Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      


04.10.2005

Peuplesawa.com rend hommage à EBOA LOTIN 

Je me souviens d’Eboa Lotin

“Je suis malade pour avoir passé onze ans avec un régime alimentaire qui m’a donné du diabète. Mais je suis encore vivant, et je travaille malgré tout sur mon prochain album... ” Confidence d’Eboa Lotin le 9 mars 1997. “Ce sera un double album. Le premier sera un album de variétés et le second un album religieux, celui-là même qu’on jouera le jour de ma mort.”, ajouta-t-il à notre dernière rencontre quatre mois plus tard, le 24 juillet. Et sa mort, il la sentait vraiment prochaine. L’auteur de Elimb’a Dikalo (1962), chanson dans laquelle il rendait hommage à la radiodiffusion camerounaise et fustigeait les pasteurs qui se disputaient le leadership de l’Eglise créée par son père, ainsi que les jeunes filles qui pratiquaient l’avortement, voulait cependant mourir dans la paix. Eboa Lotin, le sculpteur émérite, le poète inspiré, le guitariste habile et le chanteur de la vie, se refusait par conséquent aux grandes interviews durant les derniers mois de son existence. Il disait: “ J’ai passé toute ma vie à chanter, à parler aux journalistes. Maintenant, je me consacre à mes dernières oeuvres. ” Et de poursuivre: “ Cher frère, je ne te reçois pas aujourd’hui en tant que journaliste. Je ne veux pas que tu rapportes mes propos, parce que le temps-là est révolu. J’ai déjà vécu, et maintenant je suis en train de partir. Et je ne veux pas qu’au moment où je pars, qu’on soit en train de spéculer sur mon nom, sur mes dires, sur mes actes. Je veux partir tranquillement...”

Ainsi s’en alla-t-il un lundi. Le 6 octobre 1997, autour de 17 heures. A l’hôpital Laquintinie. Sans que son “album religieux” ne fût sur le marché, pour pouvoir meubler ses obsèques. Mais sa dernière oeuvre sortira quelque temps plus tard, à titre posthume, intitulé “ Forever ”, qui veut dire “ A jamais ”. Dans cette oeuvre qui conclut une carrière de maestro, on retrouve sept chansons dont Ave Maria Cameroun qui ne put être interprétée par son auteur avant son décès. La voix qu’on croit pourtant être celle d’Eboa Lotin dans Ave Maria Cameroun est plutôt celle de l’un de ses fils spirituels: Henry Njoh.

Eboa Lotin était, lui, le fils de Adolphe Lotin’a Same, le pasteur révolutionnaire, fondateur de la Native Baptist Church. Il hérita vers 1946, alors qu’il n’avait que 3 ans, plus de 400 cantiques de son père. Il commença sa carrière artistique comme sculpteur. Mais fut plus porté vers la musique. Son premier album, Mulema mwam, sorti en 1962, fit de lui une star dont le succès traversa pendant 35 ans la scène discographique camerounaise et africaine.
Aujourd’hui, huit ans après sa disparition, la musique d’Eboa Lotin continue de meubler des tranches radiophoniques au Cameroun. Elle passe encore sur le marché du disque, et meuble aussi des salons privés. Les textes de cette musique disent des vérités, toujours actuelles, chaque jour qui passe. L’artiste fut un observateur intelligent de la société. Sa philosophie traduisait une morale d’inspiration biblique et africaine. Il prêchait les bonnes moeurs et s’attaquait à des sujets de tous ordres. Parolier hors hiérarchie, il savait souvent provoquer, décrivant parfois “le noeud de la cravate comme une botte de chou”, ou encore l’un de ses personnages comme une pulpeuse aux “seins pointus comme des sagaies, avec des cuisses comme du saucisson à l’ail.”

Eboa Lotin était un phénomène de la chanson. Il servit d’exemple. Et inspira des auteurs-compositeurs comme Tom Yom’s et Annie Anzouer. Sa mémoire reste vivace. Puisse le Cameroun apprendre à mieux glorifier cet Eyum’a moto (patriarche) de la culture nationale!

Henri F.
 

Source: Le messager | Hits: 43181 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(4)

PLUS DE NOUVELLES


  Finale de la Coupe du Cameroun des courses de pirogues et des avirons
( | 22.11.2005 | 24946 hits  | 0 R)

  The JENGU Cult
( | 14.11.2005 | 52078 hits  | 0 R)

  " Bolo O Munja "
( | 10.11.2005 | 29866 hits  | 0 R)

  Léopold Moum’Etia: Un cheminot passionné d’histoire
( | 09.11.2005 | 34184 hits  | 0 R)

  Miss Ngondo 2005 Opened To Southwest
( | 25.10.2005 | 32534 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE
( | 25.10.2005 | 30388 hits  | 0 R)

  DOUALA est promise à un bel avenir
( | 24.10.2005 | 28104 hits  | 0 R)

  Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur
( | 24.10.2005 | 27934 hits  | 0 R)

  Le NGUM : le combat
( | 24.10.2005 | 26907 hits  | 0 R)

  Le NGUM: Les techniques de combat
( | 24.10.2005 | 26261 hits  | 0 R)

  Apprendre le Duala
( | 23.10.2005 | 112261 hits  | 3 R)

  Bakossi Cultural and Development Association in the USA
( | 23.10.2005 | 43602 hits  | 2 R)

  Vive émotion dans la rue Dikoumè Bell, à Bali.
( | 23.10.2005 | 34457 hits  | 2 R)

  Le Mont Cameroun Bar: L´autre écurie des créateurs du Makossa
( | 23.10.2005 | 30756 hits  | 0 R)

  DAVUM Bar: Le berceau des Black Styl’s
( | 23.10.2005 | 38909 hits  | 1 R)

  MAKOSSA - LA RENAISSANCE
( | 22.10.2005 | 40843 hits  | 1 R)

  EPASSA MOTO: Opéra classique camerounais
( | 22.10.2005 | 25521 hits  | 0 R)

  LE PHARAON INATTENDU.... par Thierry Mouelle II
( | 22.10.2005 | 25096 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 35697 hits  | 0 R)

  Les funérailles de Julia; par Blaise N´Djehoya
( | 19.10.2005 | 33115 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Restaurer les droits de la veuve. par Pr. Stanislas Melone
( | 17.10.2005 | 33862 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Rites de Veuvage chez les Duala
( | 16.10.2005 | 37832 hits  | 0 R)

  Identité : Rudolf Douala Manga Bell
( | 29.09.2005 | 32453 hits  | 0 R)

  Au temps où Sawa rimait avec Bolo
( | 28.09.2005 | 27995 hits  | 0 R)

  Instrument musical d´accompagnement: Le Muken
( | 24.09.2005 | 29465 hits  | 0 R)

  Quand les Chinois dansent l´Assiko!
( | 24.09.2005 | 23227 hits  | 0 R)

  Que signifie l´expression AMBASS BEY?
( | 17.09.2005 | 40120 hits  | 2 R)

  Paul SOPPO PRISO et l´Histoire des Hommes d’Affaires Camerounais
( | 16.09.2005 | 59363 hits  | 0 R)

  Croyance, Réligiosité, Société Sécrète : Le Njée ou Gué
( | 14.09.2005 | 27744 hits  | 0 R)

  ... du " JENGU " au " NGONDO "...
( | 12.09.2005 | 40554 hits  | 4 R)

  Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa
( | 03.09.2005 | 31820 hits  | 0 R)

  Plus SAWA qu´un BATANGA, il y a pas
( | 28.08.2005 | 32491 hits  | 0 R)

  Henriette Noëlle Ekwé : Nyangon, le militantisme à fleur de peau
( | 28.08.2005 | 29561 hits  | 0 R)

  " Evolution Culturelle, Dynamiques identitaires et Traditions ...." par Denise EPOTE DURAND
( | 26.08.2005 | 33707 hits  | 3 R)

  Djebale : L’île éternellement rebelle
( | 25.08.2005 | 30389 hits  | 3 R)

  Les Black Styl’s
( | 04.08.2005 | 28793 hits  | 0 R)

  L´IDENTITE CULTURELLE EN QUESTION
( | 01.08.2005 | 31298 hits  | 0 R)

  UN ESCLAVE LIBERATEUR
( | 01.08.2005 | 25681 hits  | 0 R)

  RESUME & INTRODUCTION
( | 31.07.2005 | 26161 hits  | 0 R)

  Le procès du Roi Rudolph Douala Manga Bell Martyr de la Liberté - Joel KONDO
( | 30.07.2005 | 31034 hits  | 0 R)

  LA CHEFFERIE DE DEIDO
( | 30.07.2005 | 28615 hits  | 0 R)

  Le Cameroun aujourd´hui - Anne Debel
( | 30.07.2005 | 27738 hits  | 0 R)

  Retour à Douala - Marie-Félicité Ebokéa
( | 30.07.2005 | 27062 hits  | 0 R)

  L´ORIGINE DES DEIDO d´après IDUBWAN BELE BELE (2)(I.B.B).
( | 30.07.2005 | 26402 hits  | 0 R)

  CHOC DES CULTURES
( | 30.07.2005 | 26111 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BAFOUM et LA GUERRE DE MBONJO
( | 30.07.2005 | 25224 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BONA LEMBE A DEIDO
( | 30.07.2005 | 25047 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE MADUBWALE
( | 30.07.2005 | 24593 hits  | 0 R)

  Francis Bebey: Un génie intégral et immortel
( | 26.07.2005 | 33352 hits  | 3 R)

  Miss Ngondo 2000 en vidéo !
( | 24.07.2005 | 32490 hits  | 5 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks