Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
01.05.2007

Toups Bebey est le directeur artistique d’un festival qui se tient au Gabon. 

Démarrage, jeudi, à Libreville de la 2ème édition du festival international de musique à cordes
Joueurs de Mvet et de kora

APA - Libreville (Gabon) La 2ème édition du festival international de musique à cordes démarre jeudi à Libreville ‘’sous le signe de l’ouverture et du dialogue des cultures’’.

Le directeur du Centre culturel français (CCF), Guy Lacroix, a indiqué, au cours d’une conférence de presse, lundi à Libreville, que le festival d’une durée de trois jours (26-29 avril) regroupera une quarantaine d’artistes en provenance de plusieurs pays d’Afrique mais aussi de France et s’articulera autour de spectacles et concerts.

‘’La rencontre de Libreville sera l’occasion de provoquer des dialogues musicaux entre instruments à cordes comme la harpe traditionnelle gabonaise, la Kora, la harpe tchadienne, le Guembri des Gnawas (peuple noir d’Afrique du nord), le violoncelle, l’arc musical et le Mvett’’, a expliqué, le franco-camerounais, Toups Bebey, directeur artistique du festival.

Le spectacle d’ouverture programmé jeudi prochain, sera consacré à la rencontre entre les musiques traditionnelles gabonaises et les musiques rituelles d’Afrique du nord, conçues par Nasredine Dalil, un berbère algérien.

Vendredi prochain, le public aura droit à une conférence musicale animée par l’ethnomusicologue gabonais, Ludovic Obiang, sur le thème ‘’ Faire musique de tout bois’’, ainsi qu’à un concert du Malien Ballaké Sissoko (joueur de kora), du Français Vincent Segal (violoniste), du groupe tchadien Kalélé Maman Eldjouma et de l’orchestre des musiques traditionnelles du Cameroun.

Le lendemain les organisateurs prévoient une prestation de Mvett, un instrument de musique utilisé par le peuple fang que l’on retrouve aussi bien au Gabon, au Cameroun et en Guinée Equatoriale. Un grand concert du célèbre guitariste malien Habib Koité sera aussi organisé.

Un grand concert placé sous le signe des métissages musicaux clôturera la 2ème édition festival de musique à cordes que les organisateurs souhaitent voir se pérenniser.

La première édition du festival de musiques à cordes, qui a eu lieu à Libreville en 2004, avait enregistré la participation d’une cinquantaine de musiciens en provenance d’Afrique, de France et du Brésil.

L’édition 2007 de ce festival sera placée sous le signe de l’ouverture et du dialogue entre les cultures. Pendant quatre jours et sous la direction artistique du musicien Toups Bebey, les cordes d’Afrique et d’Europe vont vibrer avec la participation d’artistes de renommée internationale : Habib Koité, Ballaké Sissoko, Vincent Segal, Nasredine Dalil, l’Orchestre des musiques traditionnelles du Cameroun, le Trio Tempo (Sao Tomé) et les stars gabonaises des cordes, Tsira Owono Mba (mvett), Pape Nziengui (cithare), Yvon Kassa (arc musical), Michel Pekoin (kul), Etienne Angwetse (cithare pygmée)

Musée National des Arts et Traditions

Le Musée National propose une exposition d’instruments anciens issus de ses collections, associés à des harpes contemporaines d’Olia Ditengou, artiste gabonaise.
Cultures sur orbite

Créée par Toups Bebey, cette association a pour objectif d’imaginer un langage artistique issu du métissage. Elle organise des concerts et des stages en direction des publics défavorisés de la banlieue parisienne.

JEUDI 26 : SPECTACLE D’OUVERTURE Soirée Gnawas
18h Musique et danse avec le groupe Mbeng-Ntam autour du cithariste Yannick
20h30 CONCERT
Rencontre entre les musiques traditionnelles gabonaises et les musiques rituelles d’Afrique du Nord
Conception musicale de Nasredine Dalil, mise en lumière par Vincent Gornet
Avec : Etienne Angwetse (enyélé), Isaac John Djila (voix), Yvon Kassa (arc), Naneth (rap), Pape Nziengui (cithare),
Michel Pekoin (kul), Lawari Bennedjadi (guimbri), Ptit Moh (banjo), Sega Seck (batterie), Vincent Gornet (lumière),
Nasredine Dalil (flûte), Linda Gonin (chorégraphie) et Toups Bebey (saxophone).
VENDREDI 27
18h Faire musique de tout bois, conférence musicale de Ludovic Obiang
avec démonstrations de Michel Pekoin et Michel Ndaot
20h30 CONCERT
Ballaké Sissoko (kora) et Vincent Segal (violoncelle)
Le groupe Kalélé Maman Eldjouma, harpes et rap (Tchad)
Orchestre des musiques traditionnelles (Cameroun)

SAMEDI 28
18h Mvett avec Tsira Owono Mba
20h30 CONCERT
Habib Koité et Bamada (Mali) avec en première partie le Trio Tempo (Sao Tomé)
DIMANCHE 29 : CLOTÛRE : BEKUL MI BIE
18h Accueil musical par la cithare de Marius Osséyé et le groupe Bonguema
20h30 CONCERT
BEKUL MI BIE (ceux qui ouvrent les portes )
Sous le signe des métissages musicaux, nous vous proposons des compositions originales de
Toups Bebey avec du mvet et du cor tibétain…
Avec :Toups Bebey, Nasredine Dalil (flûte), Thérèse Henry (basse), Yvon Kassa (arc musical), Michèle Marzella (cuivre et cor tibétain), Movaizhaleine, Pape Nziengui, Léandre Otchanga, Tsira Owono Mba, Sega Seck (batterie), Vincent Segal (violoncelle), Salvador Douezy (percussions).


========================================
UNE MUSIQUE THÉRAPEUTIQUE
entretien avec Toups Bebey
propos recueillis par Samy Nja Kwa

Après avoir longtemps pédalé, voilà que Toups Bebey adopte la "pygmy attitude". Deux ans après la sortie de leur premier opus, le saxophoniste camerounais et son Paris Africans s´installent dans la forêt. La flûte pygmée nous oriente dans leur jungle sonore.

Pourquoi avoir intitulé ton album "Pygmy Attitudes" ?

Le titre est au pluriel, donc pour plusieurs raisons :

- La musique des pygmées fait partie des secrets de la nature dont ils sont détenteurs, et le plus visible est cette médecine de l´âme, la musique, qu´ils arrivent à faire à partir d´une seule note, celle de la flûte pygmée, ndéhou, qui est assez extraordinaire.

- Le terme "pygmée" est tellement péjoratif chez pas mal de gens que j´aimerais bien qu´ils réalisent qu´en fait, ce sont des gens importants par leur musique. Chaque fois que je sors ma flûte pygmée, les gens se taisent et trouvent que c´est merveilleux. Et chaque fois que mon père fait de même, les gens ont la même réaction. La flûte pygmée est un instrument magique. Aussi, j´aimerais bien que ces gens soient pris au sérieux.

- Si on se penche sur l´histoire, on remarque que les pygmées étaient dans la cour des pharaons parce qu´ils étaient bons musiciens. Les pharaons sont à la base de la civilisation occidentale et ce n´est pas négligeable. Il faut respecter les pygmées comme tout être humain et en plus, ils ont des informations essentielles. Ce sont des gens qui ont une façon particulière de regarder le monde. Ils ont aujourd´hui deux principales activités : la chasse au miel et la chasse à l´éléphant. Ils s´attaquaient à la fois à des êtres infiniment plus petits qu´eux, les abeilles, et plus grands qu´eux, les éléphants. Et ils excellent dans ces deux confrontations. Ces deux opposés sont révélateurs d´une façon particulière de voir le monde, que je trouve intéressante. Je veux donc que les gens se posent des questions et arrêtent de dénigrer ce qu´ils ne connaissent pas. J´ai fait une recherche sur le mot "pygmée" sur internet, j´ai vu très peu de choses sur ces peuplades ; par contre, j´ai vu une quantité de choses sur les animaux nains.

- Pygmy Attitudes, c´est aussi une façon de rendre hommage à mon père, qui m´a fait découvrir cette musique qui fait partie de mon éducation.

On trouve encore des pygmées au Cameroun, à Djoum, non loin de Sangmélima, vers la frontière du Gabon, est-ce que tu connais cette région ?

On m´en a parlé, j´aimerais bien y aller. Elle fait partie du très beau Cameroun qu´il faut visiter avant qu´il ne disparaisse, ce qui est bien sûr valable pour le reste du monde. Pygmy Attitudes, c´est aussi la philosophie de ces hommes qui, eux, n´auraient pas eu l´idée de compromettre leur avenir en détruisant la nature.

Ta musique devient de plus en plus dansante

Le titre "Pygmy Attitudes" est déjà assez dansant. Le premier son qu´on entend vient de la flûte pygmée et ensuite il y a la rythmique ti bois, des petits bambous utilisés aux Antilles. Je fais partie de cette génération d´Africains qui bâtit ces ponts et recrée ces liens. Le pari de "Pygmy Attitudes" est de faire en sorte que l´Antillais qui ne connaît pas l´Afrique se sente concerné lorsqu´il entend la flûte pygmée et le ti bois. Cette flûte lui parlera sûrement autrement que le discours habituel. Le pari est donc de découvrir que l´Africain et l´Antillais ont pas mal de choses en commun à partager. Cette chanson est construite sur une rythmique traditionnelle biguine, et derrière, il y a l´Afrique, la flûte pygmée, la guitare de l´Afrique de l´Ouest, on pourrait appeler cela une fusion interafricaine.

Je croyais avoir lu quelque part que tu fais de l´afro-jazz ?

Paris Africans, c´est mon groupe de jazz. Je veux bien qu´on définisse ce que je fais, mais ce n´est pas mon problème. Du moment que j´ai une étiquette, j´ai le droit d´exister, mais si je n´en ai pas, alors là, j´ai un problème.

Je relève quand même que ta musique est assez éclectique.

Le jazz est un dénominateur commun pour les musiques d´aujourd´hui depuis un siècle. Pourquoi ça ne continuerait pas ? Je suis un musicien africain qui a choisi trois voies pour s´exprimer : la première plutôt jazz, l´autre fanfare, et la troisième house. Mais je revendique quand même le droit de ne pas me limiter qu´à la biguine, qu´au makossa ou qu´au blues. C´est important parce que le problème des Africains est qu´ils ne veulent pas apprendre leur Histoire parce qu´ils pensent qu´ils n´ont pas ce devoir de mémoire. Nous avons le devoir de nous souvenir des erreurs que nous faisons, du malheur qui nous arrive et d´essayer de construire demain en évitant les mêmes erreurs. Donc oui, il y a de la musique dansante, il y a de la chanson, et aussi de la guitare électrique qui nous rappelle ce devoir de mémoire.

Tu parles de chanson, je pense à la voix de Coco Mbassi, à celle d´Archie Shepp, comment as-tu rencontré celui-ci ?

J´ai demandé à Coco Mbassi de chanter à la fois comme un instrument et comme une choriste, ce qu´elle sait faire. C´est le moindre de ses talents. La rencontre avec Archie Shepp s´est faite simplement. Elle date du 2 janvier 1996. Alors que j´accompagnais un musicien brésilien en club, Tifo, le programmeur du club m´a proposé cinq lundis. A ma grande surprise, Archie est venu me faire des compliments sur mon son entre deux sets. C´est grâce à des gens comme lui que j´ai compris qu´il y avait une manière d´être soi-même. Sa propre personnalité passe par le son parce qu´on joue ce qu´on est. Je me souviens avoir lu un article de Bobby McFerry qui disait que pour trouver sa voie, il a du arrêter d´écouter les autres chanteurs. C´est à ce moment là que j´ai arrêté d´écouter les autres saxophonistes, du jour au lendemain, et que j´ai commencé à faire un travail de recherche hérité de mon père.

Tu as trois formations : la Fanfare, Paris Africans et Pact. Chacune a un son particulier, donc...

Donc, le plus dur sera le prochain disque. Mais pour la fanfare, ça relève moins du processus de création, c´est relativement facile, si ce n´est qu´il y a plus de travail, mais je sais que je serai moins inquiet.

Lorsqu´on réussit un premier album, y a-t-il plus de pression pour le deuxième ?

C´est le deuxième cd de Paris Africans et j´ai eu cette pression un mois avant d´entrer en studio. J´étais assez angoissé parce qu’effectivement, on se met la pression tout seul.

Et comment t´est venue l´idée d´inviter Archie Shepp sur "Little Wing" de Jimi Hendrix, une version assez courte d´ailleurs ?

C´est un format particulier, 2 minutes 34 secondes. En vérité, la chanson était plus longue, 5 minutes, mais moins intéressante. Archie n´intervenait que très tardivement. Il fallait donc faire des choix, et j´ai choisi l´effet de surprise de cette voix qui arrive comme ça. On ne s´y attend pas, on entend un cri d´animal blessé et on rentre directement dans le vif du sujet. C´est à la fin du disque, il y a l´effet de surprise et c´est aussi bien comme ça. Pour ce qui est de l´idée d´inviter Archie Shepp, il n´était pas prévu au départ, c´est un ami qui m´en a suggéré l´idée.

Et pourquoi pas Françis Bebey ?

En vérité, je n´ai jamais pensé dans ce sens, mais j´en prends note. L´idée ne m´a jamais effleurée. Dans un premier temps, je ne pouvais pas me le permettre parce que j´étais à mes débuts, et en étant le fils de mon père, c´était trop voyant. Après ce deuxième disque, je peux l´envisager dans un troisième disque, parce que je suis un artiste confirmé.

propos recueillis par Samy Nja Kwa


Toups Bebey

Le langage d´une Afrique en vadrouille dans le monde. Le souffle des aïeux vous accompagne

Autre exemple de ce jazz métisse, c´est Toups Bebey qui nous l´offre. Lui non plus, à l´instar de Karim Ziad, ne manipule pas le mot jazz à tous vents. Il nous laisse même libre de choisir l´étiquette qui nous rapprochera de lui. Word, expérimental, djazz comme le souligne Jacques Matinet de l´Affiche ou doit-on la surnommer Paris-Africans, comme le nom de son groupe pour mieux signifier sa dynamique ? L´essentiel, c´est qu´il puisse compulser la mémoire du jazz, pardon de la diaspora noire, pour la ramener vers sa lointaine Afrique d´origine, avant de lui redonner vie avec ses armes à lui. Eternel recommencement, écrivions-nous ? Le multi-instrumentiste, venu de la planète Cameroun, nous ressort son sax alto ou soprano selon ses amours du moment et pratique dans toute sa forme la symbolique de la fusion.

On swingue, on bouillonne, on groove. On est furieusement afro. Tout ceci relate la même histoire dont on vous ressasse l´imaginaire quasi déroutant depuis le début de ce texte. Appelez son jazz comme vous le voudrez… Toups trace sa route. Une musique syncrétique à souhait jamais, qui improvise probablement sans trop le crier sur les toits pour ne pas nous angoisser et qui recherche sans doute "la beauté, l´émotion, la nostalgie, l´excitation, la jeunesse, la révolte, tout cela sans doute", retrouvez Carles et Comolli dans la pertinence du propos. Toups Bebey nous entraîne dans son dernier album, Pygmy Attitudes, dans la polyphonie et la transe rythmique de ce peuple bantu qui vit en forêt profonde sur le continent noir. Avec une voracité qui emprunte à la fureur des Caraïbes et à l´immensité du patrimoine sonore issu du reste du monde. Avec intelligence et grâce, les dieux du jazz ne pouvaient que l´accompagner dans ce nouvel opus. Leur souffle en tous les cas est là, présent sur l´ensemble des titres. Duke Ellington, Thelonious Monk et les aïeux sont invoqués en toutes lettres. Archie Shepp en personne bénit le preux Bebey. Sur une reprise de Little Wing de Jim Hendrix. Un vrai régal ! Et sans commentaires… Ah ! Si ! Toups aussi est passé par la jazz world connection parisienne.


* Folio Editions Gallimard 2000
Magic Malik (Label Bleu),
Karim Ziad Ifrikiya (Act Music/ Night & Day),
Toups Bebey Pygmy Attitudes (VEK/Buda Musique).
 

Source:  | Hits: 14977 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Alexandre DOUALA MANGA BELL
( | 10.08.2007 | 20701 hits  | 0 R)

  Que represente le roi-martyr Duala Manga Bell pour le Peuple Sawa ?
( | 06.08.2007 | 14557 hits  | 0 R)

  Achille MBEMBE démonte le mensonge de Sarkosy sur l´Afrique (suite)
( | 01.08.2007 | 14553 hits  | 0 R)

  Achille MBEMBE démonte le mensonge de Sarkosy sur l’Afrique
( | 01.08.2007 | 14654 hits  | 0 R)

  Portrait: Kaïssa Doumbe Moulongo Sylvie
( | 01.08.2007 | 19797 hits  | 0 R)

  "Appel à la Jeunesse Africaine" par Théophile Obenga
( | 30.07.2007 | 18272 hits  | 0 R)

  EDEA: Menace sur le projet d’extension d’Alucam
( | 18.07.2007 | 11392 hits  | 0 R)

  Franklin Boukaka, le poète assassiné en 1972. Immortel Boukaka: Rumba engagée, Poésie musicale et Panafricanisme
( | 16.07.2007 | 27629 hits  | 0 R)

  Ebenezer KOTTO ESSOME : l’homme et son rêve d’Afrique
( | 16.07.2007 | 21957 hits  | 0 R)

  Portrait: Laurent ESSO
( | 16.07.2007 | 13437 hits  | 0 R)

  Douala: une Exposition de 8 Photographes
( | 15.07.2007 | 11015 hits  | 0 R)

  Nguéa Laroute démarre sa tournée européenne. Videos et Interview
( | 09.07.2007 | 22228 hits  | 0 R)

  La Pagode: Le palais royal transformé en centre d’affaires
( | 09.07.2007 | 13652 hits  | 0 R)

  Juillet 1902. Mpondo Akwa, chef de la délégation du NGONDO au Reich Allemand
( | 07.07.2007 | 16547 hits  | 0 R)

  Ngondo 1991: Remember EKE EBONGUE
( | 03.07.2007 | 16621 hits  | 0 R)

  Grand Sawa : une chaîne d’unité à redorer
( | 03.07.2007 | 12580 hits  | 0 R)

  Um Nyobé: Cet autre hommage à Mpondol
( | 01.07.2007 | 22859 hits  | 1 R)

  Manu Dibango forever...VIDEO
( | 01.07.2007 | 14961 hits  | 0 R)

  Remember Sembene Ousmane - Hommage au grand Africain
( | 28.06.2007 | 18674 hits  | 1 R)

  La France blocque la Réfection des routes à Douala
( | 27.06.2007 | 11602 hits  | 0 R)

  Tout le monde est Bakoko ! par Suzanne KALA LOBE
( | 26.06.2007 | 24039 hits  | 1 R)

  Hommage: Un monument pour Um Nyobe
( | 26.06.2007 | 15720 hits  | 0 R)

  Une inébranlable conviction sur notre destin, par Shanda Tonme
( | 25.06.2007 | 19352 hits  | 2 R)

  Sanaga-Maritime Edéa: L’élite en équipe pour le sport
( | 25.06.2007 | 14266 hits  | 0 R)

  BAKASSI : Découvrez la péninsule - Discover the Peninsula
( | 19.06.2007 | 14213 hits  | 0 R)

  Cinéma : "The making of" du film "Le don involontaire" de Serge Alain Noa
( | 15.06.2007 | 14178 hits  | 0 R)

  Combat: La singulière chronique d’Eyoum’a Ntoh
( | 15.06.2007 | 12462 hits  | 0 R)

  Au Fil du WOURI ... et nous sommes Heureux.
( | 15.06.2007 | 8883 hits  | 0 R)

  Ousmane Sembène, panafricaniste et pionnier du cinéma africain, est mort
( | 11.06.2007 | 18040 hits  | 0 R)

  Kaba Days Are Here; By Poubum Lamy Ney
( | 04.06.2007 | 17395 hits  | 0 R)

  Spectacle : Concert anniversaire d´Universal de Sylvain Nkom
( | 03.06.2007 | 12437 hits  | 0 R)

  Urbanisation : Une stratégie pour étendre Douala en examen
( | 02.06.2007 | 11919 hits  | 0 R)

  ECRANS NOIRS 2007 - Bienvenue au CamerWood
( | 01.06.2007 | 15453 hits  | 0 R)

  ECRANS NOIRS 2007 - Le Festival: Bassek ba Kobhio, Jean Pierre Bekolo, Cyrille Masso
( | 01.06.2007 | 12684 hits  | 0 R)

  L´HORREUR, L´HORREUR : DIX MILLIONS DE MORTS?
( | 31.05.2007 | 15119 hits  | 0 R)

  Portrait: Gottlieb Lobe Monekosso
( | 30.05.2007 | 12868 hits  | 0 R)

  La paranormal n’est pas particulier à l’Afrique
( | 25.05.2007 | 12269 hits  | 0 R)

  SAWANITE : entre le front du refus et la tentation d’adhérer
( | 20.05.2007 | 18757 hits  | 2 R)

  S. E. M. Mbella Mbella, nouvel Ambassadeur du Cameroun à Paris, reçoit les artistes musiciens camerounais
( | 20.05.2007 | 13600 hits  | 0 R)

  Kumba Traditional Council Want GRA Land Refunded. By Olive Ejang Tebug, PostNewsLine.
( | 10.05.2007 | 13937 hits  | 0 R)

  Le Père Engelbert Mveng: Commémoration. Pionnier de l´Egyptologie avec Ngom Gilbert, Dika Akwa, Obenga et C.A. Diop.
( | 08.05.2007 | 37117 hits  | 1 R)

  Douala : Un patrimoine culturel riche, ville d´art et d´histoire
( | 05.05.2007 | 17121 hits  | 0 R)

  Discographie: Le premier cri de Roots Racines Mianga
( | 05.05.2007 | 12294 hits  | 0 R)

  Pourquoi le Cameroun n’a pas décrété un deuil national ?
( | 04.05.2007 | 15219 hits  | 1 R)

  Henri DIKONGUÉ - Missodi Africa Tour 2007
( | 04.05.2007 | 14341 hits  | 0 R)

  Lettre ouverte d’un citoyen du chef-lieu du département de la Sanaga maritime au ministre de la Santé Publique. Par Mangwe ma Yongui Nikita*
( | 03.05.2007 | 16418 hits  | 0 R)

  Richard Bona parle du Peuple Sawa, Ngondo, Makossa.
( | 02.05.2007 | 18421 hits  | 0 R)

  Cameroun: Drame aérien à Douala. 114 Morts. Pas de Deuil National. Confusion et Médiocrité
( | 01.05.2007 | 24752 hits  | 3 R)

  Association: "Agir ensemble en Sanaga-Maritime" (Agir SM)
( | 01.05.2007 | 15085 hits  | 0 R)

  How has Christianity changed? Nigerian pastors spread into Cameroon
( | 26.04.2007 | 11178 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks