Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
29.09.2005

Identité : Rudolf Douala Manga Bell 

Claude-B. Kingué

Si l´on s´en tient aux manuels en usage dans nos écoles primaires et collèges, l´exécution de Rudolf Douala Manga Bell, Martin Paul Samba, Ngosso Din, Madola, le 08 août 1914 par les Allemands, est un fait marquant de l´histoire du Cameroun. Curieusement, le souvenir public qu´on entretient à ce sujet est à peine plus que confidentiel. Il semble même se ramener à une affaire privée: celle de la famille d´origine de l´un ou l´autre des mis à mort.
Lundi dernier, par exemple, la commémoration du 91e anniversaire de la pendaison de Rudolf Douala Manga Bell aurait été un fait exclusivement sawa, et même bellois, si la chaîne de télévision Canal 2 ne s´y était associée. Aussi bien comme témoin que comme relais. Elle est d´ailleurs, à notre connaissance, le seul média à s´être fait l´écho de cette cérémonie. Un écho où on ne retrouve malheureusement pas la moindre trace des pouvoirs publics. Traditionnellement pourtant, ils sont l’initiateur et le moteur de pareilles célébrations. En touts cas dans d’autres pays.

L´exécution de Martin Paul Samba, elle, n´a tout simplement pas été évoquée. Sur elle s´est abattue une assourdissante chape de silence. On peut d´ailleurs craindre qu´il en soit ainsi pendant longtemps encore. Martin Paul Samba semble en effet faire les frais des déboires de Pierre Désiré Engo. Dans la catégorie des dommages collatéraux. L´ancien ministre et directeur général de la Cnps lui avait dédié une fondation. Il sera accusé, par ses détracteurs, d´avoir récupéré un nom fédérateur et de s´en servir pour ses ambitions politiques. Et depuis qu´il est en prison, on ne parle guère plus de cette fondation que de la personne dont elle porte le nom. Héros, hier, Samba semble ainsi, aujourd’hui, évité comme la peste. Perçu comme la poisse.
C´est vrai: à lui, comme à Douala Manga Bell, Ngosso Din et Madola, la qualité d´héros ou de nationaliste était déjà contestée par certains milieux. Lesquels voient plutôt en eux des modèles même de l´assimilé, qui se sont davantage opposés au colon allemand pour défendre leurs intérêts personnels. Ou, tout au plus, ceux de leur communauté immédiate.

Peut-être bien. Mais cette critique a quelque chose de caricatural. En effet, peut-on considérer une personne comme un héros ou un nationaliste sans tenir compte de l´époque, du contexte dans lequel elle vit? De ce point de vue, qu´était le Kamerun (allemand), sinon une mosaïque de peuples divers? Et pour leurs chefs, qu´était la nation, sinon la communauté et le territoire sur lesquels ils régnaient? L´idée la plus partagée alors, d´un territoire et d´un peuple à l´autre, n´était-elle pas davantage celle de l´être humain que celle d’une nation camerounaise? S´opposer à l´impitoyable autorité allemande, en sachant qu´on risquait davantage de le payer de sa vie que d´avoir raison, relevait-il de la fanfaronnade, du courage ou de la déraison?
Sans doute faut-il ramener Douala Manga Bell, Samba et les autres à leur dimension humaine. Mais la réserve, sinon l´indifférence, qu´on cultive à leur sujet ne procède pas de cette vision des choses. Etendue d´ailleurs à d´autres figures historiques, sinon à toutes, elle semble tenir d´une peur qui habite les dirigeants camerounais des quarante dernières années : se voir voler la vedette par des gens contre lesquels ils ne peuvent rien. Car ils ne sont plus là, et leur mort, pour la plupart, les rend invulnérables.

Soyons juste : dans l’une ou l´autre ville du Cameroun, une rue porte le nom de Douala Manga Bell. L´une ou l´autre promotion de l´Emia porte aussi le nom de Martin Paul Samba. Un jour également, M. Biya a, dans un de ses discours, rendu hommage à nos héros nationaux. Sans les nommer, hélas. Aménageant ainsi une sorte d´auberge espagnole où les héros sont ceux que chacun y a amenés. C´est-à-dire, ceux qu´il se donne.
Ailleurs, cependant, à ce type d´attentions, on ajoute un devoir de mémoire dont on s´acquitte régulièrement. Avec pour principal acteur, les pouvoirs publics. Afin que la conscience nationale se transmette de génération en génération. Et que l´histoire du pays ne se réduise pas à l´instant présent. Dans ces pays-là, en effet, on est convaincu que c´est le passé, assumé comme commun, qui tisse une identité nationale. Et qu’un pays qui ne cultive pas sa mémoire compromet son avenir.
 

Source: Mutations | Hits: 15591 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  The JENGU Cult
( | 14.11.2005 | 28607 hits  | 0 R)

  " Bolo O Munja "
( | 10.11.2005 | 13644 hits  | 0 R)

  Léopold Moum’Etia: Un cheminot passionné d’histoire
( | 09.11.2005 | 15401 hits  | 0 R)

  Miss Ngondo 2005 Opened To Southwest
( | 25.10.2005 | 16153 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE
( | 25.10.2005 | 13916 hits  | 0 R)

  Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur
( | 24.10.2005 | 12254 hits  | 0 R)

  DOUALA est promise à un bel avenir
( | 24.10.2005 | 12067 hits  | 0 R)

  Le NGUM: Les techniques de combat
( | 24.10.2005 | 11316 hits  | 0 R)

  Le NGUM : le combat
( | 24.10.2005 | 11272 hits  | 0 R)

  Apprendre le Duala
( | 23.10.2005 | 75809 hits  | 3 R)

  Bakossi Cultural and Development Association in the USA
( | 23.10.2005 | 22588 hits  | 2 R)

  Vive émotion dans la rue Dikoumè Bell, à Bali.
( | 23.10.2005 | 17447 hits  | 2 R)

  Le Mont Cameroun Bar: L´autre écurie des créateurs du Makossa
( | 23.10.2005 | 14112 hits  | 0 R)

  DAVUM Bar: Le berceau des Black Styl’s
( | 23.10.2005 | 20245 hits  | 1 R)

  MAKOSSA - LA RENAISSANCE
( | 22.10.2005 | 21486 hits  | 1 R)

  LE PHARAON INATTENDU.... par Thierry Mouelle II
( | 22.10.2005 | 10873 hits  | 0 R)

  EPASSA MOTO: Opéra classique camerounais
( | 22.10.2005 | 10825 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 15928 hits  | 0 R)

  Les funérailles de Julia; par Blaise N´Djehoya
( | 19.10.2005 | 14925 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Restaurer les droits de la veuve. par Pr. Stanislas Melone
( | 17.10.2005 | 15659 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Rites de Veuvage chez les Duala
( | 16.10.2005 | 18963 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com rend hommage à EBOA LOTIN
( | 04.10.2005 | 21969 hits  | 4 R)

  Au temps où Sawa rimait avec Bolo
( | 28.09.2005 | 12026 hits  | 0 R)

  Instrument musical d´accompagnement: Le Muken
( | 24.09.2005 | 13249 hits  | 0 R)

  Quand les Chinois dansent l´Assiko!
( | 24.09.2005 | 10455 hits  | 0 R)

  Que signifie l´expression AMBASS BEY?
( | 17.09.2005 | 21826 hits  | 2 R)

  Paul SOPPO PRISO et l´Histoire des Hommes d’Affaires Camerounais
( | 16.09.2005 | 38397 hits  | 0 R)

  Croyance, Réligiosité, Société Sécrète : Le Njée ou Gué
( | 14.09.2005 | 12137 hits  | 0 R)

  ... du " JENGU " au " NGONDO "...
( | 12.09.2005 | 21872 hits  | 4 R)

  Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa
( | 03.09.2005 | 14718 hits  | 0 R)

  Plus SAWA qu´un BATANGA, il y a pas
( | 28.08.2005 | 14752 hits  | 0 R)

  Henriette Noëlle Ekwé : Nyangon, le militantisme à fleur de peau
( | 28.08.2005 | 13213 hits  | 0 R)

  " Evolution Culturelle, Dynamiques identitaires et Traditions ...." par Denise EPOTE DURAND
( | 26.08.2005 | 18326 hits  | 3 R)

  Djebale : L’île éternellement rebelle
( | 25.08.2005 | 16276 hits  | 3 R)

  Les Black Styl’s
( | 04.08.2005 | 13404 hits  | 0 R)

  L´IDENTITE CULTURELLE EN QUESTION
( | 01.08.2005 | 13173 hits  | 0 R)

  UN ESCLAVE LIBERATEUR
( | 01.08.2005 | 10790 hits  | 0 R)

  RESUME & INTRODUCTION
( | 31.07.2005 | 11258 hits  | 0 R)

  LA CHEFFERIE DE DEIDO
( | 30.07.2005 | 13892 hits  | 0 R)

  Le procès du Roi Rudolph Douala Manga Bell Martyr de la Liberté - Joel KONDO
( | 30.07.2005 | 13528 hits  | 0 R)

  Le Cameroun aujourd´hui - Anne Debel
( | 30.07.2005 | 12141 hits  | 0 R)

  L´ORIGINE DES DEIDO d´après IDUBWAN BELE BELE (2)(I.B.B).
( | 30.07.2005 | 11758 hits  | 0 R)

  Retour à Douala - Marie-Félicité Ebokéa
( | 30.07.2005 | 11718 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BONA LEMBE A DEIDO
( | 30.07.2005 | 11309 hits  | 0 R)

  CHOC DES CULTURES
( | 30.07.2005 | 11253 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BAFOUM et LA GUERRE DE MBONJO
( | 30.07.2005 | 11124 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE MADUBWALE
( | 30.07.2005 | 10365 hits  | 0 R)

  Francis Bebey: Un génie intégral et immortel
( | 26.07.2005 | 17622 hits  | 3 R)

  Miss Ngondo 2000 en vidéo !
( | 24.07.2005 | 17246 hits  | 5 R)

  Réaction sur l´article "Douala, ville d´Alfred Saker"
( | 20.07.2005 | 14925 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks