Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
11.01.2009

Marthe Moumié, la veuve de Félix, retrouvée étranglée au Cameroun 

Le CODE rend hommage à Mme Marthe MOUMIE, veuve de Félix MOUMIE. C’est avec un profond émoi et une vive consternation que le CODE vient d’apprendre l’assassinat le 07 janvier à Ebolowa, dans des conditions non encore élucidées.Le CODE exprime sa reconnaissance et rend hommage à cette grande dame, révélée à la jeunesse camerounaise et africaine.Mme veuve Moumié symbolisait l’engagement des femmes camerounaises et africaines contre le colonialisme français et pour les indépendances. Elle reste donc un exemple pour les générations actuelles de femmes, très souvent en rupture avec le combat citoyen ou politique. Les circonstances de sa mort interpellent le CODE, qui exige du régime anti-nationaliste et néocolonial RDPC-Biya de faire toute la lumière et de dire la vérité sur cet odieux assassinat.

 

Le CODE rend hommage à Mme Marthe MOUMIE, veuve de Félix MOUMIE


C’est avec un profond émoi et une vive consternation que le Comité Exécutif du CODE vient d’apprendre l’assassinat le 07 janvier à Ebolowa, dans des conditions non encore élucidées, de Mme Marthe Ekemeyong, veuve du héros national camerounais, Félix Roland Moumié, empoisonné en novembre 1960 à Genève par les services secrets français.


Le CODE tient d’abord à adresser ses plus sincères condoléances à la famille de Mme Ekemeyong-Moumié et à toute la famille nationaliste camerounaise, dont a fait partie toute sa vie, Mme veuve Moumié.


Le Comité Exécutif du CODE exprime sa reconnaissance et rend hommage à cette grande dame, révélée à la jeunesse camerounaise et africaine par le film « L’Assassinat de Félix Moumié – l’Afrique sous contrôle », réalisé en 2005 par le suisse Franck Garbely et dans lequel Mme Marthe Moumié appelait les jeunes à une prise de conscience politique à partir d’un apprentissage profond de l’histoire mouvementée et tragique de leur pays. Mme Marthe Moumié a publié en février 2006 aux Editions Duboiris, un livre intitulé « Victime du colonialisme français : Mon mari Félix Moumié », dans lequel elle relate le combat et l’assassinat du président Moumié et revient sur les terribles massacres de l’armée française contre les nationalistes camerounais entre 1955 et 1970 au Cameroun.


Mme veuve Moumié symbolisait l’engagement des femmes camerounaises et africaines contre le colonialisme français et pour les indépendances. Elle reste donc un exemple pour les générations actuelles de femmes, très souvent en rupture avec le combat citoyen ou politique.


Les circonstances de sa mort interpellent le CODE, qui exige du régime anti-nationaliste et néocolonial [censure de PPS] de faire toute la lumière et de dire la vérité sur cet odieux assassinat. Le CODE appelle par ailleurs tous les militants progressistes et tous les camerounais patriotes à maintenir une véritable pression sur le régime afin que cette lumière soit effectivement faite. Il est hors de question de laisser de tels assassinats se perpétrer, en plein 21ème siècle, sans aucune réaction. Pour sa part, le CODE s’engage à contribuer dans toute la mesure de ses capacités, à la recherche de cette vérité.

Que Mme Marthe Ekemeyong-Moumié repose en paix, et que la terre lui soit légère. Le combat dans lequel la mort l’a trouvée est résolument repris par ses enfants et ses petits-enfants que nous sommes. Le CODE rappelle une fois encore son engagement ferme à œuvrer au triomphe des idéaux de ce combat. Et nous vaincrons, pour sa mémoire, pour celle de son mari et de tous les nationalistes et patriotes tombés au combat, pour le peuple africain du Cameroun.


Dr Moïse ESSOH
Secrétaire Exécutif du CODE

====================

Marthe Moumié, la veuve du leader nationaliste de l´Upc Félix Moumié, empoisonné par les services secrets francais en 1960 à Genève en Suisse, vient d´être assassinée dans son domicile à l´âge de 78 ans.

Le corps de la veuve du nationaliste a été retrouvé dans sa chambre jeudi soir par des policiers.

Le crime a eu lieu selon les témoignages, dans la nuit du mercredi 07 au jeudi 08 janvier 2009 au quartier Angalé à quelques pas de l´hôtel de ville d´Ebolowa. " Nous avions passé la soirée du mercredi 07 janvier ensemble jusqu´à l´heure du coucher. Avant d´entrer chez elle, elle a longuement appélé Pauline la fillette de huit ans avec qui elle vivait pour lui ouvrir la porte. C´est la dernière fois que je l´ai entendu parler", raconte Zeh Mvondo Marceline épouse Otye la voisine de la disparue qui fondait en larmes ce vendredi matin devant la foule consternée par l´onde de choc qui venait de mettre la ville d´Ebolowa dans la désolation.

Cette septuagénaire, de son nom de jeune fille Ekemeyong Marthe, née vers 1931 à Ebom, village situé à 60 km d´Ebolowa dans le canton Ngonebock-Abo´o Ntomba jouissait d´une popularité rare chez les personnes de son âge de part son statut. Sa disparition annoncée a donc drainé une impressionnante foule de visiteurs à son domicile ce 08 janvier 2009. Une journée difficile pour sa voisine qui aura passé tout son temps à raconter la même histoire sans se lasser : "Après notre séparation mercredi, alors que je venais de me réveiller hier jeudi, le présumé coupable Eboutou Minla´a, fils de notre ancien voisin, originaire de Nkoutou dans la même contrée que le village de la défunte débarque chez moi. Il m´annonce qu´il a été appelé d´urgence la nuit par Marthe pour l´accompagner à l´hôpital d´Ekombité où elle serait assez malade", confie Marceline Zeh qui s´est dite surprise par la nouvelle en ce sens que sa voisine l´aurait appelée elle aussi si elle avait effectivement eu un malaise la nuit.

Chose curieuse encore, avant de se diriger vers l´appartement de l´infortunée, le jeune homme ajoutera que "sa malade a besoin de son téléviseur à l´hôpital pour se détendre". C´est, poursuit la même source," à ce moment que j´ai vraiment commencé à sentir quelque chose de louche dans ses déclarations. " Interrogée à son tour, la petite Pauline Minsili Mbozo´o, la protégée de la victime qu´elle a adoptée pour ne pas rester seule, son unique fille étant en Europe, raconte : " il m´a menacée de sortir de la maison car, il voulait fermer les portes pour se rendre à l´hôpital. Il a pris toutes les clefs et avant de sortir, il est entré dans la chambre de maman Marthe qu´il a refermé à clef. Au salon, il a mis le VCD et plusieurs autres objets dans un sac et dans l´autre, il a mis quelques documents appartenant à ma grand-mère. Arrivés en route, il m´a demandé d´aller à l´école et il a emprunté une moto pour je ne sais quelle destination"


Crime

Derrière eux, après avoir fait le tour des hôpitaux de la ville, Marceline Zeh alerte le commissariat central dont les éléments engagent les recherches sans tarder. Ce n´est qu´à 21 heures aprèe avoir défoncé les portes, qu´on retrouvera le corps raide de la victime dans son lit le nez sanglant, quelques légères blessures entre les cuisses, et le reste de la chambre en sens dessus dessous. les sources policières assimilent le crime à un étranglement accompagné de viol. Informés, les éléments des équipes spéciales d´intervention rapide (Esir) entament une chasse à l´homme vers Bikoka le village maternel du suspect près de Lolodorf. D´autres sources policières rapportent que le même Eboutou Minla´a repoussé dans sa famille pour ses nombreux forfaits aurait tenté il y a deux ans, d´éliminer par étranglement sa tante Ruth Minla´a âgée de 73 ans au quartier Nko´ovos.

La vieille qui a eu la vie sauve grâce à l´intervention des voisins déclare "être persuadée que l´ignominie serait commis par son neveu" car, ajoute -t elle, " il allait souvent chez Marthe et par le passé, il me souvient avoir appris qu´il lui a même volé un téléphone portable". Pour le moment, les enquêtes se poursuivent, le corps quant à lui a été placé à la morgue de l´hôpital régional d´Ebolowa tandis que le garçon reste introuvable. Même si on signale le passage du gouverneur Bernard Wongolo et du préfet Bernard Marie Mba au domicile de la défunte ce vendredi à minuit, il est à noter que cet assassinat pose encore une fois un problème d´insécurité dans la ville d´Ebolowa, où la présence massive des unités de police et de gendarmerie ne rassure plus les citoyens.

Marthe Moumié n´était pas une vieille femme ordinaire. A titre d´illustration, avant sa mort, elle venait de lancer la fondation qui porte le nom de son mari; et en 2006 elle a publié un bouquin intitulé : "victime du colonialisme français mon mari Félix Moumié" paru aux éditions Duboris où elle raconte les circonstances dans lesquelles le leader indépendantiste son regrété épouse a été tué. Sa réputation à elle seule suffisait à attirer l´attention des autorités surtout qu´il se raconte dans les coulisses, qu´elle détenait les vrais secrets de ce pays dont les dirigeants ont fini par la laisser mourir comme une simple clocharde..


Le présumé assassin interpellé

En date du 08 janvier, aux environs de 21 heures, la direction régionale de la police judiciaire a été saisie d´un cas de découverte de cadavre de madame Moumié née Ekemeyong Marthe. Les indices visibles trouvés sur le corps montrent qu´il s´agissait d´une main criminelle. Les ecchyymoses trouvées à plusieurs endroits y compris la racine des cuisses et une bouche complètement traumatisée ont donné l´hypothèse d´un meurtre ou assassinat. En plus de ces signes, a été prélevé au niveau de ses parties génitales par le médecin légiste tandis q´un autre liquide dégoulinait de sa bouche laissant croire qu´il y a eu strangulation. Sur instruction du délégué général à la sûreté nationale qui a demandé que le crime soit élucidé en 48 heures, la PJ a procédé à une panoplie d´auditions allant d´une enquête environnementale à une enquête de personnalité.

Il ressort qu´un individu dont l´identité revenait tout le temps dans les déclarations avait emporté au domicile de la victime un téléviseur, un Vcd et plusieurs autres objets de valeur. Les contours de la personnalité de cet individu ont rapidement été cernés. Il s´agit du nommé Eboutou Minla´a Franck né le 07 avril 1990 à Yaoundé originaire du village Nkoutou dans le nouvel arrondissement d´Efoulan. Avec l´aval du délégué régional à la sûreté nationale du sud, une descente de nuit des forces de police et des Esir a été organisée à Bikoka, le village de la famille maternelle du mis en cause où il a été reconnu comme un garçon de très mauvaise réputation. Les individus plus ou moins proches de la famille ont été conduits à la PJ pour exploitation. D´autres connexions ont permis de répertorier un ensemble de lieux de refuges éventuels du suspect.

Après avoir recensé les endroits utiles, la ville d´Ebolowa a été bouclée. Pendant l´opération, un des multiples réseaux de la PJ le repère chez sa copine à Tom, à quelques km de Mfou dans le centre. C´est là qu´il a été interpellé. Il a transité par le commissariat central n3 de Yaoundé avant d´être ramené à Ebolowa. Son exploitation ne fait l´objet d´aucun doute car il est passé aux aveux complets. Sans reconnaître l´hypothèse du viol, il attribue le mobile de son crime au profit, car, la victime selon lui, avait de fortes sommes d´argent envoyées par sa fille qui vit en Espagne et il a décidé de lui en soustraire un peu. Il s´est introduit à son domicile le 07 janvier à 15 heures et s´est dissimulé dans une des chambres jusqu´au petit matin après l´avoir assassinée. Tout laisse croire cependant que l´ampleur de l´altercation dont fait état le suspect part du fait que, en tentant de la violer, la victime s´est défendue. Une reconstitution formelle des faits coordonnée par le procureur avec les autorités et associée aux médias aura lieu dans les prochains jours. Après quoi, il sera définitivement remis à la justice.

© Guy Roger Mvondo, Mutations
====================

Marthe Ekemeyong Moumié, l´épouse de Roland Félix Moumié, l´un des leaders historiques de l´Upc a été retrouvée morte vendredi à Ebolowa, dans son domicile. Une disparition qui va sans doute faire encore couler beaucoup d´encre après la mort déjà très controversée de son mari. Selon certaines sources, le corps de Marthe Moumié présentait des séquelles caractéristiques d´un viol, et la mort serait survenue suite à une strangulation. Autre fait marquant, la victime avait une dent cassée. Les premiers soupçons sont tournés vers l´homme avec qui Mme Moumié, 78 ans, partageait son domicile depuis quelques jours. Il aurait assez étrangement demandé à la petite fille qui vivait aussi à la maison de se rendre à l´école dès 5 heures du matin. Une enquête a aussitôt été ouverte afin d´en savoir plus et de mettre la main sur le coupable.

Le corps sans vie de Marthe a été retrouvé par un proche qui, après avoir frappé plusieurs fois à la porte sans recevoir de réponse de sa mère, a décidé de rentrer en enfonçant ladite porte. Il trouvera alors sa mère dans sa chambre, inanimée.

Née le 4 Septembre 1931 au Cameroun, Marthe Moumié est veuve depuis 1960, date de la mort de son mari Félix Moumié à Genève. Elle est auteur d´un livre intitulé "L´Afrique sous contrôle", préfacé par Ahmed Ben Bella, et a participé à un documentaire, "l´assassinat de Félix Moumié", qui retrace les derniers jours de son défunt mari jusqu´à son empoisonnement au thallium.

Le couple Moumié, au premier rang des indépendantistes, ont énormément voyagé et vécu dans l´ombre pour échapper au joug de l´administration coloniale : Soudan, Egypte ou Guinée Equatoriale, de nombreux pays "visités" par Marthe et son mari.

Cette fin tragique est à l´image de la vie de Marthe, qui a vécu sous la persécution et fait face à tant de drames. Tentant de se reconstruire après la mort de son mari, elle avait fait la rencontre d´Athanasio Ndong, militant nationaliste équato-guinéen. Elle fera face à une autre tragédie en 1969, lorsqu´il sera assassiné, alors qu´il est à la tête d´un parti politique en Guinée. Marthe sera aussitôt arrêtée.

Dans son livre "Victime du colonialisme français", elle racontera comment elle aura été torturée en Guinée Equatoriale puis au Cameroun pendant près de 5 ans. Marthe et Félix Moumié avaient eu deux filles (Annie Jecky Berthe (décédée le 29/12/1951) et Hellen Jeanne Moumié. Elle était également grand-mère de deux petites filles.

Bonaberi.com

Ci-dessous le documentaire "l´assassinat de Félix Moumié"

Première Partie


http://www.dailymotion.com/video/x2xnwi_premire-partie-lassassinat-de-flix_politics

Deuxième Partie

http://www.dailymotion.com/video/x2xoi4_2me-partie-de-lassassinat-de-flix-m_politics

Troisième Partie

http://www.dailymotion.com/video/x2xp07_3me-partie-de-lassassinat-de-flix-m_politics


 

Source:  | Hits: 17649 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  International Women´s Day 2011 (Sister Nyangon is honoured)
( | 11.03.2011 | 16032 hits  | 0 R)

  Race and Arab Nationalism in Libya by Glen Ford
( | 11.03.2011 | 15199 hits  | 0 R)

  Henriette Ekwè (Nyangon) primée aux Etats-Unis
( | 02.03.2011 | 15585 hits  | 0 R)

  Livre: COMMENT L´AFRIQUE EN EST ARRIVEE LA, par Axelle Kabou
( | 26.02.2011 | 14411 hits  | 0 R)

  Côte d´Ivoire - Le Panel de l´Union africaine propose de revenir aux Accords jamais respectés de Ouagadougou
( | 24.02.2011 | 14743 hits  | 0 R)

  Regards: La Grammaire de la Révolte
( | 14.02.2011 | 16510 hits  | 0 R)

  MISS NGONDO 2010: Ekambi Lobe
( | 12.02.2011 | 19901 hits  | 0 R)

  FOMARIC 2011: Hommage à Nkotti François
( | 09.02.2011 | 16826 hits  | 0 R)

  SCHISME DE 1814, MYTHE OU REALITE
( | 01.02.2011 | 17238 hits  | 1 R)

  CES ROIS DES BERGES DU WOURI
( | 01.02.2011 | 17439 hits  | 1 R)

  Who loves to hate Haiti? An interview with Haitian Activist Pierre Labossiere
( | 28.01.2011 | 15476 hits  | 0 R)

  COTE D´IVOIRE : L´EX REBELLE AB ACCUSE ! OUATTARA, SORO DANS LE COLLIMATEUR !
( | 13.01.2011 | 18293 hits  | 2 R)

  Kamerun: Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971)
( | 11.01.2011 | 16895 hits  | 0 R)

  L´imposture des Nations unies en Haïti et en Côte d´Ivoire
( | 09.01.2011 | 17454 hits  | 1 R)

  Et de quatre pour Samuel Eto’o Fils
( | 21.12.2010 | 15871 hits  | 0 R)

  Regards (sur la crise ivoirienne): En attendant le vote des bêtes sauvages...
( | 21.12.2010 | 14512 hits  | 0 R)

  Cote d´Ivoire: Face à l´impérialisme, l´avenir de l´Afrique se joue à Abidjan
( | 10.12.2010 | 14886 hits  | 0 R)

  Situation en Côte d´Ivoire: Déclaration et Appel du Bureau du Comité Directeur de l’UPC
( | 08.12.2010 | 19374 hits  | 1 R)

  Afrique, Colonisation: Invasion programmée de la Côte-d´Ivoire, par Aimé M. Moussy
( | 07.12.2010 | 13876 hits  | 0 R)

  Race as Biology is Fiction, Racism as a Social Problem is Real
( | 05.12.2010 | 13046 hits  | 0 R)

  Lettre ouverte au FESMAN III - par Rhode Bath-Schéba Makoumbou
( | 04.12.2010 | 18047 hits  | 0 R)

  Que sont devenues les anciennes Miss Ngondo ?
( | 04.12.2010 | 20235 hits  | 0 R)

  Le Ngondo, les sawa, l’Indépendance et la Réunification
( | 01.12.2010 | 18659 hits  | 0 R)

  PETIT-PAYS victime d’un coup monté. Un mandat d’arrêt contre Petit-Pays
( | 01.12.2010 | 17884 hits  | 0 R)

  L´HISTOIRE DU KABA -NGONDO
( | 01.12.2010 | 16909 hits  | 0 R)

  Le cinéaste Dikonguè Pipa - Les héros nationalistes honorés
( | 23.11.2010 | 14182 hits  | 0 R)

  Ngondo 2010: Foire, animations et gastronomie
( | 22.11.2010 | 20323 hits  | 0 R)

  la troisième édition du Festival Mondial des Arts Nègres
( | 04.11.2010 | 13642 hits  | 0 R)

  ACHILLE MBEMBE: POUR L´ABOLITION DES FRONTIÈRES HÉRITÉES DE LA COLONISATION
( | 03.11.2010 | 15832 hits  | 0 R)

  Gregory Isaacs, Jamaican reggae artist, dies at age 59
( | 30.10.2010 | 16776 hits  | 1 R)

  Calliste Ebenye: Le restaurant Sawa Village devient Mboa´su
( | 21.10.2010 | 17127 hits  | 0 R)

  Manu Dibango - Jean Serge Essous, qui était le maître ?
( | 15.10.2010 | 15695 hits  | 0 R)

  Thomas Eyoum ´a Ntoh: La longue agonie d´un chevalier de la plume
( | 16.09.2010 | 15676 hits  | 0 R)

  Charles Onana: L’Afrique centrale pourrait connaître le scénario rwandais
( | 16.09.2010 | 14508 hits  | 0 R)

  Hommage à Um Nyobé, 52 ans après !
( | 14.09.2010 | 16565 hits  | 1 R)

  Les migraines de la diaspora !
( | 28.08.2010 | 15978 hits  | 2 R)

  L’ultime Reconnaissance - Hommage à nos Hommes d´exception! Merci Pius NDJAWE
( | 06.08.2010 | 13295 hits  | 0 R)

  Décès jeudi de Jean Bikoko, l’un des doyens de la musique camerounaise
( | 22.07.2010 | 17398 hits  | 0 R)

  Le diagnostic d’un échec
( | 18.07.2010 | 12706 hits  | 0 R)

  Au-delà de la débâcle des Lions indomptables au Mondial 2010
( | 25.06.2010 | 16724 hits  | 1 R)

  La Halte du Cinquantenaire ! Par Charles MOUKOURI DINA MANGA BELL
( | 01.06.2010 | 15175 hits  | 0 R)

  Kessern aus Kamerun: Die Biografie eines schwarzen Crailsheimers (1896 - 1981)
( | 22.05.2010 | 19979 hits  | 1 R)

  L´indépendance, il y a 50 ans ! L´indépendance, depuis 50 ans ?
( | 17.05.2010 | 15966 hits  | 0 R)

  Indépendance, la désullision?
( | 27.04.2010 | 13411 hits  | 0 R)

  Cinquante ans de décolonisation africaine
( | 18.03.2010 | 15848 hits  | 0 R)

  Les circonstances de l`assassinat de UM Nyobe, par Louis Noé Mbengan
( | 18.03.2010 | 15529 hits  | 0 R)

  Chefferies traditionnelles du Littoral
( | 04.03.2010 | 24217 hits  | 0 R)

  Peuplesawa rencontre Miss EBENYE BONNY
( | 19.02.2010 | 17224 hits  | 0 R)

  Grand Sawa: Le retour aux démons du «qui perd gagne» dans les Chefferies de la région du Littoral
( | 18.02.2010 | 20636 hits  | 2 R)

  LE PEULE DUALA
( | 15.02.2010 | 25687 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks