Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
21.02.2007

Les Bassas du Wouri s’opposent à une succession aux forceps. 
















Le préfet Atebede veut imposer un chef

"Selon la loi camerounaise, ne peut prétendre être chef supérieur que celui dont le père l´a été au moins une fois." Ces paroles sont de Bernard Atebede, le préfet du Wouri. Il les prononçait hier soir, mardi 20 février, vers 20 heures, à la sous-préfecture de Douala 5e. Le préfet mettait ainsi fin à une demi-journée de palabres pour désigner le chef supérieur du canton Bassa du Wouri. Les originaires des 23 villages du canton étaient réunis pour connaître enfin leur nouveau chef supérieur, après quatre ans d´intérim.
Le début de la cérémonie était prévu à 12 heures. Le préfet du Wouri est arrivé à 13h30. Aussitôt, Bernard Atebede convoque une concertation à huis clos avec les chefs traditionnels du canton. Durant de longues minutes, rien ne filtre des discussions dans la salle de réunion de la sous-préfecture. Quarante-cinq minutes plus tard, les chefs traditionnels sortent de la salle. Tous sont furieux contre le préfet du Wouri. "Les chefs ne sont pas d´accord que le préfet nomme le chef supérieur du canton Bassa", explique François Somon Moussongo, une élite du canton qui s´est chargée de calmer les autorités traditionnelles. Les chefs de 3e degré du canton Bassa entendent faire prévaloir la tradition. "Le chef supérieur du canton Bassa a toujours été désigné par un vote des notables", arguent les gardiens de la tradition. Désabusés par l´attitude du préfet "qui veut absolument placer un de ses sbires", les chefs se réfugient dans un bistrot non loin de là, après avoir menacé de quitter les lieux.

Vers 15h30, Bernard Atebede entre en conclave avec la famille Mbody. Près d´une heure plus tard, il ressort pour lancer à la foule présente : "les cardinaux sont en conclave et nous allons tout simplement attendre la fumée." Seulement, après son retour vers 17 heures et demie, le préfet n´a toujours pas de solution. Il convoque une fois de plus les chefs traditionnels pour les sermonner. Durant une heure, le préfet récrimine les malentendus au sein du canton. Et de nouveau, il accorde une heure aux chefs traditionnels pour se concerter. Finalement, aux environs de 20 heures, Bernard Atebede décide de se "laver les mains" en mettant en avant l´argument de la loi camerounaise sur la désignation des chefs supérieurs en cas de vacance. Les partisans de Me Gaston Mbody se mettent à jubiler. Les chefs traditionnels n´ont rien manifesté. Rien n´indique pour autant qu´ils ont baissé pavillon et que la longue vacance au trône des Nsa’a du Wouri est terminée. Ils brandissent à leur tour la lettre circulaire du ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation.

Les instructions du Minatd

Leurs appréhensions se fondent sur une lettre circulaire du Minatd qui date du 9 mars 2006, relative à “ gestion des chefferies traditionnelles ”. Marafa Hamidou Yaya stigmatise “ la gestion délibérément fantaisiste et essentiellement controversée des chefferies traditionnelles par les autorités administratives ”. Ce constat peu reluisant mais en tout cas accablant se traduit notamment par :

la violation volontaire et aux fins inavouées de la procédure réglementaire de désignation des chefs traditionnels, ainsi qu’une prise en compte insuffisante et inégale des us et coutumes des populations concernées ;
- des vacances injustifiées et prolongées à la tête des unités de commandement traditionnel résultant soit des décès des titulaires, soit alors de leur mise à l’écart par les autorités compétentes qui croient exercer un pouvoir de destitution qu’aucun texte ne reconnaît.
Le refus suspect de donner suite aux demandes d’informations sur les situations exactes prévalant au sein des chefferies à des crises répétitives.
Et le Minatd de poursuivre :

Outre les multiples contestations, requêtes, dénonciations et désagréments consécutifs à ces dérapages, de telles pratiques dont les autorités administratives assument la paternité, sont de nature à ternir l’image que les pouvoirs publics se font de la chefferie traditionnelle et à fragiliser par voie de conséquence, la cohésion sociale que vous devez toujours maintenir au sein des collectivités traditionnelles.

“ Aussi, pour mettre fin à toutes ces dérives, je vous demande instamment d’observer scrupuleusement les hautes instructions du chef de l’Etat prescrivant de surseoir à la création de nouvelles chefferies jusqu’à l’aboutissement du projet de réforme en cours. ” Il s’agit de la révision de la loi de 1977 sur la chefferie traditionnelle.

L’interprétation de la loi

Le patron de la préfectorale engage néanmoins les autorités administratives au respect minutieux de la procédure réglementaire de désignation et de destitution des chefs, telle que stipulée dans les dispositions pertinentes du décret n°77/245 du 15 juillet 1977 portant organisation des chefferies traditionnelles. Il les invite enfin à pourvoir à toutes les vacances constatées ça et là, et dont l’issue ne serait bloquée que par le fait des chefs de terre.

Dans le cas du canton Bassa du Wouri, il s’agit de procéder au remplacement d’un chef de premier degré décédé. La majorité des chefs de troisième degré et notables veulent élire un nouveau comme l’ont été feu Conrad Mbody et ses prédécesseurs. A cet effet, ils ont adressé une lettre à Bernard Atébédé dans laquelle ils lui rappellent qu’en l’absence des textes du Premier ministre et du Minatd dont le préfet aurait fait allusion aux chefs traditionnelles, confirmant la succession de père en fils, c’est la loi n°77/245 du 15 juillet 1977 qui régit l’organisation des chefferies traditionnelles. Malheureusement, selon eux, le préfet du Wouri en fait “ une interprétation erronée et dépourvue de toute logique ”. Et ils le renvoient à l’interprétation de ce texte faite par la Chambre administrative de la Cour suprême du Cameroun dans son jugement n° 63/Cs/Ca/79-80 du 25 septembre 1980. La correspondance des chefs, notables et élites Nsa’a du Wouri met le préfet en garde : “ Si vous nous nommez Monsieur Mbody Epée Gaston, vous cessez d’être en phase avec le Minatd dans sa lettre circulaire n°00670 / Lc/Minatd /Dot, et vous aurez ainsi contribué énormément au sous-développement du peuple Bassa et à un désordre indescriptible dans le canton dont vous serez seul responsable devant l’histoire.
“ La sagesse populaire impose que vous suiviez les garants des traditions Bassa que sont les chefs traditionnels et les notables constitués pour une consultation digne de foi. ” Chaud devant.

Par Alain Noah AWANA Et Jacques DOO BELL
Le 21-02-2007
 

Source:  | Hits: 10494 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  " Bolo O Munja "
( | 10.11.2005 | 14004 hits  | 0 R)

  Léopold Moum’Etia: Un cheminot passionné d’histoire
( | 09.11.2005 | 15758 hits  | 0 R)

  Miss Ngondo 2005 Opened To Southwest
( | 25.10.2005 | 16491 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE
( | 25.10.2005 | 14260 hits  | 0 R)

  Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur
( | 24.10.2005 | 12623 hits  | 0 R)

  DOUALA est promise à un bel avenir
( | 24.10.2005 | 12378 hits  | 0 R)

  Le NGUM: Les techniques de combat
( | 24.10.2005 | 11631 hits  | 0 R)

  Le NGUM : le combat
( | 24.10.2005 | 11603 hits  | 0 R)

  Apprendre le Duala
( | 23.10.2005 | 77231 hits  | 3 R)

  Bakossi Cultural and Development Association in the USA
( | 23.10.2005 | 23064 hits  | 2 R)

  Vive émotion dans la rue Dikoumè Bell, à Bali.
( | 23.10.2005 | 17840 hits  | 2 R)

  Le Mont Cameroun Bar: L´autre écurie des créateurs du Makossa
( | 23.10.2005 | 14446 hits  | 0 R)

  DAVUM Bar: Le berceau des Black Styl’s
( | 23.10.2005 | 20691 hits  | 1 R)

  MAKOSSA - LA RENAISSANCE
( | 22.10.2005 | 21872 hits  | 1 R)

  LE PHARAON INATTENDU.... par Thierry Mouelle II
( | 22.10.2005 | 11169 hits  | 0 R)

  EPASSA MOTO: Opéra classique camerounais
( | 22.10.2005 | 11129 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 16351 hits  | 0 R)

  Les funérailles de Julia; par Blaise N´Djehoya
( | 19.10.2005 | 15309 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Restaurer les droits de la veuve. par Pr. Stanislas Melone
( | 17.10.2005 | 16060 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Rites de Veuvage chez les Duala
( | 16.10.2005 | 19513 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com rend hommage à EBOA LOTIN
( | 04.10.2005 | 22430 hits  | 4 R)

  Identité : Rudolf Douala Manga Bell
( | 29.09.2005 | 16043 hits  | 0 R)

  Au temps où Sawa rimait avec Bolo
( | 28.09.2005 | 12395 hits  | 0 R)

  Instrument musical d´accompagnement: Le Muken
( | 24.09.2005 | 13637 hits  | 0 R)

  Quand les Chinois dansent l´Assiko!
( | 24.09.2005 | 10730 hits  | 0 R)

  Que signifie l´expression AMBASS BEY?
( | 17.09.2005 | 22192 hits  | 2 R)

  Paul SOPPO PRISO et l´Histoire des Hommes d’Affaires Camerounais
( | 16.09.2005 | 38807 hits  | 0 R)

  Croyance, Réligiosité, Société Sécrète : Le Njée ou Gué
( | 14.09.2005 | 12449 hits  | 0 R)

  ... du " JENGU " au " NGONDO "...
( | 12.09.2005 | 22381 hits  | 4 R)

  Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa
( | 03.09.2005 | 15128 hits  | 0 R)

  Plus SAWA qu´un BATANGA, il y a pas
( | 28.08.2005 | 15115 hits  | 0 R)

  Henriette Noëlle Ekwé : Nyangon, le militantisme à fleur de peau
( | 28.08.2005 | 13605 hits  | 0 R)

  " Evolution Culturelle, Dynamiques identitaires et Traditions ...." par Denise EPOTE DURAND
( | 26.08.2005 | 18626 hits  | 3 R)

  Djebale : L’île éternellement rebelle
( | 25.08.2005 | 16594 hits  | 3 R)

  Les Black Styl’s
( | 04.08.2005 | 13743 hits  | 0 R)

  L´IDENTITE CULTURELLE EN QUESTION
( | 01.08.2005 | 13539 hits  | 0 R)

  UN ESCLAVE LIBERATEUR
( | 01.08.2005 | 11086 hits  | 0 R)

  RESUME & INTRODUCTION
( | 31.07.2005 | 11588 hits  | 0 R)

  LA CHEFFERIE DE DEIDO
( | 30.07.2005 | 14198 hits  | 0 R)

  Le procès du Roi Rudolph Douala Manga Bell Martyr de la Liberté - Joel KONDO
( | 30.07.2005 | 13943 hits  | 0 R)

  Le Cameroun aujourd´hui - Anne Debel
( | 30.07.2005 | 12439 hits  | 0 R)

  L´ORIGINE DES DEIDO d´après IDUBWAN BELE BELE (2)(I.B.B).
( | 30.07.2005 | 12076 hits  | 0 R)

  Retour à Douala - Marie-Félicité Ebokéa
( | 30.07.2005 | 12074 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BONA LEMBE A DEIDO
( | 30.07.2005 | 11599 hits  | 0 R)

  CHOC DES CULTURES
( | 30.07.2005 | 11579 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BAFOUM et LA GUERRE DE MBONJO
( | 30.07.2005 | 11383 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE MADUBWALE
( | 30.07.2005 | 10693 hits  | 0 R)

  Francis Bebey: Un génie intégral et immortel
( | 26.07.2005 | 17992 hits  | 3 R)

  Miss Ngondo 2000 en vidéo !
( | 24.07.2005 | 17593 hits  | 5 R)

  Réaction sur l´article "Douala, ville d´Alfred Saker"
( | 20.07.2005 | 15444 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks