Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
06.10.2006

Eboa Lotin comme vous ne l’avez pas connu : Protais Ayangma : l’écorché vif que j’aimais 

Dans le cadre des manifestations marquant la commémoration de la 8ème édition du décès du chanteur mythique (l’on se souvient qu’il nous a quittés en octobre 1997), et en prélude aux différents concerts organisés par Tom Yom’s en hommage à son maître (le 7 octobre à Douala et le 14 du même mois à Yaoundé), nous continuons ici la série que nous avons inaugurée il y a quelques jours. A travers elle, les artistes et autres Camerounais qui ont connu le chanteur le font revivre du plus profond de leurs souvenirs.

Eboa Lotin et vous, c’est une histoire qui date de plusieurs dizaines d’années ?

Oui elle date de tellement longtemps que je ne me rappelle plus exactement du jour où nous nous sommes rencontrés. Mais je crois que c’est la rencontre de deux personnalités assez différentes au premier abord. Eboa Lotin était un grand homme au figuré et au réel.

C’est quoi un grand homme ?

Pour moi il était grand par la taille et par son humanité. Ce qui m’a frappé chez Eboa lorsque je l’ai vu pour la première fois, c’est qu’il portait le verbe très haut, il avait le propos truculent. Lorsque Eboa parlait, on ne pouvait pas ne pas l’entendre. C’est forcément quelque chose qui frappe. Ceux qui me connaissent savent que je suis à l’opposé. Apparemment rien n’était fait pour nous rapprocher, mais on s’est retrouvé, on avait des affinités et on voyait les choses un peu de la même façon. C’est pour cela que je dis que Eboa était un grand homme.

Est-ce que ce n’est pas plus compliqué de vivre aux côtés de quelqu’un avec qui on a les mêmes caractéristiques ?

Je ne cohabitais pas avec Eboa Lotin, mais je le voyais très régulièrement parce que c’était non seulement un ami, mais c’était aussi un ami de la maison et il venait régulièrement nous rendre visite. Lorsqu’il arrivait au rez-de-chaussée, il n’avait pas besoin de se faire annoncer. Du troisième étage je savais que Eboa était là. Il semait la bonne humeur et c’était les rires à tous les étages.

Qu’est-ce que vous retenez de l’œuvre de Eboa Lotin, et qu’est qui vous reste de vos rencontres ?

Je ne parlerai pas de son talent parce qu’il y a des voix plus qualifiées que la mienne pour apprécier l’œuvre d’Eboa Lotin. Mais ce que je retiens c’est l’homme. Pas dans sa dimension artistique, c’est l’homme tout court avec ses qualités et ses défauts. C’était un écorché vif, quelqu’un qui n’hésitait pas à vous dire ce qu’il pensait. Ça ne faisait pas toujours plaisir et ce n’est pas évident qu’il avait toujours raison. Il avait ce côté spontané, vrai. Ce sont les choses qui sont rares dans ce pays où l’on a toujours tendance à aller dans le sens du vent. Eboa justement faisait exception, c’est ça qui me fascinait et c’est ça que je retiens aujourd’hui.

Eboa avec son franc-parler et son langage de vérité. Mais aussi parce que c’était un ébéniste hors pair qui a su donner à sa voiture une dimension particulière ?

Eboa c’était le talent au sens plein du terme. Il n’y avait pas que la musique. Il y avait toutes les autres facettes. On pourrait aussi parler de bon comédien. C’est quelqu’un qui avait beaucoup de facettes. Ce que je retiens aujourd’hui, c’est que quand on écoute Eboa on a l’impression que la musique est facile. C’était également un parolier comme on n’en trouve malheureusement plus en ce moment. Toutes ses chansons sont une somme qui pourrait être écrite, qui pourrait être également enseignée. Je ne parlerai pas des autres aspects, mais c’était un artiste complet et accompli.
Je ne comprends pas le lingala. Un tout petit peu le duala. Mais il y avait une dimension translangagiste (passez-moi le terme). On n’avait pas besoin de comprendre ce qu’il disait, on avait l’impression que ça parlait au cœur. Je n’avais pas besoin de traducteur pour comprendre le message qu’il essayait de véhiculer. Eboa a chanté en français, en duala et en lingala. Vous comprenez peut-être le lingala ?



Par Propos recueillis par Jean-Célestin EDJANGUE
 

Source: Le messager | Hits: 18229 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Alexandre DOUALA MANGA BELL
( | 10.08.2007 | 20465 hits  | 0 R)

  Que represente le roi-martyr Duala Manga Bell pour le Peuple Sawa ?
( | 06.08.2007 | 14342 hits  | 0 R)

  Achille MBEMBE démonte le mensonge de Sarkosy sur l´Afrique (suite)
( | 01.08.2007 | 14372 hits  | 0 R)

  Achille MBEMBE démonte le mensonge de Sarkosy sur l’Afrique
( | 01.08.2007 | 14453 hits  | 0 R)

  Portrait: Kaïssa Doumbe Moulongo Sylvie
( | 01.08.2007 | 19631 hits  | 0 R)

  "Appel à la Jeunesse Africaine" par Théophile Obenga
( | 30.07.2007 | 18004 hits  | 0 R)

  EDEA: Menace sur le projet d’extension d’Alucam
( | 18.07.2007 | 11257 hits  | 0 R)

  Franklin Boukaka, le poète assassiné en 1972. Immortel Boukaka: Rumba engagée, Poésie musicale et Panafricanisme
( | 16.07.2007 | 27449 hits  | 0 R)

  Ebenezer KOTTO ESSOME : l’homme et son rêve d’Afrique
( | 16.07.2007 | 21723 hits  | 0 R)

  Portrait: Laurent ESSO
( | 16.07.2007 | 13292 hits  | 0 R)

  Douala: une Exposition de 8 Photographes
( | 15.07.2007 | 10878 hits  | 0 R)

  Nguéa Laroute démarre sa tournée européenne. Videos et Interview
( | 09.07.2007 | 21883 hits  | 0 R)

  La Pagode: Le palais royal transformé en centre d’affaires
( | 09.07.2007 | 13476 hits  | 0 R)

  Juillet 1902. Mpondo Akwa, chef de la délégation du NGONDO au Reich Allemand
( | 07.07.2007 | 16352 hits  | 0 R)

  Ngondo 1991: Remember EKE EBONGUE
( | 03.07.2007 | 16415 hits  | 0 R)

  Grand Sawa : une chaîne d’unité à redorer
( | 03.07.2007 | 12440 hits  | 0 R)

  Um Nyobé: Cet autre hommage à Mpondol
( | 01.07.2007 | 22624 hits  | 1 R)

  Manu Dibango forever...VIDEO
( | 01.07.2007 | 14799 hits  | 0 R)

  Remember Sembene Ousmane - Hommage au grand Africain
( | 28.06.2007 | 18496 hits  | 1 R)

  La France blocque la Réfection des routes à Douala
( | 27.06.2007 | 11462 hits  | 0 R)

  Tout le monde est Bakoko ! par Suzanne KALA LOBE
( | 26.06.2007 | 23754 hits  | 1 R)

  Hommage: Un monument pour Um Nyobe
( | 26.06.2007 | 15511 hits  | 0 R)

  Une inébranlable conviction sur notre destin, par Shanda Tonme
( | 25.06.2007 | 19151 hits  | 2 R)

  Sanaga-Maritime Edéa: L’élite en équipe pour le sport
( | 25.06.2007 | 14080 hits  | 0 R)

  BAKASSI : Découvrez la péninsule - Discover the Peninsula
( | 19.06.2007 | 14038 hits  | 0 R)

  Cinéma : "The making of" du film "Le don involontaire" de Serge Alain Noa
( | 15.06.2007 | 14019 hits  | 0 R)

  Combat: La singulière chronique d’Eyoum’a Ntoh
( | 15.06.2007 | 12299 hits  | 0 R)

  Au Fil du WOURI ... et nous sommes Heureux.
( | 15.06.2007 | 8778 hits  | 0 R)

  Ousmane Sembène, panafricaniste et pionnier du cinéma africain, est mort
( | 11.06.2007 | 17873 hits  | 0 R)

  Kaba Days Are Here; By Poubum Lamy Ney
( | 04.06.2007 | 17210 hits  | 0 R)

  Spectacle : Concert anniversaire d´Universal de Sylvain Nkom
( | 03.06.2007 | 12272 hits  | 0 R)

  Urbanisation : Une stratégie pour étendre Douala en examen
( | 02.06.2007 | 11761 hits  | 0 R)

  ECRANS NOIRS 2007 - Bienvenue au CamerWood
( | 01.06.2007 | 15274 hits  | 0 R)

  ECRANS NOIRS 2007 - Le Festival: Bassek ba Kobhio, Jean Pierre Bekolo, Cyrille Masso
( | 01.06.2007 | 12544 hits  | 0 R)

  L´HORREUR, L´HORREUR : DIX MILLIONS DE MORTS?
( | 31.05.2007 | 14916 hits  | 0 R)

  Portrait: Gottlieb Lobe Monekosso
( | 30.05.2007 | 12707 hits  | 0 R)

  La paranormal n’est pas particulier à l’Afrique
( | 25.05.2007 | 12107 hits  | 0 R)

  SAWANITE : entre le front du refus et la tentation d’adhérer
( | 20.05.2007 | 18563 hits  | 2 R)

  S. E. M. Mbella Mbella, nouvel Ambassadeur du Cameroun à Paris, reçoit les artistes musiciens camerounais
( | 20.05.2007 | 13404 hits  | 0 R)

  Kumba Traditional Council Want GRA Land Refunded. By Olive Ejang Tebug, PostNewsLine.
( | 10.05.2007 | 13772 hits  | 0 R)

  Le Père Engelbert Mveng: Commémoration. Pionnier de l´Egyptologie avec Ngom Gilbert, Dika Akwa, Obenga et C.A. Diop.
( | 08.05.2007 | 36832 hits  | 1 R)

  Douala : Un patrimoine culturel riche, ville d´art et d´histoire
( | 05.05.2007 | 16807 hits  | 0 R)

  Discographie: Le premier cri de Roots Racines Mianga
( | 05.05.2007 | 12134 hits  | 0 R)

  Pourquoi le Cameroun n’a pas décrété un deuil national ?
( | 04.05.2007 | 15002 hits  | 1 R)

  Henri DIKONGUÉ - Missodi Africa Tour 2007
( | 04.05.2007 | 14139 hits  | 0 R)

  Lettre ouverte d’un citoyen du chef-lieu du département de la Sanaga maritime au ministre de la Santé Publique. Par Mangwe ma Yongui Nikita*
( | 03.05.2007 | 16218 hits  | 0 R)

  Richard Bona parle du Peuple Sawa, Ngondo, Makossa.
( | 02.05.2007 | 18184 hits  | 0 R)

  Cameroun: Drame aérien à Douala. 114 Morts. Pas de Deuil National. Confusion et Médiocrité
( | 01.05.2007 | 24371 hits  | 3 R)

  Association: "Agir ensemble en Sanaga-Maritime" (Agir SM)
( | 01.05.2007 | 14890 hits  | 0 R)

  Toups Bebey est le directeur artistique d’un festival qui se tient au Gabon.
( | 01.05.2007 | 14796 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks