Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
03.11.2010

ACHILLE MBEMBE: POUR L´ABOLITION DES FRONTIÈRES HÉRITÉES DE LA COLONISATION 

« Sortir de la grande nuit - Essai sur l’Afrique décolonisée ». Tel est le titre du dernier livre d’Achille Mbembe qui paraît aux Éditions La Découverte à Paris le 14 octobre. J’ai eu le privilège de lire de manière attentive cet ouvrage riche et très documenté écrit en mémoire de Frantz Fanon et Jean-Marc Éla, deux « penseurs du devenir illimité ». Malgré son agenda chargé, l’auteur, actuellement en mission d’enseignement aux USA (Duke University), a accepté de fournir des éclairages utiles qui permettent de mieux comprendre sa philosophie et sa démarche. Dans cet entretien accordé à Norbert N. Ouendji, il va au-delà du texte centré sur les questions liées à la colonisation et aborde des sujets important qui agitent le débat africain de l’heure.

Vous sommez le continent de « sortir de la grande nuit ». Son état de somnolence actuelle vous préoccupe. Et tout au long de votre nouvel ouvrage, vous rejoignez Fanon lorsque vous invitez les Africains à « regarder ailleurs » qu’en Europe s’ils « veulent se mettre debout et marcher »...

C’est, simplement, qu’une nouvelle scène du monde se dessine sous nos yeux. L’Europe n’en est plus le centre de gravité même si elle reste un acteur important de la vie internationale. Rongée par le narcissisme et la blessure du rang perdu, elle tourne désormais en rond sur elle-même, et les Africains perdraient leur temps à vouloir l’ériger en modèle ou à entretenir avec elle des querelles d’un autre âge.

Par contre, c’est en elle-même que l’Afrique doit redécouvrir les ressources de sa régénération, son centre, sa ligne médiane. Ceci n’est pas l’équivalent d’un retour à je ne sais quelles coutumes anciennes. L’Afrique doit se reconstituer en tant que force propre. C’est en devenant sa force propre qu’elle négociera avantageusement avec elle-même et avec le monde - condition pour créer quelque chose d’éminemment neuf, qui fasse signe à l’humanité dans son ensemble.

La Chine aura-t-elle désormais son mot à dire ? Je le relève parce que vous soulignez que l’un des faits majeurs du demi-siècle à venir sera la présence, en Afrique, de l’empire du milieu, dont de nombreux investissements sont déjà bien visibles dans plusieurs pays du continent.

Pour que le projet sino-africain devienne un facteur positif de leur histoire, il faudra que les Africains lui donnent chair et esprit. Pour le moment, ce projet se situe dans une logique de troc, purement extractive, et dont la conséquence est de renforcer les assises matérielles des potentats locaux et des classes sociales qui les soutiennent.

V
ous développez assez bien cette logique dans votre livre. On comprend que les potentats locaux dont vous parlez sont inertes face au grand sommeil africain que vous décrivez et dénoncez. Mais ce qui interpelle aussi le lecteur, c’est le rapport que vous établissez entre cette situation et la colonisation.

Elle n’a pas aidé. De tous les points de vue, l’héritage légué par la colonisation était médiocre. Les pouvoirs postcoloniaux n’ont cependant guère fait mieux, eux dont la petitesse d’esprit rappelle à bien des égards celle des maîtres coloniaux.

À ce propos, vous n’êtes pas très tendre vis-à-vis de la France. Vous estimez que cette ancienne puissance coloniale « décolonisa sans s’auto-décoloniser ».

La colonisation française a pris fin et, vaille que vaille, un transfert de pouvoir a eu lieu. Ceci n’est cependant pas la même chose que la « décolonisation » si, du moins, l’on entend par « décolonisation » un projet radical de recommencement. D’autre part, la colonisation ayant été une forme primitive de la domination de race, on ne peut pas prétendre avoir décolonisé si, par ailleurs, l’on n’a pas démantelé, chez soi, l’armature psychique et les structures matérielles et institutionnelles qui alimentaient le racisme.

Or justement, la France d’aujourd’hui – tout comme d’ailleurs une très grande partie de l’Europe - est prise dans la tourmente d’une formidable logique racialiste qui n’a plus honte de se proclamer comme telle. Le vieux pays des « droits de l’homme » est possédé par un désir trouble de provincialisation et, je dois le dire même si le mot est peut-être trop fort, par l’esprit d’un démon que nous connaissons tous – le démon de l’apartheid. Comment comprendre autrement ce rêve fou d’une communauté pure, composée de « gens de souche », repliée dans ses « traditions » et débarrassée de ses « étrangers » ? L’instrumentalisation éhontée de l’Islam, l’espèce de guerre sociale menée contre les jeunes Français non-blancs dans les banlieues, la sorte de culturalisme grossier que l’on utilise pour rendre compte des problèmes de discrimination, la haine cultivée à l’encontre des immigrés, les déportations des plus faibles et des plus vulnérables, les projets de déchéance de la nationalité – tout cela, littéralement, pue.

Les élites africaines suivent attentivement ces malheureux développements, et je n’en connais guère qui aimeraient, en plein XXIème siècle, vivre sous le régime du harcèlement permanent et des brimades quotidiennes que fut l’Apartheid.

Selon vous, la décolonisation est donc un processus inachevé, au même titre que la démocratisation. Vous parlez même d’une décolonisation « fictive », donnant ainsi l’impression que les Africains ont encore beaucoup de chemin à parcourir pour contribuer positivement à ce que vous appelez « la déclosion du monde ».

J’entends par « décolonisation fictive » une décolonisation sans démocratisation ou encore, dans le cas de l’Afrique australe, sans « déracialisation ». C’est aussi la sorte de décolonisation où le maître vous remet la maison, mais garde par-devers sa ceinture le trousseau de clés.

Ceci dit, aujourd’hui il ne s’agit plus tant de lutter contre un occupant étranger que contre soi-même. Bien entendu, les structures de l’exploitation et de l’inégalité à l’échelle mondiale sont encore là. Mais leurs conséquences sont d’autant plus désastreuses que, sur le plan interne, l’Afrique est molle et gélatineuse. Ses forces sont éparpillées et ses énergies dissipées par la cruauté, le gaspillage et les désordres internes. Il lui faut donc constituer son centre propre si elle veut achever la décolonisation. Il lui faut accomplir ce travail dans un contexte particulier et risqué – celui de la fin de la globalisation et le début d’une balkanisation progressive de notre monde.

S
i, comme vous le dites, la décolonisation n’aura été que « fictive », comment peut-on justifier la célébration, cette année 2010, du cinquantenaire des indépendances ?

De mon point de vue, il n’y a strictement rien à célébrer. En 1960, certains pays africains étaient en avance sur la Corée du Sud. Où en sommes-nous cinquante ans plus tard ? On ne trompera personne en revêtant de haillons ce qui, manifestement, est nu.

Votre ouvrage paraît précisément au moment de cette célébration. Est-ce une contribution au débat ou une simple coïncidence ?

L’on a besoin de réflexion critique si l’on veut rouvrir les chemins d’avenir. Cette tâche critique, personne ne l’accomplira à notre place. Mon livre est une contribution à cet effort. Ma voix n’est la voix d’aucun maitre. Elle est la mienne propre. En même temps, elle s’implique dans une tradition dont je revendique l’héritage.

Ce qui explique aussi votre colère par rapport au fait que, dans bien des pays, les noms de certaines figures importantes ayant combattu pour « l’indépendance » continuent à être censurés des discours officiels. Pourquoi n’arrive-t-on pas à y faire une « place aux vaincus » comme on le voit en Afrique du Sud ?

Nous sommes gouvernés par une classe de prédateurs indigènes dont les comportements et les actions se situent en droite ligne des traditions de pouvoir qui prévalaient en Afrique au moment de la Traite des esclaves. Ceux qui nous gouvernent se comportent à l’égard de leurs pays comme des occupants étrangers. Ils traitent leurs pays comme des prises de guerre.

Ils ont une manière de se conduire dans la vie de tous les jours - une manière de parler, une manière d’accoutrement, de boire et de manger, de se montrer en public, d’éprouver des sensations, de jouir, de gaspiller nos maigres richesses, de se mettre en colère, de traiter leurs ennemis - qui démontre en tous points des qualités de la bête sauvage. La colonisation a encouragé en tous points cette tradition d’ensauvagement.

C’est cette tradition d’ensauvagement qui, historiquement, explique le rapport des États nègres à la mort en général, et surtout à la mort de ceux qui ont, par la lutte, représenté d’autres possibilités de vie ; la possibilité d’une émancipation radicale.

L
e cas de Ruben Um Nyobè et de bien d’autres vous hante. Vous dites d’ailleurs que si vous vous êtes éloigné spirituellement du Cameroun, c’est en grande partie en raison de son refus de reconnaître l’existence du crâne d’un parent mort, ou plus largement, « le refus de sépulture et le bannissement des morts tombés lors des luttes pour l’indépendance et l’autodétermination ».

Il ne s’agit pas seulement du crâne de Um, mais aussi de tous ceux qui ont trouvé la mort au cours de la lutte – Pierre Yém Mback, Félix Moumié, Abel Kingué, Osendé Afana, Ernest Ouandié, la longue liste des gens sans nom et parfois sans sépulture. Il faut y ajouter ceux qui ont vécu sous le signe de l’exil et du bannissement, que notre pays n’a pas reconnu et qu’il a, à un moment, pourchassé – Ndeh Ntumaza, Abel Eyinga, Mongo Beti, Jean-Marc Éla et plusieurs autres.

Il ne faut pas, au milieu de tout ceci, oublier ceux qui, contre vents et marées, ont vécu debout, maitres d’eux-mêmes, souvent à la marge ; ceux dont le modèle d’existence, au milieu du brouillard et de la fumée, continue de témoigner de ce que nous aurions pu devenir. Je pense par exemple à Fabien Eboussi Boulaga, cette figure singulière dont la pensée pèsera pour longtemps d’un poids propre dans la vie africaine de l’esprit.

Vous êtes donc parti pour la France, avez par la suite découvert les USA avant de déposer vos valises en Afrique du sud à la fin du XXe siècle. Votre regard sur chacun de ces trois pays est tantôt passionné, tantôt bouleversant. Quel héritage vous en avez eu en fin compte ? Et quel type de rapports entretenez-vous désormais avec le Cameroun ?

Je continue de vivre à cheval entre l’Afrique du Sud, les Etats-Unis et de temps à autre la France. J’aurai passé l’essentiel de ma vie à traverser le monde. Je me suis glissé dans chacun des lieux que j’ai habités non sans une réserve de distance et d’étonnement. C’est ce qui m’a permis d’assumer la cartographie instable et mouvante de ma vie. En marchant, j’ai rencontré d’autres gens, d’autres langues, d’autres sons et d’autres mondes. Né quelque part, je n’appartiens à aucun lieu en tant que tel. J’aurai passé l’essentiel de mes ans à embrasser la part morcelée de ma propre existence, à faire des détours et des rapprochements parfois improbables, à opérer dans les interstices dans le but de donner une expression commune à des choses que souvent nous dissocions. Le Cameroun, je le porte par-devers moi, dans une relation filiale avec les figures que nous évoquions à l’instant, persuadé qu’un jour, dans le futur, justice sera faite à leur nom et au texte qu’ils ont écrit.

Au regard de ce témoignage qui donne à votre livre une portée autobiographique, peut-on dire que vous êtes le symbole du citoyen afropolitain dont vous célébrez l’émergence dans la plupart de vos discours ?

Il m’est simplement arrivé de faire l’expérience de plusieurs lieux. Chacun de ces lieux est tissé dans l’étoffe même de ma vie. Chacun a laissé en moi des traces que je suis incapable d’effacer. Chacun aurait pu être, à lui tout seul, le midi et le crépuscule de mon existence. Mais en réalité, je n’ai pu me rapprocher de chacun d’eux que moyennant une prise de distance, l’érection d’une faille qu’il m’a ensuite fallu chaque fois essayer de franchir. Et c’est en marchant que j’ai appris à devenir, non pas « Nègre », mais simplement homme-dans-le-monde.

Vous parlez d’une Afrique qui est désormais « peuplée en majorité de passants potentiels ». Vous dites qu’ils sont tentés par l’aventure souvent difficile vers un ailleurs où ils rêvent de se « réinventer et de se ré-enraciner ». Comment réussir cette fuite forcenée alors que vous faites le procès d’une globalisation qui n’est plus, pour des millions de gens, « le temps infini de la circulation » ?

L’un des signes les plus dramatiques de la faillite des indépendances, c’est le fait que s’ils en avaient le choix, des centaines de millions d’Africains vivraient ailleurs et non pas chez eux. Ce désir généralisé de défection est une véritable catastrophe. Mais je fais également référence à des tendances lourdes de l’évolution sociale du Continent – bientôt plus d’un milliard d’habitants ; la montée d’une civilisation urbaine sans précédent dans l’histoire de la région ; un nouveau cycle de migrations internes ; la consolidation de nouvelles diasporas notamment aux Etats-Unis ; l’arrivée massive des Chinois dans les grandes métropoles continentales. La question est de savoir comment accompagner ces mutations structurelles. Il nous faut ré-imaginer des institutions en phase avec cette Afrique-en-mouvement, cette Afrique-en-circulation, cette culture fluide et très ouverte sur le monde et à la nouveauté ; cette constellation créole, et que j’appelle « afropolitaine ».

Revenons sur les causes de cet abandon du continent par ses dignes fils et filles. Vous pointez particulièrement du doigt la gestion calamiteuse des ressources disponibles par des rapaces au pouvoir. Ils s’en vont, en quelque sorte, parce qu’ils ne veulent plus vivre sous des « chefferies masquées ».

Les gens font aussi des choix personnels et tous ne sont pas liés à la situation politique désastreuse de nos États. Je parle de la nouvelle phase des migrations de masse, celles qui sont liées à la survie économique ou celles qui sont l’effet des situations de guerre et de conflits. Elles affectent des millions de gens dont certains se déplacent de camps en camps. Mais il y a aussi un processus de déplacement des frontières, que celles-ci soient physiques, culturelles ou cultuelles. De ce point de vue, il n’y a qu’à observer la sorte de réalignement mental à l’œuvre dans les églises pentecôtistes qui se développent partout sur le continent sur un mode quasi-capillaire.

Ce basculement de la géographie, de l’imaginaire et des formes de mobilité est un facteur-clé des recompositions en cours. Accompagner de manière créative ces recompositions exige que soient abolies les frontières héritées de la colonisation ; que soient ouverts de grands espaces de circulation sans lesquels il n’y aura guère de grands pôles régionaux de croissance économique et de créativité intellectuelle, culturelle et artistique. Nous avons besoin d’ouvrir, en Afrique, de vastes espaces de libre-circulation. Cet effort doit aller de pair avec la réforme des règles concernant la nationalité. Que l’on accorde, par exemple, la citoyenneté aux gens d’origine africaine qui le souhaiteraient, vieilles et jeunes diasporas confondues. Que l’on institue, à l’échelle continentale, un « droit de retour » pour ceux et celles qui souhaitent appartenir au continent.

Ce discours rappelle le projet des Etats-Unis d’Afrique dont rêvaient Marcus Garvey et plus tard Kwame Nkrumah. Aujourd’hui, des leaders comme Kadhafi tentent de faire prospérer cette idée au sein de l’Union africaine, qui est officiellement consciente de la nécessité de la concrétiser. Au-delà des discours, peut-on être optimiste par rapport à cette cause avec la génération des chefs d’Etat actuels ?

C’est un vaste horizon d’avenir et un nouvel imaginaire du futur qu’il s’agit d’ouvrir. Cet imaginaire doit être à la mesure des défis posés par le tumulte du présent. Les discours sur la globalisation cachent mal le fait qu’une grande « partition » du monde est en cours. Le processus de balkanisation du monde se traduit par la montée des peurs, le retour des murs, les tentatives de réduction du politique aux pulsions les plus primaires, la mise calculée de la raison au sommeil, le retour preux et gaillard de logiques racialistes que l’on croyait périmées.

L’Afrique ne peut guère faire face à un monde plus féroce que jamais avec une poussière de micro-États sans nom, sans voix ni poids propre. Elle doit absolument faire réseaux si elle veut se constituer en force autonome, capable d’embrasser le monde et d’agir à hauteur de celui-ci. Cette idée d’une « nationalité africaine », d’une « cité africaine » nous vient de loin. Elle est inséparable de l’émergence de l’Afrique à la modernité. Elle comporte des dimensions politiques, philosophiques, esthétiques et économiques. Pour la réactiver positivement dans les conditions contemporaines, il faut la remettre entre les mains des sociétés civiles africaines et en faire un grand mouvement culturel.

D’après votre dialectique, la plupart de nos dirigeants sont prêts à tout pour « rester au pouvoir à vie ». Vous établissez même un rapport entre les pratiques sexuelles de certains et cette gestion du pouvoir en postcolonie, où une « machine à jouir » en est marche. Comment fonctionne exactement une telle mécanique ? Par ailleurs, quels sont les pays où cela s’exprime le plus ?

Ce n’est pas qu’une affaire de dirigeants. C’est tout le rapport entre l’État et la société qu’il faut remettre en question. Chaque société a les dirigeants qu’elle mérite.

Ceci dit, la culture autoritaire postcoloniale – dont je disais qu’elle puise certains de ses ressorts dans l’ethos de la Traite des esclaves – est une culture phallocratique. La phallocratie, c’est le gouvernement du père ou du vieillard. Elle fonctionne sur la base de la croyance selon laquelle c’est dans le phallus que quelque chose se passe. C’est dans et par le phallus qu’il y a événement. En fait, le phallus, voilà l’événement ! Et le pouvoir, c’est l’effort que déploie le phallus sur lui-même pour devenir figure et structure. Non pas une structure de production, mais un conglomérat de sujets voués à la consumation sans but, au gaspillage le plus frénétique, à la dépense sans réserve, bref, à la vénalité et à la corruption.

C’est cela que j’appelle « la machine à jouir ». Ces « machines à jouir » sont à l’œuvre dans des pays comme le Cameroun, les deux Congo, le Nigéria, l’Angola, le Gabon, les deux Guinée, le Tchad et le Kenya. La part de sénilité frappe, quant à elle, presque tous les pays africains

Vous montrez que le déficit de démocratie est l’un des dénominateurs communs des pays concernés. Dans la foulée, vous soutenez que, pour que la démocratie « s’enracine en Afrique, il faudrait qu’elle soit portée par des forces sociales et culturelles organisées ; des institutions et des réseaux sortis tout droit du génie, de la créativité et surtout des luttes quotidiennes des gens eux-mêmes et de leurs traditions propres de solidarité ». Il s’agit là, d’une remise en cause radicale des tentatives de lutte qui ont été menées depuis le début des années 1990.

Dans la plupart des cas, les luttes menées depuis 1990 n’ont manifestement pas entrainé une démocratisation radicale de la vie politique africaine. Dans les États francophones en particulier, l’on continue de truquer les élections comme au bon vieux temps de la colonisation. Les citoyens ne sont toujours pas à même de choisir librement leurs dirigeants. La seule forme d’alternance est l’alternance par la mort. Les successions, désormais, se font de père à fils.

Les expériences les plus avancées demeurent fragiles faute d’enracinement dans les institutions et les structures. Il y a un énorme décalage entre la façon de mener les luttes et les formes de la créativité sociale et culturelle en général, qu’il s’agisse des langages, des institutions, des manières de s’organiser ou des modes de légitimation. L’on a besoin d’une deuxième génération de luttes pour la démocratie en Afrique. Pour aboutir, cette deuxième génération des luttes devra nécessairement assurer le pont entre les formes d’un coté et la culture de l’autre.

Qu’est-ce que cela veut dire concrètement ?

Il nous faut étudier très attentivement les multiples façons dont opèrent les logiques sociales et culturelles. Comment, dans la pratique de tous les jours, les gens font-ils communauté ? Comment s’organisent-ils pour pratiquer la solidarité ? De quels genres d’institutions se dotent-ils lorsqu’ils cherchent à réaliser des buts transcendentaux ? Dans quels langages parlent-ils des choses quotidiennes ou encore des fins dernières ? Comment chantent-ils ou prient-ils ? À travers quelles formes expressives cherchent-ils à communiquer la joie, la plainte ou les lamentations ? Comment articulent-ils le proche et le lointain ? À quelles formes de réappropriation soumettent-ils ce qui est nouveau ? Tout ceci constitue le capital culturel sans lequel il n’y a guère, ici, d’action efficace. Si l’on veut enraciner la démocratie en Afrique, il faut déployer ce capital culturel et ces gisements symboliques comme les ressources principales de la lutte. Il faut traduire l’idée même de la démocratie dans les langages des gens. Ce travail intellectuel, mais aussi tactique et organisationnel, n’est malheureusement pas fait.

Les partis d’opposition ont-ils aujourd’hui la légitimité et la crédibilité pour accompagner un tel projet ?

Les partis d’opposition sont loin d’avoir effectué le travail intellectuel dont je parlais il y a un instant. Il faut proposer un imaginaire qui parle aux gens dans les conditions concrètes de leur vie quotidienne. Ce retour aux situations quotidiennes doit aller de pair avec l’articulation d’un horizon d’espoir, une certaine proposition de futur. Mais davantage encore, il faut raviver la conscience de classe si l’on veut échapper aux rets de l’ethnisme. Ceci exige une énorme capacité de créativité et de traduction. Il est par exemple significatif que les églises pentecôtistes parviennent à redéfinir ainsi les contours de la communauté et de l’individu à partir d’idiomes dont pourraient s’inspirer les partis politiques d’opposition. Il est en effet possible de proposer de nouvelles visions de la communauté qui ne soient pas nécessairement biologiques, d’inventer de nouvelles formes de parentés qui transcendent le lignage ou la tribu. C’est cette sorte d’imaginaire qu’il faut savoir ouvrir.

Dans le cas du Cameroun particulièrement, comment pouvez-vous, avec un peu de recul, résumer la situation qui y prévaut, un an avant la présidentielle en principe prévue en octobre 2011 ?

C’est l’enkystement. Le pays est sous la coupe d’à peu près un demi-millier de vieillards qui, à tous les échelons de la vie publique, s’arc-boutent et ne veulent point mourir seuls. Ils sont décidés à emporter avec eux tout ce qui vit et respire. Le premier d’entre eux, Monsieur Paul Biya, aura bientôt 80 ans. Frappé de sénilité, il n’est lucide que quelques heures par jour, comme d’ailleurs tous les gens de son âge. Peu importe qu’il soit au pouvoir depuis 28 ans. Il ne lâchera pas l’os. Le moment venu, il se représentera pour un énième mandat. Il veut à tout prix égaler, puis surpasser Fidel Castro. Il tient à s’éteindre au pouvoir.

Comment éviter un tel naufrage ? Vous donnez le sentiment qu’une alternance n’est pas possible dans les conditions actuelles.

Les rapports entre la société et l’État sont tels que dans les conditions actuelles, il ne peut pas y avoir d’alternance pacifique. Les acteurs susceptibles de conduire une révolution sociale radicale manquent à l’appel. La société est ankylosée. Pourtant, le besoin d’une révolution sociale radicale n’a jamais été aussi pressant qu’aujourd’hui.

Dans ce sens, quel regard portez-vous sur les actions que mènent certains membres de la diaspora ces derniers temps ?

Tout ce qui contribue à débloquer l’impasse doit être tenté. Mais il faut reconnaitre que l’on est loin du compte. Le spectre d’Haïti plane sur l’Afrique.

© Mediasfreres.org : Norbert Ouendji

=============================

LIVRE - EXCLUSIF

« Sortir de la grande nuit - Essai sur l’Afrique décolonisée »

Le nouvel ouvrage d´Achille Mbembe paraît le 14 octobre 2010 aux Editions La Découverte. Nous vous en proposons les grandes lignes et quelques extraits.


La décolonisation africaine n’aura-t-elle été qu’un accident bruyant, un craquement à la surface, le signe d’un futur appelé à se fourvoyer? C’est la question à laquelle Achille Mbembe répond dans un ouvrage annoncé aux Éditions La Découverte à Paris le 14 octobre prochain. « Sortir de la grande nuit - Essai sur l’Afrique décolonisée », tel est le titre de cet essai écrit dans une langue tantôt sobre, tantôt incandescente et souvent poétique, et dont l’éditeur dit qu’il constitue un « texte essentiel de la pensée contemporaine de langue française ». Achille Mbembe y montre qu’au-delà des crises et de la destruction qui ont souvent frappé le continent depuis les indépendances, de nouvelles sociétés sont en train de naitre. Il décrypte ces mutations, mais aussi les confronte aux évolutions des sociétés postcoloniales européennes – en particulier celle de la France dont il affirme qu’elle a décolonisé sans s’auto-décoloniser. Voici, en exclusivité, quelques extraits de cet ouvrage très attendu, que l´auteur dédie à son ami Paul Gilroy, ouvreur d’imaginaire. Achille Mbembe l´a aussi écrit en mémoire de deux penseurs du devenir illimité : Frantz Fanon et Jean-Marc Éla...


Avant-propos


« […] Un énorme travail de réassemblage est en cours, vaille que vaille, sur le Continent. Ses couts humains sont très élevés. Il touche jusqu’aux structures de la pensée. Au détour de la crise postcoloniale, une reconversion de l’esprit a lieu. Destruction et réassemblage sont d’ailleurs si étroitement liés que, l’un isolé de l’autre, ces processus deviennent incompréhensibles. A coté du monde des ruines s’esquisse une Afrique en train d’effectuer sa synthèse sur le mode de la disjonction et de la redistribution des différences. L’avenir de cette Afrique-en-circulation se fera sur la base de ses paradoxes et de sa matière indocile. C’est une Afrique dont la charpente sociale et la structure spatiale sont désormais décentr’ees ; qui va dans le double sens du passé et du futur à la fois ; dont les processus spirituels sont un mélange de sécularisation de la conscience, d’immanence radicale (souci de ce monde et souci de l’instant) et de plongée apparemment sans médiation dans le divin ; dont les langues et les sons sont désormais profondément créoles ; qui accorde une place centrale à l’expérimentation ; dans laquelle germent des images et des pratiques de l’existence étonnamment postmodernes.


Quelque chose de fécond jaillira de cette Afrique-glèbe, immense champ de labour de la matière, de l’esprit et des choses ; quelque chose susceptible d’ouvrir sur un univers infini, extensif et hétérogène, l’univers des pluralités et du large. Ce monde-africain-qui-vient, dont la trame, complexe et mobile, sans cesse glisse d’une forme à l’autre et détourne toutes les langues et les sonorités puisque ne s’attachant plus guère à aucune langue ni sons purs ; ce corps en mouvement, jamais à sa place, dont le centre se déplace partout ; ce corps se mouvant dans l’énorme machine du monde, on lui a trouvé un nom – afropolitanisme – l’Afrique du Sud en étant le laboratoire privilégié ».


Conclusion


« […] Si les Africains veulent se mettre debout et marcher, il leur faudra tôt ou tard regarder ailleurs qu’en Europe. Celle-ci n’est sans doute pas un monde qui s’effondre. Mais, lasse, elle représente désormais le monde de la vie déclinante et des couchers de soleil empourprés. Ici, l’esprit s’est affadi, rongé par les formes extrêmes du pessimisme, du narcissisme et de la frivolité.

L’Afrique devra porter son regard vers ce qui est neuf. Elle devra se mettre en scène et accomplir, pour la première fois, ce qui n’a jamais été possible auparavant. Il faudra qu’elle le fasse en ayant conscience d’ouvrir, pour elle-meme et pour l’humanité, des temps nouveaux ».


« Sortir de la grande nuit. Essai sur l’Afrique décolonisée »

Éditions La Découverte, Paris.

ISBN 978-2-7071-6670-8

Parution : 14 octobre 2010 
=============================================================================

 Peut-on même parler de décolonisation, tant la continuité reste forte avec l´ère coloniale ? La colonie, Achille Mbembe montre qu´elle était avant tout fondée sur "l´ivresse de la force" (p.91) et sur la race. Ce sont ces préjugés qui soutiennent encore les discours et pratiques à l´œuvre envers les immigrés dans la société française qui "décolonisa sans s´autodécoloniser". De l´Afrique, Mbembe trace un portrait pessimiste, "peuplée de passants potentiels" (p.22), bloquée par des satrapies séniles mais prêtes à tout pour conserver leurs prérogatives, et dont la démocratisation est bloquée par des facteurs tant structurels qu´imaginaires. Pour sortir de "l´alternative perverse : fuir ou périr" (p.27), un New Deal est nécessaire. Ce sont les conditions de cette nouvelle donne qu´explore Mbembe en dressant un édifiant mais fort réaliste état des lieux tout en dégageant les chances d´une évolution des imaginaires pouvant préparer le changement.
      Dans un premier chapitre très personnel, Mbembe évoque d´une belle langue poétique sa trajectoire, son exil du Cameroun, "dans le destin de la nuit du monde" (p.32). Il évoque son enfance au village, son apprentissage de la peur et de la mort, puis sa découverte de la théologie de la libération à l´époque des nationalismes triomphants. Etudiant à Paris, il hérite du patrimoine culturel français, lequel révèle aussi sa face nocturne, contradiction entre sa tradition universaliste et son dogme républicain qui a soutenu la colonie. L´hospitalité new-yorkaise, sa collusion des cultures et la montée en puissance de l´Amérique noire lui offrent une alternative plus à même de penser un futur. Plongeant ensuite dans la fusion culturelle sud-africaine, il perçoit une modernité contemporaine africaine en marche qu´il théorise comme "afropolitaine". Il en reprend (p.229) la définition déjà énoncée en 2005 dans son article publié dans Le Messager et Africultures (n°4248) : "La conscience de cette imbrication de l´ici et de l´ailleurs, la présence de l´ailleurs dans l´ici et vice-versa, cette relativisation des racines et des appartenances primaires et cette manière d´embrasser, en toute connaissance de cause, l´étrange, l´étranger et le lointain, cette capacité de reconnaître sa face dans le visage de l´étranger et de valoriser les traces du lointain dans le proche, de domestiquer l´in-familier, de travailler avec ce qui a tout l´air des contraires - c´est cette sensibilité culturelle, historique et esthétique qu´indique bien le terme "afropolitanisme"".
      Hantées par l´esprit de la plantation, Haïti et le Libéria ont perpétué la servitude et échouèrent dans leur tentative d´autonomie. Ce fut justement le projet de la décolonisation : la "déclosion" du monde au sens d´une levée des clôtures pour faire surgir l´humanité à travers la conscience de soi. Il faudrait pour cela abolir la race et la pensée universalisante au sens de la critique postcoloniale pour faire émerger une pensée monde (chapitre 2). Cela implique un décentrement : une Europe qui se recloisonne est sans intérêt, ni pour l´Afrique ni pour le monde (p.87).
      C´est alors que Mbembe dresse un portrait au vitriol de la France actuelle. On sent son regret de la voir refouler le cosmopolitisme qui fonderait pour le monde une "démocratie à venir". Au contraire, la plantation et la colonie se sont installées dans les banlieues (p.94). Plongeant dans le narcissisme, nation figée en déclin, la France est impuissante à penser la postcolonie. Les démonstrations de Mbembe sont fulgurantes : rapport métaphysique de la France avec sa langue et impensé de la race qui récuse l´humanité commune définie par l´idée républicaine. Non content de dresser cet état des lieux, il dessine les voies de sortie, prônant le cosmopolitisme contre "une démocratie des communautés et des minorités" et "son double masqué : une démocratie imbue de ses propres préjugés de race mais aveugle aux actes par lesquels elle pratique le racisme". (p.118) Cette démocratie à venir, Mbembe la centre autour des questions de savoir qui est mon prochain, comment traiter l´ennemi et que faire de l´étranger.
      Car c´est bien la question de l´altérité qui reste essentielle pour définir un avenir, alors même que l´on sort de la subalternité imposée par le "long hiver impérial français" qu´il analyse dans son 4ème chapitre dans toutes ses contradictions. Il y aborde de front les reproches faits à la critique postcoloniale, tout en rappelant qu´il avait lui-même attaqué dans son précédent ouvrage De la postcolonie les tenants de l´orthodoxie postcolonialiste. La question de la différence et de l´indifférence aux discriminations débouche sur celle de la violence des préjugés envers les Noirs et les Arabes, et notamment comment les controverses sur le hijab ou laburqa conduisent à la stigmatisation plus qu´à la justice. Ses développements sur le culte des grands hommes et le rapport à la mort dénotent son intérêt pour les dimensions imaginaires de la politique qui faisait déjà l´originalité deDe la postcolonie. C´est ainsi qu´il explique brillamment que si la mémoire de la colonie pose autant problème en France, c´est que dans la colonie elle fut à la fois victime et bourreau.
      Pour envisager les mutations modernes, Mbembe remonte plus loin que la fixation des frontières par les Etats coloniaux que franchissent aujourd´hui ceux qui cherchent ailleurs la vie qui leur manque. L´itinérance modifie l´appartenance et le territoire, sans compter que l´informalisation de l´économie va de paire avec la dispersion du pouvoir d´Etat. Dans ce contexte s´expliquent les guerres à répétition qui engagent de plus en plus les populations civiles.
      Les profondes recompositions sociales à l´œuvre font l´objet d´une fine analyse qui met notamment en relief le fait que la maîtrise des ressources locales est un puissant facteur d´accès aux ressources internationales, ce qui explique les conflits liés à l´autochtonie revendiquée pour remporter la compétition. Les effets de la fragmentation sociale sur les structures familiales mettent radicalement en cause le patriarcat ambiant et génèrent des comportements nouveaux chez les jeunes au niveau des rapports hommes-femmes. Mbembe s´arrête également un bon moment sur le rejet quasi-général de l´homosexualité et ce qu´il enseigne du rapport du pouvoir à la virilité. Inutile de préciser que ces positions clairement argumentées sont rares et importantes sur des sujets où règne l´hypocrisie.
      C´est une Afrique nouvelle qui apparaît sous la plume de Mbembe, marquée par la dispersion et la circulation, dont le territoire n´est plus un centre en soi et dont les expressions artistiques se font flottantes et mobiles. Il cite Sony Labou Tansi dans sa préface à son roman L´Etat honteux : "J´écris, ou je crie, un peu pour forcer le monde à venir au monde". C´est bien là le projet de ce vibrant et radical appel à sortir du "réflexe indigéniste" (p.229) et des logiques raciales et guerrières reprises par les nationalismes africains : ce livre indispensable est un cri pour aider le monde à accoucher d´un monde à venir.

Olivier Barlet 

 

Source:  | Hits: 16041 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Qui est Modi Din Jacob?
( | 13.02.2010 | 14454 hits  | 0 R)

  Malimba : Polémique autour de la chefferie supérieure
( | 06.02.2010 | 19022 hits  | 3 R)

  Wilson Ndeh Ntumazah parle
( | 06.02.2010 | 15749 hits  | 0 R)

  Chefferie Malimba: Le Prince René frappe du poing sur la table
( | 05.02.2010 | 17726 hits  | 0 R)

  Interview NDOUMBE MARCELIN sur ILIMBE-ILIMBE
( | 04.02.2010 | 15323 hits  | 0 R)

  UPC: Le président Ndeh Ntumazah est mort! The Passing of a Great Man!
( | 25.01.2010 | 18280 hits  | 0 R)

  Ngando Picket : Star du métro parisien
( | 16.01.2010 | 15862 hits  | 0 R)

  Peuplesawa rencontre Cyrille Ekwalla
( | 08.01.2010 | 21048 hits  | 1 R)

  Ngondo: une fête « laïque » camerounaise ou uniquement douala ?
( | 16.12.2009 | 11894 hits  | 0 R)

  Ngondo 2009: Rideau
( | 16.12.2009 | 11692 hits  | 0 R)

  Les Sawa se mobilisent autour du Ngondo
( | 05.12.2009 | 12737 hits  | 0 R)

  Ngondo 2009 Sport nautique:
( | 05.12.2009 | 11666 hits  | 0 R)

  Retrocession du site du Ngondo
( | 08.11.2009 | 14189 hits  | 0 R)

  Malimba : ...En passant par le village des pêcheurs
( | 18.10.2009 | 13172 hits  | 0 R)

  François Missé Ngoh : L´homme tranquille du Makossa
( | 16.10.2009 | 14277 hits  | 0 R)

  Increvable Sarah Kala Lobe Kuta
( | 14.10.2009 | 16937 hits  | 0 R)

  Tourisme culturel : un Gorée camerounais méconnu
( | 14.10.2009 | 11340 hits  | 0 R)

  Biographie du premier martyr SAWA CAMEROUNAIS:EYUM EBELE Charley DIDO
( | 20.09.2009 | 18582 hits  | 0 R)

  D`où viennent les DEÏDO
( | 20.09.2009 | 17664 hits  | 0 R)

  Le rôle de la jeunesse dans la construction nationale : l’exemple d’Adolf Ngoso Din
( | 11.08.2009 | 14525 hits  | 0 R)

  EKAMBI BRILLANT
( | 08.08.2009 | 15866 hits  | 0 R)

  Prince René Douala Manga Bell : « Ngondo Ô Canada 2009 »
( | 25.07.2009 | 22506 hits  | 0 R)

  Préserver l’intégrité territoriale des Malimba.
( | 24.06.2009 | 17680 hits  | 0 R)

  Le Cameroun pleure Charlotte Odette Mbango Samé La chanteuse est décédée au kremlin Bicêtre, près de Paris
( | 06.06.2009 | 23595 hits  | 0 R)

  Geologist Discovers Diamond Deposits in Cameroon
( | 11.05.2009 | 18603 hits  | 0 R)

  Kassav va "tropicaliser"... le Stade de France samedi prochain !
( | 09.05.2009 | 13522 hits  | 0 R)

  CAMEROUN, Autopsie d´une Pseudo-Independance (le film)
( | 04.05.2009 | 14164 hits  | 0 R)

  La transmission du socle identitaire et culturel : la naissance de milliers d’étoiles au coeur des larmes de nos enfants
( | 26.04.2009 | 13858 hits  | 0 R)

  Conférence Internationale Contre le Racisme
( | 26.04.2009 | 12727 hits  | 0 R)

  Théâtre: Duala Manga Bell sur les planches
( | 30.03.2009 | 19416 hits  | 0 R)

  Voyage au cœur de Yabassi. le Nkam fait du surplace. D’aucuns pensent qu’il est maudit”
( | 30.03.2009 | 16422 hits  | 0 R)

  Invitation pour la promotion des langues africaines : le cas de la langue Basaa
( | 30.03.2009 | 16131 hits  | 0 R)

  Manu Dibango: Ce que je pense….
( | 30.03.2009 | 15080 hits  | 0 R)

  Si votre mari suggère l´accouplement...
( | 08.03.2009 | 18002 hits  | 1 R)

  NGONDO : LE SUICIDE D’UNE ORGANISATION
( | 02.03.2009 | 17806 hits  | 1 R)

  Gustave FOUDA-ZIBI alias ZIBINOH est décédé le mercredi 16 avril 2009 à Bonn en Allemagne.
( | 28.02.2009 | 15992 hits  | 0 R)

  greve Guadeloupe : "la gwadloup ce tan nou pa ta yo !!
( | 24.02.2009 | 13348 hits  | 0 R)

  Le Ngondo, l’administration et la chefferie Bassa
( | 18.02.2009 | 17603 hits  | 0 R)

  Ambroise Mbia, une icône du théâtre au Cameroun!
( | 14.02.2009 | 15724 hits  | 0 R)

  Marthe Moumié, la "fidèle combattante" inhumée à Ebom Essawo
( | 02.02.2009 | 17728 hits  | 0 R)

  Organisation du tissu social traditionnel Bassa
( | 28.01.2009 | 19549 hits  | 0 R)

  Hommages Jean Marc Ela
( | 28.01.2009 | 16348 hits  | 0 R)

  Zoom sur Jean Jacques Ekindi, alias le « Chasseur du lion »
( | 12.01.2009 | 20211 hits  | 0 R)

  Marthe Moumié, la veuve de Félix, retrouvée étranglée au Cameroun
( | 11.01.2009 | 18001 hits  | 0 R)

  The Great Harlem Debate: Is Obama Good For Black People?
( | 30.12.2008 | 14382 hits  | 0 R)

  Ngondo 2008 “o bodu” (en action) est entré dans l’histoire
( | 15.12.2008 | 12761 hits  | 0 R)

  Sissy Dipoko revient avec la réédition de son album à succès MUNAM
( | 12.12.2008 | 19142 hits  | 0 R)

  Déclaration solennelle des peuples autochtones Sawa du Cameroun
( | 12.12.2008 | 15557 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE - Miss Ngondo 2008
( | 06.12.2008 | 16675 hits  | 0 R)

  Le "Ngondo" en quête de développement
( | 02.12.2008 | 14097 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks