Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
03.07.2007

Grand Sawa : une chaîne d’unité à redorer 

Bona tétè, un autre littoral Camerounais est entrain de naître sous nos yeux. Pour avoir désiré, deviné et entrepris sa maturation, Peuplesawa.com en paraît l’accoucheur. Loin de la sphère très ‘’marketée’’ des sites surpolitisés traditionnels, cette toile permet enfin, aux sawa que nous sommes, d’espérer une nouvelle mue et non plus la régression ou la frugalité.

Dans sa capacité à échapper à tous les conformismes, à résister et à s’interdire un catéchisme clanique, loin de l’imposture d’un prêchi-prêcha moralisateur, ce portail aux milliers de visiteurs, a fait la preuve d’un possible coexistence des valeurs et de cultures en étant devenu le principal activateur des initiatives sawa. La mise à jour permanente de ce site est donc un véritable acte de foi dans la vitalité même du peuple sawa.

Bonatétè Binyo monè,

Décidément les rencontres les plus passionnantes sont les plus improbables. Qui plus est sur la toile !

Vous êtes des dizaines par semaine à nous témoigner inlassablement votre gratitude à travers de multiples congratulations. Ce capital de sympathie nous honore autant qu’il nous stimule.

Et puisque la sawanité ne connaît pas l’avarice des sentiments, à vos encouragements, PPS.com est infiniment reconnaissant.

Avec vous, sur les ruines d’un imaginaire collectif en perdition, notre sawaland ne cesse de dresser de nouvelles effigies, de nouvelles majuscules autour de l’idéal de fraternité et de developpement.

Ces derniers trimestres, notre popularité a été à l’étiage le plus haut avec l’énonciation de la sawanité, cette épiphanie du Grand sawa virtuel. Mais aussi avec des récits mémoriels sur notre passé. Véritable ministère de l’ « Antérieur », PPS.com à su conquérir l’intérieur de chacun de nous.

Il a su sortir des sentiers battus et éviter ainsi ces conciliabules d’intellectuels pour qui l’action se résume à la quête des petits intérêts de maroquins. Autant le dire, ce site joue en pragmatique sur divers claviers du rassemblement des enfants sawa. Avec des notes qui vont du culturel à l’artistique, PPS.com est entrain de redonner une âme et un visage à notre peuple. Car ne l’oublions jamais « un grand peuple sans âme, comme le disait Malraux, est un vaste foule »

Reste donc la mise en place d’une réflexion sur le développement total de la région qui pourra ouvrir la voie de l’audace en donnant de la profondeur à nos impulsions privées et collectives. Ambition si chère à mes frères Mpeke Mu Ntonga et Ngalle Menessier.

A mon humble avis, l’ouverture d’une telle réflexion devra être sociale et civique. D’où l’importance d’une méthode, avant tout pédagogique, qui doit concilier l’exigence de l’action et la culture du résultat. Avec le travail de conviction, nulle doute que nous y parviendrons.

Mboa, par cette aventure en ligne nous souhaitons que les sawa, incontestables damnés de l’histoire, s’unissent pour former une synthèses dialectique dont ils sont porteurs, pour le plus grand bien des fils et des filles sawa de demains. C’est cette formidable clameur qui honorera la péroraison.

Car si nous érigeons nos désirs en neige sans avoir nourri un grand projet unificateur, nous ne pourrons que parler du Grand Sawa et non pas le construire ; nous ne pourrons que parler de la Sawanité et non pas la vivre ; nous ne pourrons que parler du Pacte des Générations et non pas le réaliser. Et plus dure sera la chute.

Alors franc mais effronté la sawanitude qui habite chacun de vous sait aussi être hardi mais téméraire. Aujourd’hui le temps est venu pour lui revêtir le tablier du labeur, d’endosser l’armure de la solennité, sa grandeur et sa mansuétude.

Mboa, nous nous inscrivons à la fois dans l’histoire d’une famille certes mais aussi d’une époque. La sawanité n’est pas seulement l’assoupissement inhérent au hasard d’une naissance, c’est aussi l’opiniâtreté indéfectible d’appartenir à une culture, à un idéal de vie mais aussi à un combat.

N’ayant pas été élevés à la tétine des Haut commissaire Français d’avant Indépendance, notre bien heureuse nature à PPS.com revendique avant tout une certaine autonomie de penser. Pour ma part, si je reste sobrement respectueux des Systèmes et des Clubs, c’est avec moins de méfiance que je m’ouvre volontiers aux esprits libres et aux âmes élévatrices.

D’autre part, ce qui serait exaspérant pour cette partie du Cameroun aux mœurs tempérés, cette province côtière de mesure et de repartie, c’est de poser systématiquement les problèmes du Grand Sawa sous les auspices de l’arbitrage étatique avant même des tentatives de consensus internes.

Prolixes quant aux critiques, laconiques quant aux solutions les médiateurs souvent imposés faces aux soucis que rencontre le Grand sawa rechignent à comprendre l’urgence pour les ressortissants de la côte de parler d’abord entre eux afin d’aplanir leurs dissensions.

Pendant longtemps, certains administrateurs civils, dans leur sensationnalisme de mauvais aloi, ont participé à faire tanguer le moral de nos chefferies traditionnelles comme un bateau démâté. Plus en trublions qu’en pompiers, plus par capillarité que par pacifisme l’intrusion des commis d’Etat dans nos affaires coutumières a été contreproductive voire meurtrière. Jusqu’ici les médiateurs gouvernementaux dans nos chefferies se sont révélés, pour la plupart, être des appendices subtils de nos détracteurs.

Ce qui se passe dans certaines chefferies de Douala ou de la Sanaga Maritime Sud est assez illustratif de ce cynisme. Et pourtant, est-il encore utile de rappeler qu’un médiateur, quel que soit son mandat et son rang, a pour mission d’entendre les intérêts contradictoires des belligérants et des les arbitrer en bon père de famille en fonction de l’intérêt général.

Rien y fait, à Douala ces Secrétaires civils d’Administration parachutés depuis Yaoundé, dans leur idéologie du tout-immédiat et avec l’aide malveillante de certaines élites à l’appétit aiguisé sont devenus les usuriers féroces et sans pitiés de nos chefferies traditionnelles. Et le talent d’expropriateurs de ces arbitres est même devenue le dernier de leur avatar.

Les enfants sawa ne sont pas des Darfouris à qui on promet des jardins de rose en plein désert ! Quels hommes de cire sommes-nous entrain de devenir sous ce paisible désespoir ?

Sur un tout autre registre, caressés dans leurs ambitions, ménagés dans ses foucades les plus funestes, les auteurs présumés des casses publiques se sont accaparé le hit parade d’une actualité aux relents de faits divers. Et cela sans le moindre émoi des populations exclusivement réduites au rend de contribuables. Combien de temps cela va-t-il encore perdurer ?

« Détourneur de fond » n’est plus l’abomination du suprême, l’escroc des escrocs, c’est devenu un label. Celui qu’il faut obtenir à tout pris pour être pris en considération. Tous y courent désormais. Qui nous délivrera de cette fascination morbide, cette escalade dans la qualification de l’immoralité publique, dont le seul résultat est de faire admettre comme tolérables, les malversations qui ont raté ce label ?

Aujourd’hui, même les cautionnaires de ce pathologique statu quo, aidés du zèle étouffant de l’audio visuel camerounais, de ses amuseurs et de ses clercs, gémissent eux aussi dans la presse sur ces misères dont ils entretiennent pourtant eux-mêmes les causes! C’est le comble même du cynisme comme le dirait ma bien aimée sœur Laurence Ndédi Priso.

On offre à notre chef-lieu de province l’appellation pourtant naturelle de capitale économique .Cependant on nous prive astucieusement de toute possibilité d’économie et d’accès au capital. Le moment où la reconnaissance d’une ville devient une flatterie avant de se transformer en filouterie ! On n’est passé de l’illusion d’être tout à la crainte de n’être plus rien dans ce Cameroun. De qui se moque–t-on ?

Le peuple sawa ne peut être la vassale de quiconque ! Il est bien loin le temps où, condamnés à porter la livrée des suzerains de d’antan, nous étions déjà exécutés par le ridicule à peine nous ouvrions nos bouches pour rectifier!


J’adjure les sentinelles de la gouvernance nationale, à l’avant-veille de ces élections, qu’aux yeux de l’Histoire qui mesure notre ferveur patriotique, qu’aux yeux de Dieu qui jugent nos cœurs qu’ils se rendent à l’évidence : le rassemblement de tous les talents communautaires pèsera mille fois plus lourd que les résultats des prochaines élections sur l’avenir du pays. Il y va de notre rapport à la nation.

Nous considérant avec condescendance comme une toute petite communauté de convenables encravatés, quelques exaspérés de notre Cameroun nous lardent de lazzis, mais leurs quolibets nous font escorte, et leurs mitraillages d’injure crépitent comme un feu d’artifice à notre honneur à avancer. Tenons donc bon dans la bourrasque, quelques soient les grêles et les vents.

Mais, Mboa avec ces élections, le coup de vent entrebâille aussi vers l’avenir, des portes prometteuses. A nous d’y voir l’espoir pour demain.

Quoiqu’il en soit, le Grand Sawa attend des chefs traditionnels de demain qu’ils privilégient d’emblée l’écoute, le mérite et la compétence sur les allégeances et la révérence. Qu’ils mettent enfin le sawaland à l’heure du monde. C´est-à-dire celle du progrès durable.

Nous sommes conscient à PPS.com de la difficulté de transformer le monde et d’infléchir le cours de l’histoire. Mais accompagner les changements et réparer les manquements restent fondamentalement dans l’ordre du possible.

Malheureusement hélas, certains sawa opportunément candidats se félicitent, non sans raison, de cette déconfiture de la vie politique nationale. Satisfaits de la pente douce sur laquelle décline le Cameroun, ils n’arrêtent pas de lui savonner encore un peu plus la planche. En fait, ils font carrément une toute autre lecture des élections à venir: celle de la fanfaronnade et du progrès à rebours sans que cela ne provoque le moindre tollé dans des populations, il est vrai, exsangues et pantelantes.

Matins et soirs nos "candidats" franchissent nos cours comme on franchirait le mur de la débilité. C´est-à-dire aisément. Pourtant, la cour de nos espoirs d’une vie meilleure ne saurait être une auberge espagnole ou un quai canarien sur lequel des candidats aussi farfelus qu’inutiles doivent accoster impunément avec leurs cargaisons de mensonge ou leurs tissus de sottises.

Bonatétè, ce dont le Cameroun et plus particulièrement le peuple sawa a aujourd’hui besoin c’est que commence enfin ce double travail de libération et d’union afin que nous cessions d’être cette terre de l’ectoplasme pays indépendant que nous ne sommes jamais parvenu à devenir depuis près de cinquante ans ! Mais cette campagne déjà galvaudée nous laissera t-elle les coudées franches pour mener à bien ce chantier ?

Une chose est certaine, il faut peu de vérité pour troubler l’eau dormante. Rappelons-nous que s’il y a quelque chose que le candidat complaisant tout comme le cambrioleur, au moment de franchir la porte, redoute encore plus que le châtiment : c’est le bruit, la lumière, l’alarme.

J’ai la naïveté, mes frères et sœurs, de croire que cette fois ci, les sawa ne se déjugeront pas dans les prochaines consultations électorales à Douala et dans les environs. Il est certain qu’ils ne feront donc pas eux aussi l’économie de cette nécessité de changement. Cela ne sera pas seulement utile mais aussi vital. N’est ce pas Cathy Endalè ?


Très sawaneusement, R. Mandjombe
 

Source: Dikalo la Mboa Sawa | Hits: 15735 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Jean Jacques Elangué: Entretiens avec Jean Jacques ESSOMBE, Cameroon-Info.Net
( | 14.02.2007 | 17602 hits  | 0 R)

  Youpwe: La qualité du poisson camerounais remise en cause
( | 14.02.2007 | 14317 hits  | 0 R)

  Black History Month 2007 (BHM)
( | 12.02.2007 | 19428 hits  | 0 R)

  Manu Nominé aux Victoires de la Musique 2007
( | 11.02.2007 | 15839 hits  | 0 R)

  NKOTTI François et son FOMARIC. Un des héritiers des pionniers du Makossa que sont Nellé Eyoum, Manfred Ebanda et Guillaume Mouellé
( | 10.02.2007 | 24073 hits  | 4 R)

  Decouvrez EBONYL, une BD faite par un groupe de jeunes Sawa
( | 10.02.2007 | 18126 hits  | 0 R)

  Drums Dikoume - na mea nde longue: Meilleur Makossa groove 2006
( | 10.02.2007 | 17247 hits  | 0 R)

  Christian Essawe Eyobo: Les Camerounais ont 230 milliards Fcfa à gagner
( | 08.02.2007 | 16311 hits  | 0 R)

  Douala : Un carnaval pour les Bonapriso
( | 06.02.2007 | 20273 hits  | 0 R)

  CHEIKH ANTA DIOP, OU L´HONNEUR DE PENSER par Jean-Marc ELA
( | 06.02.2007 | 18966 hits  | 0 R)

  La force publique - Mercenariat Noir pendant les Razzias Nègrières
( | 02.02.2007 | 17484 hits  | 0 R)

  Février 2007 : Le "Moi(s) contre la Françafrique"
( | 02.02.2007 | 13155 hits  | 0 R)

  LES LANGUES AFRICAINES ET LE NÉO-COLONIALISME EN AFRIQUE FRANCOPHONE Mongo BETI
( | 31.01.2007 | 25288 hits  | 1 R)

  POUR EN FINIR AVEC NOS ETHNIES (Hougan Akounaatona)
( | 28.01.2007 | 22934 hits  | 0 R)

  Réponse à l’article POUR EN FINIR AVEC NOS ETHNIES, du kamite Hougan Akounaatona
( | 27.01.2007 | 23908 hits  | 0 R)

  Yaphet Frederick Kotto
( | 26.01.2007 | 46563 hits  | 1 R)

  Jean Bikoko "Aladin"
( | 26.01.2007 | 22007 hits  | 0 R)

  Culture : Les "Nkamois" ont leur festival
( | 25.01.2007 | 22102 hits  | 1 R)

  Black Code: Promulgated by Louis XIV in 1685, the Black Code ruled the black men slavery
( | 25.01.2007 | 20000 hits  | 0 R)

  Le Code noir (1685)
( | 25.01.2007 | 19153 hits  | 0 R)

  Bwapé, un îlot de Manoka, abandonné par l´administration
( | 25.01.2007 | 12757 hits  | 0 R)

  Carrières: Lejeune Mbella Mbella, Michèle Ebonguè, .....
( | 24.01.2007 | 31101 hits  | 0 R)

  LIMBE: NAUFRAGE, Près de 60 (soixante) disparus
( | 24.01.2007 | 13442 hits  | 0 R)

  Music of Cameroon
( | 17.01.2007 | 29857 hits  | 0 R)

  La danse camerounaise d’hier à aujourd’hui, par Tony Mefe
( | 17.01.2007 | 22091 hits  | 0 R)

  Ciné Club Afrique : Le Silence de la forêt de Didier Ouenangaré et Bassek Ba Kobhio
( | 17.01.2007 | 21145 hits  | 0 R)

  Jean Dikoto Mandengué : auteur compositeur et bassiste Camerounais.
( | 17.01.2007 | 18374 hits  | 0 R)

  Joseph Nzo Ekangaki
( | 10.01.2007 | 25351 hits  | 0 R)

  L`Histoire de Baba Simon: de son vrai nom Simon Mpecké,
( | 10.01.2007 | 20810 hits  | 0 R)

  MUSIQUE: PELE-MELE - Des désaccords et plagiats
( | 09.01.2007 | 22673 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com chante !
( | 04.01.2007 | 29673 hits  | 3 R)

  LA SAWANITE A L´AUBE DE 2007 - UNE ANNEE DE GRACE
( | 04.01.2007 | 23403 hits  | 1 R)

  Manu Dibango compose la musique de Kirikou
( | 03.01.2007 | 23315 hits  | 0 R)

  MUSIQUE CAMEROUNAISE - Une chronologie de Suzanne Kala-Lobè
( | 03.01.2007 | 20155 hits  | 0 R)

  Sawanité , Grand Sawa, Pacte des Générations : Une année fructueuse, un espoir pour demain
( | 29.12.2006 | 16726 hits  | 0 R)

  SAWANITE, un an déjà ! un concept, une aventure, un succès
( | 29.12.2006 | 22014 hits  | 2 R)

  KALENDA 2007
( | 29.12.2006 | 14489 hits  | 0 R)

  Film: Assassinat de Felix Moumié
( | 27.12.2006 | 21767 hits  | 0 R)

  Florence Titty-Dimbeng : Faire rayonner la musique africaine
( | 27.12.2006 | 21904 hits  | 0 R)

  Spectacle : Georges Seba éblouit la Guadeloupe
( | 27.12.2006 | 17719 hits  | 0 R)

  M.E.Y. Souvenons-nous !
( | 21.12.2006 | 18938 hits  | 0 R)

  Daniel EYANGO NDOUMBE est décédé à l`âge de 92 ans
( | 20.12.2006 | 32514 hits  | 1 R)

  Videos Ngondo 2006 et Blackexploitation
( | 19.12.2006 | 17833 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 : les vainqueurs fêtés chez le Mincom
( | 18.12.2006 | 14716 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Results
( | 18.12.2006 | 14445 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 : Un appel à l’unité des chefs sawa
( | 18.12.2006 | 14197 hits  | 0 R)

  Dans les secrets du Mpo’o
( | 13.12.2006 | 29988 hits  | 1 R)

  Une nouvelle et irrésistible victoire de la pirogue de course
( | 09.12.2006 | 18047 hits  | 0 R)

  LE NGONDO : UN HERITAGE CULTUREL ET TRADITIONNEL
( | 07.12.2006 | 19418 hits  | 0 R)

  Le trésor que l’Allemagne doit au Cameroun
( | 07.12.2006 | 17042 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks