Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
06.10.2006

Eboa Lotin comme vous ne l’avez pas connu : Protais Ayangma : l’écorché vif que j’aimais 

Dans le cadre des manifestations marquant la commémoration de la 8ème édition du décès du chanteur mythique (l’on se souvient qu’il nous a quittés en octobre 1997), et en prélude aux différents concerts organisés par Tom Yom’s en hommage à son maître (le 7 octobre à Douala et le 14 du même mois à Yaoundé), nous continuons ici la série que nous avons inaugurée il y a quelques jours. A travers elle, les artistes et autres Camerounais qui ont connu le chanteur le font revivre du plus profond de leurs souvenirs.

Eboa Lotin et vous, c’est une histoire qui date de plusieurs dizaines d’années ?

Oui elle date de tellement longtemps que je ne me rappelle plus exactement du jour où nous nous sommes rencontrés. Mais je crois que c’est la rencontre de deux personnalités assez différentes au premier abord. Eboa Lotin était un grand homme au figuré et au réel.

C’est quoi un grand homme ?

Pour moi il était grand par la taille et par son humanité. Ce qui m’a frappé chez Eboa lorsque je l’ai vu pour la première fois, c’est qu’il portait le verbe très haut, il avait le propos truculent. Lorsque Eboa parlait, on ne pouvait pas ne pas l’entendre. C’est forcément quelque chose qui frappe. Ceux qui me connaissent savent que je suis à l’opposé. Apparemment rien n’était fait pour nous rapprocher, mais on s’est retrouvé, on avait des affinités et on voyait les choses un peu de la même façon. C’est pour cela que je dis que Eboa était un grand homme.

Est-ce que ce n’est pas plus compliqué de vivre aux côtés de quelqu’un avec qui on a les mêmes caractéristiques ?

Je ne cohabitais pas avec Eboa Lotin, mais je le voyais très régulièrement parce que c’était non seulement un ami, mais c’était aussi un ami de la maison et il venait régulièrement nous rendre visite. Lorsqu’il arrivait au rez-de-chaussée, il n’avait pas besoin de se faire annoncer. Du troisième étage je savais que Eboa était là. Il semait la bonne humeur et c’était les rires à tous les étages.

Qu’est-ce que vous retenez de l’œuvre de Eboa Lotin, et qu’est qui vous reste de vos rencontres ?

Je ne parlerai pas de son talent parce qu’il y a des voix plus qualifiées que la mienne pour apprécier l’œuvre d’Eboa Lotin. Mais ce que je retiens c’est l’homme. Pas dans sa dimension artistique, c’est l’homme tout court avec ses qualités et ses défauts. C’était un écorché vif, quelqu’un qui n’hésitait pas à vous dire ce qu’il pensait. Ça ne faisait pas toujours plaisir et ce n’est pas évident qu’il avait toujours raison. Il avait ce côté spontané, vrai. Ce sont les choses qui sont rares dans ce pays où l’on a toujours tendance à aller dans le sens du vent. Eboa justement faisait exception, c’est ça qui me fascinait et c’est ça que je retiens aujourd’hui.

Eboa avec son franc-parler et son langage de vérité. Mais aussi parce que c’était un ébéniste hors pair qui a su donner à sa voiture une dimension particulière ?

Eboa c’était le talent au sens plein du terme. Il n’y avait pas que la musique. Il y avait toutes les autres facettes. On pourrait aussi parler de bon comédien. C’est quelqu’un qui avait beaucoup de facettes. Ce que je retiens aujourd’hui, c’est que quand on écoute Eboa on a l’impression que la musique est facile. C’était également un parolier comme on n’en trouve malheureusement plus en ce moment. Toutes ses chansons sont une somme qui pourrait être écrite, qui pourrait être également enseignée. Je ne parlerai pas des autres aspects, mais c’était un artiste complet et accompli.
Je ne comprends pas le lingala. Un tout petit peu le duala. Mais il y avait une dimension translangagiste (passez-moi le terme). On n’avait pas besoin de comprendre ce qu’il disait, on avait l’impression que ça parlait au cœur. Je n’avais pas besoin de traducteur pour comprendre le message qu’il essayait de véhiculer. Eboa a chanté en français, en duala et en lingala. Vous comprenez peut-être le lingala ?



Par Propos recueillis par Jean-Célestin EDJANGUE
 

Source: Le messager | Hits: 19751 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  International Women´s Day 2011 (Sister Nyangon is honoured)
( | 11.03.2011 | 17790 hits  | 0 R)

  Race and Arab Nationalism in Libya by Glen Ford
( | 11.03.2011 | 16769 hits  | 0 R)

  Henriette Ekwè (Nyangon) primée aux Etats-Unis
( | 02.03.2011 | 17037 hits  | 0 R)

  Livre: COMMENT L´AFRIQUE EN EST ARRIVEE LA, par Axelle Kabou
( | 26.02.2011 | 15809 hits  | 0 R)

  Côte d´Ivoire - Le Panel de l´Union africaine propose de revenir aux Accords jamais respectés de Ouagadougou
( | 24.02.2011 | 16112 hits  | 0 R)

  Regards: La Grammaire de la Révolte
( | 14.02.2011 | 18106 hits  | 0 R)

  MISS NGONDO 2010: Ekambi Lobe
( | 12.02.2011 | 21802 hits  | 0 R)

  FOMARIC 2011: Hommage à Nkotti François
( | 09.02.2011 | 18396 hits  | 0 R)

  SCHISME DE 1814, MYTHE OU REALITE
( | 01.02.2011 | 18858 hits  | 1 R)

  CES ROIS DES BERGES DU WOURI
( | 01.02.2011 | 19052 hits  | 1 R)

  Who loves to hate Haiti? An interview with Haitian Activist Pierre Labossiere
( | 28.01.2011 | 16991 hits  | 0 R)

  COTE D´IVOIRE : L´EX REBELLE AB ACCUSE ! OUATTARA, SORO DANS LE COLLIMATEUR !
( | 13.01.2011 | 20122 hits  | 2 R)

  Kamerun: Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971)
( | 11.01.2011 | 18485 hits  | 0 R)

  L´imposture des Nations unies en Haïti et en Côte d´Ivoire
( | 09.01.2011 | 19226 hits  | 1 R)

  Et de quatre pour Samuel Eto’o Fils
( | 21.12.2010 | 17205 hits  | 0 R)

  Regards (sur la crise ivoirienne): En attendant le vote des bêtes sauvages...
( | 21.12.2010 | 15765 hits  | 0 R)

  Cote d´Ivoire: Face à l´impérialisme, l´avenir de l´Afrique se joue à Abidjan
( | 10.12.2010 | 16400 hits  | 0 R)

  Situation en Côte d´Ivoire: Déclaration et Appel du Bureau du Comité Directeur de l’UPC
( | 08.12.2010 | 21264 hits  | 1 R)

  Afrique, Colonisation: Invasion programmée de la Côte-d´Ivoire, par Aimé M. Moussy
( | 07.12.2010 | 15173 hits  | 0 R)

  Race as Biology is Fiction, Racism as a Social Problem is Real
( | 05.12.2010 | 14121 hits  | 0 R)

  Lettre ouverte au FESMAN III - par Rhode Bath-Schéba Makoumbou
( | 04.12.2010 | 19808 hits  | 0 R)

  Que sont devenues les anciennes Miss Ngondo ?
( | 04.12.2010 | 22212 hits  | 0 R)

  Le Ngondo, les sawa, l’Indépendance et la Réunification
( | 01.12.2010 | 20276 hits  | 0 R)

  PETIT-PAYS victime d’un coup monté. Un mandat d’arrêt contre Petit-Pays
( | 01.12.2010 | 19531 hits  | 0 R)

  L´HISTOIRE DU KABA -NGONDO
( | 01.12.2010 | 18622 hits  | 0 R)

  Le cinéaste Dikonguè Pipa - Les héros nationalistes honorés
( | 23.11.2010 | 15544 hits  | 0 R)

  Ngondo 2010: Foire, animations et gastronomie
( | 22.11.2010 | 22266 hits  | 0 R)

  la troisième édition du Festival Mondial des Arts Nègres
( | 04.11.2010 | 14918 hits  | 0 R)

  ACHILLE MBEMBE: POUR L´ABOLITION DES FRONTIÈRES HÉRITÉES DE LA COLONISATION
( | 03.11.2010 | 17121 hits  | 0 R)

  Gregory Isaacs, Jamaican reggae artist, dies at age 59
( | 30.10.2010 | 18378 hits  | 1 R)

  Calliste Ebenye: Le restaurant Sawa Village devient Mboa´su
( | 21.10.2010 | 18552 hits  | 0 R)

  Manu Dibango - Jean Serge Essous, qui était le maître ?
( | 15.10.2010 | 17165 hits  | 0 R)

  Thomas Eyoum ´a Ntoh: La longue agonie d´un chevalier de la plume
( | 16.09.2010 | 17024 hits  | 0 R)

  Charles Onana: L’Afrique centrale pourrait connaître le scénario rwandais
( | 16.09.2010 | 15753 hits  | 0 R)

  Hommage à Um Nyobé, 52 ans après !
( | 14.09.2010 | 18221 hits  | 1 R)

  Les migraines de la diaspora !
( | 28.08.2010 | 17493 hits  | 2 R)

  L’ultime Reconnaissance - Hommage à nos Hommes d´exception! Merci Pius NDJAWE
( | 06.08.2010 | 14353 hits  | 0 R)

  Décès jeudi de Jean Bikoko, l’un des doyens de la musique camerounaise
( | 22.07.2010 | 19079 hits  | 0 R)

  Le diagnostic d’un échec
( | 18.07.2010 | 14080 hits  | 0 R)

  Au-delà de la débâcle des Lions indomptables au Mondial 2010
( | 25.06.2010 | 18414 hits  | 1 R)

  La Halte du Cinquantenaire ! Par Charles MOUKOURI DINA MANGA BELL
( | 01.06.2010 | 16576 hits  | 0 R)

  Kessern aus Kamerun: Die Biografie eines schwarzen Crailsheimers (1896 - 1981)
( | 22.05.2010 | 21842 hits  | 1 R)

  L´indépendance, il y a 50 ans ! L´indépendance, depuis 50 ans ?
( | 17.05.2010 | 17699 hits  | 0 R)

  Indépendance, la désullision?
( | 27.04.2010 | 14606 hits  | 0 R)

  Cinquante ans de décolonisation africaine
( | 18.03.2010 | 17472 hits  | 0 R)

  Les circonstances de l`assassinat de UM Nyobe, par Louis Noé Mbengan
( | 18.03.2010 | 16890 hits  | 0 R)

  Chefferies traditionnelles du Littoral
( | 04.03.2010 | 26255 hits  | 0 R)

  Peuplesawa rencontre Miss EBENYE BONNY
( | 19.02.2010 | 18876 hits  | 0 R)

  Grand Sawa: Le retour aux démons du «qui perd gagne» dans les Chefferies de la région du Littoral
( | 18.02.2010 | 22439 hits  | 2 R)

  LE PEULE DUALA
( | 15.02.2010 | 28783 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks