Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
03.01.2007

Manu Dibango compose la musique de Kirikou 

Paris
27/12/2005 -
Le nouveau film d’animation du réalisateur français Michel Ocelot, Kirikou et les bêtes sauvages, est baigné de musique. Rencontre avec Manu Dibango, principal compositeur de la bande originale

Ce n’est pas la première fois que vous travaillez sur une musique de film ?
Il y a une quinzaine d’années j’avais déjà composé la musique d’un dessin animé diffusé à la télévision, notamment sur France 3, qui s’appelait Kimbo et Kita, l’histoire de deux enfants africains parcourant le monde, un film financé par la veuve d’Houphouët-Boigny, sa première femme. Il y eut 45 épisodes. J’ai composé également dans les années 70 pour L’Herbe sauvage, réalisé par Henri Duparc (Côte d’Ivoire), Ceddo de Ousmane Sembene (Sénégal), Le prix de la liberté de Dikongué Pipa (Cameroun) et, plus récemment, pour Le silence de la forêt de Basseck Ba Kobio (Cameroun).


Composer de la musique pour un film d’animation, est-ce une affaire légère ou très sérieuse ?
Dès l’instant où l’on dit oui, c’est un engagement. S’engager n’est jamais léger. Il faut essayer d’être à la hauteur de son oui. Pour ce film, nous avons travaillé pendant huit mois. Nous n’avons pas improvisé devant l’écran comme avait fait par exemple Miles Davis dans Ascenseur pour l’échafaud [Louis Malle, 1957] mais nous avons néanmoins travaillé à l’image. On cernait la plage où Michel Ocelot, le réalisateur, voulait de la musique, puis on mettait le métronome, la boîte à rythmes en marche pour trouver le tempo et on essayait d’ajuster les thèmes que j’avais préparé chez moi. Contrairement au premier Kirikou, où il y a avait peu de musique, celui-ci en est tout entier empli. En dehors des chansons des uns et des autres (Youssou N’Dour, Rokia Traoré, Ismaël Lo, Angélique Kidjo…), il y a beaucoup de musique sur les images.

Comment s’est organisé le choix des musiciens ?
Michel Ocelot ayant grandi en Afrique, du côté de la Guinée, il avait une certaine idée de ce qu’il voulait. Cela s’est fait avec Emmanuel Delétang, le co-réalisateur musical. On a monté un casting avec peu de musiciens. Ce devait être des gens qui se sentent bien entre eux, se comprennent. La partition est ouverte, il y a une interaction entre les différents intervenants. Nous avons enregistré sans stress, chez Philippe Brun, un preneur de son qui a l‘habitude de travailler avec des musiciens africains, dans un studio ouvrant sur un jardin. Il y a là notamment Noël Ekwabi à la basse et à la guitare, Loy Ehrlich aux claviers, qui a samplé des sons de kora et de balafon. On a fait venir Didier Malherbe pour la flûte, Steve Shehan pour les percussions, des musiciens traditionnels, comme Moriba Koita au n’goni, la chanteuse, Mamani Keita (j’ai d’ailleurs découvert là une chanteuse extraordinaire)…

Par rapport à d’autres musiques de films que vous avez composées, celle-ci vous a-t-elle causé davantage de soucis ?
Ceux qui avaient des cheveux se les ont arrachés, ça n’a pas été un long fleuve tranquille. Michel Ocelot est sourd [rire]. Il nous refaisait faire des choses qui ne lui convenait pas. En plus, c’est quelqu’un de très pointilleux. Un exemple : pour une scène où les femmes pilent du mil, ils ont acheté un pilon au marché à Dakar et ont enregistré le son là-bas. Arrivés à Paris, cela ne leur convenait pas. Il manquait le son du mil pilé. Il a fallu aller à Château-Rouge, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, acheter du mil et recommencer. De même quand il souhaite des enregistrements d’oiseaux, ce sont des oiseaux africains qu’il veut, surtout pas des oiseaux d’ailleurs.

Vous l’avez connu comment Michel Ocelot ?
Il m’avait déjà contacté pour le premier Kirikou, mais Youssou venait de faire des tubes et il était en pointe à ce moment-là. Les producteurs, à juste raison, l’ont engagé. Avec bonheur, puisque finalement, le générique, tous les enfants le chantent. Pour le deuxième film, Ocelot est revenu à la charge vers moi.

Quels sont les compositeurs de B.O. qui vous ont touché, les musiques de film que vous avez gardé en mémoire ?
Shaft, comme tout le monde, mais aussi La Chanson de Lara de Maurice Jarre, les musiques de Ennio Morricone. Un grand musicien, ce monsieur. Un mélodiste : tous ses thèmes peuvent se chanter. Michel Legrand, Quincy Jones sont également d’excellents compositeurs de bandes originales.

La musique de film est-elle un genre mineur ?
Certainement pas. C’est intéressant, déjà, car on travaille sur l’idée de l’autre et non sur la sienne propre. Ensuite, c’est un challenge, il faut trouver le juste équilibre entre la musique, les images, les dialogues. Enfin, si une musique de film s’incruste dans la mémoire des gens, n’est-ce pas important ? Qui n’a pas en tête le "chabada bada" d’Un homme et une femme et tout le monde a chanté le "Mexiiiico !" de Luis Mariano. C’est peut-être con mais ça marque.

Bande Originale Kirikou et les bêtes sauvages (ULM – Universal)

Patrick Labesse
 

Source:  | Hits: 19083 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  le rideau est tombé sur les cérémonies du Ngondo 2006
( | 06.12.2006 | 11564 hits  | 0 R)

  Le message du NGONDO 2006 - L’UNITE ENTRE TOUS LES CHEFS
( | 04.12.2006 | 11320 hits  | 0 R)

  Ngondo : Le vase sacré attend recevoir le message ancestral
( | 30.11.2006 | 11512 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 Kicks Off by. Joe Dinga Pefok, PostNewsLine
( | 29.11.2006 | 13589 hits  | 0 R)

  Interview du Chef Supérieur Deido Essaka Ekwalla Essaka
( | 18.11.2006 | 11539 hits  | 0 R)

  Origine du Ngondo
( | 15.11.2006 | 14683 hits  | 0 R)

  Ngondo: Espoir d´une jeunesse déracinée.
( | 15.11.2006 | 11785 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Le Programme officiel
( | 15.11.2006 | 11109 hits  | 0 R)

  LA VEILLEE DU NGONDO
( | 14.11.2006 | 15340 hits  | 0 R)

  LE NGONDO.....par Maître DOUALA MOUTOME
( | 14.11.2006 | 13531 hits  | 0 R)

  La célébration du Ngondo
( | 14.11.2006 | 11124 hits  | 0 R)

  LE NGONDO - Le Paradis Tabou - Autopsie d´une culture assassinée - Ebele Wei ( Valère EPEE)
( | 12.11.2006 | 18475 hits  | 3 R)

  Temoignage: Ces pionniers qui s’en vont
( | 11.11.2006 | 15695 hits  | 0 R)

  LE BOURBIER IVOIRIEN (par Sam Ekoka Ewande)
( | 08.11.2006 | 10473 hits  | 0 R)

  Initiatives : le pied du Dr Paul Ngallè Menessier à l’étrier
( | 30.10.2006 | 18316 hits  | 2 R)

  ACTION de GRACE du Dr. MENESSIER
( | 30.10.2006 | 16042 hits  | 1 R)

  SAMUEL EBANDA II - Le muezzin de la culture camerounaise gravement malade
( | 29.10.2006 | 16631 hits  | 0 R)

  NJO LEA : LE REVE BRISE
( | 26.10.2006 | 12463 hits  | 0 R)

  Eugène Njo-Léa : Au bout d’une triste prolongation…
( | 25.10.2006 | 20432 hits  | 4 R)

  LE “KABA NGONDO” - exposition "Lambo la tiki" Douala
( | 24.10.2006 | 24432 hits  | 0 R)

  PEUPLE SAWA: avant de passer à l´action - TROISIEME FEUILLE DE ROUTE
( | 22.10.2006 | 22947 hits  | 2 R)

  Aftermath of the Trial
( | 22.10.2006 | 12579 hits  | 0 R)

  Epilogue
( | 22.10.2006 | 12449 hits  | 0 R)

  Mpondo´s Reply
( | 19.10.2006 | 17347 hits  | 0 R)

  The Charges
( | 19.10.2006 | 16269 hits  | 0 R)

  Dr. Levi´s Defense
( | 19.10.2006 | 15270 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Overview of the Legal Context
( | 16.10.2006 | 28364 hits  | 2 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Background to the Trial
( | 16.10.2006 | 22251 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Dr. Moses Levi of Altona defending Prince Mpondo from Kamerun
( | 12.10.2006 | 25174 hits  | 1 R)

  Moukouri Manga Bell : L’opposant à la retraite
( | 12.10.2006 | 13677 hits  | 0 R)

  Adolf Lotin Same, fondateur de la 1ère Eglise Africaine au Cameroun
( | 07.10.2006 | 31969 hits  | 1 R)

  Le Pasteur LOTIN SAME
( | 06.10.2006 | 27693 hits  | 2 R)

  Rires et larmes pour Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 18424 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin comme vous ne l’avez pas connu : Protais Ayangma : l’écorché vif que j’aimais
( | 06.10.2006 | 18039 hits  | 0 R)

  Hommage à un poète bantou: Eboa Lotin chroniqueur du quotidien
( | 06.10.2006 | 17402 hits  | 0 R)

  Hommage à EBOA LOTIN, poète, artiste et journaliste
( | 06.10.2006 | 17357 hits  | 0 R)

  Réaction sur l´article "Le Pasteur Lotin Same"
( | 06.10.2006 | 16522 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin, neuf ans déjà
( | 06.10.2006 | 16355 hits  | 0 R)

  La classe de l’oncle Tom
( | 06.10.2006 | 16124 hits  | 0 R)

  Hommage appuyé à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 15961 hits  | 0 R)

  L´Intérieur de la nuit - Léonora Miano
( | 06.10.2006 | 10230 hits  | 0 R)

  Suzanne Kala Lobé : Il tournait ses souffrances en dérisions
( | 06.10.2006 | 17388 hits  | 0 R)

  Rires et larmes pour un poète bantou : Trente jours pour rendre hommage à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 22092 hits  | 2 R)

  COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA
( | 04.10.2006 | 14382 hits  | 0 R)

  ENCORE ET TOUJOURS LE HAPPENING; par Sam Ekoka Ewande
( | 04.10.2006 | 12577 hits  | 0 R)

  Christine Njeuma: Cameroon´s Pioneer Female Pilot
( | 28.09.2006 | 19027 hits  | 0 R)

  Sarah Etonge, one of the greatest Sawa woman athletes
( | 28.09.2006 | 15277 hits  | 0 R)

  Bana Ba Nyué de Adrien Eyango
( | 28.09.2006 | 8779 hits  | 0 R)

  L’Ecole Maternelle est le Cimetière de nos Cultures et Langues
( | 27.09.2006 | 12031 hits  | 0 R)

  Sawanité : La rentrée
( | 24.09.2006 | 12582 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks