Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
22.07.2010

Décès jeudi de Jean Bikoko, l’un des doyens de la musique camerounaise 





























© Photo: Peuplesawa.com

APA-Yaoundé (Cameroun) Le précurseur du rythme assiko, Jean Bikoko « Aladin », 71 ans, est décédé jeudi matin à Yaoundé, la capitale camerounaise, des suites d’une longue maladie, a appris APA de sources concordantes.

Artiste depuis plus d’un demi-siècle, celui que ses fans avaient surnommé le « sorcier de la guitare » disparaît pratiquement dans l’anonymat et le dénuement.

« On m’a abandonné », n’arrêtait-il de se lamenter

ces dernières années pour expliquer l’indifférence des autorités face à sa condition et à ses initiatives dans le domaine musical.

Autrefois, l’assiko était considéré comme un air « rustique », joué essentiellement en acoustique avec une guitare sèche, une bouteille frappée avec une fourchette.

Jean Bikoko « Aladin » a innové en accélérant la rythmique, et en y introduisant la guitare électrique, la contrebasse et les tambours.

==================
Réaction de l´association CITE-SIC à la mort de Jean Bikoko Aladin


C’est avec une très grande tristesse que l’association CITE-SIC apprend que le patriarche Jean BIKOKO Aladin vient de rendre l’âme. Jean  BIKOKO Aladin était les symbole de l’insoumission des peuples Bassa’a et Mpo’o devant les intimidations, persécutions  et censures de la colonisation et son prolongement  néocolonialiste.Doté d’une verve d’exception dans le maniement de la langue Bassa’a, ses œuvres musicales teintées d’un message politique donne des cauchemars au pouvoir illégitime d’Ahidjo et sont victimes de censure dans les ondes de la radio nationale camerounaise.Nullement intimidé, il choisit la métaphore et un humour corrosif pour tromper les traîtres qui traduisent la langue Bassa’a aux gouvernement néocolonialiste; méfiants, les fonctionnaires de radio Cameroun préfèrent le censurer pour éviter d’avoir des problèmes avec celui qui maintien le Cameroun dans un régime de terreur.


Par son langage toujours codé, il transmet des messages subliminaux et compliqués à traduire par ceux qui ne vivent pas la persécution, privant ainsi ses bourreaux d‘un bon alibi pour le faire écrouer définitivement les goulags de  Tcholiré ou  Mentum.


Il poursuit sa carrière dans les quartiers populaires comme New-Bell, Nkongmondo, PK8 ou Ndog Kotti où ses apparitions font toujours recette et galvanisent des foules dans des spectacles toujours nocturnes  qui ne finissent qu’à l’aube.


Il est le premier à introduire la guitare dans l’Assiko et lui ouvre les portes de la modernité, inspirant de jeunes frères et fils à l’image de Kon Bogol, Samson Chaud gars, Défense, livier Bonga,  Paul Balomog ou encore Belka Tobis qui comprend que l’on peut émouvoir le public en chantant dans la langue Bassa’a, dans un contexte de dénigrement des artistes de l‘ethnie de Ruben Um Nyobè .


Jamais honoré par l‘état camerounais, c’est un combattant de la liberté qui tire sa révérence, sans fortune certes, mais avec la tête haute car il n’a jamais capitulé dans sa quête de justice sociale.
Il laisse aux peuples Bassa’a et Mpo’o les meilleurs héritages; la dignité et la foi en soi.


En concertation avec la famille du défunt, l’association des artistes camerounais, l’ensembles des associations Bassa’et Mpo’o,  l’association CITE-SIC vous tiendra informés dans quelques jours du programme des obsèques parisiennes de notre patriarche.

© Correspondance : Parfait Valère MBEG, Président de l’association CITE-SIC

===================

Regards : Aladin est mort. Chacun son tour ou chaque chose a son temps !


Douala - 26 Juillet 2010

© Suzanna Kala Lobè | La Nouvelle Expression

 

Ceux-ci, parce qu’ils ont pris parti à un moment ou un autre, parce qu’ils peuvent symboliser les points de vue d’une partie de l’opinion et forcément le désaccord de l’autre, ont des morts secouées par des polémiques acides. Le débat intellectuel aurait pu être enrichi. Mais il est aujourd’hui phagocyté par ceux qui veulent semer la confusion : on ne prendrait position au Cameroun que pour défendre son frère du village ou critiquer celui qui n’est pas du même village. En osant dire ses divergences avec une icône, on ferait le jeu de l’ennemi. 

La mort de Puis Njawé a donné lieu à une déferlante dithyrambique qui n’a de sens que parce que toute une génération, une partie de l’opinion a sublimé, béatifié le combat de celui qui fit ses armes avec quelques-uns de ces compagnons encore vivants. Qu’il reste celui à qui l’on doit la promotion de la presse indépendante, de la liberté d’expression , ne regarde que ceux qui voit ,dans l’histoire des luttes sociales la prééminence d’un héros. C’est une conception de l’histoire ! Et une approche sectaire et subjective de l’histoire des combats des peuples. Écrire ces mots, je sais, peut provoquer l’ire de nombreux thuriféraires adeptes de la pensée unique, qui refusent que l’on touche aux statues. Qui répugnent à la réflexion et au débat démocratique. Les mots ne sont pas assez durs pour épingler ceux ou celles qui comme moi, n’ont pas soufflé dans des vuvuzela, l’air de l’hagiographie, mais qui ont osé dire leurs divergences avec le journaliste disparu. Cette attitude, il est vrai, est une rupture par rapport aux habitudes culturelles qui veulent que lorsque l’on parle d’un mort, on ne puisse pas discuter des ses convictions. Ou alors dans un somptueux amalgam-negroe pour fabriquer un héros des temps modernes, une figure du patriotisme camerounais, qui a du mal, à avoir des lignes de démarcations claires, il faille surdimensionné les faits d’apparences ! Hier, lorsque l’on parlait des nationalistes upécistes, on savait le contenu de leur lutte, leur trajectoire, leur forme de combat. Aujourd’hui lorsque l’on qualifie le patriotisme, on le limite à l’impact d’un combat conjoncturel comme l’avènement des libertés démocratiques. Sans s’interroger de la manière dont tous ces actes sont produits et survenus. 

Peut-on affirmer de manière radicale que tel ou tel acte fut l’élément moteur des acquis d’un combat ? Ne doit-on pas les changements sociaux, à une addition de faits : la mobilisation des forces sur le terrain, qui, corréler à l’intelligence de leaders captent ou potentialise le bon moment pour le transformer r en une force révolutionnaire. 

La semaine a été lourde du point de vue de l’actualité : il y a eu les hommages, les réglages, les rectificatifs autour de la cause de la mort de Puis Njawé. ! 

Des caisses de solidarité sont nées, ici et là. L’intensité émotionnelle est loin d’être tombée et il ne faudrait pas tirer sur l’ambulance. Si le premier sujet de ces Regards était en quelque sorte un « droit de réponse » aux différentes cabales, malentendus et glissements ethno centré dont mes points de vue ont été l’objet, la deuxième actualité est consacrée à Jean Bikoko Aladin, le patriarche décédé jeudi le 22 juillet 2010 à l’Hôpital Central de Yaoundé … Il déclarait qu’il avait 76 ans. Ne les affichait guère. Tandis qu’il était né vers une année quelque part, il aura accumulé aujourd’hui, plus de 85 printemps et saisons et plus sur la terre de ces ancêtres. Jean Bikiko Aladin, était-il un artiste engagé ? A-t-il décrispé le texte chanté en y apportant un métalangage qui lui permettait de dénoncer sans agressivité les « blancs » qui avaient envahi le Nyong-et-Kelé, la guerre, la colonisation ? Etait-il à la différence de Nelle Eyoum et Ebanda Manfred, le premier parolier qui inscrivait ses textes dans la dynamique des luttes pour l’Indépendance ? Là encore, il manque au Cameroun, les spécialistes qu’il faut pour lire l’engeance sociologique des textes de Bikoko, et aux historiens du quotidien la distance qu’il faut pour se départir d’une vision ethno centrée de l’histoire du Cameroun politique. On a vu dans le décès de Puis Njawé, combien parfois l’analyse manquait de mise en perspective. Combien on enfermait son souvenir dans une région et comment on limitait la portée de son combat. 

Il est possible que l’on puisse lire aussi les critiques sur et autour d’Aladin, critiques procédant de la même logique sectaire ! 

Alors commençons à décrypter l’homme et son époque. Ses textes et son art... Déjà, le genre musical auquel on réfère Jean Bikoko Aladin, l’assidu, n’est pas territorialement limité au Nyong-et-Kellé, ni même à la Sanaga Maritime. Car selon les régions d’Afrique de l’Ouest ou centrale, l’assiko a plusieurs sens et peut correspondre à plusieurs genres ou rythmes. Mais quels que soient les historiens de la musique, Jean Bikiko « Aladin » est un des meilleurs représentants du style assiko du sud Cameroun. Un assiko, qui est totalement lié au jeu de la guitare « apporté par les marins portugais, il y a plus d’une centaine d’années et à l’utilisation de bouteilles de verre frappées avec des tiges de métal (voire des fourchettes…) pour donner ce rythme si particulier »… 

Jean Bikoko, surnommé « Aladin » du fait de sa virtuosité » et de sa technique de jeu « magique », était considéré comme le créateur de l’assiko moderne. Ensemble musical dans lequel il introduit l’orchestration avec l’apport d’autres instruments rythmiques, comme la batterie, la guitare en lui donnant un beat particulier. Mais ce qui marque encore chez ce poète du Nyong, c’est son bagout, sa manière de chanter : cette manière de parler chanter, qui oscille entre l’incantation et le chant, est une technique bantou très forte en pays bassa. Mieux, Jean Bikoko Aladin, excelle dans le métalangage, il dit sous couvert de constat de vie que “chacun aura son tour” (à son tour le pouvoir ou la part du gâteau?).Son moment. Il profite de l’élan des maquis upécistes en pays bassa, pour enfoncer le clou du refus de l’assujettissement, mais fut-il pour autant un upécistes ? La lecture de ses textes permettra de mieux le comprendre, le situer dans contexte. 

Personnage complexe, attachant, Aladin était pourtant un polygame, qui assumait toutes ses femmes comme Fela Anikulapo Kuti ! Et comme Fela, il affirmait qu’il faisait œuvre utile, en donnant à ces quasis jeunes filles, un toit, un champ, un couvert, pour leur éviter de prendre les chemins de traverses de la vie, qui mènent droit dans les lits des puissants. Curieuse manière de voir que celle de Jean Bikoko : mais il était en cela un homme de son temps. Ceux qui n’arrivaient pas à sortir d’une logique conservatrice au nom de la préservation des traditions et de la sagesse ancestrale. Pourtant, Aladin est resté toute sa vie, un insoumis. Libéral, lorsqu’on arrivait chez lui, il est vrai que c’était il y a deux ans, il pouvait lui-même passer à la cuisine, vous servir, parce que sa femme était déjà fatiguée. 

Il vivait dans un dénuement joyeux, où malgré tout, les choses de sa vie était entassée dans sa maison de bric et de broc. A côté de ses champs, de sa terre, de son sol. Il fallait traverser Eséka, tourner à ne pas glisser dans la boue et arriver. Lorsque vous atteigniez sa porte, il vous souriant et chantait « « hiki djam ligwe ngwen »... Et vous deviez répondre « ngwen, ngwen »... Alors il partait d’un grand éclat de rire, parce que le déplacement d’un seul ton, pouvait changer le sens du mot. Il disait alors que chacun a son tour. Le temps de tout homme peut arriver. Hier c’était les blancs. Aujourd’hui des haoussas 

Et demain… 


 

Source:  | Hits: 21191 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  " Bolo O Munja "
( | 10.11.2005 | 16808 hits  | 0 R)

  Léopold Moum’Etia: Un cheminot passionné d’histoire
( | 09.11.2005 | 18625 hits  | 0 R)

  Miss Ngondo 2005 Opened To Southwest
( | 25.10.2005 | 19485 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE
( | 25.10.2005 | 17013 hits  | 0 R)

  Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur
( | 24.10.2005 | 15200 hits  | 0 R)

  DOUALA est promise à un bel avenir
( | 24.10.2005 | 14930 hits  | 0 R)

  Le NGUM : le combat
( | 24.10.2005 | 14178 hits  | 0 R)

  Le NGUM: Les techniques de combat
( | 24.10.2005 | 14030 hits  | 0 R)

  Apprendre le Duala
( | 23.10.2005 | 86581 hits  | 3 R)

  Bakossi Cultural and Development Association in the USA
( | 23.10.2005 | 26622 hits  | 2 R)

  Vive émotion dans la rue Dikoumè Bell, à Bali.
( | 23.10.2005 | 20608 hits  | 2 R)

  Le Mont Cameroun Bar: L´autre écurie des créateurs du Makossa
( | 23.10.2005 | 17264 hits  | 0 R)

  DAVUM Bar: Le berceau des Black Styl’s
( | 23.10.2005 | 23783 hits  | 1 R)

  MAKOSSA - LA RENAISSANCE
( | 22.10.2005 | 25196 hits  | 1 R)

  EPASSA MOTO: Opéra classique camerounais
( | 22.10.2005 | 13422 hits  | 0 R)

  LE PHARAON INATTENDU.... par Thierry Mouelle II
( | 22.10.2005 | 13381 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 19658 hits  | 0 R)

  Les funérailles de Julia; par Blaise N´Djehoya
( | 19.10.2005 | 18195 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Restaurer les droits de la veuve. par Pr. Stanislas Melone
( | 17.10.2005 | 18869 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Rites de Veuvage chez les Duala
( | 16.10.2005 | 22879 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com rend hommage à EBOA LOTIN
( | 04.10.2005 | 25972 hits  | 4 R)

  Identité : Rudolf Douala Manga Bell
( | 29.09.2005 | 19148 hits  | 0 R)

  Au temps où Sawa rimait avec Bolo
( | 28.09.2005 | 15043 hits  | 0 R)

  Instrument musical d´accompagnement: Le Muken
( | 24.09.2005 | 16467 hits  | 0 R)

  Quand les Chinois dansent l´Assiko!
( | 24.09.2005 | 12875 hits  | 0 R)

  Que signifie l´expression AMBASS BEY?
( | 17.09.2005 | 25417 hits  | 2 R)

  Paul SOPPO PRISO et l´Histoire des Hommes d’Affaires Camerounais
( | 16.09.2005 | 42755 hits  | 0 R)

  Croyance, Réligiosité, Société Sécrète : Le Njée ou Gué
( | 14.09.2005 | 15201 hits  | 0 R)

  ... du " JENGU " au " NGONDO "...
( | 12.09.2005 | 26000 hits  | 4 R)

  Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa
( | 03.09.2005 | 18020 hits  | 0 R)

  Plus SAWA qu´un BATANGA, il y a pas
( | 28.08.2005 | 18019 hits  | 0 R)

  Henriette Noëlle Ekwé : Nyangon, le militantisme à fleur de peau
( | 28.08.2005 | 16406 hits  | 0 R)

  " Evolution Culturelle, Dynamiques identitaires et Traditions ...." par Denise EPOTE DURAND
( | 26.08.2005 | 21185 hits  | 3 R)

  Djebale : L’île éternellement rebelle
( | 25.08.2005 | 19017 hits  | 3 R)

  Les Black Styl’s
( | 04.08.2005 | 16530 hits  | 0 R)

  L´IDENTITE CULTURELLE EN QUESTION
( | 01.08.2005 | 16621 hits  | 0 R)

  UN ESCLAVE LIBERATEUR
( | 01.08.2005 | 13785 hits  | 0 R)

  RESUME & INTRODUCTION
( | 31.07.2005 | 14162 hits  | 0 R)

  Le procès du Roi Rudolph Douala Manga Bell Martyr de la Liberté - Joel KONDO
( | 30.07.2005 | 17094 hits  | 0 R)

  LA CHEFFERIE DE DEIDO
( | 30.07.2005 | 16697 hits  | 0 R)

  Le Cameroun aujourd´hui - Anne Debel
( | 30.07.2005 | 15156 hits  | 0 R)

  Retour à Douala - Marie-Félicité Ebokéa
( | 30.07.2005 | 14671 hits  | 0 R)

  L´ORIGINE DES DEIDO d´après IDUBWAN BELE BELE (2)(I.B.B).
( | 30.07.2005 | 14450 hits  | 0 R)

  CHOC DES CULTURES
( | 30.07.2005 | 14198 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BONA LEMBE A DEIDO
( | 30.07.2005 | 13878 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BAFOUM et LA GUERRE DE MBONJO
( | 30.07.2005 | 13835 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE MADUBWALE
( | 30.07.2005 | 12870 hits  | 0 R)

  Francis Bebey: Un génie intégral et immortel
( | 26.07.2005 | 20545 hits  | 3 R)

  Miss Ngondo 2000 en vidéo !
( | 24.07.2005 | 20048 hits  | 5 R)

  Réaction sur l´article "Douala, ville d´Alfred Saker"
( | 20.07.2005 | 18699 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks