et la chasteté qui dure toute la vie. L’abstinence, vous pouvez la déclencher et l’arrêter quand vous voulez. Et pendant ce temps vous êtes protégé. Pour ce qui est du préservatif, si des jeunes célibataires utilisent les préservatifs, ils se protègent aussi. Ainsi, je ne vois pas de choix à faire entre telle ou telle méthode. À mon avis, ce qu’il y a lieu de faire c’est de cibler les enfants de 5 à 14 ans, parce qu’à cet âge-là, on peut manipuler un enfant et lui inculquer une certaine morale qu’il suivra par la suite. Plutôt que d’attendre qu’ils soient devenus des adolescents récalcitrants qui ne peuvent plus rien comprendre de la lutte.
L’autre aspect de la lutte c’est qu’au niveau local, on ne fait pas suffisamment confiance à la jeunesse. Ce sont les gens de 15 à 24 ans qui commencent leur vie active et peuvent tomber tout de suite dans le piège. Ils ont donc besoin d’un meilleur encadrement. Et puis, certains de ces jeunes ne vont plus à l’école et sont sans emploi. J’ai proposé que l’on mette des moyens pour former et payer ces jeunes comme des soldats parce que la lutte contre le sida n’est plus une lutte, mais une guerre. Quand il y a une guerre, il faut des soldats. Je n’en vois pas sur le front. Ce sont ces jeunes qui doivent être des soldats qui vont lutter pour leur propre survie. Et quand on aura reçu les médicaments gratuitement, ce sont eux qui pourront, par exemple, assurer leur distribution. Pour moi, la clé de cette guerre contre le sida c’est la décentralisation et la confiance dans les jeunes ; puisque ce sont eux qui ont la force physique, la force intellectuelle et même la force sexuelle qui est malheureusement leur tendon d’Achille. S’ils participent à la lutte, ils seront beaucoup plus conscients. Je pense qu’avec une telle approche, on parviendra à freiner l’avancée de notre ennemi.


Quel est en effet l’obstacle qui empêche les chercheurs de mettre au point un vaccin contre le sida ?

C’est que le virus du sida est l’un des plus petits virus que nous connaissons et il est très malin. C’est un virus qui change tous les trois ou quatre jours. Ce qui fait que le vaccin que l’on prépare et qui est efficace aujourd’hui ne l’est plus face à la nouvelle forme du virus quelques jours après. Et les souches du virus varient aussi d’un pays à un autre. Face à cela, ce qu’il faut savoir, pour le moment, c’est que la prévention est efficace.


En plus du sida, une bonne partie du pays est actuellement en proie à une épidémie de choléra. Comment expliquez-vous la soudaine apparition de cette maladie ?


En Afrique, et pas seulement au Cameroun, nous avons les conditions idéales pour la propagation du choléra. Avant 1972, le choléra n’existait nulle part en Afrique. Cette maladie était concentrée en Asie; elle a été importée chez nous par ceux qui sont allés en pèlerinage à La Mecque cette année là. Le microbe a trouvé chez nous les conditions qu’il cherchait. Par exemple, on a dans nos quartiers des fosses septiques situées à proximité des puits ; et entre les deux, il y a communication.

Que faut-il donc faire dans le cadre de la lutte contre cette épidémie ?
J’apprécie beaucoup le dynamisme de Urbain Olanguena Awono. Mais je pense qu’il faudrait impliquer davantage à cette lutte le ministère des Mines, de l’Eau et de l’Energie, ainsi que le ministère de l’Environnement et des Forêts ; parce que si l’on ne résout pas ces problèmes de l’eau potable et des déchets au niveau de la population, le problème perdurera. Bien sûr, les médecins vont continuer à sauver des vies, mais pas à stopper l’épidémie. En attendant, il faut cependant que les populations suivent les consignes qui leur ont été données par les autorités sanitaires.


Espérez-vous revenir un jour au gouvernement ?

Non ! Absolument non ! Ce n’était même pas déjà dans mes plans d’entrer dans le gouvernement. Néanmoins, j’ai été très content d’avoir été appelé par le président Paul Biya. Mais, j’estime qu’il est mieux de faire confiance aux gens plus jeunes.
Parce qu’à mon âge, je ne peux plus aller de ville en ville comme le ferait un homme plus jeune.


Vous vous désisteriez s’il faisait appel à vous ?

Oui ! D’ailleurs, il ne m’appellerait même pas.
En fait, on n’a pas besoin d’être au gouvernement pour faire des suggestions. Je continue à les faire. Cette semaine, je compte envoyer un courrier à Yaoundé pour suggérer telle ou telle chose…


© La Nouvelle Expression

 

Source:  | Hits: 18900 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Alexandre DOUALA MANGA BELL
( | 10.08.2007 | 31249 hits  | 0 R)

  Que represente le roi-martyr Duala Manga Bell pour le Peuple Sawa ?
( | 06.08.2007 | 23130 hits  | 0 R)

  Achille MBEMBE démonte le mensonge de Sarkosy sur l´Afrique (suite)
( | 01.08.2007 | 22753 hits  | 0 R)

  Achille MBEMBE démonte le mensonge de Sarkosy sur l’Afrique
( | 01.08.2007 | 23564 hits  | 0 R)

  Portrait: Kaïssa Doumbe Moulongo Sylvie
( | 01.08.2007 | 27391 hits  | 0 R)

  "Appel à la Jeunesse Africaine" par Théophile Obenga
( | 30.07.2007 | 26743 hits  | 0 R)

  EDEA: Menace sur le projet d’extension d’Alucam
( | 18.07.2007 | 17208 hits  | 0 R)

  Franklin Boukaka, le poète assassiné en 1972. Immortel Boukaka: Rumba engagée, Poésie musicale et Panafricanisme
( | 16.07.2007 | 36073 hits  | 0 R)

  Ebenezer KOTTO ESSOME : l’homme et son rêve d’Afrique
( | 16.07.2007 | 32518 hits  | 0 R)

  Portrait: Laurent ESSO
( | 16.07.2007 | 19740 hits  | 0 R)

  Douala: une Exposition de 8 Photographes
( | 15.07.2007 | 16765 hits  | 0 R)

  Nguéa Laroute démarre sa tournée européenne. Videos et Interview
( | 09.07.2007 | 33447 hits  | 0 R)

  La Pagode: Le palais royal transformé en centre d’affaires
( | 09.07.2007 | 21342 hits  | 0 R)

  Juillet 1902. Mpondo Akwa, chef de la délégation du NGONDO au Reich Allemand
( | 07.07.2007 | 25069 hits  | 0 R)

  Ngondo 1991: Remember EKE EBONGUE
( | 03.07.2007 | 25147 hits  | 0 R)

  Grand Sawa : une chaîne d’unité à redorer
( | 03.07.2007 | 22854 hits  | 0 R)

  Um Nyobé: Cet autre hommage à Mpondol
( | 01.07.2007 | 32182 hits  | 1 R)

  Manu Dibango forever...VIDEO
( | 01.07.2007 | 22591 hits  | 0 R)

  Remember Sembene Ousmane - Hommage au grand Africain
( | 28.06.2007 | 26786 hits  | 1 R)

  La France blocque la Réfection des routes à Douala
( | 27.06.2007 | 18503 hits  | 0 R)

  Tout le monde est Bakoko ! par Suzanne KALA LOBE
( | 26.06.2007 | 34770 hits  | 1 R)

  Hommage: Un monument pour Um Nyobe
( | 26.06.2007 | 23795 hits  | 0 R)

  Une inébranlable conviction sur notre destin, par Shanda Tonme
( | 25.06.2007 | 28395 hits  | 2 R)

  Sanaga-Maritime Edéa: L’élite en équipe pour le sport
( | 25.06.2007 | 21558 hits  | 0 R)

  BAKASSI : Découvrez la péninsule - Discover the Peninsula
( | 19.06.2007 | 21493 hits  | 0 R)

  Cinéma : "The making of" du film "Le don involontaire" de Serge Alain Noa
( | 15.06.2007 | 22129 hits  | 0 R)

  Combat: La singulière chronique d’Eyoum’a Ntoh
( | 15.06.2007 | 20025 hits  | 0 R)

  Au Fil du WOURI ... et nous sommes Heureux.
( | 15.06.2007 | 14130 hits  | 0 R)

  Ousmane Sembène, panafricaniste et pionnier du cinéma africain, est mort
( | 11.06.2007 | 25568 hits  | 0 R)

  Kaba Days Are Here; By Poubum Lamy Ney
( | 04.06.2007 | 25853 hits  | 0 R)

  Spectacle : Concert anniversaire d´Universal de Sylvain Nkom
( | 03.06.2007 | 19343 hits  | 0 R)

  Urbanisation : Une stratégie pour étendre Douala en examen
( | 02.06.2007 | 17935 hits  | 0 R)

  ECRANS NOIRS 2007 - Bienvenue au CamerWood
( | 01.06.2007 | 23365 hits  | 0 R)

  ECRANS NOIRS 2007 - Le Festival: Bassek ba Kobhio, Jean Pierre Bekolo, Cyrille Masso
( | 01.06.2007 | 20100 hits  | 0 R)

  L´HORREUR, L´HORREUR : DIX MILLIONS DE MORTS?
( | 31.05.2007 | 24166 hits  | 0 R)

  La paranormal n’est pas particulier à l’Afrique
( | 25.05.2007 | 19959 hits  | 0 R)

  SAWANITE : entre le front du refus et la tentation d’adhérer
( | 20.05.2007 | 26946 hits  | 2 R)

  S. E. M. Mbella Mbella, nouvel Ambassadeur du Cameroun à Paris, reçoit les artistes musiciens camerounais
( | 20.05.2007 | 22079 hits  | 0 R)

  Kumba Traditional Council Want GRA Land Refunded. By Olive Ejang Tebug, PostNewsLine.
( | 10.05.2007 | 21167 hits  | 0 R)

  Le Père Engelbert Mveng: Commémoration. Pionnier de l´Egyptologie avec Ngom Gilbert, Dika Akwa, Obenga et C.A. Diop.
( | 08.05.2007 | 46244 hits  | 1 R)

  Douala : Un patrimoine culturel riche, ville d´art et d´histoire
( | 05.05.2007 | 26557 hits  | 0 R)

  Discographie: Le premier cri de Roots Racines Mianga
( | 05.05.2007 | 19675 hits  | 0 R)

  Pourquoi le Cameroun n’a pas décrété un deuil national ?
( | 04.05.2007 | 22745 hits  | 1 R)

  Henri DIKONGUÉ - Missodi Africa Tour 2007
( | 04.05.2007 | 22119 hits  | 0 R)

  Lettre ouverte d’un citoyen du chef-lieu du département de la Sanaga maritime au ministre de la Santé Publique. Par Mangwe ma Yongui Nikita*
( | 03.05.2007 | 25833 hits  | 0 R)

  Richard Bona parle du Peuple Sawa, Ngondo, Makossa.
( | 02.05.2007 | 28280 hits  | 0 R)

  Cameroun: Drame aérien à Douala. 114 Morts. Pas de Deuil National. Confusion et Médiocrité
( | 01.05.2007 | 34770 hits  | 3 R)

  Association: "Agir ensemble en Sanaga-Maritime" (Agir SM)
( | 01.05.2007 | 23174 hits  | 0 R)

  Toups Bebey est le directeur artistique d’un festival qui se tient au Gabon.
( | 01.05.2007 | 22716 hits  | 0 R)

  How has Christianity changed? Nigerian pastors spread into Cameroon
( | 26.04.2007 | 17720 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks