Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
11.11.2006

Temoignage: Ces pionniers qui s’en vont 

Photo: Martin Paul Samba.


Dans la mouvance de la fête de commémoration des fidèles trépassés, nous publions ci-après le témoignage de Pierre Nkwenguè sur ses anciens compagnons et condisciples Bébé Charles et Eugène Njoh Léa décédés récemment, Gaston Hapi mort lui aussi il y a déjà plusieurs mois.

1• Hapi Gaston fut admis au baccalauréat en 1957 quand André-Marie Mbida est devenu Premier ministre le 15 mai de la même année. Le tout nouveau chef du gouvernement camerounais refusa d’accorder des bourses d’études en France à certains de ses jeunes compatriotes parmi lesquels Hapi Gaston. L’avènement de Njine Ngangley Michel comme vice-Premier ministre et ministre de l’Education nationale dans le gouvernement de Monsieur Ahmadou Ahidjo en février 1958 débloqua cette malheureuse situation. Gaston Hapi obtint une bourse d’études en sciences économiques. Arrivé en France en septembre 1958, il s’inscrivit alors à la faculté de droit et sciences économiques de l’Université de Toulouse. Brillant étudiant, il mena de front les études économiques et les études de sciences politiques à l’Institut des sciences politiques de Toulouse. Au bout de 4 ans, il fut licencié ès sciences économiques et diplômé des sciences politiques.

Après son doctorat ès sciences économiques et politiques, il rejoignit le Cameroun pour se mettre au service de notre pays.
Précisons que son contemporain à l’Université de Toulouse est le ministre Tessa Paul, lui aussi docteur en droit et en sciences politiques.
Hapi Gaston fut grand militant de l’Unek (Union nationale des étudiants kamerunais) et à ce titre, il fut élu président de la section académique de Toulouse en 1960. Il fut de ceux qui ont accueilli le jeune étudiant en médecine Lazare Kaptué, l’actuel professeur agrégé de médecine et président de l’Aed (Association pour l’éducation et le développement) promotrice de l’Université des Montagnes à Bangangté.

Hapi Gaston sera le premier Camerounais chargé de cours des sciences économiques à l’Université de Yaoundé quand le Français Pellegrin Michel était vice-chancelier de l’université. Il déploya toute son énergie pour le recrutement du regretté Tchuidjang Pouemi Joseph, économiste comme lui. Il en est de même du maître Mbarga Emile, quand il fut éjecté de la préfectorale à la suite des élections de 1965 pour n’avoir pas voulu inverser les résultats. Beaucoup de ceux qui ont fait leurs études de droit à Yaoundé ont utilisé les cours de maître Mbarga Emile, installé à Mvog-Mbi actuellement.

Nous avons le plaisir de dire que lorsque Lazare Kaptué est monté à Paris pour parachever ses études de médecine, Hapi Gaston mit gracieusement le studio qu’il occupait au n°134 Bd Saint Germain, métro Odeon Paris VIe à sa disposition. Car lui-même venait d’obtenir une chambre au Pavillon Suisse de la cité universitaire de Paris, Boulevard Jourdan Paris XIVe .

Quand Lazare Kaptué devait libérer ce studio parce que marié entre temps, Gaston Hapi m’invita à remplacer Lazare Kaptué. Le studio que j’ai occupé de 1965 à 1970, date de mon retour au Cameroun.
Je précise que ce studio est situé à un pas de la faculté de médecine, 12 rue des Ecoles et à deux pas de la Sorbonne, ma faculté des sciences.

2• Le regretté Charles Bebé ancien élève du Collège moderne de Nkongsamba issu de la transformation de l’Ecole primaire supérieure de Yaoundé en 1947 et transféré dans un ancien camp militaire de l’armée française qui se trouvait dans le chef-lieu de la région du Mungo.

Il fait partie de la première promotion d’élèves camerounais ayant bravé les premières épreuves du brevet élémentaire qui venait d’être institué au Cameroun en 1948. Il est contemporain du regretté ambassadeur Ndoumbè Djengue Mouelle, du regretté Dr Prince Happi Jean Claude, du regretté magistrat Nguini Marcel, du regretté Nana Jean Gustave, qui fut premier huissier de Nkongsamba et enfin de Titi Dibang André ancien DII.
Il fait partie de la première promotion des jeunes Camerounais choisis pour un stage d’instituteurs à l’école normale de Saint Cloud en banlieue parisienne en 1958-1959.

Il est ancien professeur des écoles normales des instituteurs du Cameroun et premier inspecteur des enseignements primaire et maternel du Cameroun, ancien directeur de l’école normale de Nkongsamba. Il fut le premier secrétaire général de la Commission nationale de l’Unesco au Mineduc du temps du ministre Eteki Mboumoua William Aurélien.
Charles Bebe est l’un des pionniers de l’enseignement primaire et maternel de notre pays, l’un des promoteurs du Centre africain des livres et de lecture de l’Afrique à Yaoundé.

3• Beaucoup de Camerounais ignorent que l’ambassadeur Njoh Léa Eugène est le tout premier footballeur professionnel du Cameroun, voire de l’Afrique. Ses contemporains, dans le football professionnel en France, sont Abessolo qui était sociétaire des Girondins de Bordeaux, Ben Barek, originaire du royaume du Maroc, Salif Keita du Mali viendra bien après lui.

Eugène Njoh Léa, premier au Bepc au collège moderne et technique de Nkongsamba en 1951, bénéficia d’une bourse d’études en France. Dans ce pays, berceau des droits de l’homme, il s’inscrivit dans un lycée de Lyon en classe de seconde moderne et devient sociétaire de football club de Saint-Etienne. Qu’il mena d’ailleurs en première division française. Njoh Léa partait du Cameroun étant déjà grand footballeur depuis le Collège moderne de Nkongsamba, en compagnie du regretté ministre Touomou Etienne, ils firent la gloire de l’Aigle royale de Nkongsamba.

Eugène Njoh Léa mena de front des études secondaires et supérieures à Lyon avec ses activités d’attaquant de pointe de Saint Etienne. Licencié en droit, il monta à Paris et entra à la section diplomatique de l’école nationale de la France d’Outre Mer (Enfoh), au 2, avenue de l’observatoire, et en sortit 2 ans après, diplômé de la section diplomatique. Rentré au pays dès les premiers jours de l’indépendance, il est nommé ambassadeur du Cameroun à Madrid en Espagne et quelques années plus tard à Addis-Abeba en Ethiopie, son dernier poste d’ambassadeur. Njoh Léa Eugène est l’initiateur de l’association internationale des footballeurs professionnels en France.

Par Professeur NKWENGUE Pierre BP 3112 Douala Cel. 237 720 24 12
Le 13-11-2006
 

Source:  | Hits: 14768 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Le trésor que l’Allemagne doit au Cameroun
( | 07.12.2006 | 12645 hits  | 0 R)

  le rideau est tombé sur les cérémonies du Ngondo 2006
( | 06.12.2006 | 11370 hits  | 0 R)

  Le message du NGONDO 2006 - L’UNITE ENTRE TOUS LES CHEFS
( | 04.12.2006 | 11070 hits  | 0 R)

  Ngondo : Le vase sacré attend recevoir le message ancestral
( | 30.11.2006 | 11304 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 Kicks Off by. Joe Dinga Pefok, PostNewsLine
( | 29.11.2006 | 13316 hits  | 0 R)

  Interview du Chef Supérieur Deido Essaka Ekwalla Essaka
( | 18.11.2006 | 11377 hits  | 0 R)

  Origine du Ngondo
( | 15.11.2006 | 14484 hits  | 0 R)

  Ngondo: Espoir d´une jeunesse déracinée.
( | 15.11.2006 | 11587 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Le Programme officiel
( | 15.11.2006 | 10925 hits  | 0 R)

  LA VEILLEE DU NGONDO
( | 14.11.2006 | 15143 hits  | 0 R)

  LE NGONDO.....par Maître DOUALA MOUTOME
( | 14.11.2006 | 13320 hits  | 0 R)

  La célébration du Ngondo
( | 14.11.2006 | 10929 hits  | 0 R)

  LE NGONDO - Le Paradis Tabou - Autopsie d´une culture assassinée - Ebele Wei ( Valère EPEE)
( | 12.11.2006 | 18249 hits  | 3 R)

  LE BOURBIER IVOIRIEN (par Sam Ekoka Ewande)
( | 08.11.2006 | 10296 hits  | 0 R)

  Initiatives : le pied du Dr Paul Ngallè Menessier à l’étrier
( | 30.10.2006 | 18074 hits  | 2 R)

  ACTION de GRACE du Dr. MENESSIER
( | 30.10.2006 | 15830 hits  | 1 R)

  SAMUEL EBANDA II - Le muezzin de la culture camerounaise gravement malade
( | 29.10.2006 | 16360 hits  | 0 R)

  NJO LEA : LE REVE BRISE
( | 26.10.2006 | 12236 hits  | 0 R)

  Eugène Njo-Léa : Au bout d’une triste prolongation…
( | 25.10.2006 | 20184 hits  | 4 R)

  LE “KABA NGONDO” - exposition "Lambo la tiki" Douala
( | 24.10.2006 | 24082 hits  | 0 R)

  PEUPLE SAWA: avant de passer à l´action - TROISIEME FEUILLE DE ROUTE
( | 22.10.2006 | 22680 hits  | 2 R)

  Aftermath of the Trial
( | 22.10.2006 | 12390 hits  | 0 R)

  Epilogue
( | 22.10.2006 | 12197 hits  | 0 R)

  Mpondo´s Reply
( | 19.10.2006 | 17005 hits  | 0 R)

  The Charges
( | 19.10.2006 | 15588 hits  | 0 R)

  Dr. Levi´s Defense
( | 19.10.2006 | 15004 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Overview of the Legal Context
( | 16.10.2006 | 28081 hits  | 2 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Background to the Trial
( | 16.10.2006 | 21907 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Dr. Moses Levi of Altona defending Prince Mpondo from Kamerun
( | 12.10.2006 | 24892 hits  | 1 R)

  Moukouri Manga Bell : L’opposant à la retraite
( | 12.10.2006 | 13459 hits  | 0 R)

  Adolf Lotin Same, fondateur de la 1ère Eglise Africaine au Cameroun
( | 07.10.2006 | 31627 hits  | 1 R)

  Le Pasteur LOTIN SAME
( | 06.10.2006 | 27196 hits  | 2 R)

  Rires et larmes pour Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 18170 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin comme vous ne l’avez pas connu : Protais Ayangma : l’écorché vif que j’aimais
( | 06.10.2006 | 17393 hits  | 0 R)

  Hommage à un poète bantou: Eboa Lotin chroniqueur du quotidien
( | 06.10.2006 | 17170 hits  | 0 R)

  Hommage à EBOA LOTIN, poète, artiste et journaliste
( | 06.10.2006 | 17108 hits  | 0 R)

  Réaction sur l´article "Le Pasteur Lotin Same"
( | 06.10.2006 | 16268 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin, neuf ans déjà
( | 06.10.2006 | 16116 hits  | 0 R)

  La classe de l’oncle Tom
( | 06.10.2006 | 15870 hits  | 0 R)

  Hommage appuyé à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 15523 hits  | 0 R)

  L´Intérieur de la nuit - Léonora Miano
( | 06.10.2006 | 10005 hits  | 0 R)

  Suzanne Kala Lobé : Il tournait ses souffrances en dérisions
( | 06.10.2006 | 17139 hits  | 0 R)

  Rires et larmes pour un poète bantou : Trente jours pour rendre hommage à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 21811 hits  | 2 R)

  COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA
( | 04.10.2006 | 14186 hits  | 0 R)

  ENCORE ET TOUJOURS LE HAPPENING; par Sam Ekoka Ewande
( | 04.10.2006 | 12338 hits  | 0 R)

  Christine Njeuma: Cameroon´s Pioneer Female Pilot
( | 28.09.2006 | 18775 hits  | 0 R)

  Sarah Etonge, one of the greatest Sawa woman athletes
( | 28.09.2006 | 15065 hits  | 0 R)

  Bana Ba Nyué de Adrien Eyango
( | 28.09.2006 | 8613 hits  | 0 R)

  L’Ecole Maternelle est le Cimetière de nos Cultures et Langues
( | 27.09.2006 | 11835 hits  | 0 R)

  Sawanité : La rentrée
( | 24.09.2006 | 12352 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks