Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
10.09.2008

André Ngangué : Le patriarche a définitivement rangé son micro 

On le savait malade, depuis quelque temps. Mais à son domicile sis au quartier Akwa Douala le patriarche Sawa faisait encore montre de sa grande capacité à surmonter le mal et continuait à recevoir. Etudiants, jeunes chercheurs et autorités traditionnelles n`avaient de cesse à venir auprès de cette source intarissable. Cet homme aussi solide qu`un roseau qui reflétait déjà parfaitement bien, il quelques années, à un portrait que l`on faisait de lui. "André Ngangué est un vieillard exquis et comblé. Un infatigable vieillard.

Il le sait et n`a de cesse de remercier le créateur de l`avoir fait ainsi ", soulignait un magazine In Mag dans son édition de décembre 2004. Malgré cette solidité physique, ses forces commençaient à lui faire défaut. " Voilà pourquoi nous lui avons demandé d`aller se reposer chez l`un de nos frères du côté de Buéa ", raconte un membre de la famille rencontré hier, lundi 08 septembre, au domicile du défunt. Un cadre qui ne désemplit plus depuis l`annonce de sa mort dans la l`après midi de dimanche dernier, 07 septembre. Tout le mois de mai dernier, il le passera donc à Buéa. Mais à son retour à Douala, la " fatigue " de celui qui était jusqu`à sa mort le porte parole des patriarches Sawa ne l`a visiblement pas quitté.

Il sera interné alors à l`hôpital général de Douala, pendant au moins deux semaines. C`est ici qu`il rendrait malheureusement rendra l`âme. Aussitôt, l`onde de choc n`a donc pas tardé à se répandre sur la capitale économique et même sur tout le pays. A la dimension de l`homme qui s`en est allé. Parce que nul n`a besoin de chercher pour comprendre que André Ngangué n`était pas n`importe qui. A 88 ans, l`homme était la dernière voix vivante de la toute jeune radiodiffusion du Cameroun, connue aujourd`hui sous l`appellation de station régionale.

A travers sa voix de stentor, il a tenu en haleine plusieurs générations de Camerounais. Avec son fils, l`ancien ministre de l`Information et de la Culture, Henri Bandolo, il avait fini par former le duo familial le plus célèbre de la radio au Cameroun. Cette passion du journalisme qu`il aura exercé pendant plus de quarante ans à la radio nationale va d`ailleurs se réveiller, il y a quelques années au sein de la radio privée Equinoxe. Les auditeurs de cette Fm basée à Douala et notamment les inconditionnels des courses hippiques ont été particulièrement marqués par les combinaisons qu`il proposait chaque matin, à une certaine période.

Mais André Ngangué n`était pas seulement une star de la radio. Il était aussi un grand commis de l`Etat. Après avoir été moniteur à la mission catholique de Douala, commis des Postes et Télécommunications, il devient pigiste à la radiodiffusion du Cameroun. Ses supérieurs français le trouvant très doué, lui obtiennent, en 1950, une bourse du ministère du Travail pour l`Ecole de journalisme de Paris. Il obtient son diplôme et devient ainsi le tout premier Camerounais à être consacré. C`est grâce à ce parcours académique qu`il gravit les échelons au niveau de la radio avant d`être nommé Délégué provincial de l`Information et de la Culture du Littoral et de l`Ouest, pendant six ans. Un cas unique de cumul de deux provinces dans l`administration camerounaise. Pendant ces années, André Ngangué a la chance et le privilège d`être de certains événements majeurs dans la marche du monde. En 1959, par exemple, il est le seul Africain accrédité au palais de l`Elysée pour couvrir la passation de service entre René Coty et Charles De Gaulle.

La même année, rapporte le défunt dans des confidences faites aux journalistes, il est reçu par le pape Jean XXIII. " Impressionné par ma verve et mon sens intellectuel, il m`a invité à déjeuner ", rapporte le magazine In Mag de décembre 2004. Cerise sur le gâteau, il s`enorgueillit d`avoir réalisé, la même année, l`interview du Secrétaire général de l`Onu Dagama. Autant de faits d`armes qui le placent au dessus de la mêlée des autres journalistes camerounais, tant de sa génération que ceux d`aujourd`hui. Un corps de métier contre lequel André Ngangué nourrissait quelques appréhensions. " Les journalistes d`aujourd`hui, sont trop attirés par le gain, au détriment de la déontologie, alors que leurs conditions de travail sont très favorables ", pensait t-il il y a quelques années. Et Eboa Lotin, célèbre chanteur avait quant à lui parfaitement compris l`homme : "André Ngangué a kwala lo`o Sengué…" (vous ne comprenez pas ce que André Ngangué vous dit, Ndlr), indiquait-il dans l`une de ses chansons.

Lazare Kolyang
 

Source: Mutations | Hits: 16557 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  " Bolo O Munja "
( | 10.11.2005 | 15879 hits  | 0 R)

  Léopold Moum’Etia: Un cheminot passionné d’histoire
( | 09.11.2005 | 17646 hits  | 0 R)

  Miss Ngondo 2005 Opened To Southwest
( | 25.10.2005 | 18561 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE
( | 25.10.2005 | 16103 hits  | 0 R)

  Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur
( | 24.10.2005 | 14373 hits  | 0 R)

  DOUALA est promise à un bel avenir
( | 24.10.2005 | 14149 hits  | 0 R)

  Le NGUM : le combat
( | 24.10.2005 | 13387 hits  | 0 R)

  Le NGUM: Les techniques de combat
( | 24.10.2005 | 13242 hits  | 0 R)

  Apprendre le Duala
( | 23.10.2005 | 84176 hits  | 3 R)

  Bakossi Cultural and Development Association in the USA
( | 23.10.2005 | 25391 hits  | 2 R)

  Vive émotion dans la rue Dikoumè Bell, à Bali.
( | 23.10.2005 | 19651 hits  | 2 R)

  Le Mont Cameroun Bar: L´autre écurie des créateurs du Makossa
( | 23.10.2005 | 16365 hits  | 0 R)

  DAVUM Bar: Le berceau des Black Styl’s
( | 23.10.2005 | 22768 hits  | 1 R)

  MAKOSSA - LA RENAISSANCE
( | 22.10.2005 | 24129 hits  | 1 R)

  EPASSA MOTO: Opéra classique camerounais
( | 22.10.2005 | 12685 hits  | 0 R)

  LE PHARAON INATTENDU.... par Thierry Mouelle II
( | 22.10.2005 | 12664 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 18579 hits  | 0 R)

  Les funérailles de Julia; par Blaise N´Djehoya
( | 19.10.2005 | 17224 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Restaurer les droits de la veuve. par Pr. Stanislas Melone
( | 17.10.2005 | 17925 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Rites de Veuvage chez les Duala
( | 16.10.2005 | 21866 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com rend hommage à EBOA LOTIN
( | 04.10.2005 | 24726 hits  | 4 R)

  Identité : Rudolf Douala Manga Bell
( | 29.09.2005 | 18207 hits  | 0 R)

  Au temps où Sawa rimait avec Bolo
( | 28.09.2005 | 14247 hits  | 0 R)

  Instrument musical d´accompagnement: Le Muken
( | 24.09.2005 | 15537 hits  | 0 R)

  Quand les Chinois dansent l´Assiko!
( | 24.09.2005 | 12203 hits  | 0 R)

  Que signifie l´expression AMBASS BEY?
( | 17.09.2005 | 24342 hits  | 2 R)

  Paul SOPPO PRISO et l´Histoire des Hommes d’Affaires Camerounais
( | 16.09.2005 | 41543 hits  | 0 R)

  Croyance, Réligiosité, Société Sécrète : Le Njée ou Gué
( | 14.09.2005 | 14283 hits  | 0 R)

  ... du " JENGU " au " NGONDO "...
( | 12.09.2005 | 24874 hits  | 4 R)

  Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa
( | 03.09.2005 | 17076 hits  | 0 R)

  Plus SAWA qu´un BATANGA, il y a pas
( | 28.08.2005 | 17034 hits  | 0 R)

  Henriette Noëlle Ekwé : Nyangon, le militantisme à fleur de peau
( | 28.08.2005 | 15471 hits  | 0 R)

  " Evolution Culturelle, Dynamiques identitaires et Traditions ...." par Denise EPOTE DURAND
( | 26.08.2005 | 20278 hits  | 3 R)

  Djebale : L’île éternellement rebelle
( | 25.08.2005 | 18260 hits  | 3 R)

  Les Black Styl’s
( | 04.08.2005 | 15684 hits  | 0 R)

  L´IDENTITE CULTURELLE EN QUESTION
( | 01.08.2005 | 15578 hits  | 0 R)

  UN ESCLAVE LIBERATEUR
( | 01.08.2005 | 12871 hits  | 0 R)

  RESUME & INTRODUCTION
( | 31.07.2005 | 13277 hits  | 0 R)

  Le procès du Roi Rudolph Douala Manga Bell Martyr de la Liberté - Joel KONDO
( | 30.07.2005 | 16083 hits  | 0 R)

  LA CHEFFERIE DE DEIDO
( | 30.07.2005 | 15939 hits  | 0 R)

  Le Cameroun aujourd´hui - Anne Debel
( | 30.07.2005 | 14271 hits  | 0 R)

  Retour à Douala - Marie-Félicité Ebokéa
( | 30.07.2005 | 13835 hits  | 0 R)

  L´ORIGINE DES DEIDO d´après IDUBWAN BELE BELE (2)(I.B.B).
( | 30.07.2005 | 13695 hits  | 0 R)

  CHOC DES CULTURES
( | 30.07.2005 | 13324 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BONA LEMBE A DEIDO
( | 30.07.2005 | 13159 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BAFOUM et LA GUERRE DE MBONJO
( | 30.07.2005 | 13073 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE MADUBWALE
( | 30.07.2005 | 12178 hits  | 0 R)

  Francis Bebey: Un génie intégral et immortel
( | 26.07.2005 | 19701 hits  | 3 R)

  Miss Ngondo 2000 en vidéo !
( | 24.07.2005 | 19235 hits  | 5 R)

  Réaction sur l´article "Douala, ville d´Alfred Saker"
( | 20.07.2005 | 17700 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks