Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
18.03.2010

Les circonstances de l`assassinat de UM Nyobe, par Louis Noé Mbengan 

La mort physique du Secrétaire Général de l’Union des Populations du Cameroun, Ruben UM NYOBE, a été officiellement annoncée le 13 septembre 1958 à Boumnyébél par l’administration coloniale française. Depuis ce jour, la date retenue est restée celle – là, raison pour laquelle, tous les 13 septembre de chaque année, des compatriotes de tous horizons organisent des manifestations au Cameroun et ailleurs dans le monde, pour se rappeler du combat héroïque du véritable « père de la Nation » camerounaise.

LES CIRCONSTANCES DE L’ASSASSINAT DE RUBEN UM NYOBE, SECRETAIRE GENERAL DE L’UNION DES POPULATIONS DU CAMEROUN (U..P.C.)

La mort physique du Secrétaire Général de l’Union des Populations du Cameroun, Ruben UM NYOBE, a été officiellement annoncée le 13 septembre 1958 à Boumnyébél par l’administration coloniale française. Depuis ce jour, la date retenue est restée celle – là, raison pour laquelle, tous les 13 septembre de chaque année, des compatriotes de tous horizons organisent des manifestations au Cameroun et ailleurs dans le monde, pour se rappeler du combat héroïque du véritable « père de la Nation » camerounaise.

Notre propos n’est pas la vérité immuable de ce qui s’est passé concernant la mort de notre Secrétaire Général. Nous n’étions pas sous maquis, encore moins dans « le Grand Maquis ». Certains de ses compagnons sont encore en vie et pourront témoigner s’ils le jugent important pour la connaissance de notre histoire. Nous n’avons pas eu accès aux archives de la police, non plus à celles de la Sécurité Militaire , encore moins aux documents toujours gardés « top secrets » de l’administration française, 51 ans après la disparition de MPÔDÔL. Notre intervention trouve sa source sur le travail de recherches mené par le Centre d’Etudes Géopolitiques et Stratégiques Africaines (CEGSA) sous la conduite du camarade Dr Bakang ba Tonjé. Nous avons édité une partie de ces recherches par le biais des Editions KUNDE sous le titre « Sur le Chemin de l’Emancipation nationale le Kamerun : Les Derniers Jours de Ruben UM NYOBE ».

Nous estimons que 51 ans après cet odieux et lâche assassinat, la France a le devoir de nous dire toute la vérité de ce qui s’est réellement passé. La Belgique l’a fait en juin 2000 pour le cas Patrice Lumumba et ses compagnons.

Pour un devoir de mémoire et dans l’optique de participer au travail de recherche sur la connaissance de notre histoire, nous vous proposons la chronologie des événements sur les quinze (15) mois qui précèdent l’assassinat du Secrétaire Général de notre parti. Ces éléments sont pleins de signification. Nous vous présentons les plus importants :

1957, le 30 juin : le Grand Maquis déménage de Limaï pour Mamélél à Libél li Ngoï. Le Secrétariat Administratif/ Bureau de Liaisons déménage pour Mode.

10 juillet : Mayi Ma Matip Théodore est admis au Grand Maquis sur décision personnelle de Um Nyobe, contre l’avis unanime des membres du secrétariat administratif.

20 septembre : sur dénonciation, l’ancien Secrétariat administratif / Bureau des liaisons de Limaï est découvert et détruit par l’armée française. Le village de Limaï est incendié ; tous les élevages sont abattus et toute la population est déportée.

1ier octobre : rencontre à Njock Nkong, sous maquis, entre le Secrétaire Général de l’UPC et l’évêque Thomas Mongo, émissaire du Haut- Commissaire de la République Française.
Thoma s Mongo rend public sur la place du marché de Bôtmakak, cette rencontre et en divulgue et le nom des organisateurs, et le détail des préparatifs, et le lieu, et la date et l’heure précises, et le contenu, contrairement à ce qui avait été convenu avec UM NYOBE.

03 novembre : dispersion du maquis de Esther Ngo Manguelle et Jean Mbamba.

09 novembre : discours à Boumnyébél de André Marie Mbida, premier Ministre.

23 novembre : découverte et destruction des installations du SA/BL et destruction d’un important stock de documents et de matériels.

25 novembre : regroupement au Grand Maquis de Mamélél des membres du SA/BL, à l’exception de Lissok Samuel, Mandeng ma Nop et Boum Samuel Le Bref.

27 novembre : naissance du fils du Secrétaire Général, Ruben Daniel Um Nyobe.

27 décembre : massacre par l’armée française de la quasi totalité des participants à un meeting public de l’UPC à Môm Dibang.

1958, le 04 janvier : en route pour une réunion de section, des délégués tombent dans une embuscade ; Ngo Manguelle Esther est blessée ; elle est transportée et soignée par Lissok Samuel et Yémbél Nyébél entre autres.

10 janvier : sortie de routine pour Yémbél et Basogog, les deux agents de liaison du Grand maquis, en vue de renseignements et d’approvisionnement. Ils ne reviendront que trois mois plus tard, après un séjour clandestin dans l’Etat Major du CNO où ils rencontrent Lissok Samuel.

20 février : chute du gouvernement Mbida.

13 mars : retour au Grand Maquis de Basogog et Yémbél Nyébél. Révélation d’une tentative de sédition ourdie au sein de l’Etat Major du CNO.

Début avril : Samuel Lissok et Esther Ngo Manguelle ouvrent un nouveau maquis.

08 avril : arrestation de Samuel Lissok et ralliement de ce dernier à l’ennemi.

16 avril : le nouveau premier ministre Ahidjo se rend à Makaï ; l’état d’urgence est décrété.

26 au 30 avril : séminaire d’éducation politique réunissant plusieurs comités centraux à Si-Manyaï.

29 avril : assassinat de Basogog Josué, en cours de mission.

10 mai : assassinat de Njôck Yôyôm, président du comité central de Boum Nyébél et ancien gardien du Grand Maquis.

07 juin : assassinat de Nyobe Panjock Isaac, chef d’Etat-major adjoint du CNO.

26 juillet : ralliement à l’ennemi de Boum Samuel Le Bref, membre du SA/BL.

18 août : le Haut-Commissaire Ramadier à Boum Nyébél en compagnie de Lissôk Samuel et Boum Samuel Le Bref, déclare que ses services ont désormais localisé l’emplacement de tous les maquis des dirigeants.

08 ou 09 septembre : le maquis de bas Ong est attaqué et détruit par l’ennemi ; Ngo Manguelle Esther est arrêtée et gardée quatre jours dans un PC secret de l’armée coloniale dans la forêt.

09 septembre : dactylographie et signature de la Recommandation n°4. Décision de suspendre les activités du Grand Maquis, mettre certains effets en lieu sûr et déménager pour se réfugier au maquis de Hop Béa. Départ du Grand Maquis à Mamélél en vue de faire étape au maquis de Mbénd Libot.

9 au 10 septembre : Encerclement par l’ennemi qui exécute sur place Yém Mback Pierre, Ngo Kam Ruth (la mère de Marie N. Njock), Poha Jean- Marc; Um Ngos est blessé à la cuisse; Marie Ngo Njock est saine et sauve avec son bébé qui est touché aux jambes, heureusement sans gravité ; Yémbél Nyébél s’en tire miraculeusement sans une égratignure; Mayi ma Matip s’est éclipsé avant et a disparu dans la nature. Um Nyobe est fait prisonnier, gardé au secret pendant deux (02) jours. Ahmadou Ahidjo procède aux consultations des dignitaires de son régime dans la plus grande discrétion. Um Nyobè est conduit à Yaoundé, en secret. Les Français espèrent que qu’Ahidjo et ses agents réussiront à le retourner. Des propositions lui sont faites dans le but de se désolidariser de ses camarades upécistes et de la justesse de sa cause. UM Nyobè répond :

a) que le dialogue devait être engagé avec l’UPC et non en tant que personne ;

b) que l’UPC est prête à discuter, notamment sur la base du Manifeste du Bureau du Comité Directeur en date du 22 avril 1955, ou sur la base des propositions contenues dans le document déjà rendu public et intitulé : « Les vraies solutions pour la détente politique et morale au Kamerun ».

Le gouvernement français ne veut rien négocier. Il prend la décision de l’abattre et donne des instructions nécessaires à cet effet via Fort Lamy.

11 septembre : Um Nyobe est exécuté sommairement par l’armée française.

13 septembre : Annonce officielle de la mort de Um Nyobe par l’armée française. Les dépouilles de Ruben Um Nyobe, encore fraîche, et de Yém Mback, en décomposition avancée, sont transférées et exposées à Eséka, avant d’être inhumées dans un bloc de béton pour Mpôdôl Um Nyobe au cimetière de la Mission Protestante , et au cimetière de la Mission Catholique pour Makô Makô Pierre Yém Mback.

Tout le monde le comprend, le Secrétaire Général de l’UPC a été trahi par les siens. Mgr Thomas MONGO d’abord, ses compagnons de lutte ensuite. Ahmadou Ahidjo n’a été qu’un exécutant servile aux ordres de la France qui, face aux revendications légitimes de l’UPC incarnées par son leader, avait perdu la bataille politique et juridique devant les instances internationales.

Tout le monde sait également, et le pouvoir colonial le premier : le Secrétaire Général de l’UPC n’a jamais eu pour ambition de prendre le pouvoir ni pour lui – même, ni par la force, encore moins par les armes de guerre. Ses seules armes dans le maquis sont un crayon et du papier. Etant resté ferme contre les visées annexionnistes sur notre pays par la France , l’administration coloniale française avait programmé son élimination physique depuis le mois de Mai 1955.. La décision était prise. Raison pour laquelle, toutes les manifestations de bonne volonté de la part des leaders de l’UPC sont restés vaines.

Ruben Um Nyobe a été réhabilité et proclamé Héros National par l’Assemblée Nationale du Cameroun le 27 juin 1991.

Aux obsèques du célèbre philosophe Socrate, la foule rassemblée avait les yeux rivés sur son fils spirituel et fervent disciple Platon. Tout le monde attendait son allocution funèbre. Après un court moment se silence en fixant le corps inerte de son vénéré maître, Platon dit : « Socrate n’est pas mort, il est vivant ».

Héritiers de UM Nyobè que nous sommes, nous pouvons affirmer légitimement et sans risque de se tromper que UM Nyobè n’est pas mort, il est vivant.

Louis Noé Mbengan
 

Source: Dikalo la Mboa Sawa | Hits: 15023 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  International Women´s Day 2011 (Sister Nyangon is honoured)
( | 11.03.2011 | 15412 hits  | 0 R)

  Race and Arab Nationalism in Libya by Glen Ford
( | 11.03.2011 | 14688 hits  | 0 R)

  Henriette Ekwè (Nyangon) primée aux Etats-Unis
( | 02.03.2011 | 15038 hits  | 0 R)

  Livre: COMMENT L´AFRIQUE EN EST ARRIVEE LA, par Axelle Kabou
( | 26.02.2011 | 13907 hits  | 0 R)

  Côte d´Ivoire - Le Panel de l´Union africaine propose de revenir aux Accords jamais respectés de Ouagadougou
( | 24.02.2011 | 14047 hits  | 0 R)

  Regards: La Grammaire de la Révolte
( | 14.02.2011 | 15850 hits  | 0 R)

  MISS NGONDO 2010: Ekambi Lobe
( | 12.02.2011 | 19223 hits  | 0 R)

  FOMARIC 2011: Hommage à Nkotti François
( | 09.02.2011 | 16264 hits  | 0 R)

  SCHISME DE 1814, MYTHE OU REALITE
( | 01.02.2011 | 16630 hits  | 1 R)

  CES ROIS DES BERGES DU WOURI
( | 01.02.2011 | 16849 hits  | 1 R)

  Who loves to hate Haiti? An interview with Haitian Activist Pierre Labossiere
( | 28.01.2011 | 14912 hits  | 0 R)

  COTE D´IVOIRE : L´EX REBELLE AB ACCUSE ! OUATTARA, SORO DANS LE COLLIMATEUR !
( | 13.01.2011 | 17664 hits  | 2 R)

  Kamerun: Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971)
( | 11.01.2011 | 16315 hits  | 0 R)

  L´imposture des Nations unies en Haïti et en Côte d´Ivoire
( | 09.01.2011 | 16796 hits  | 1 R)

  Et de quatre pour Samuel Eto’o Fils
( | 21.12.2010 | 15345 hits  | 0 R)

  Regards (sur la crise ivoirienne): En attendant le vote des bêtes sauvages...
( | 21.12.2010 | 13967 hits  | 0 R)

  Cote d´Ivoire: Face à l´impérialisme, l´avenir de l´Afrique se joue à Abidjan
( | 10.12.2010 | 14245 hits  | 0 R)

  Situation en Côte d´Ivoire: Déclaration et Appel du Bureau du Comité Directeur de l’UPC
( | 08.12.2010 | 18687 hits  | 1 R)

  Afrique, Colonisation: Invasion programmée de la Côte-d´Ivoire, par Aimé M. Moussy
( | 07.12.2010 | 13324 hits  | 0 R)

  Race as Biology is Fiction, Racism as a Social Problem is Real
( | 05.12.2010 | 12584 hits  | 0 R)

  Lettre ouverte au FESMAN III - par Rhode Bath-Schéba Makoumbou
( | 04.12.2010 | 17392 hits  | 0 R)

  Que sont devenues les anciennes Miss Ngondo ?
( | 04.12.2010 | 19501 hits  | 0 R)

  Le Ngondo, les sawa, l’Indépendance et la Réunification
( | 01.12.2010 | 18087 hits  | 0 R)

  PETIT-PAYS victime d’un coup monté. Un mandat d’arrêt contre Petit-Pays
( | 01.12.2010 | 16958 hits  | 0 R)

  L´HISTOIRE DU KABA -NGONDO
( | 01.12.2010 | 16346 hits  | 0 R)

  Le cinéaste Dikonguè Pipa - Les héros nationalistes honorés
( | 23.11.2010 | 13462 hits  | 0 R)

  Ngondo 2010: Foire, animations et gastronomie
( | 22.11.2010 | 19695 hits  | 0 R)

  la troisième édition du Festival Mondial des Arts Nègres
( | 04.11.2010 | 13193 hits  | 0 R)

  ACHILLE MBEMBE: POUR L´ABOLITION DES FRONTIÈRES HÉRITÉES DE LA COLONISATION
( | 03.11.2010 | 15054 hits  | 0 R)

  Gregory Isaacs, Jamaican reggae artist, dies at age 59
( | 30.10.2010 | 16214 hits  | 1 R)

  Calliste Ebenye: Le restaurant Sawa Village devient Mboa´su
( | 21.10.2010 | 16599 hits  | 0 R)

  Manu Dibango - Jean Serge Essous, qui était le maître ?
( | 15.10.2010 | 15138 hits  | 0 R)

  Thomas Eyoum ´a Ntoh: La longue agonie d´un chevalier de la plume
( | 16.09.2010 | 15153 hits  | 0 R)

  Charles Onana: L’Afrique centrale pourrait connaître le scénario rwandais
( | 16.09.2010 | 14076 hits  | 0 R)

  Hommage à Um Nyobé, 52 ans après !
( | 14.09.2010 | 16045 hits  | 1 R)

  Les migraines de la diaspora !
( | 28.08.2010 | 15443 hits  | 2 R)

  L’ultime Reconnaissance - Hommage à nos Hommes d´exception! Merci Pius NDJAWE
( | 06.08.2010 | 12763 hits  | 0 R)

  Décès jeudi de Jean Bikoko, l’un des doyens de la musique camerounaise
( | 22.07.2010 | 16813 hits  | 0 R)

  Le diagnostic d’un échec
( | 18.07.2010 | 12235 hits  | 0 R)

  Au-delà de la débâcle des Lions indomptables au Mondial 2010
( | 25.06.2010 | 16100 hits  | 1 R)

  La Halte du Cinquantenaire ! Par Charles MOUKOURI DINA MANGA BELL
( | 01.06.2010 | 14702 hits  | 0 R)

  Kessern aus Kamerun: Die Biografie eines schwarzen Crailsheimers (1896 - 1981)
( | 22.05.2010 | 19315 hits  | 1 R)

  L´indépendance, il y a 50 ans ! L´indépendance, depuis 50 ans ?
( | 17.05.2010 | 15387 hits  | 0 R)

  Indépendance, la désullision?
( | 27.04.2010 | 12972 hits  | 0 R)

  Cinquante ans de décolonisation africaine
( | 18.03.2010 | 15285 hits  | 0 R)

  Chefferies traditionnelles du Littoral
( | 04.03.2010 | 23526 hits  | 0 R)

  Peuplesawa rencontre Miss EBENYE BONNY
( | 19.02.2010 | 16698 hits  | 0 R)

  Grand Sawa: Le retour aux démons du «qui perd gagne» dans les Chefferies de la région du Littoral
( | 18.02.2010 | 20068 hits  | 2 R)

  LE PEULE DUALA
( | 15.02.2010 | 24809 hits  | 0 R)

  In Memoriam: Mbella Sonne Dipoko - The Bard Who Dared To Be Different
( | 13.02.2010 | 15446 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks